MILLET / VAN GOGH (exposition)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aussi instructive que riche en œuvres de haute qualité, l'exposition Millet/Van Gogh, présentée au musée d'Orsay du 14 septembre 1998 au 3 janvier 1999, aurait pu, a priori, sembler dépourvue d'intérêt véritable. Quiconque connaît tant soit peu la personnalité de Van Gogh sait en effet qu'il nourrissait pour Millet une admiration qu'on ne comprend plus guère, car celui-ci continue à souffrir d'une fâcheuse réputation d'artiste sentimental, un peu niais, dont les tableaux constitueraient à peu de choses près l'équivalent des romans rustiques de George Sand, et donnèrent lieu à une exploitation commerciale du plus mauvais aloi : ainsi, le nom même de L'Angélus évoque encore irrésistiblement un couvercle de boîte à bonbons.

Qu'une telle réputation se soit maintenue après la rétrospective organisée à Paris au Grand Palais en 1975, qui révéla même aux plus réticents la grandeur de Millet, ne saurait surprendre. Le souvenir d'une exposition se perd vite avec la disparition de ceux qui la visitèrent, et elle n'exerce d'action durable que si elle suscite, en plus des comptes-rendus, des livres largement diffusés. Tel ne fut pas le cas pour Millet, qui reste, avec Puvis de Chavannes, l'un des grands méconnus parmi les peintres du xixe siècle.

Le premier intérêt de l'exposition du musée d’Orsay tenait donc à ce qu'elle réunissait un certain nombre d'importants tableaux de Millet qui n'avaient plus été montrés à Paris depuis 1975, comme Le Semeur (Museum of Fine Arts, Boston), L'Homme à la houe, L'Été et L'Automne des Saisons Hartmann, ou L'Hiver aux corbeaux (Galerie autrichienne, Vienne) – occasion pour les uns de vérifier que l'impression de jadis n'avait pas été trompeuse, pour les autres de découvrir la grandeur de son art. Rien que pour le plaisir de voir ces œuvres ou de les revoir, l'exposition méritait une visite assidue.

Il n'est pas exclu que le mépris relatif qui pèse sur Millet aujourd'hui encore tienne pour une part au succès dont a joui son art vers la fin du xixe siècle, alors que triomphait un réalisme académique qui avait fait de lui un modèle. On ne voyait da [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Genève

Classification

Pour citer l’article

Pierre VAISSE, « MILLET / VAN GOGH (exposition) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/millet-van-gogh/