Jacques BEJOT

docteur en médecine, chef de service du laboratoire de microbiologie à l'hôpital de Nanterre

ABCÈS

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 519 mots

Collection purulente bien limitée qui se forme au sein d'un organe ou d'un tissu, au cours d'une réaction inflammatoire. Un certain nombre d'agents pathogènes, introduits accidentellement en un point de l'organisme, sont capables d'entraîner cette réaction dont le but est de les éliminer. L'exemple le plus typique est réalisé par une blessure septique introduisant des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abces/#i_0

ANKYLOSTOMOSE

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 617 mots

Parasitose intestinale due à deux espèces très voisines de vers ronds (nématodes) : Ancylostoma duodenale et Necator americanus. Elle est très répandue sous les tropiques, où elle prend un aspect endémique (600 millions de sujets parasités, en 1962, d'après l'O.M.S.) ; dans les zones tempérées, il en existe de petits foye […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ankylostomose/#i_0

BACTÉRIES

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT, 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Patrick FORTERRE
  •  • 11 072 mots

Bien que l'existence des micro-organismes ait été révélée par les premiers microscopes, voilà près de trois cents ans, il fallut pourtant attendre les travaux de Pasteur et de ses contemporains pour découvrir l'importance des bactéries dans la vie de l'homme. Ce fut alors l'extraordinaire épanouissement de la bactériologi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacteries/#i_0

BACTÉRIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Daniel MAZIGH, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Michel DESMAZEAUD
  •  • 18 370 mots

La bactériologie a pris naissance dans le sillage de la chimie, à partir du milieu du xixe siècle. Elle devait devenir en quelques décennies une science autonome sous l'impulsion de trois savants de génie : Louis Pasteur (1822-1895), qui a créé la bactériologie appliquée en ruinant la thèse de la génératio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacteriologie/#i_0

BLASTOMYCOSES

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 206 mots

Mycoses profondes provoquées par deux variétés de champignons assez voisines : Blastomyces dermatitidis, pour la blastomycose nord-américaine (ou maladie de Gilchrist), et Blastomyces brasiliensis, pour la blastomycose sud-américaine (para-coccidioïdomycose, ou maladie de Lutz). La blastomycose nord-américaine est rela […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/blastomycoses/#i_0

BOTULISME

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 476 mots

Neuro-intoxication, rare mais très grave, le botulisme est dû à l'ingestion accidentelle d'une toxine microbienne formée dans certaines conserves alimentaires par un microbe anaérobie, le bacille botulique (Clostridium botulinum). Ce germe est très répandu dans l'intestin de nombreux animaux (porc en particulier), ainsi que dans le sol où, éliminé dans les déjections, il peut s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/botulisme/#i_0

CANDIDOSES ou MONILIASES

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 607 mots

Infections humaines dues à des champignons microscopiques levuriformes du genre Candida, et principalement à l'espèce Candida albicans. Les Candida sont fréquemment retrouvés à l'état commensal chez l'homme (voies digestives, rhinopharynx, muqueuses génitales), mais ils n'y sont qu'en très petit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/candidoses-moniliases/#i_0

FAVUS ou TEIGNE FAVIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 205 mots

Teigne du cuir chevelu et de la peau glabre, due à Trichophyton schoenleinii. La prolifération et l'agglomération des filaments mycéliens au niveau de l'orifice des follicules pileux entraînent une lésion tout à fait caractéristique : le godet favique, sorte de capsule jaunâtre, molle, occupant l'orifice folliculaire. Le cheveu est également […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/favus-teigne-favique/#i_0

FURONCLE

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 398 mots

Infection d'un follicule pileux et de sa glande sébacée par le staphylocoque doré, qui provoque la suppuration et la nécrose du follicule et du derme avoisinant ; ceux-ci sont éliminés sous forme d'une masse jaunâtre, le bourbillon. Le furoncle se manifeste par l'apparition progressive d'une tuméfaction conique, rouge, chaude et très douloureuse, centrée par un poil ; au sommet de la tuméfaction a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/furoncle/#i_0

GRAM COLORATION DE

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 357 mots

Technique de coloration qui est la plus utilisée dans l'étude et la classification des bactéries en deux grands groupes : les bactéries à Gram positif et à Gram négatif.Le principe de cette méthode, mise au point de façon empirique par le médecin danois Gram en 1884, est le suivant : on étale les bactéries sur une lame de verre, on les fixe par la chaleur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coloration-de-gram/#i_0

HÉMAGGLUTINATION

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 348 mots

Agglutination des hématies aboutissant à la formation de petits amas visibles à l'œil nu, l'hémagglutination est une méthode très employée en immunologie pour détecter les anticorps et les antigènes. Il existe trois sortes de réactions d'hémagglutination.Dans la première, utilisée pour la détermination des groupe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hemagglutination/#i_0

MÉNINGOCOQUE

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 614 mots

Bactérie pathogène pour l'homme, responsable de la méningite cérébro-spinale, le méningocoque, Neisseria meningitidis, découvert par Weichselbaum en 1887, est un diplocoque ayant l'aspect de deux grains de café opposés par leur face plane (aspect voisin du gonocoque, dont il est un proche parent). Le caractère Gram négatif est essentiel pour caractériser ce germe. Le méningocoq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/meningocoque/#i_0

MICROBE

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 530 mots

Grâce à l'invention du microscope, vers la fin du xviie siècle, on découvrit l'existence d'êtres vivants de très petite taille, invisibles à l'œil nu. Sujets de curiosité pendant plus de cent cinquante ans, leur étude ne fut réellement abordée qu'au milieu du xixe siècle, avec les travaux de Pasteur, de K […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microbe/#i_0

MYCÉTOME

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 287 mots

Tumeur inflammatoire polyfistulisée, à évolution très lente, siégeant en général aux membres inférieurs (réalisant le « pied de Madura »). Les mycétomes sont des mycoses qui s'observent le plus souvent dans les contrées tropicales à humidité modérée. Deux types de micro-organismes sont responsables de mycétomes : soit des champignons, soit des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mycetome/#i_0

ONYXIS

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 147 mots

Inflammations chroniques du derme unguéal qui s'accompagnent d'ulcérations et de fongosités. Les onyxis d'origine mycosique (ou onychomycoses) entraînent l'épaississement et la déformation de l'ongle. Les champignons responsables sont soit des dermatophytes (voisins de ceux des teignes du cuir chevelu), soit des levures […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/onyxis/#i_0

OSLER MALADIE D'

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 567 mots

Classiquement, « endocardite lente maligne » due au streptocoque et greffée sur des lésions valvulaires rhumatismales préexistantes. La maladie d'Osler partage les caractéristiques diagnostiques, thérapeutiques et pronostiques de toutes les endocardites infectieuses : les endocardites bactériennes, si elles surviennent plus souvent sur un endocarde déjà lésé, peuvent frapper en effet un cœur parfa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladie-d-osler/#i_0

PNEUMOCOQUE

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 701 mots

Dans les sérosités et les crachats, le pneumocoque, Streptococcus pneumoniae, se présente sous forme de diplocoques encapsulés, dont les deux cocci lancéolés sont opposés par la pointe, donnant à l'ensemble la forme d'un 8. Les diplocoques sont souvent groupés en chaînettes. Dans les milieux artificiels, le germe est sans capsule ; cultivé en milieux enrichis de sérum, il récup […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pneumocoque/#i_0

PYOCYANIQUE BACILLE

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 615 mots

Bacille court (1,5 μm de long sur 0,5 μm de large) aux extrémités arrondies, le bacille pyocyanique (Pseudomonas aeruginosa) est mobile et à Gram négatif. Très répandu dans la nature (saprophyte des sols et des eaux), on le rencontre aussi à l'état commensal chez l'homme (téguments, intestin). Il se caractérise, en particulier, par la production d'un pigment bleu-vert (mélange […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacille-pyocyanique/#i_0

RÉACTIONS CROISÉES, immunologie

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 313 mots

Réactions immunologiques positives entre les antigènes A et les anticorps anti-B, et inversement entre les antigènes B et anticorps anti-A de deux complexes antigéniques A et B. De telles réactions ne sont pas exceptionnelles, malgré la spécificité de l'union antigène-anticorps.Les premières réactions croisées observées concernent des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reactions-croisees-immunologie/#i_0

RÉSISTANCE BACTÉRIENNE

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 780 mots

L'activité d'un antibiotique sur une souche bactérienne peut être évaluée par une donnée mesurable, caractéristique de la souche, que l'on appelle « concentration minimale inhibitrice » (C.M.I.) : c'est la plus faible concentration de l'antibiotique capable d'inhiber, in vitro, la croissance de cette bactérie. Cette donnée permet de définir la résistance bactérienne et a l'avan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/resistance-bacterienne/#i_0

SEPTICÉMIE

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 509 mots

Pendant longtemps, le terme de septicémie a signifié pullulation microbienne dans le milieu sanguin. Il est exact que ce concept répond au tableau de la septicémie expérimentale chez l'animal, tel que le réalise, par exemple, l'inoculation de pneumocoques à la souris blanche. Au contraire, chez l'homme il n'y a jamais de multiplication microbienne dans le sang (excepté juste après la mort) : l'éta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/septicemie/#i_0

SPOROTRICHOSE

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 190 mots

Maladie due à un champignon microscopique, atteignant le plus souvent le tissu sous-cutané, et d'évolution bénigne ; les atteintes viscérales sont exceptionnelles, mais leur évolution est mortelle. Naguère fréquente en France, cette mycose y est maintenant rare ; elle s'observe encore souvent dans certains pays, tel le Mexique.Le champignon responsable, Sporotrichum schenckii, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sporotrichose/#i_0