Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ZIMBABWE

Nom officiel

République du Zimbabwe (ZW)

    Chef de l'État et du gouvernement

    Emmerson Mnangagwa (depuis le 24 novembre 2017)

      Chef de l'État et du gouvernement

      Emmerson Mnangagwa (depuis le 24 novembre 2017)

        Capitale

        Harare

          Langues officielles

          Anglais, chewa, chibarwe, kalanga, khoisan, nambya, ndau, ndebele, shangani, shona, sotho, tonga, tswana, venda, xhosa et langue des signes

            Unité monétaire

            Dollar du Zimbabwe 3, 4

              Population (estim.) 15 464 000 (2023)
                Superficie 390 757 km²

                  Le Zimbabwe a accédé à l'indépendance le 18 avril 1980, après une longue guerre civile. Colonie britannique créée en 1923, la Rhodésie du Sud, où les Blancs dominent la vie politique, déclare unilatéralement son indépendance en 1965, sous l'impulsion du Premier ministre Ian Smith, et devient république en 1970. Dix ans plus tard, le pays accède officiellement à l'indépendance, sous le nom de Zimbabwe, nom d'un ancien royaume dont subsistent de prestigieux vestiges dans le centre du pays. La communauté noire arrive au pouvoir, menée par le parti nationaliste de Robert Mugabe, le Zimbabwe African National Union-Patriotic Front. Dans un premier temps, le « socialisme » prôné par les dirigeants fait illusion. Mais l'aggravation de la crise économique, l'échec de la réforme agraire et la montée de la contestation incitent le pouvoir, à partir de 2000, à autoriser les expropriations de fermiers blancs, qui détenaient encore une grande partie des terres. Depuis lors, le pays s'enfonce dans une spirale de violence et d'autoritarisme, face à laquelle la communauté internationale est impuissante.

                  Zimbabwe : carte physique

                  Zimbabwe : carte physique

                  Zimbabwe : drapeau

                  Zimbabwe : drapeau

                  Géographie

                  Avec 13 millions d'habitants au recensement de 2012 (14,2 millions estimés en 2015) pour une superficie de 390 760 kilomètres carrés, le Zimbabwe est un des États les plus densément peuplés d'Afrique australe ; mais, héritage d'un régime ségrégationniste, la répartition des densités et des richesses est plus qu'inégale : malgré la brutalité des saisies des fermes « blanches », les agriculteurs africains restent en majorité concentrés sur des terres pauvres et ne pratiquent qu'une agriculture de subsistance, la majorité des citadins (35 % de la population) vit dans des townships ou des bidonvilles surpeuplés, le secteur industriel naguère dynamique débauche massivement. Les tensions raciales sont extrêmes (il reste quelque 40 000 Blancs dans le pays), aiguisées par un régime politique autoritaire et vieillissant. Depuis le début des années 2000, le Zimbabwe connaît une évolution économique, sociale et politique qui a plongé un territoire potentiellement riche dans une situation catastrophique.

                  Une géographie héritée de la ségrégation raciale

                  Les imposantes constructions de pierre du « Great Zimbabwe », les plus grandes ruines d'Afrique tropicale, témoignent de la richesse des civilisations anciennes (du xiie au xvie siècle, surtout), dont le Monomotapa est le plus fameux exemple. Ces royaumes shona étaient déjà très affaiblis au xixe siècle, lors des invasions ndebele, contrecoup de l'expansion zoulou. C'est donc dans une région troublée qu'arrivèrent les premiers missionnaires européens, puis, en 1890, la colonne pionnière de la British South African Company de Cecil Rhodes. Les Britanniques cherchaient un or qui s'avéra moins abondant et plus dispersé que prévu. Ils développèrent donc l'agriculture. La Rhodésie du Sud devint une colonie de peuplement agricole qui se rêvait « petite Afrique du Sud ». Le Front rhodésien, dirigé par Ian Smith, proclama en 1965 l'indépendance du pays au profit de la minorité blanche (Déclaration unilatérale d'indépendance, UDI). Une très rude guerre de libération s'ensuivit, qui s'acheva en 1979. Cette guerre fut menée par deux partis à base régionale et ethnique, la Zimbabwe African People's Union (ZAPU) était dirigée par Joshua Nkomo, un Ndbele, et la Zimbabwe African National Union (ZANU), surtout forte en pays shona, par Robert Mugabe. Lorsque, à la suite des accords de Lancaster House (1979), des élections furent organisées sous l'égide du Royaume-Uni, la ZANU l'emporta nettement : la qualité de son implantation intérieure et l'appartenance de Mugabe à l'ethnie shona majoritaire furent des éléments décisifs de son succès. Dès les années[...]

                  La suite de cet article est accessible aux abonnés

                  • Des contenus variés, complets et fiables
                  • Accessible sur tous les écrans
                  • Pas de publicité

                  Découvrez nos offres

                  Déjà abonné ? Se connecter

                  Écrit par

                  • : professeur des Universités, professeur de science politique à l'Institut d'études politiques de Bordeaux
                  • : professeur à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense
                  • : professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne
                  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

                  . In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

                  Médias

                  Zimbabwe : carte physique

                  Zimbabwe : carte physique

                  Zimbabwe : drapeau

                  Zimbabwe : drapeau

                  Zimbabwe : territoire et mines

                  Zimbabwe : territoire et mines

                  Autres références

                  • ZIMBABWE, chronologie contemporaine

                    • Écrit par Universalis
                  • AFRIQUE AUSTRALE

                    • Écrit par Jeanne VIVET
                    • 6 100 mots
                    • 5 médias
                    ...vivrière peu rentable et peu mécanisée coexiste toujours avec une agro-industrie puissante, exportatrice et intégrée aux circuits économiques mondiaux. Au Zimbabwe, le président Robert Mugabe lança quant à lui une violente réforme agraire au début des années 2000, expulsant quatre mille fermiers blancs....
                  • AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D' ou AFRIQUE DU SUD

                    • Écrit par Ivan CROUZEL, Dominique DARBON, Benoît DUPIN, Universalis, Philippe GERVAIS-LAMBONY, Philippe-Joseph SALAZAR, Jean SÉVRY, Ernst VAN HEERDEN
                    • 29 784 mots
                    • 28 médias
                    ...d'appels à la responsabilité des gouvernants devant leurs citoyens et leurs pairs. Cette contrainte est particulièrement prégnante au sein de la SADC, à propos de la dérive autoritaire du Zimbabwe par exemple. Pretoria avait ainsi renoncé à dénoncer publiquement le régime d'Harare afin de...
                  • AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

                    • Écrit par Marc MICHEL
                    • 12 424 mots
                    • 24 médias
                    ...sanctions et à réduire les oppositions intérieures. Mais tout aussi importantes ont été les dissensions intestines qui déchirèrent les partis nationalistes. En 1966, la Zimbabwe African National Union ( Z.A.N.U.) de Robert Mugabe était passée la première à l'action terroriste au nord de la Rhodésie. Chaque...
                  • AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

                    • Écrit par Roland POURTIER
                    • 21 496 mots
                    • 29 médias
                    ...encadrement urbain. Beaucoup de villes anciennes ont disparu sans laisser de ruines, car elles étaient à peu près toutes construites en terre, à l'exception des zimbabwe, ces enceintes de pierre parfaitement appareillées qui ont donné son nom à l'ancienne Rhodésie du Sud. De véritables réseaux urbains n'existaient,...
                  • Afficher les 24 références

                  Voir aussi