VAN GOGH VINCENT (1853-1890)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Arles, Saint-Rémy et Auvers : le grand Van Gogh (1888-1890)

Si l'annonce du prochain mariage de Théo – ressenti comme une sorte d'abandon – semble bien la raison profonde qui décida Van Gogh à quitter Paris, d'autres motivations, d'ordre pictural celles-là, plaidaient depuis quelque temps déjà en faveur de cet éloignement : les dernières œuvres de la période parisienne, tels Les Livres jaunes (automne 1887 ; coll. part., Suisse) ou encore l'Autoportrait au chevalet (début 1888 ; Rijksmuseum V. Van Gogh, Amsterdam), montrent en effet que l'artiste commençait à prendre ses distances vis-à-vis du système impressionniste, trop allusif à son goût, pour reconquérir l'unité structurelle de l'image et se concentrer sur les virtualités expressives et symboliques de la forme et de la couleur.

Le séjour à Arles (févr. 1888-mai 1889) est pour Vincent l'occasion d'une découverte essentielle : celle de l'éblouissement solaire du Midi, qui, en imposant à sa palette une plus grande intensité de tons et en lui suggérant des accords chromatiques d'une puissance inédite, va transmuer toutes les données de son art. Même le graphisme de ses dessins, parvenu à une maîtrise supérieure, trouve alors des accents nouveaux pour transcrire la vibration colorée et lumineuse des apparences sensibles. Confondue, pour ainsi dire, avec la lumière, la couleur, qui est aussi matière, confère aux êtres et aux choses un surcroît de présence et de réalité, en même temps qu'elle met en évidence leur dimension spirituelle : à l'harmonie souveraine du jaune et du bleu dans La Plaine de la Crau (juin 1888 ; Rijksmuseum V. Van Gogh, Amsterdam), image de prospérité et de quiétude, véritable chant apollinien d'une rigueur toute classique, aux accords stridents mais tempérés par de grandes plages de noir et de vert de L'Arlésienne (nov. 1888 ; Metropolitan Museum, New York), on opposera par exemple la fulgurance des tons dans Terrasse de café, la nuit (sept. 1888 ; musée Kröller-Müller, Otterlo), où s'expriment un délire et une angoisse poignants, voire l'ivresse chaotique des rouges et des verts dans Le Café d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Autoportrait, V. Van Gogh

Autoportrait, V. Van Gogh
Crédits : Courtesy National Gallery of Art, Washington

photographie

La Nuit étoilée, V. Van Gogh

La Nuit étoilée, V. Van Gogh
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  VAN GOGH VINCENT (1853-1890)  » est également traité dans :

MILLET / VAN GOGH (exposition)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 929 mots

Aussi instructive que riche en œuvres de haute qualité, l'exposition Millet/Van Gogh, présentée au musée d'Orsay du 14 septembre 1998 au 3 janvier 1999, aurait pu, a priori, sembler dépourvue d'intérêt véritable. Quiconque connaît tant soit peu la personnalité de Van Gogh sait en effet qu'il nourrissait pour Millet une admiration qu'on ne comprend plus guère, car celui-ci conti […] Lire la suite

LA NUIT ÉTOILÉE (V. Van Gogh)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 218 mots
  •  • 1 média

En peignant, en septembre 1888, La Nuit étoilée (musée d'Orsay, Paris), avec le Rhône à l'avant-plan, Vincent Van Gogh (1858-1890) poursuivait, comme il l'écrivit à son frère Théo, un double objectif : démontrer qu'il fallait peindre les tableaux de nuit sur le motif, et non dans l'atelier à la lumière du jour, et que de nombreus […] Lire la suite

VAN GOGH ET GAUGUIN (expositions)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 921 mots

Les neuf semaines passées ensemble par Paul Gauguin et Vincent Van Gogh à Arles, entre la fin octobre et la fin décembre 1888, ont toujours été considérées comme un des épisodes majeurs du post-impressionnisme : d'abord par l'union de deux de ses personnalités les plus marquantes, à un moment crucial, pou […] Lire la suite

VINCENT VAN GOGH : D'ARLES À AUVERS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 540 mots

20 février 1888 Van Gogh arrive à Arles sous la neige où il désire installer un « atelier du Midi ». Il commence à peindre dès le 22 février (une vieille Arlésienne, un paysage sous la neige, la boutique d'un boucher). Il loge à l'hôtel, louant à partir de mai quatre chambres dans « la Maison jaune ». Il peint sans cesse, mais, par mesure d'économie, décide, fin avril, de […] Lire la suite

BIOGRAPHIES D'ARTISTES

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 2 398 mots

La vie d'artiste est un genre littéraire d'une grande ancienneté, abondamment illustré depuis la Renaissance. On en fait remonter l'origine aux commentateurs de Dante qui ont élucidé et développé la mention lapidaire des noms de Cimabue et de Giotto insérée dans la Divine Comédie . C'est à Florence, en effet, qu'apparaissent chez les chroniqueurs, dès le début du xv e  siècle, les premières notice […] Lire la suite

BRION GUSTAVE (1824-1877)

  • Écrit par 
  • Ségolène LE MEN
  •  • 830 mots

Comme Schuler (qui fut d'abord un illustrateur), Brion est un peintre de l'Alsace, dont l'œuvre, après 1870, touche le public du Salon par la fibre patriotique des « provinces perdues ». Né à Rothau dans les Vosges dans une famille où l'on se faisait volontiers pasteur, il était le petit-neveu de Frédérique Brion, l'amie de Goethe. En 1831, sa famille s'installe à Strasbourg, où il reçoit sa forma […] Lire la suite

CHRISTIE'S & SOTHEBY'S

  • Écrit par 
  • Alain QUEMIN
  •  • 2 847 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Christie's : la maison des grandes collections »  : […] La société Christie's a été fondée en 1766 par James Christie qui dirigea cette année-là sa première vente à Pall Mall à Londres, où la maison de ventes ne possédait qu'un seul bureau. À la différence de Sotheby's, l'essentiel de l'activité de la maison a toujours consisté en ventes de tableaux et objets d'art. Ainsi, en 1778, Christie's négocia la vente de tableaux de sir Robert Walpole à Cather […] Lire la suite

DERAIN ANDRÉ (1880-1954)

  • Écrit par 
  • Michel HOOG
  •  • 1 262 mots

Dans le chapitre « Derain et le fauvisme »  : […] Derain est né en 1880, à Chatou, près de Paris. Ses débuts avant le fauvisme sont difficiles à saisir. Lié avec Matisse depuis le temps où ils travaillaient ensemble à l'académie Carrière (1898-1899), ami de Vlaminck depuis 1900 (il s'agit d'ailleurs d'une amitié orageuse et à éclipses), jusqu'en 1904 il cherche sa voie à travers des influences nombreuses et contradictoires dont la plus puissa […] Lire la suite

DIX OTTO (1891-1969)

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 1 784 mots

Dans le chapitre « « DadaDix » »  : […] Otto Dix est né le 2 décembre 1891 dans une famille ouvrière de Gera, près de Dresde. Son père était mouleur dans une fonderie. Son intérêt pour l'art lui est venu, enfant, d'un cousin, Fritz Amann, peintre régionaliste auquel il rendait souvent visite dans son atelier. Après ses études primaires, il se tourna vers un apprentissage de peintre décorateur. Cet apprentissage terminé, il obtint à l'au […] Lire la suite

FAUVISME

  • Écrit par 
  • Michel HOOG
  •  • 4 010 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les sources du fauvisme »  : […] L'accord est loin d'être fait sur les sources proches ou lointaines du fauvisme. La plupart des fauves ont laissé entendre – l'exemple de Van Gogh, trop évident pour être nié, étant excepté – qu'ils s'étaient formés à peu près seuls. Certes, le fauvisme est d'abord la libre expression d'un tempérament et une influence n'est subie qu'autant qu'on y est prêt. Il n'en reste pas moins que les fauves […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Pays-Bas. Assassinat de Theo Van Gogh. 2-12 novembre 2004

Le 2, le cinéaste et chroniqueur Theo Van Gogh, arrière-petit-neveu du peintre Vincent Van Gogh, est assassiné à Amsterdam en pleine rue. Connu pour ses prises de position hostiles à l'islam, il avait notamment réalisé un court-métrage sur le Coran et la soumission de la femme musulmane, récemment […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert FOHR, « VAN GOGH VINCENT - (1853-1890) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vincent-van-gogh/