PNEUMOCOQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans les sérosités et les crachats, le pneumocoque, Streptococcus pneumoniae, se présente sous forme de diplocoques encapsulés, dont les deux cocci lancéolés sont opposés par la pointe, donnant à l'ensemble la forme d'un 8. Les diplocoques sont souvent groupés en chaînettes. Dans les milieux artificiels, le germe est sans capsule ; cultivé en milieux enrichis de sérum, il récupère sa capsule. Il est Gram positif.

La culture se fait en aérobiose, souvent mieux en anaérobiose à la sortie de l'organisme. En milieu liquide (bouillon glucosé), la culture est assez rapide, abondante, homogène. Sur milieu solide (gélose au sang), de petites colonies, plates ou déprimées au centre, entourées d'une zone étroite d'hémolyse α verte, apparaissent. L'étude précise de l'aspect des colonies à la loupe permet de définir deux sortes de colonies : les colonies S (smooth), lisses, formées de germes capsulés et virulents ; les colonies R (rough), rugueuses dont les éléments ne sont ni capsulés, ni virulents. Les formes R apparaissent lorsque les conditions de culture sont défavorables.

Le pneumocoque se comporte comme un anaérobie. Il tire son énergie du glucose (fermentation lactique, accessoirement formique et acétique). Il ne possède pas de cytochrome oxydase.

L'étude de la constitution antigénique révèle les constituants suivants :

Le polysaccharide capsulaire (S.S.S.) est très antigénique. C'est un constituant de la capsule, mais il est libéré en permanence dans le milieu de culture. Il permet de distinguer soixante-quinze types. Il n'existe que dans les formes S. Sa structure chimique a fait l'objet d'importants travaux (exemples : acide galacturonique et sucre aminé pour le type I ; glucose, acide glucuronique, acide aldobionique pour le type II). Ces polysaccharides jouent un rôle essentiel dans la virulence en s'opposant à la phagocytose ; les sérums anti-S.S.S. purifiés neutralisent l'effet antiphagocytaire, et protègent l'animal contre l'infection pneumococcique du même type. En outre, ces polysaccharides sont antigéniques pour l'homme et la souris, et hapténiques pour le lapin. Enfin, ils provoquent le gonflement de la capsule sous l'action des anticorps. La quantité de S.S.S. synthétisé est sous la dépendance d'un contrôle génétique. Il est possible de transformer une souche peu virulente en une souche très virulente du même type par l'intermédiaire d'un facteur inducteur, l'acide désoxyribonucléique (Avery, MacLeod, McCarthy, 1944).

L'antigène pariétal R est commun aux formes R et S.

L'antigène pariétal C est un polysaccharide qu'on retrouve dans les formes R et S. Il est antigénique. Le sérum des pneumoniques précipite ce polysaccharide ; cette précipitation n'est pas due à un anticorps, mais à une protéine, la protéine C réactive, qui disparaît au décours de l'infection.

Les autres antigènes somatiques sont sans grand intérêt : pneumolysine, hyaluronidase, fibrinolysine, etc.

Le pneumocoque est facilement identifié par sa morphologie bien particulière et par son pouvoir pathogène pour la souris blanche (septicémie mortelle en 24 heures, après inoculation intrapéritonéale).

C'est un commensal habituel de la bouche et du rhinopharynx, mais il peut devenir virulent sous l'influence de divers facteurs, en particulier une déficience de l'état général  ; il donne surtout des atteintes respiratoires. La maladie habituelle est la pneumonie franche lobaire aiguë (on le retrouve alors dans les crachats), mais il est aussi responsable de sinusites, otites, angines, de pleurésies purulentes, de méningites purulentes, d'arthrites suppurées, de péritonites.

Le pneumocoque est très sensible aux sulfamides et aux antibiotiques, pénicilline surtout. Cette thérapeutique permet, même lorsqu'il s'agit de méningites à pneumocoques, autrefois mortelles, d'obtenir des résultats satisfaisants.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : docteur en médecine, chef de service du laboratoire de microbiologie à l'hôpital de Nanterre

Classification

Autres références

«  PNEUMOCOQUE  » est également traité dans :

ADN ET INFORMATION GÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS
  •  • 238 mots

Jusqu'en 1944, on ignorait quelle pouvait être la nature chimique de la molécule présente dans les chromosomes et porteuse de l'information génétique. Alors que la plupart des chercheurs pensaient qu'il s'agissait de protéines, deux publications viennent montrer, en 1944, qu'il s'agit de l'ADN, l'acide désoxyribonucléique. La première, théorique, est celle du physicien allemand Erwin Schrödinger ( […] Lire la suite

GÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Axel KAHN, 
  • Philippe L'HÉRITIER, 
  • Marguerite PICARD
  •  • 25 826 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « Le rôle génétique de l'ADN »  : […] Le développement des connaissances purement biochimiques sur les mécanismes mis en œuvre dans la synthèse des macromolécules a donc abouti à reconnaître la situation privilégiée occupée par l'ADN. Dans le même temps, des observations de nature plus biologique tendaient à imposer l'idée que les gènes étaient effectivement des segments de ce type de macromolécule. Les plus anciennes de ces observati […] Lire la suite

PNEUMONIE

  • Écrit par 
  • Chantal GUÉNIOT
  •  • 3 224 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le pneumocoque, premier responsable des pneumonies »  : […] Le pneumocoque ( Streptococcus pneumoniae ) est le principal agent responsable des pneumonies dites communautaires, c’est-à-dire se produisant en dehors d’un établissement hospitalier. Mais de nombreux autres agents infectieux sont à l’origine de pneumonies. Mycoplasma pneumoniae et Chlamydia pneumoniae sont fréquemment identifiés. Legionella pneumoniae (ou légionelle ), qui provoque la «  […] Lire la suite

STREPTOCOQUES

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF
  •  • 6 726 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Pneumocoques »  : […] Ces germes constituent l'espèce Streptococcus pneumoniae (autrefois Diplococcus pneumoniae ), agent principal de la pneumonie franche lobaire aiguë et de diverses infections (méningites, arthrites, otites médianes, péritonites, septicémies) caractérisées par des dépôts de fibrine et des lésions purpuriques dues à l'affinité particulière de la bactérie pour les séreuses (plèvre, péricarde, ménin […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques BEJOT, « PNEUMOCOQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pneumocoque/