DANUBE ÉCOLE DITE DU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'expression d'école du Danube désigne un courant de l'art allemand du début du xvie siècle. Elle est apparue vers 1900, lorsque furent constatées d'étroites analogies stylistiques entre les œuvres d'Albrecht Altdorfer et celles d'un certain nombre de peintres de la même époque, en particulier Wolf Huber. Le phénomène a depuis lors fait l'objet d'études approfondies, qui ont eu pour double résultat de mettre au jour un vaste matériel et d'en fausser radicalement l'interprétation.

Déploration sur le Christ mort, W. Huber

Photographie : Déploration sur le Christ mort, W. Huber

Wolf HUBER, Déploration sur le Christ mort, 1524, huile sur bois. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

L'esprit régionaliste qui a longtemps régné en histoire de l'art a fait voir dans l'école du Danube la dernière de ces écoles locales, florissantes au xve siècle, auxquelles l'influence italienne allait substituer l'uniformité d'une production soumise à un idéal unique. Elle aurait donc été à la fois l'ultime manifestation de l'esprit gothique au moment où celui de la Renaissance s'emparait de l'Allemagne, un art populaire et le fruit d'un certain terroir, la vallée du Danube entre Ratisbonne et Vienne, avec ses paysages de collines boisées où les peintres auraient puisé leur inspiration. Altdorfer a vécu dans la première de ces villes, et c'est dans la seconde, ou plus largement en Basse-Autriche, que l'école du Danube aurait pris naissance, avec les œuvres de Rueland Frueauf le Jeune, de Jörg Breu l'Ancien et de Lucas Cranach l'Ancien. Le caractère de l'école résiderait avant tout dans l'importance accordée au paysage, à une certaine forme de paysage, la Stimmungslandschaft, le paysage-état d'âme. On a parfois élargi la notion d'école du Danube de la peinture (à laquelle se rattachent la gravure et le dessin) à la sculpture et à l'architecture des régions danubiennes pendant la phase tardive du gothique, dont les œuvres seraient les manifestations d'une même spiritualité.

Cette interprétation de l'école du Danube n'est pas fausse : elle est aussi dépourvue de consistance que les notions sur lesquelles elle repose, fruits d'une idéologie néo-romantique en voie de disparition. L'extension du concept à l'architecture n'est pas acceptable : aucun lien formel ne saurait être établi entre les édifices mentionnés à l'appui de la thèse et la peinture d'Altdorfer ou de Wolf Huber, à laquelle ils sont nettement antérieurs. Il en va différemment de la sculpture, surtout des bas-reliefs : souvent exécutés d'après un modèle livré par un peintre, ils présentent des analogies stylistiques avec la peinture, accrues par une indéniable tendance à la recherche d'effets picturaux. Aussi est-on fondé à parler d'un style du Danube en sculpture, représenté entre autres par Leinberger, l'auteur du retable de Moosburg, qui eut un atelier à Landshut entre 1513 et 1530 environ.

Le terme d'école est lui-même impropre et ne devrait être employé ici qu'entre guillemets, dans la mesure où il implique l'idée d'une tradition que les ateliers transmettaient à cette époque, comme le feront plus tard les académies. L'existence de fortes écoles locales dans l'Allemagne du xve siècle s'explique par une certaine concentration de la vie picturale dans quelques grands centres exportateurs de peinture ; de nouvelles conditions économiques, et non l'influence italienne, entraînèrent vers 1500, avec une plus grande dispersion des artistes, un affaiblissement des traditions locales et une diffusion plus large des courants stylistiques. Aussi est-il vain de vouloir tracer à l'école du Danube des frontières géographiques et stylistiques précises. C'est en termes de foyer, non de frontières, qu'il faut l'envisager. Autour d'Albrecht Altdorfer et de Wolf Huber (dont les rapports, très étroits, sont loin d'être clairs) gravitent un grand nombre d'artistes qui ont plus ou moins subi leur influence à un moment donné, sans que l'on puisse parler d'élèves ou de disciples, pas même pour Erhard Altdorfer, qui, contrairement à l'opinion reçue, semble avoir été plus âgé que son frère, ni pour le maître de Pulkau (ainsi nommé en raison de sa participation au retable du maître-autel de l'église du Saint-Sang dans cette ville de Basse-Autriche), dont la manière semble s'être formée au contact d'Albrecht Altdorfer vers 1508. N'ayant duré que le temps d'une génération, ce qui exclut l'idée d'école, le style du Danube a eu des ramif [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Genève

Classification

Autres références

«  DANUBE ÉCOLE DITE DU  » est également traité dans :

ALTDORFER ALBRECHT (1480 env.-1538)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 2 754 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Un milieu humaniste »  : […] La ville de Ratisbonne souffrait au xvi e  siècle d'un déclin économique et politique, mais le souvenir de son ancien éclat intellectuel se maintenait dans le milieu des humanistes. Pourtant, le nom d'Altdorfer n'apparaît sous la plume d'aucun d'entre eux, au contraire de ceux de Cranach, de Baldung ou de Matthias d'Aschaffenbourg (Grünewald), sans parler de celui de Dürer. Cette absence est d'aut […] Lire la suite

CRANACH L'ANCIEN LUCAS (1472-1553)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 1 899 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le séjour viennois »  : […] Cranach, né à Kronach (Franconie), était le fils d'un peintre dont nous ignorons l'œuvre aujourd'hui. Sa formation reste obscure et ses œuvres antérieures à 1500 ont disparu. Sa présence à Vienne entre 1500 et 1504 est attestée par les portraits qu'il fit de deux universitaires de cette ville et de leurs épouses ; ces toiles, plus particulièrement Le Docteur Cuspinian (env. 1502-1503, coll. Reinh […] Lire la suite

HUBER WOLF (entre 1485 et 1490-1553)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 843 mots
  •  • 1 média

Peintre et dessinateur allemand, Wolf Huber est, avec Albrecht Altdorfer, le plus grand représentant de ce que l'on appelle l'école du Danube. Probablement né à Feldkirch dans le Vorarlberg, il s'établit (au plus tard en 1515) à Passau, au service de l'évêque de la ville, fonction qu'il conserve jusqu'à sa mort et qui le dispense d'entrer dans la corporation des peintres de la ville. On ignore tou […] Lire la suite

MANIÉRISME

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN, 
  • Marie-Alice DEBOUT
  •  • 10 205 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Domaines germanique et scandinave »  : […] Dans les pays germaniques, Dürer, que ses recherches apparentent à la Renaissance, et Holbein, qui ne l'a pas ignorée, échappent à l'emprise maniériste. À cause de ses compositions mythologiques, prétextes à des compositions érotiques froides et raffinées, Cranach l'ancien a été associé au maniérisme, mais le canon de ses nus et leur angularité relèvent de la tradition gothique tardive que l'artis […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre VAISSE, « DANUBE ÉCOLE DITE DU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-dite-du-danube/