ALTDORFER ALBRECHT (1480 env.-1538)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'art de la couleur

Ces observations concernent avant tout les dessins d'Altdorfer, la part sans doute la plus originale de sa production. Cependant, la couleur intense et lumineuse de ses peintures a suscité des commentaires analogues. Dans un livre resté célèbre, Otto Benesch, en 1938, la mettait en rapport avec les idées exprimées un peu plus tard par Paracelse. Ce rapprochement, qui continue à faire florès aux États-Unis (où Benesch vécut de l'Anschluss à la fin de la guerre), repose sur une argumentation aussi subjective qu'arbitraire, mais elle se comprend si l'on se rappelle le rôle de héros germanique que certains milieux, dans l'entre-deux-guerres, attribuèrent à Paracelse en raison de son irrationalisme.

Comme coloriste, Altdorfer atteint le sommet de son art entre environ 1511 et 1518 avec les panneaux, consacrés à la Passion du Christ et à la légende de saint Sébastien, d'un retable (aujourd'hui démembré) commandé par le prieur de l'abbaye de Saint-Florian, près de Linz. Contemporain de celui dont Grünewald peignit les volets pour le monastère d'Isenheim en Alsace, c'était un de ces immenses retables comme le goût s'en était répandu en Allemagne du Sud dans le dernier tiers du xve siècle, et dont les derniers exemples furent réalisés peu après 1520. L'importance de cette commande ainsi que la collaboration à différents travaux pour l'empereur mentionnés plus haut expliquent peut-être qu'Altdorfer ait alors à peu près cessé de produire des dessins de vente.

La Crucifixion, A. Altdorfer

Diaporama : La Crucifixion, A. Altdorfer

Albrecht Altdorfer (1480 env.-env. 1538), La Crucifixion. Musée de Budapest. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Le Départ de saint Florian, A. Altdorfer

Photographie : Le Départ de saint Florian, A. Altdorfer

Albrecht Altdorfer (1480 env.-env. 1538) : Le Départ de saint Florian. Panneau d'une suite de la Vie de saint Florian. Galleria degli Uffizi, Florence. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Le Christ au mont des Oliviers, A. Altdorfer

Photographie : Le Christ au mont des Oliviers, A. Altdorfer

Albrecht Altdorfer, Le Christ au mont des Oliviers, vers 1510. Huile sur bois, 128,5 cm × 94 cm. Abbaye de Saint-Florian, Autriche. 

Crédits : DeAgostini/ Getty Images

Afficher

Bien que ces panneaux soient considérés aujourd'hui comme une de ses œuvres maîtresses, la reconnaissance de leur authenticité ne fut pas immédiate, tant leur style diffère de celui des peintures plus anciennes, et même d'un tableau contemporain comme La Vierge à l'Enfant entre saint Jean et saint Joseph de 1515. Au lieu de présenter des formes arrondies et des visages poupins, les personnages aux traits du visage fortement expressifs sont grands et dégingandés, comme désossés. Ce changement radical avait toutefois été annoncé par la grande Crucifixion de Kassel et par Les Deux Saints Jean, panneau provenant d'un monastère de Ratisbonne et conservé dans le musée de cette ville, au point qu'on peut se demander si le style d'Altdorfer n'était pas, en partie du moins, conditionné par le format.

Un autre caractère des compositions réside dans l'utilisation de la perspective : des raccourcis exagérés, comme si les scènes étaient vues de près avec un angle de vision très ouvert, créent une puissante impression d'espace. Là aussi, le procédé n'était pas nouveau chez Altdorfer. Il s'appuie certainement sur la connaissance de l'art du Tyrolien Mickael Pacher, en particulier du retable qu'il avait exécuté pour l'église de Saint-Wolfgang près de Salzbourg, mais plus encore sur l'étude des gravures sur cuivre de Mantegna, dont il devait posséder des exemplaires dans son atelier. Il dépasse cependant de beaucoup ces modèles dans l'exploitation des possibilités rhétoriques de la perspective, allant même jusqu'à en mettre en œuvre les principes pour un regard dirigé di sotto in su (procédé de dessin consistant à représenter en raccourci une figure ou un objet vu de bas en haut), dans un dessin où la croix du Christ s'amenuise vers le haut, comme peuvent la percevoir la Vierge et saint Jean debout à son pied – un procédé que l'on retrouvera dans des peintures de plafond en trompe l'œil.

Le Christ prenant congé de sa mère, A. Altdorfer

Photographie : Le Christ prenant congé de sa mère, A. Altdorfer

Chez Altdorfer, l'expression des émotions à travers la rhétorique des gestes trouve son prolongement dans l'usage de la couleur et une évocation inédite de la nature, dont l'importance deviendra déterminante dans certaines œuvres du peintre. Albrecht Altdorfer, Le Christ prenant congé de... 

Crédits : Fine Art Images/ Heritage Images/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

La Naissance du Christ, A. Altdorfer

La Naissance du Christ, A. Altdorfer
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Paysage avec pont, A. Altdorfer

Paysage avec pont, A. Altdorfer
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Crucifixion, A. Altdorfer

La Crucifixion, A. Altdorfer
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le Départ de saint Florian, A. Altdorfer

Le Départ de saint Florian, A. Altdorfer
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Genève

Classification

Autres références

«  ALTDORFER ALBRECHT (1480 env.-1538)  » est également traité dans :

ALBRECHT ALTDORFER. MAÎTRE DE LA RENAISSANCE ALLEMANDE (exposition)

  • Écrit par 
  • Christian HECK
  •  • 1 180 mots
  •  • 1 média

La présence dans les collections publiques parisiennes de créations graphiques de toute première qualité – dessins, gravures sur bois ou sur cuivre – justifiait très largement la réunion, dans le cadre d’une exposition au musée du Louvre (prévue du 1er octobre 2020 au 4 janvier 2021) d’un ensemb […] Lire la suite

DANUBE ÉCOLE DITE DU

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 1 054 mots
  •  • 1 média

L'expression d'école du Danube désigne un courant de l'art allemand du début du xvi e  siècle. Elle est apparue vers 1900, lorsque furent constatées d'étroites analogies stylistiques entre les œuvres d'Albrecht Altdorfer et celles d'un certain nombre de peintres de la même époque, en particulier Wolf Huber . Le phénomène a depuis lors fait l'objet d'études approfondies, qui ont eu pour double résu […] Lire la suite

HUBER WOLF (entre 1485 et 1490-1553)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 843 mots
  •  • 1 média

Peintre et dessinateur allemand, Wolf Huber est, avec Albrecht Altdorfer, le plus grand représentant de ce que l'on appelle l'école du Danube. Probablement né à Feldkirch dans le Vorarlberg, il s'établit (au plus tard en 1515) à Passau, au service de l'évêque de la ville, fonction qu'il conserve jusqu'à sa mort et qui le dispense d'entrer dans la corporation des peintres de la ville. On ignore tou […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre VAISSE, « ALTDORFER ALBRECHT (1480 env.-1538) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/albrecht-altdorfer/