VIRUS NEUROTROPES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mécanismes d’accès des virus au système nerveux

Les infections virales aiguës et persistantes débutent généralement dans les tissus périphériques, souvent au niveau des épithéliums (peau, poumon, tractus digestif) ou aux surfaces des cellules endothéliales (qui tapissent l’intérieur des vaisseaux sanguins), avant d’envahir le système nerveux périphérique et plus rarement le système central. L'infection des cellules à ces sites périphériques induit généralement une réponse antivirale, sous forme de réponse inflammatoire locale qui contient généralement l’infection et aboutit à l’élimination du pathogène. Certains virus échappent néanmoins à ces mécanismes de contrôle de l’infection et parviennent à se disséminer dans le système nerveux.

Accès via le système nerveux périphérique

Les virus infectant le système nerveux périphérique, notamment les virus de la famille des Herpesviridae – comme les virus Herpes simplex (HSV en anglais, parfois notés VHS en français) – ou encore le virus zona-varicelle (VZV) peuvent accéder plus facilement au système nerveux périphérique étant donné la connexion entre les neurones périphériques qu’ils infectent et les neurones centraux. Ils utilisent de nombreux mécanismes différents pour se disséminer de cellule à cellule. La propagation virale peut se produire par libération des virus dans les fentes synaptiques ou via des événements de fusion cellulaire induits par le virus entre les neurones, pour se disséminer ensuite dans le système nerveux central voire réinfecter les tissus périphériques. C’est le cas par exemple des HSVs, qui persistent habituellement dans le système nerveux périphérique (dans les neurones des ganglions sensoriels), où ils restent en latence. Dans certains cas, ils peuvent accéder au système nerveux central et provoquer une encéphalite herpétique, une complication grave de l’herpès labial, en migrant selon une propagation rétrograde (de la synapse vers le corps cellulaire) le long des axones à partir d'un site périphérique infecté, situé sur la face du sujet. Dans le cerveau, les virus sont libérés par exocytose du terminal présynaptique dans la fente synaptique. Le virus de la rage (RABV, pour


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages



Médias de l’article

Caractéristiques des principaux virus neurotropes

Caractéristiques des principaux virus neurotropes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

TAB

Lieux de projection du système olfactif

Lieux de projection du système olfactif
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Structure fine de la barrière hémato-encéphalique

Structure fine de la barrière hémato-encéphalique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Franchissement de la barrière hémato-encéphalique par le virus SARS‑CoV‑2

Franchissement de la barrière hémato-encéphalique par le virus SARS‑CoV‑2
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 5 médias de l'article





Écrit par :

Classification


Autres références

«  VIRUS NEUROTROPES  » est également traité dans :

LEVADITI CONSTANTIN (1874-1953)

  • Écrit par 
  • Jean LEVADITI
  •  • 503 mots

Né à Galati (Roumanie), Constantin Levaditi, médecin français, est d'abord, en 1896, interne des hôpitaux à Bucarest et se consacre à des recherches expérimentales. Après avoir été préparateur du professeur Babes à Bucarest, il est nommé à Paris préparateur du professeur Charrin au Collège de France. Avant d'entrer à l'Institut Pasteur, où se déroulera toute sa carrière, un séjour à Francfort-sur- […] Lire la suite

NÉVRAXITE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 222 mots

Affection inflammatoire ou infectieuse touchant l'ensemble du système nerveux central ; le terme de névraxite est habituellement employé pour désigner certaines encéphalomyélites virales. Le diagnostic d'infection à virus neurotrope repose sur la mise en évidence d'un liquide céphalo-rachidien clair, contenant parfois davantage d'albumine que le liquide normal, et quelques cellules seulement, mai […] Lire la suite

NIL OCCIDENTAL VIRUS DU ou WEST NILE VIRUS

  • Écrit par 
  • Yannick SIMONIN
  •  • 1 866 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Description »  : […] Le WNV a été isolé pour la première fois en 1937 à partir d’un patient présentant une maladie fébrile et résidant dans le district du Nil occidental, au nord de l’Ouganda. C’est un arbovirus de la famille des Flaviviridae et du genre F lavivirus qui est composé de plus de 70 membres, tels que les virus de la dengue, de l’encéphalite japonaise ou encore de la fièvre jaune. Le WNV est un virus enve […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Yannick SIMONIN, « VIRUS NEUROTROPES  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/virus-neurotropes/