FRUEAUF LE JEUNE RUELAND (1470 env.-apr. 1545)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre allemand, fils de Rueland Frueauf le Vieux. Peu avant 1497, Rueland Frueauf devient bourgeois de Passau, où il est encore signalé en 1505, 1533 et 1545 ; mais toutes les œuvres qui nous sont parvenues datent de 1496 à 1508, et l'on ignore tout de sa production postérieure. Il s'agit d'une Crucifixion (1496), des panneaux de volets d'un retable représentant quatre scènes de la Passion et quatre épisodes de la vie de saint Jean-Baptiste, des panneaux de volets d'un autre retable, daté de 1505. qui relatent la légende du margrave Léopold, fondateur du couvent des Augustins de Klosterneuburg près de Vienne, et d'une Sainte Anne avec la Vierge et l'Enfant (1508). Toutes ces œuvres, sauf la dernière (Musée d'histoire de l'art, Vienne) appartiennent au couvent de Klosterneuburg, où l'on a supposé que l'artiste se serait établi pendant quelques années. Il est plus conforme aux usages du temps de croire qu'il les a exécutées dans son atelier de Passau, ville dont les œuvres d'art s'exportaient au loin et centre d'un diocèse qui s'étendait alors jusqu'aux portes de Vienne. Contrairement à une théorie trop répandue, Frueauf le Jeune n'a joué aucun rôle dans la genèse de ce qu'on appelle l'école du Danube. Par son graphisme et par son coloris (des tons pâles, d'un effet décoratif, sans aucune recherche d'atmosphère), par son goût du détail saisi sur le vif (en particulier dans la célèbre scène de chasse au sanglier de La Légende de saint Léopold) et par l'irréalisme spatial de ses compositions, il continue l'art de son père, auprès duquel il s'est certainement formé ; mais il n'en possède pas la monumentalité, qu'il compense par des qualités de narrateur probablement inspirées de la miniature. Talent mesuré, esprit tranquille, Frueauf le Jeune laisse un œuvre dépourvu de modernisme, mais non de charme.

—  Pierre VAISSE

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Genève

Classification


Autres références

«  FRUEAUF LE JEUNE RUELAND (1470 env.-apr. 1545)  » est également traité dans :

CRANACH L'ANCIEN LUCAS (1472-1553)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 1 897 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le séjour viennois »  : […] Cranach, né à Kronach (Franconie), était le fils d'un peintre dont nous ignorons l'œuvre aujourd'hui. Sa formation reste obscure et ses œuvres antérieures à 1500 ont disparu. Sa présence à Vienne entre 1500 et 1504 est attestée par les portraits qu'il fit de deux universitaires de cette ville et de leurs épouses ; ces toiles, plus particulièrement Le Docteur Cuspinian (env. 1502-1503, coll. Reinh […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucas-cranach-l-ancien/#i_8383

Pour citer l’article

Pierre VAISSE, « FRUEAUF LE JEUNE RUELAND (1470 env.-apr. 1545) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/frueauf-le-jeune-rueland/