LEVADITI CONSTANTIN (1874-1953)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Galati (Roumanie), Constantin Levaditi, médecin français, est d'abord, en 1896, interne des hôpitaux à Bucarest et se consacre à des recherches expérimentales. Après avoir été préparateur du professeur Babes à Bucarest, il est nommé à Paris préparateur du professeur Charrin au Collège de France. Avant d'entrer à l'Institut Pasteur, où se déroulera toute sa carrière, un séjour à Francfort-sur-le-Main lui permet de participer aux travaux de Paul Ehrlich et de s'initier à ses nouvelles méthodes d'investigation dans le domaine de l'immunité et de la chimiothérapie.

À l'Institut Pasteur, élève d'Élie Metchnikoff et d'Émile Roux, il va contribuer à l'essor de la doctrine pastorienne. Son apport dans le traitement de la syphilis a été de première importance. En 1905, lorsque F. R. Schaudinn découvre le tréponème de la syphilis, Levaditi précise tout de suite une technique d'imprégnation argentique pour la recherche du parasite dans les coupes histologiques. Il situe le tréponème dans les différents points de l'organisme, depuis le chancre jusque dans les centres nerveux, puis l'étudie dans la syphilis congénitale et montre sa présence dans le placenta et l'ovule. Il inaugure ses travaux de virologie en démontrant, avec Landsteiner, que l'agent transmissible de la poliomyélite est un virus filtrant et, avec Arnold Netter, que des anticorps neutralisant les effets du virus apparaissent dans le sérum des malades et des convalescents.

Nommé à la faculté de médecine de Cluj en 1920 par le gouvernement roumain, il y donne trente leçons, puis, rappelé par Roux, vient reprendre sa place à l'Institut Pasteur. Désormais, il se consacre à trois thèmes d'expériences et de recherches : les virus, la syphilis, la chimiothérapie. En 1928, il est élu membre de l'Académie de médecine.

L'épidémie de poliomyélite de Suède, puis celle d'Alsace en 1930 lui donnent l'occasion de préciser les modes de transmission du virus et de confirmer l'origine hydrique de cette transmission. Outre le virus poliomyélitique, ses recherches portent sur les autres virus neurotropes :

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LEVADITI CONSTANTIN (1874-1953)  » est également traité dans :

LÉPINE PIERRE (1901-1989)

  • Écrit par 
  • Léon LE MINOR
  •  • 1 360 mots

À son retour en France, Pierre Lépine fit la connaissance de Constantin Levaditi qui accepta de le prendre dans son laboratoire de l'Institut Pasteur. Il y reste jusqu'en 1930, travaillant dans l'enthousiasme en parfaite entente avec son patron, sur la syphilis expérimentale et son traitement, mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-lepine/#i_37167

POLIOMYÉLITE

  • Écrit par 
  • Pierre LÉPINE
  •  • 3 786 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Transmission du virus à l'animal »  : […] au singe à partir de la moelle d'un enfant mort de paralysie infantile. À Paris, C. Levaditi et K. Landsteiner démontraient que le virus est filtrable et transmissible par passages en série de singe à singe. La maladie du singe reproduit dans tous ses caractères celle de l'enfant, mais la mortalité atteint jusqu'à 76 p. 100 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poliomyelite/#i_37167

Pour citer l’article

Jean LEVADITI, « LEVADITI CONSTANTIN - (1874-1953) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/constantin-levaditi/