Madagascar

Madagascar : carte de situation

carte de situation

Madagascar : carte générale

carte générale

Madagascar : carte administrative

carte administrative

Madagascar : carte physique

carte physique

drapeau national

Toutes les données

Data Pays
Nom officiel
République de Madagascar (MG)
Forme de gouvernement
république avec deux chambres législatives (Assemblée nationale [151] et Sénat [63])
Chef de l'État
Andry Rajoelina (depuis le 18 janvier 2019)
Chef du gouvernement
Christian Ntsay (depuis le 6 juin 2018)
Capitale
Antananarivo
Langues officielles
anglais, français, malgache
Religion officielle
aucune
Unité monétaire
ariary (MGA)
Population
28 184 000 (estim. 2021)
Projection de population 2030
33 417 000
Superficie (km2)
587 295
Densité (hab./km2)
48 (2021)
Répartition urbains-ruraux
population urbaine : 37,2 % (2018)
population rurale : 62,8 % (2018)
Espérance de vie à la naissance
hommes : 66 ans (2019)
femmes : 68,5 ans (2019)
Alphabétisation des 15 ans et plus
hommes : 66,8 % (2015)
femmes : 62,6 % (2015)
R.N.B. par habitant (USD)
480 (2020)
sources des données : Encyclopædia Britannica, Banque mondiale, Programme des Nations unies pour le développement



Les derniers événements

8-15 août 2021 Madagascar. Vaste remaniement gouvernemental.

Le 8, dans son allocution télévisée bimensuelle, le président Andry Rajoelina déclare que « certains membres du gouvernement n’assurent pas la tâche qui leur a été confiée », alors que l’inflation atteint un niveau inquiétant. Le 11, Andry Rajoelina et le Premier ministre Christian Ntsay mettent fin aux fonctions de l’ensemble des ministres. Cette initiative fait suite à l’annonce, en juillet, d’une tentative présumée d’assassinat du chef de l’État qui a donné lieu à l’arrestation d’une vingtaine de personnes, dont un Français et un Franco-Malgache ainsi que plusieurs hauts responsables des forces armées. […]  Lire la suite

4-10 septembre 2019 Vatican – Afrique. Visite du pape François au Mozambique, à Madagascar et à Maurice.

Du 4 au 10, le pape François effectue une visite au Mozambique, à Madagascar et à Maurice. À Maputo, François prêche la « réconciliation », après l’accord de paix conclu en août entre le pouvoir et les rebelles de la Résistance nationale mozambicaine (Renamo). À Antananarivo, le pape dénonce la mondialisation, la corruption, la déforestation et la pauvreté. […]  Lire la suite

19 décembre 2018 Madagascar. Élection d'Andry Rajoelina à la présidence.

Andry Rajoelina remporte le second tour de l’élection présidentielle, avec 55,7 p. 100 des suffrages, face à Marc Ravalomanana. Le taux de participation est de 48,1 p. 100. Marc Ravalomanana dénonce des fraudes et appelle ses partisans à manifester. Andry Rajoelina avait mené le mouvement de contestation qui avait abouti en mars 2009 au renversement du président Ravalomanana, auquel il a succédé. […]  Lire la suite

7 novembre 2018 Madagascar. Premier tour de l'élection présidentielle.

Les anciens présidents Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana arrivent en tête du premier tour de l’élection présidentielle en obtenant respectivement 39,2 et 35,4 p. 100 des suffrages, et se qualifient pour le second tour prévu en décembre. Le président sortant Hery Rajaonarimampianina ne recueille que 8,8 p. 100 des voix. Trente-trois autres candidats étaient en lice. […]  Lire la suite

4-29 juin 2018 Madagascar. Nomination d'un gouvernement de « consensus ».

Le 4, le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana présente sa démission. Le président Hery Rajaonarimampianina charge le haut fonctionnaire international Christian Ntsay de former un gouvernement de « consensus », conformément aux injonctions de la Haute Cour constitutionnelle (HCC) qui a exigé fin mai la formation d’une équipe reflétant les résultats des élections législatives de décembre 2013. […]  Lire la suite

27 mai 2015 Madagascar. Destitution du président par le Parlement.

Le Parlement vote par 121 voix contre 4 – sur 151 membres – la destitution du président Hery Rajaonarimampianina, élu en décembre 2013. Ses détracteurs lui reprochent son incompétence et ses violations de la Constitution. La Haute Cour constitutionnelle doit encore se prononcer sur ce vote.  […]  Lire la suite

20 décembre 2013 Madagascar. Élection de Hery Rajaonarimampianina à la présidence

Hery Rajaonarimampianina, qui était soutenu par le président sortant Andry Rajoelina, remporte l'élection présidentielle avec 53,5 p. 100 des suffrages, selon des résultats qui doivent être confirmés par la Cour électorale spéciale. Le taux de participation est d'environ 50 p. 100. Hery Rajaonarimampianina était arrivé en deuxième position lors du premier tour, en octobre, derrière Jean-Louis Robinson, le candidat soutenu par l'ancien président Marc Ravalomanana. […]  Lire la suite

25 octobre 2013 Madagascar. Premier tour de l'élection présidentielle

Organisée sous l'égide de la Communauté de développement de l'Afrique australe, l'élection présidentielle vise à mettre fin à la crise politique née des suites du coup d'État d'Andry Rajoelina en mars 2009. Celui-ci ne participe pas au scrutin, pas plus que son prédécesseur exilé Marc Ravalomanana et que l'ancien président Didier Ratsiraka. Jean-Louis Robinson, candidat avalisé par Marc Ravalomanana, arrive en tête au premier tour, avec 21,1 p. […]  Lire la suite

17 novembre - 6 décembre 2010 Madagascar. Référendum constitutionnel et mutinerie

Le 17, un groupe de vingt officiers supérieurs dirigés par l'ancien ministre de la Défense Noël Rakotonandrasana se révolte et annonce son intention de prendre le pouvoir et de suspendre les institutions. Ces événements se produisent le jour où les électeurs sont appelés à se prononcer sur un projet de Constitution présenté par le dirigeant de la Haute Autorité de transition, Andry Rajoelina, qui a renversé le président élu Marc Ravalomanana en mars 2009. […]  Lire la suite

28 août 2010 Madagascar. Condamnation de l'ancien président Marc Ravalomanana

La cour criminelle ordinaire d'Antananarivo condamne par contumace l'ancien président Marc Ravalomanana aux travaux forcés à perpétuité pour sa responsabilité dans la mort d'une trentaine de personnes en février 2009, tuées par la garde nationale qui avait ouvert le feu sans sommation sur une foule marchant vers le palais présidentiel. Depuis son éviction du pouvoir en mars 2009, Marc Ravalomanana vit en exil en Afrique du Sud. […]  Lire la suite