VIRUS NEUROTROPES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Diagnostic et thérapeutique des affections virales du système nerveux

Diagnostic

D’une façon générale, le diagnostic biologique des atteintes du système nerveux a pour but de déterminer l’étiologie des différents symptômes que le neurologue repère. Le diagnostic de méningite est porté devant un syndrome méningé fébrile. La distinction entre méningites bactériennes et virales, primordiale pour la prise en charge des patients exposés à une infection bactérienne, s’effectue par l’examen du liquide cérébro-spinal après ponction lombaire, qui est d’aspect optique non purulent (translucide, parfois opalescent), et clair dans le cas d’une atteinte virale (méningite à liquide clair). Dans la plupart des cas, le diagnostic virologique repose sur la recherche du génome viral par réaction en chaîne par polymérase (PCR) directe si le virus est à ADN, ou après transcriptase inverse (RT-PCR) si le virus est à ARN (l’ARN viral étant tout d’abord transcrit en ADN). Dans le cas des méningites, on recherche en première intention les entérovirus qui sont responsables de la majorité des cas. Concernant les encéphalites virales, les virus impliqués peuvent également être détectés par PCR dans le liquide cérébro-spinal, mais aussi, dans certains cas, dans des prélèvements périphériques (oropharyngés, de selles). Pour certains virus, des approches « panvirus », qui reconnaissent sans discrimination tous les membres d’une famille de virus, peuvent être utilisées. C’est le cas par exemple de la PCR panflavivirus (reconnaissant la majorité des flavivirus neurotropes). Il existe également différents kits de PCR multiplex commercialisés qui permettent d’effectuer un screen large et rapide de différents pathogènes (viraux, bactériens…) potentiellement impliqués dans des atteintes neurologiques.

Traitements

Pour la plupart des infections neurologiques virales, seul un traitement symptomatique, en l’absence de traitement spécifique, est effectué. Cela tient notamment à la difficulté d’élaborer des traitements pouvant franchir la barrière hémoméningée et atteindre le système nerveux sans effets délétères associés. Le traitement comporte donc généralement au moins un antalgique, tel le paracétamol, ou encore des corrections des troubles hydroélectrolytiques, et des médicaments antiépileptiques si besoin.

Quelques traitements plus précis existent. Ainsi celui de la méningo-encéphalite herpétique est considéré comme une urgence médicale. Il repose sur un antiviral (aciclovir) administré pendant vingt et un jours. Le même traitement est recommandé pour l’encéphalite zostérienne (VZV). En ce qui concerne le syndrome de Guillain-Barré, le traitement est essentiellement immunomodulateur. Dans la majorité des cas, l’évolution est favorable avec récupération en quelques semaines voire quelques mois, mais il existe des cas mettant en jeu le pronostic vital.

Les corticostéroïdes raccourcissent le délai de récupération. Dans le cas de certaines infections virales, ils peuvent donc être utilisés. Ils améliorent, par exemple, clairement le taux de récupération complète de la motricité faciale consécutive à une infection au HSV-1. Cependant, en raison de leur action inhibitrice sur le système immunitaire, les stéroïdes augmentent le risque infectieux. Ils doivent donc être utilisés de manière très ciblée.

Prévention

Un certain nombre de ces infections virales peuvent être prévenues par la vaccination : on peut citer notamment le cas de la rage (maladie mortelle), de la rougeole, de la rubéole ou des oreillons. La vaccination permet en effet de réduire considérablement le risque de méningites ou d’encéphalites associées à ces virus. Dans les zones géographiques à risque épidémique, les vaccins contre l’encéphalite japonaise ou l’encéphalite à tiques peuvent être indiqués. La vaccination massive contre le poliovirus a permis de réduire fortement les cas de poliomyélite paralytique aiguë sans toutefois parvenir à l’éradication de la maladie comme le prévoyait l’Organisation mondiale de la santé au début des années 2000. Le virus circule encore principalement au Pakistan, en Afghanistan ou encore au Nigeria.

Ainsi de nombreux virus peuvent donc entraîner des atteintes neurologiques de gravité très [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Caractéristiques des principaux virus neurotropes

Caractéristiques des principaux virus neurotropes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Lieux de projection du système olfactif

Lieux de projection du système olfactif
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Structure fine de la barrière hémato-encéphalique

Structure fine de la barrière hémato-encéphalique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Franchissement de la barrière hémato-encéphalique par le virus SARS-CoV-2

Franchissement de la barrière hémato-encéphalique par le virus SARS-CoV-2
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 5 médias de l'article

Écrit par :

  • : virologiste, maître de conférences, université de Montpellier

Classification

Autres références

«  VIRUS NEUROTROPES  » est également traité dans :

LEVADITI CONSTANTIN (1874-1953)

  • Écrit par 
  • Jean LEVADITI
  •  • 503 mots

Né à Galati (Roumanie), Constantin Levaditi, médecin français, est d'abord, en 1896, interne des hôpitaux à Bucarest et se consacre à des recherches expérimentales. Après avoir été préparateur du professeur Babes à Bucarest, il est nommé à Paris préparateur du professeur Charrin au Collège de France. Avant d'entrer à l'Institut Pasteur, où se déroulera toute sa carrière, un séjour à Francfort-sur- […] Lire la suite

NÉVRAXITE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 222 mots

Affection inflammatoire ou infectieuse touchant l'ensemble du système nerveux central ; le terme de névraxite est habituellement employé pour désigner certaines encéphalomyélites virales. Le diagnostic d'infection à virus neurotrope repose sur la mise en évidence d'un liquide céphalo-rachidien clair, contenant parfois davantage d'albumine que le liquide normal, et quelques cellules seulement, mai […] Lire la suite

NIL OCCIDENTAL VIRUS DU ou WEST NILE VIRUS

  • Écrit par 
  • Yannick SIMONIN
  •  • 1 867 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Description »  : […] Le WNV a été isolé pour la première fois en 1937 à partir d’un patient présentant une maladie fébrile et résidant dans le district du Nil occidental, au nord de l’Ouganda. C’est un arbovirus de la famille des Flaviviridae et du genre F lavivirus qui est composé de plus de 70 membres, tels que les virus de la dengue, de l’encéphalite japonaise ou encore de la fièvre jaune. Le WNV est un virus enve […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Yannick SIMONIN, « VIRUS NEUROTROPES  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/virus-neurotropes/