Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RÉFLEXES

Le terme de réflexe, sous sa forme latine de motus reflexus, a été introduit dans la langue scientifique du xviie siècle par W. T.  Willis (1621-1675). Cet auteur voulait signifier ainsi qu'une partie des informations sensorielles transportées par les « esprits animaux » pouvaient refluer (refluere) vers les muscles pour provoquer un mouvement. Cependant, ce n'est qu'au cours du xviiie siècle que la notion de réflexe, au sens où on l'entend aujourd'hui, se dégagera, spécialement à partir des expériences de S. Hales qui, vers 1730, montrait qu'une grenouille décapitée retirait sa patte lorsqu'on la pinçait ou l'irritait et que ce mouvement disparaissait après destruction de la moelle.

Les expérimentateurs remarquèrent très vite un certain nombre de traits propres au mouvement réflexe. Tout d'abord, celui-ci apparaissait comme une sorte de caricature d'un acte moteur normal ; modèle simplifié de celui-ci, il offrait un moyen de choix pour en tenter l'analyse. D'autre part, il frappait par son caractère de fatalité (une stimulation causale d'intensité suffisante, chaque fois qu'elle était appliquée, amenait la réponse), mais aussi par son apparente finalité : le doigt trop chauffé se retire, la toux se déclenche quand un objet étranger risque de venir obstruer les voies respiratoires, la fréquence respiratoire s'accroît lorsque la quantité d'oxygène de l'air diminue, etc. En réponse à une situation immédiatement ou potentiellement dommageable, l'organisme réagit par un acte moteur plus ou moins complexe qui va le protéger contre cette menace. Ces diverses caractéristiques expliquent facilement pourquoi les neurophysiologistes se sont spécialement attachés à l'étude des réflexes, en particulier médullaires. Dès le début du xixe siècle, Marshall Hall (1790-1857) démontra la possibilité de leur contrôle par la volonté et leur exaltation après destruction des centres supérieurs. F. Magendie (1793-1855) mit en évidence les rôles respectivement sensitif et moteur des racines nerveuses rachidiennes dorsales et ventrales.

C'est cependant avec C. S.  Sherrington (1857-1952) que s'ouvrit l'ère moderne de l'étude des réflexes. Ce neurophysiologiste anglais d'envergure exceptionnelle découvrit et expliqua entre autres les mécanismes du réflexe myotatique (dont le réflexe rotulien est un exemple), de la rigidité de décérébration, les principes de l'innervation réciproque, la notion de voie finale commune, de synapse, etc. En même temps que les connaissances se développaient et se précisaient, on acquit la certitude que les structures nerveuses supérieures contrôlaient et modifiaient les activités réflexes médullaires. Aussi, pour étudier ces dernières de façon rigoureuse, apparut-il nécessaire de trouver un procédé qui supprimât ce contrôle. Le plus simple était évidemment de sectionner transversalement l'axe cérébro-spinal à un niveau convenable. Celui-ci peut être sous-bulbaire, mais, dans ce cas, l'animal doit être maintenu sous respiration artificielle, car on interrompt les voies motrices des muscles respiratoires. Une section plus basse au-dessous de l'émergence des nerfs phréniques évite cette difficulté. Dans un cas comme dans l'autre, après une phase de disparition de toutes les activités réflexes (phase de choc spinal, due au traumatisme opératoire), celles-ci réapparaissent en montrant une facilitation, une exaltation, propices à leur étude. Cette phase de choc est d'autant plus longue que l'animal est d'organisation plus complexe. Durant une dizaine de minutes chez la grenouille, elle atteint et dépasse largement l'heure chez les mammifères de laboratoire. Cependant, c'est la technique de décérébration mise au point par Sherrington (elle consiste à[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de psychophysiologie à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Réflexe myotatique - crédits : Encyclopædia Universalis France

Réflexe myotatique

Autres références

  • BEHAVIORISME

    • Écrit par Jean-François LE NY
    • 4 682 mots
    • 2 médias
    ...suscite » (en anglo-américain evokes) la réponse. Cette façon de conceptualiser le comportement, qui est étroitement apparentée à l'idée de «  réflexe », bien que ce terme ne soit pas employé de façon extensive par les behavioristes, conduit à ce que l'on désigne souvent par l'expression de «...
  • CERVELET

    • Écrit par Jean MASSION
    • 7 767 mots
    • 13 médias
    ...cervelet est son intervention dans les processus d'adaptation et d'apprentissage moteur. L'adaptation caractérise le changement progressif d'un réflexe ou d'une performance motrice lorsque les conditions dans lesquelles s'exécute l'acte moteur sont modifiées. Le changement une fois achevé est stable...
  • DÉGLUTITION

    • Écrit par Didier LAVERGNE
    • 177 mots

    Réflexe permettant au contenu buccal de passer dans l'œsophage. Les fibres afférentes proviennent des rameaux sensitifs du nerf pneumogastrique et du nerf trijumeau ; elles excitent des centres nerveux bulbaires. Ceux-ci commandent la musculature pharyngée par l'intermédiaire du nerf glossopharyngien...

  • ENFANCE (Les connaissances) - Développement psychomoteur

    • Écrit par Didier-Jacques DUCHÉ
    • 6 703 mots
    • 1 média
    ...nourrisson devient symétrique, et la prédominance de la flexion s'atténue en même temps que diminue l'hypertonie. À cet âge, on met en évidence divers automatismes moteurs groupés sous le nom de réflexes archaïques, qui vont en s'effaçant au fur et à mesure que l'enfant grandit et que ses activités motrices...
  • Afficher les 27 références

Voir aussi