AFRIQUE (Structure et milieu)Biogéographie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les types de distribution

Si l'on peut s'attendre à un certain degré de correspondance – parfois très étroite d'ailleurs – entre les territoires phyto- et zoogéographiques puisque l'animal dépend, directement ou non suivant les cas, de la plante qui, elle, subit plus étroitement les contraintes du milieu physique (climat et sol), aucune division biogéographique de l'Afrique ne saurait également convenir à tous les groupes : oiseaux et scorpions, cloportes et chauves-souris, batraciens et papillons ont des possibilités de déplacement propre ou des modes de dispersion trop divers pour qu'un schéma unique généralisé puisse couvrir tous les cas. À ne considérer que les oiseaux, la faune paléarctique européenne descendrait à travers le Sahara jusqu'au bord sud de ce dernier mais c'est l'inverse pour les mammifères, en majorité tropico-africains jusqu'à l'Afrique du Nord (comprise) ; pour les scorpions, d'autre part, une limite majeure se placerait au sud du Sahel, sur une ligne Dakar-Somalie, séparant un peuplement Berbérie-Sahara-Sahel (faune autochtone africaine septentrionale) du peuplement tropico-africain généralisé. Nous y reviendrons plus loin ; il faut, pour expliquer le peuplement d'un continent, tenir compte de l'histoire, paléogéographique et paléoclimatique de ce dernier comme de celle de chacun des groupes systématiques.

On ne sera donc pas surpris du caractère très panaché, très en « mosaïque » du peuplement africain, dans lequel le biogéographe tentera, pour chaque groupe, de retrouver les divers éléments constituants.

L'opposition de deux grands ensembles de faunes et de flores, de forêt et de savane, est capitale et se retrouve dans tous les groupes : ce sont véritablement deux mondes différents, qu'il faudra toujours systématiquement distinguer.

Afrique : illustration de l'opposition forêt-savane

Dessin : Afrique : illustration de l'opposition forêt-savane

Distribution des tortues du genre Kinixis illustrant bien l'opposition forêt/savane. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Pour la faune ouest-africaine, Dekeyser et Villiers (1954) ont proposé dix types principaux de répartition actuelle : a) types de base :

– peuplement forestier « guinéen », constitué, outre un fond forestier africain, par un élément à affinités indo-malaises et un grand nombre de vicariantes d'espèces de savanes (clairières, défrichements) ;

– peuplement soudanien des savanes boisées ;

– peuplement sahélien des savanes sèches

– peuplement saharien b) types binaires :

– peuplement soudano-guinéen ;

– peuplement sahélo-soudanien ;

– peuplement saharo-sahélien ; c) types ternaires :

– peuplement sahélo-soudano-guinéen ;

– peuplement saharo-sahélo-soudanien ; d) type ubiquiste.

Pour les oiseaux tropico-africains, on pourrait citer une série de types de distribution : a) zone des savanes :

– « transversal » nord (sahéløsoudanien généralisé) : Merops nubicus nubicus, Francolinus bicalcaratus/icterorhynchus, Crinifer piscator/zonurus, Bucorvus abyssinicus...

– en « équerre » (Sénégal/Éthiopie et Éthiopie/Sud-Ouest et/ou Sud africain) : Halcyon chelicuti, H. leucocephala, Porphyrula alleni, Numida meleagris, Oena capensis, Scotopelia peli, Corvus albus...

– « vertical », oriental : Aquila verreauxi, Oxyura maccoa, Euplectes gierowii...

– « transversal » sud (angolo-zambézien) : Poiocephalus ruppelli...

– montagnard : Nectarinia johnstoni, N. afra, Francolinus psilolaemus, Corvultur albicollis... b) zone des forêts :

– guinéo-congolais (les 2 blocs ou un seul) : Ceratogymna atrata, Psittacus erithacus, Laniarius leucorhynchus...

– bi-forestier (groupe 1 et forêt orientale) : Neocossyphus rufus, Bubo poensis...

– montano-forestier : Pogonocichla stellata, Alcippe abyssinicus, Phylloscopus umbrovirens...

Pour les Ongulés, on aurait, également : a) zone des savanes :

– « transversal » nord (saharien) : Gazella dorcas et leptoceros, Addax nasomaculatus.

– « transversal » nord (steppe/savane) : Oryx algazel, Taurotragus derbianus.

– en « équerre » : Kobus defassa, Redunca, Hippotragus, Sylvicapra, Giraffa.

– « vertical », oriental : Strepsiceros, Oreotragus, Rhinoceros (avec amorce de la branche « transversale » de l'« équerre »), Aepyceros melampus, Connochaets taurinus, Taurotragus oryx, Equus sp. pl. (zèbres).

Rhinocéros

Photographie : Rhinocéros

Un rhinocéros noir à deux cornes (Diceros bicornis), vivant en Afrique. 

Crédits : Education Images/ Universal Images Group/ Getty Images

Afficher

– « transversal » sud et/ou austral : Connochaetes gnou, Oryx gazella, Antidorcas, Equus sp. pl. b) zone des forêts :

Gemsbok ou oryx du Cap

Photographie : Gemsbok ou oryx du Cap

Le gemsbok (Oryx gazella), ou oryx du Cap, porte de longues cornes pointues, comme les autres oryx, mais divergentes et légèrement incurvées. 

Crédits : Chris Harvey/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

– forestier : Hyemoschus (chevrotain), Boocercus (bongo), Neotragus et Hylarnus (antilope pygmée), Cephalophus (biche-cochon)...

Si un tel mode de classement met utilement en évidence les liaisons existant entre tel ou tel taxon et tel ou tel type de climat et de v [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Biogéographie

Biogéographie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Autruche

Autruche
Crédits : Manoj Shah/ Getty Images

photographie

Zèbres

Zèbres
Crédits : Wolfgang Kaehler/ LightRocket/ Getty Images

photographie

Chacal doré

Chacal doré
Crédits : Stig Nygaard/ Flickr ; CC BY 2.0

photographie

Afficher les 19 médias de l'article


Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur honoraire au Muséum national d'histoire naturelle

Classification

Autres références

«  AFRIQUE  » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Anne FAURE-MURET
  •  • 18 709 mots
  •  • 22 médias

Du point de vue géologique, on désigne sous le terme de bouclier africain ou, simplement, d'Afrique l'ensemble formé par le continent africain, la péninsule arabique et l'île de Madagascar. En effet, ces deux derniers éléments n'ont été séparés du premier que par l'ouverture plus ou moins ancienne de la mer Rouge, au nord, et du canal de […] Lire la suite

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 447 mots
  •  • 29 médias

L'Afrique couvre environ 30 300 000 kilomètres carrés et comptait, en 2017, 1,2 milliard d'habitants. Située entre 370 21' de latitude nord et 340 51' de latitude sud, elle est comprise pour l'essentiel dans la zone tropicale, et se partage entre zones à climats chauds et secs sous les tropiques, et zones à climats chauds et humides sous l' […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - Préhistoire

  • Écrit par 
  • Augustin HOLL
  •  • 6 307 mots
  •  • 3 médias

La préhistoire de l'Afrique est littéralement la préhistoire de l'humanité. Les recherches archéologiques effectuées en Afrique sont le fait de toutes les traditions académiques, offrant ainsi une multiplicité de perspectives sur l'évolution des sociétés humaines. En outre, le continent présente la plus longue séquence archéologique du monde, des débuts inc […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Jean DEVISSE, 
  • Henri MÉDARD
  •  • 9 666 mots
  •  • 6 médias

L'histoire du continent tout entier apparaît comme une entreprise récente et difficile. Pendant longtemps, seules l'égyptologie, l'islamologie et l'histoire coloniale l'ont, chacune de son point de vue, abordée ; il faut noter du reste que les très anciens systèmes d'écriture, en Égypte, à Méroé, en Éthiopie, sont encore loin d'avoir apporté toutes les info […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 323 mots
  •  • 25 médias

Alors que s'achève la décolonisation en Asie à la fin des années 1940, le mouvement se déplace en Afrique, tout spécialement au Maghreb, en pleine ébullition. Il existe pourtant déjà un pays d'Afrique du Nord qui a obtenu son indépendance : la Libye. C'est un précédent et un exemple. À leur tour, les nationalistes […] Lire la suite

FRONTIÈRE

  • Écrit par 
  • Guillaume LACQUEMENT
  •  • 6 356 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Tracés des frontières et héritages coloniaux »  : […] Toutefois, le discours sur l’artificialité des frontières se focalise surtout sur la question des héritages coloniaux. Il se construit souvent en décalage avec la genèse des tracés, comme l’illustrent les frontières postcoloniales du continent africain. Les frontières africaines résultent d’un découpage rapide et exogène : les puissances européennes (notamment la France et le Royaume-Uni), rivale […] Lire la suite

NOUVELLES ROUTES DE LA SOIE

  • Écrit par 
  • Nashidil ROUIAÏ
  •  • 4 918 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Des projets à risque ? »  : […] D’autres critiques portent sur la nature des projets financés ou impulsés par la Chine à travers les Nouvelles Routes de la soie. L'Afrique du Sud s'est tournée vers la République populaire pour le financement à hauteur de 4 milliards de dollars de deux centrales à charbon. Pour sortir de la crise énergétique due à sa dépendance à l’hydroélectricité, le Zimbabwe voisin s’est lancé dans la construc […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Théodore MONOD, « AFRIQUE (Structure et milieu) - Biogéographie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-structure-et-milieu-biogeographie/