MADAGASCAR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique de Madagascar (MG)
Chef de l'ÉtatAndry Rajoelina (depuis le 18 janvier 2019)
Chef du gouvernementChristian Ntsay (depuis le 6 juin 2018)
CapitaleAntananarivo
Langues officiellesanglais, français, malgache
Unité monétaireariary (MGA)
Population28 184 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)587 295

L'île de Madagascar s'étend à l'est de l'Afrique dont elle est séparée par les 400 kilomètres du canal du Mozambique. Quatrième île du monde par sa superficie (590 000 km2), elle mesure 1 580 kilomètres du nord au sud et 570 kilomètres d'est en ouest dans sa partie la plus large. Pays tropical dans son ensemble, l'île présente des reliefs complexes composés des Hautes Terres centrales, d'une côte orientale étroite et, à l'ouest, de grandes plaines déboisées et d'une côte dominée par le sable et les mangroves. Le peuplement de l'île fut intimement lié aux réseaux d'échanges qui se sont mis en place au début de l'ère chrétienne, animés par les Austronésiens et les Africains, qui ont formé des groupes de populations variés, diversement répartis sur le territoire.

Madagascar : carte physique

Carte : Madagascar : carte physique

Carte physique de Madagascar. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Madagascar : drapeau

Dessin : Madagascar : drapeau

Madagascar (1958). Le blanc du guindant et le rouge du chef sont les couleurs mêmes des bannières des tout premiers occupants de l'île (Africains et Indonésiens du Ier millénaire avant notre ère) ; c'est beaucoup plus tard et pour représenter les habitants de la côte que le vert a été... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Fortement marquée par son insularité, au niveau géographique et culturel, Madagascar a connu des mouvements de population dans l'océan Indien qui ont permis l'élaboration de cultures malgaches, à la fois produit des échanges commerciaux et résultat de processus internes. Des formations politiques de type monarchique ont vu le jour au xviiie siècle dans l'Ouest et également sur les Hautes Terres où Andrianampoinimerina (1740 env.-1810) mit en place, pour un siècle, la royauté merina. Celle-ci s'ouvrit au monde occidental et au christianisme, mais céda à la conquête coloniale. De l’indépendance à 2009, trois républiques ont vu le jour. À la première, qui se caractérisa par une stabilité politique relative, succéda un régime socialiste dit « révolutionnaire », instaurant la République démocratique de Madagascar, régime coercitif aux impacts négatifs sur les plans économique et social. L'année 1991 marqua le retour à un régime pluraliste modéré dans le cadre de la Troisième République, aux résultats très mitigés. À partir de 2009, l'île s’enlise dans des crises politiques à répétition, aux conséquences socio-économiques une nouvelle fois désastreuses. À l’issue d’un processus de sortie de crise orchestré pas la communauté internationale, Madagascar entre officiellement en Quatrième République avec la tenue d’une nouvelle élection présidentielle à la fin de 2013. L’enjeu est désormais d’assurer une stabilité politique qui contribuera à la reconstruction économique du pays, car Madagascar reste un des États les plus pauvres du monde.

Géographie

Les aspects généraux

En plus de sa dissymétrie est-ouest et des contrastes topographiques entre Hautes Terres centrales et zones basses périphériques, Madagascar se révèle être avant tout un pays au relief très accidenté.

Diversité des formes du relief

Bien que consacrée par l'usage, l'expression de « hauts plateaux » est incorrecte ; en effet, hormis quelques secteurs particuliers comme les tampoketsa au nord-ouest d'Antananarivo (anc. Tananarive), les Hautes Terres centrales constituent un ensemble morcelé et très complexe, juxtaposant les formes de relief les plus variées. Charles Robequain écrit à juste titre que les routes s'y déroulent à travers un dédale « de hautes plaines d'alluvions, de collines monotones empâtées de latérite, massifs compacts, grands dômes isolés, crêtes aiguës et dentelées, relief en pains de sucre, buttes au sommet tabulaire... » Il est utile de préciser en outre que plaines et vallées alluviales se terminent généralement en aval par des seuils rocheux que les rivières dévalent de manière impétueuse, comme l'Ikopa à Farahantsana en aval des plaines d'Antananarivo ; que parmi les collines s'opposent reliefs granitiques, aux versants encombrés de rochers, et tanety formées dans les gneiss altérés sur de grandes épaisseurs, et fréquemment éventrées de lavaka (profonds ravinements). À une échelle plus grande, les massifs présentent une égale diversité entre reliefs granitiques (Andringitra), quartzitiques (Itremo) ou volcaniques (Ankaratra), sans compter la variété des cônes, coulées ou cratères qu'offrent les régions volcaniques de l'Itasy ou d'Antsirabe-Betafo.

En direction de l'est, les Hautes Terres se terminent par un escarpement dont l'Angavo, à la latitude d'Antananarivo, ne constitue qu'un des éléments les plus beaux avec le site grandiose de la Mandraka. Mais, ailleurs, cet escarpement se révèle discontinu, généralement suivi d'une série de chaînons liés à des failles : de telle sorte que le voyageur venant de la côte est a plus l'impression de traverser une zone montagneuse que de franchir un simple abrupt. Seul le secteur Alaotra-Mangoro constitue un palier intermédiaire dans cet ensemble très accidenté.

Les régions orientales, en arrière d'une côte rectiligne, présentent également une remarquable diversité. Pas de grande plaine côtière : contrairement à l'impression que donnent les cartes à grande échelle, les rivages de l'océan Indien sont généralement suivis, immédiatement en arrière d'un cordon littoral, de lagunes ou de marais périodiquement inondés, puis par un système confus de basses collines, passant rapidement vers l'intérieur à des collines plus élevées encore, puis à de véritables chaînes montagneuses. Au nord de Mananara, et surtout autour de la presqu'île de Masoala, ces montagnes parviennent même jusqu'à la mer. Ailleurs, de petites plaines littorales peuvent exister, construites par les alluvions des fleuves, mais séparées par des reliefs de basses collines sableuses : c'est à travers ces formations que les hommes ont creusé les « pangalanes » pour relier entre elles les lagunes utilisées par les pirogues des paysans betsimisaraka ou, de Mahanoro à Taomasina (anc. Tamatave), par de petits chalands métalliques.

Par opposition aux Hautes Terres et à cet ensemble oriental, l'ouest de Madagascar est un pays de plaines et de plateaux appartenant à deux grands bassins sédimentaires.

En arrière de Mahajanga (anc. Majunga), le Boina présente le relief le plus adouci. Séparé des Hautes Terres par une grande dépression périphérique de Maevatanana à Boriziny (anc. Port-Bergé), cet ensemble n'est compartimenté que par de petits escarpements qui, de loin en loin, correspondent à des cuestas liées aux formations géologiques les plus résistantes. Tel est le cas des calcaires qui, par ailleurs, sont responsables de l'existence de vastes plateaux karstiques comme l'Ankara au nord d'Ambilobe et le Kelifely au sud-ouest de Mahajanga.

Centré sur Morondava, le Menabe offre une topographie plus différenciée. Les cuestas, dont les revers correspondent toujours à des plateaux, se terminent vers l'est par des escarpements plus vigoureux : tel est le cas du Bemaraha calcaire dominant la dépression du Betsiriry de part et d'autre de Miandrivazo. En outre, l'ac [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 52 pages

Médias de l’article

Madagascar : carte physique

Madagascar : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Madagascar : drapeau

Madagascar : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Île de Nosy Komba, Madagascar

Île de Nosy Komba, Madagascar
Crédits : Aquavision/ Gallo Images/ Getty

photographie

Arbre-du-voyageur

Arbre-du-voyageur
Crédits : C.Dani/I.Jeske/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MADAGASCAR  » est également traité dans :

MADAGASCAR, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

MADAGASCAR, géologie

  • Écrit par 
  • Philippe GONCALVES, 
  • Christian NICOLLET
  •  • 5 013 mots
  •  • 7 médias

Dans l’océan Indien, l’île de Madagascar est située au sud-est de l’Afrique dont elle est séparée par le canal du Mozambique. Longue de près de 1 600 kilomètres du nord au sud et large de 600 kilomètres d'est en ouest, Madagascar, la Grande Île, peut être considérée comme un microcontinent. L'histoire géologique connue de Madagascar remonte à plus de trois milliards d'années. Successivement à la p […] Lire la suite

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Anne FAURE-MURET
  •  • 18 709 mots
  •  • 22 médias

Du point de vue géologique, on désigne sous le terme de bouclier africain ou, simplement, d'Afrique l'ensemble formé par le continent africain, la péninsule arabique et l'île de Madagascar. En effet, ces deux derniers éléments n'ont été séparés du premier que par l'ouverture plus ou moins ancienne de la mer Rouge, au nord, et du canal de Mozambique, au sud. Ainsi définie, l'Afrique occupe une pos […] Lire la suite

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 447 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Types humains et « races » : des représentations controversées »  : […] L'unicité de l'espèce humaine n'empêche pas celle-ci de se subdiviser en groupes identifiables par des caractéristiques physiques héréditaires. Celles-ci ont été utilisées pour définir des races. L'Afrique au sud du Sahara est ainsi le continent des Noirs, par opposition à l'Afrique septentrionale peuplée de Blancs. Le terme de race pose aujourd'hui problème. De nombreux scientifiques le récusent […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - Préhistoire

  • Écrit par 
  • Augustin HOLL
  •  • 6 307 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Afrique orientale et australe »  : […] La colonisation de Madagascar et des Comores entre dans le processus global d'« internationalisation » de la partie occidentale de l'océan Indien. Des groupes d'agriculteurs bantu se répandent de la zone des Grands Lacs vers la côte et développent à terme les cités-États swahili de Ntwapa, Chibuene, Masuguru, Kaole, Kilwa, Manda, Pate, etc. entre 1000 et 1500 après J.-C. L'élite swahili adopte la […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Jean DEVISSE, 
  • Henri MÉDARD
  •  • 9 666 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les Portugais »  : […] L'unité de leur royaume achevée, les Portugais se lancent à la conquête de territoires africains ; dès 1415, ils prennent Ceuta ; peu à peu, ils transforment l'économie marocaine, affaiblie sous des dynastes évanescents, en satellite de l'économie portugaise . Longeant les côtes vers le sud, ils reprennent des itinéraires que beaucoup d'autres ont jalonnés avant eux, Arabes, Catalans ou même Ital […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 323 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'Afrique noire francophone »  : […] La décolonisation de l'Afrique noire française apparaît, elle, largement comme un problème « mûri de l'extérieur » : à l'issue de la guerre, l'opinion, les partis et les gouvernants français n'étaient absolument pas prêts à envisager une perspective d'indépendance des colonies, tant la « reprise du rang » par la France dans le concert des grandes puissances s'identifiait à la grandeur de l'empire, […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Histoire et traditions

  • Écrit par 
  • Jean DEVISSE, 
  • Francis GEUS, 
  • Louis PERROIS, 
  • Jean POLET
  • , Universalis
  •  • 6 686 mots

Dans le chapitre « Palais et arts de cour »  : […] En Afrique, il n'y a pas d'équivalent d'une cour comme celle du Versailles de Louis XIV, du moins jusqu'à l'apparition de monarchies qui se sont substituées lentement aux anciens pouvoirs, surtout à partir du xviii e  siècle. Longtemps certains chefs importants ont vécu en itinérants, sous la tente en Éthiopie jusqu'à Gondar, ou bien de palais végétal en palais végétal en Afrique orientale. Aux […] Lire la suite

ANTANANARIVO, anc. TANANARIVE

  • Écrit par 
  • Chantal BLANC-PAMARD, 
  • Hervé RAKOTO RAMIARANTSOA
  •  • 536 mots
  •  • 1 média

Capitale de Madagascar et chef-lieu de la province du même nom, Antananarivo (anciennement Tananarive) est située dans la plaine du Betsimitatatra, à 1 250 mètres d'altitude, au cœur de l'Imerina dans les hautes terres. L'agglomération prit son essor à la fin du xviii e  siècle, en même temps que le royaume merina, et on y dénombre, dès 1828, 30 000 habitants groupés autour du palais (le Rova ) […] Lire la suite

ANTANDROY

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 276 mots

À l'extrême sud de Madagascar s'étend la région aride de l'Androy, le « pays des ronces », dont les habitants sont les Antandroy. Au xvi e siècle, l'ouest du pays était peuplé par les Karimbola et l'est par les Mahandrovato. Ces populations furent soumises et réunies par les chefs zafimanara venus de la région de Fort-Dauphin. Mais cette unité fut rompue au xviii e siècle par l'invasion des peup […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

8-15 août 2021 Madagascar. Vaste remaniement gouvernemental.

Le 8, dans son allocution télévisée bimensuelle, le président Andry Rajoelina déclare que « certains membres du gouvernement n’assurent pas la tâche qui leur a été confiée », alors que l’inflation atteint un niveau inquiétant. Le 11, Andry Rajoelina et le Premier ministre Christian Ntsay mettent fin aux fonctions de l’ensemble des ministres. Cette […] Lire la suite

4-10 septembre 2019 Vatican – Afrique. Visite du pape François au Mozambique, à Madagascar et à Maurice.

Madagascar et à Maurice. À Maputo, François prêche la « réconciliation », après l’accord de paix conclu en août entre le pouvoir et les rebelles de la Résistance nationale mozambicaine (Renamo). À Antananarivo, le pape dénonce la mondialisation, la corruption, la déforestation et la pauvreté. À Port Louis, François loue la « diversité réconciliée » […] Lire la suite

19 décembre 2018 Madagascar. Élection d'Andry Rajoelina à la présidence.

Andry Rajoelina remporte le second tour de l’élection présidentielle, avec 55,7 p. 100 des suffrages, face à Marc Ravalomanana. Le taux de participation est de 48,1 p. 100. Marc Ravalomanana dénonce des fraudes et appelle ses partisans à manifester. Andry Rajoelina avait mené le mouvement de contestation qui avait abouti en mars 2009 au renversement […] Lire la suite

7 novembre 2018 Madagascar. Premier tour de l'élection présidentielle.

Les anciens présidents Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana arrivent en tête du premier tour de l’élection présidentielle en obtenant respectivement 39,2 et 35,4 p. 100 des suffrages, et se qualifient pour le second tour prévu en décembre. Le président sortant Hery Rajaonarimampianina ne recueille que 8,8 p. 100 des voix. Trente-trois autres candidats […] Lire la suite

4-29 juin 2018 Madagascar. Nomination d'un gouvernement de « consensus ».

Le 4, le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana présente sa démission. Le président Hery Rajaonarimampianina charge le haut fonctionnaire international Christian Ntsay de former un gouvernement de « consensus », conformément aux injonctions de la Haute Cour constitutionnelle (HCC) qui a exigé fin mai la formation d’une équipe reflétant  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie Pierre BALLARIN, Chantal BLANC-PAMARD, Hubert DESCHAMPS, Bakoly DOMENICHINI-RAMIARAMANANA, Paul LE BOURDIEC, David RASAMUEL, « MADAGASCAR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/madagascar/