ALIÉNATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De Hegel à Marx

Ce qui a préparé de loin cette greffe, c'est le caractère éminemment créateur de l'aliénation ; dans le système hégélien, l'Entäusserung, avec sa négativité propre, est un instrument de rationalité ; à tous les niveaux du système elle assure le passage de l'immédiat au médiat ; elle introduit dans l'indivision et la confusion initiales les médiations grâce à quoi les contradictions sont dépassées. Avec Hegel l'aliénation est le chemin obligé, non seulement de la scission tragique, mais de la médiation logique. La philosophie n'est plus alors méditation sur les contradictions, sur les antinomies, donc sur les limites de la raison, comme chez Kant, mais sur la négation « retenue et surmontée » (Aufhebung), bref sur la réconciliation pensée. L'aliénation n'est le triomphe du négatif qu'en vue de la réconciliation de l'être avec lui-même, par-delà le déchirement. L'aliénation devient alors l'instrument efficace de la construction progressive d'une réalité foncièrement rationnelle. On ne saurait trop insister sur ce point : l'aliénation veut non seulement réunir le tragique et le logique, mais, plus fondamentalement encore, le rationnel et le réel.

Mais l'héritage hégélien ne se borne pas là : on a exhumé au début du siècle toute une œuvre de jeunesse où l'aliénation a un sens essentiellement péjoratif ; ce que nous traduisons ici par aliénation est l'autre racine allemande (fremd, Entfremdung), laquelle correspond à l'alienatio latine. Dans ses Écrits théologiques de jeunesse, Hegel critique essentiellement le Dieu étranger, éloigné, séparé du monde, qui domine l'homme comme un maître et duquel ne participe rien de créé, rien d'humain ; le terme fremd désigne ici le moment de transcendance, le contraire de la participation du fini à l'infini, l'extériorité qui opprime et qui écrase ; la relation maître-esclave est installée au lieu même de la rencontre du [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-X, professeur à l'université de Chicago

Classification


Autres références

«  ALIÉNATION  » est également traité dans :

ALIÉNATION, sociologie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURAND
  •  • 728 mots

Pour les sociologues, le concept d'aliénation a été forgé par Karl Marx à la suite de ses lectures de Hegel. Lors du rapport salarial capitaliste, le résultat du travail de l'ouvrier ne lui appartient pas puisqu'il a échangé un temps de travail contre un salaire. À la fin de cet échange salarial capitaliste, le ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alienation-sociologie/#i_8167

L'ESSENCE DU CHRISTIANISME, Ludwig Feuerbach - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 754 mots

Dans le chapitre « L'essence de la religion »  : […] « La conscience de Dieu est la conscience de soi de l'homme, la connaissance de Dieu est la connaissance de soi de l'homme. À partir de son Dieu tu connais l'homme, et inversement à partir de l'homme, son Dieu : les deux ne font qu'un. » Telle est « l'essence de la religion en général ». Ce postulat va guider les recherches de Feuerbach qui radicalise dans un sens humaniste les thèses de Hegel au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-essence-du-christianisme/#i_8167

ANARCHISME

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Jean MAITRON, 
  • Robert PARIS
  • , Universalis
  •  • 13 333 mots
  •  • 7 médias

L'anarchisme est un mouvement d'idées et d'action qui, en rejetant toute contrainte extérieure à l'homme, se propose de reconstruire la vie en commun sur la base de la volonté individuelle autonome . Bien que l'anarchisme militant ne se manifeste que vers la fin du xix e  siècle avec Kropotkine , Élisée Reclus et Malatesta, les lignes essentielle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anarchisme/#i_8167

HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT, 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 11 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une pensée en mouvement »  : […] La vue plus ou moins précise de la dialectique que Hegel avait acquise dans sa jeunesse s'est peu à peu assurée, grâce aux enseignements qu'il tirait de son expérience de la vie sociale, religieuse et politique. Il a éprouvé, semble-t-il, un grand étonnement devant une réalité d'abord globalement incompréhensible, et une vive indignation devant cette incompréhension elle-même. Au Stift de Tübingen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-wilhelm-friedrich-hegel/#i_8167

FEUERBACH LUDWIG (1804-1872)

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Universalis
  •  • 2 258 mots

Dans le chapitre « L'aliénation »  : […] La critique religieuse de Feuerbach est inspirée et orientée par la notion de l'aliénation. Celle-ci constitue l'élément moteur de la philosophie hégélienne. Mais, au lieu de s'inscrire dans le cadre de ce drame spéculatif qu'est la conquête de l'esprit, comme le divorce qui s'est établi entre l'esprit et la réalité, entre le sujet spirituel et l'objet matériel dont il s'est aliéné et qu'il veut r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ludwig-feuerbach/#i_8167

RELIGION - Sociologie religieuse

  • Écrit par 
  • Olivier BOBINEAU
  •  • 6 053 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Critique marxiste »  : […] L'approche de Marx et Engels sur la religion met en évidence que le fait religieux n'a pas d'autonomie dans le contexte social. Elle est une enveloppe idéologique que les classes dominantes (ou les classes dominées) utilisent au cas par cas pour se représenter à elles-mêmes leur condition ou position socioéconomique, de statut ou de pouvoir (ou de non-pouvoir). Les hommes en société créent leu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-sociologie-religieuse/#i_8167

ANTIPSYCHIATRIE

  • Écrit par 
  • Robert LEFORT
  •  • 2 415 mots

Dans le chapitre « Le discours de la folie et la société »  : […] La pratique de l'antipsychiatrie, qui se veut au plus haut point incluse dans la cité – posant comme un de ses buts essentiels la tolérance et l'acceptation de la folie, voire sa lecture, à la manière dont on décrypte un rêve ou un symptôme –, ne pouvait que se centrer sur l'articulation de la folie et de la société. Elle a d'abord contesté l'obligation des soins qui fait du psychiatre un auxiliai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antipsychiatrie/#i_8167

LE CAPITAL, Karl Marx - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annie SORIOT
  •  • 1 123 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Aliénation et déterminisme historique »  : […] L'apport scientifique de Marx réside dans le refus des lois classiques et la mise en évidence de lois conditionnelles à certaines phases de l'évolution du système capitaliste, « mode de production » historique qui succède aux modes de production « antique » et « féodal ». Telle est bien l'ambition première du Capital  : montrer que le système capitaliste engendre des processu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-capital/#i_8167

DISCOURS DE LA SERVITUDE VOLONTAIRE, Étienne de La Boétie - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 260 mots

Dans le chapitre « Le pouvoir, ennemi de l'homme »  : […] La Boétie est sans doute le premier à aventurer l'idée que les relations sociales ne doivent, en aucune façon, entraver l'indépendance des individus, qui en sont les protagonistes. S'il annonce le célèbre propos de Rousseau, « L'homme est né libre et partout il est dans les fers », il outrepasse le constat désabusé auquel s'arrêtera le philosophe des Lumières. S'interrogeant sur cette aberration q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/discours-de-la-servitude-volontaire/#i_8167

DOMINATION

  • Écrit par 
  • Claude RIVIÈRE
  •  • 1 304 mots

Dans le chapitre « Théories de la domination »  : […] Depuis la critique de l'absolutisme et du despotisme par les philosophes des Lumières, puis, au siècle suivant, le développement des mouvements anarchistes, le thème de la domination n'a pas manqué de théoriciens philosophes, sociologues ou politologues. On connaît les thèses de Marx sur la suppression souhaitée de toute aliénation et exploitation par une dictature, celle du prolétariat. La cla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/domination/#i_8167

FREUDO-MARXISME

  • Écrit par 
  • Jacquy CHEMOUNI
  •  • 1 739 mots
  •  • 3 médias

Par l'expression « freudo-marxisme », on désigne les diverses tentatives de concilier les découvertes psychanalytiques et le marxisme. À la psychanalyse, qui proposait une théorie de l'âme, une méthode et une technique de soin dans le but de soustraire l'homme à son aliénation, conséquence des « ratés » de son histoire personnelle, le marxisme apportait une analyse des processus d'aliénation soc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/freudo-marxisme/#i_8167

L'HOMME UNIDIMENSIONNEL. ESSAI SUR L'IDÉOLOGIE DE LA SOCIÉTÉ INDUSTRIELLE AVANCÉE, Herbert Marcuse - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 029 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la société répressive à une civilisation du loisir »  : […] Assorti d'une introduction qui rappelle, devant le constat de la disparition des instances de résistance et des volontés révolutionnaires face à la puissance d'intégration et de conditionnement de la technologie, que « la théorie critique doit examiner les alternatives historiques », L'Homme unidimensionnel se compose de trois parties : « La Société unidimensionnelle » (chap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-homme-unidimensionnel-essai-sur-l-ideologie-de-la-societe-industrielle-avancee/#i_8167

IMMANENCE ET TRANSCENDANCE

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 4 276 mots
  •  • 1 média

Le problème traditionnel de l'immanence et de la transcendance se pose aujourd'hui en termes de pouvoir et non plus de référence intellectuelle ou ontologique. Ce qui est en question, c'est la nature et l'étendue du pouvoir scientifique, politique, philosophique, de l'humanité sur elle-même : peut-elle désespérer et s'abandonner à des forces supérieures et extérieures qui la détermineraient comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immanence-et-transcendance/#i_8167

LIBERTÉS PUBLIQUES

  • Écrit par 
  • Georges LESCUYER
  •  • 4 916 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La critique de la liberté abstraite »  : […] La prétendue liberté individualiste est fausse et repose sur un postulat erroné : on a voulu faire croire à l'homme qu'il n'était libre que dans la mesure où il se mettait hors de la société, alors que « ce n'est que dans la communauté que la liberté de l'homme devient possible ». Cette illusion est née de l'ignorance dans laquelle l'individu se trouve de ses propres conditions historiques ; elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/libertes-publiques/#i_8167

LOISIRS

  • Écrit par 
  • Philippe COULANGEON
  •  • 4 819 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Réalisation de soi ou ... aliénation ? »  : […] La marche vers la société des loisirs fait aussi l'objet d'appréciations critiques, qui, bien que puisant dans des inspirations théoriques opposées, communient dans un même rejet de la prophétie du loisir-roi. Le pessimisme qui traverse l'essai de David Riesman (1950) ou celui de Daniel Bell (1976), notamment, s'appuie sur l'idée d'une déstructuration des cadres normatifs de la vie sociale qu'indu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loisirs/#i_8167

MACHINE

  • Écrit par 
  • Sophie JANKÉLÉVITCH
  •  • 1 170 mots
  •  • 3 médias

La machine est une réalité technique qui joue un rôle dans la production, mais c'est aussi une réalité humaine et sociale qui a des effets profonds sur la vie matérielle des hommes, sur l'organisation du travail et les rapports sociaux. Ce dernier aspect alimente depuis Aristote la réflexion des philosophes dont l'attitude vis-à-vis de la machine s'est modifiée en même temps qu'évoluaient les tech […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/machine/#i_8167

MANHATTAN TRANSFER, John Dos Passos - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel FABRE
  •  • 899 mots

Dans le chapitre « Un art du montage »  : […] « J'étais comme une espèce de jouet mécanique, tout creux à l'intérieur », avoue Baldwin à Ellen. Cette vacuité reflète la prise de conscience du pouvoir qu'exerce le capitalisme, tel qu'il s'incarne dans le circuit production-publicité-consommation. En montrant les implications profondes de l' American way of life , Dos Passos en rend manifeste le scandale, dans un vaste pan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manhattan-transfer/#i_8167

MARCUSE HERBERT (1898-1979)

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU
  •  • 2 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une philosophie de l'exil : la révolution »  : […] Obsédé, comme ses amis, par la question de savoir quelle force porte donc les groupes et les individus humains à s' aliéner dans la dictature politique ou technocrate, et quel principe historique de mort les détourne de leur libération, Marcuse donne au refus une forme qui lui est propre. Chez lui, le « grand refus » anime sans cesse un repérage de ce qui fomente, dans les f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/herbert-marcuse/#i_8167

MARXISME - La réification

  • Écrit par 
  • Jacques LEENHARDT
  •  • 3 898 mots

Dans le chapitre « La conscience réifiée »  : […] Marx, le premier, avait relevé les conséquences que les processus définis plus haut engendrent soit sur le plan religieux, soit sur le plan philosophique. Ce n'est cependant qu'avec Lukács que cette analyse prend tout son développement sous le nom de réification ( Verdinglichung ), plus propre que l'expression « fétichisme de la marchandise » à caractériser un phénomène situé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marxisme-la-reification/#i_8167

SARTRE JEAN-PAUL

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME, 
  • Juliette SIMONT
  •  • 8 906 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Histoire et intersubjectivité »  : […] Cette morale ne fut jamais achevée (nous disposons à présent de son ébauche, un volumineux ensemble de notes, publié à titre posthume sous l'intitulé Cahiers pour une morale ) . Si Sartre abandonna ce projet, c'est, dit-il, du fait d'avoir pris conscience, progressivement, que la façon dont il envisageait jusqu'alors la liberté était trop idéale et désin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-paul-sartre/#i_8167

TILLICH PAUL (1886-1965)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis KLEIN
  •  • 1 828 mots

Dans le chapitre « La « Théologie systématique » »  : […] La réflexion concernant le Christ commence par une analyse de la situation de l'homme, que Tillich, à la suite de Marx, décrit comme une situation d'aliénation et d'autodestruction. L'homme tel qu'il existe ne réalise jamais son essence propre, il est aliéné à son être véritable. Néanmoins, l'homme aliéné n'est pas séparé de l'être véritable. Il continue à appartenir à Dieu, dont il est séparé. I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-tillich/#i_8167

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul RICŒUR, « ALIÉNATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alienation/