JÉRUSALEM TEMPLE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le premier temple de Jérusalem a été construit par Salomon sur le mont Moriah, site choisi par David (II Sam., xxiv ; I Chron., xxi), que la tradition identifie avec l'endroit où Abraham allait immoler Isaac (Gen., xxii). L'édifice, connu exclusivement par les descriptions de la Bible (I Rois, vi-viii ; II Chron., i-v), comprenait trois sections de largeur égale : le vestibule (ulam), le sanctuaire (hekhal) et le Saint des saints (debîr). Les descriptions laissent l'historien dans l'incertitude quant à l'élévation de l'édifice, que l'on peut tenter d'induire par comparaison avec les vestiges des sanctuaires syriens contemporains de Lakish, de Beth Shean (niveau IV) et de Hazor (niveau I B). Les pièces célèbres du mobilier sont les colonnes (Jachin, Boaz), l'autel d'encens recouvert d'or, l'autel des holocaustes à trois étages, un bassin en bronze, appelé « mer » et porté par douze bœufs, et l'Arche d'alliance avec deux chérubins aux ailes déployées posés au-dessus.

Après la destruction du Temple par Nabuchodonosor en ~ 586, une première reconstruction est entreprise, qui est achevée sous le règne de Darius en ~ 520. L'édifice, trop sommairement décrit (Néh., iii-iv) pour qu'une reconstitution puisse en être tentée, semble avoir été beaucoup plus modeste que le Temple salomonien.

La Destruction du Temple à Jérusalem, N. Poussin

photographie : La Destruction du Temple à Jérusalem, N. Poussin

photographie

Nicolas Poussin, «La Destruction du Temple à Jérusalem», 1638. Huile sur toile, 148 cm × 199 cm. Kunsthistorisches Museum, Vienne. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

La seconde reconstruction, datée du règne d'Hérode le Grand, est connue des récits contemporains, ou peu postérieurs, de Flavius Josèphe (La Guerre juive, v, 184-226 ; Antiquités judaïques, xv, 380-402) et du traité Middot de la Mishna. Les travaux, commencés en l'an ~ 15, ont duré huit ans. Les descriptions minutieuses de Flavius Josèphe permettent de reconstituer un plan à trois enceintes munies de portiques et de terrasses étagées vers le sommet de la colline. Du parvis extérieur on accédait vers l'hiéron, divisé en deux sections, l'une réservée aux femmes, l'autre aux hommes en état de pureté. Dans l'axe médian du parvis des hommes se trouvait le naos, dont l'aspect devait être celui d'une haute nef basilicale flanquée de bas-côtés et précédée d'un vestibule à façade monumentale. La porte était revêtue d'or et surmontée d'un tympan décoré de pampres et de grappes d'or. La reconstitution de la façade est incertaine. De tout le complexe architectural, il ne reste aujourd'hui que quelques assises des murs extérieurs avec l'appareillage caractéristique des constructions hérodiennes.

—  Gabrielle SED-RAJNA

Écrit par :

Classification

Autres références

«  JÉRUSALEM TEMPLE DE  » est également traité dans :

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 221 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'Antiquité païenne et chrétienne  »  : […] L'hostilité aux juifs n'avait pas de caractère systématique dans les empires de l'Antiquité, qui étendaient leur domination sur de multiples peuples aux cultes les plus divers. En Perse, en Grèce ou à Rome, les tensions ne procédaient pas principalement d'une mise en accusation de la religion juive ni d'une volonté de la société dominante de démontrer les erreurs des juifs par rapport à ses propre […] Lire la suite

APOCALYPTIQUE & APOCRYPHE LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean HADOT, 
  • André PAUL
  •  • 9 980 mots

Dans le chapitre « La littérature apocalyptique »  : […] Comme repère originel de l'écriture apocalyptique, il faut placer la destruction du Temple de Jérusalem en 587 avant J.-C. et l' Exil à Babylone. Occasion d'un croisement religieux et culturel aux effets imprescriptibles, l'Exil entraîna une renaissance véritable, caractérisée par le maintien de l'essentiel éthique, voire culturel, d'une religion nationale, celle de Moïse, conservée aussi pure que […] Lire la suite

ARCHE D'ALLIANCE

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 627 mots

Objet du culte israélite — en hébreu aron , « coffre », « caisse » —, l'arche d'Alliance reçoit divers noms : arche de Dieu, du Dieu d'Israël, de l'Alliance, de l'Alliance de Yahvé, de l'Alliance de Dieu, du Témoignage, l'Arche sainte. Comme élément du culte du désert, l'arche est habituellement liée à la tente, mais elle a une histoire plus longue. On la retrouve, en effet, à Gilgal (Josué, vii , […] Lire la suite

ART SACRÉ

  • Écrit par 
  • Françoise PERROT
  •  • 5 348 mots

Dans le chapitre « Sacré-profane : une mise en perspective »  : […] Une manière élémentaire de définir le sacré consiste à l'opposer au profane. Le profane, c'est le monde naturel à l'intérieur duquel se manifeste quelque chose de différent, le sacré, ce que l'historien des religions, Mircea Eliade, nomme les hiérophanies (manifestations du sacré). Reconnaître ces manifestations relève du comportement de l'homme religieux, qui a marqué toutes les sociétés humaine […] Lire la suite

BIBLE - Les livres de la Bible

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SANDOZ
  •  • 7 682 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Débuts de la littérature écrite »  : […] L'établissement, au cours du x e  siècle avant J.-C., de la monarchie israélite va, en introduisant une certaine stabilité, permettre le rassemblement de toutes ces traditions et l'éclosion de la littérature écrite. L'organisation du royaume, due au génie de David puis de Salomon, s'inspire de celle des monarchies contemporaines, phénicienne et même, dans une certaine mesure, égyptienne. Le roi s […] Lire la suite

CHUTE DU ROYAUME DE JUDA

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 252 mots
  •  • 1 média

Des deux royaumes hébreux formés à la mort de Salomon, Israël, le plus vaste et le mieux pourvu, est le premier à succomber aux coups portés par les empires de Mésopotamie. De Jéroboam à Osée, vingt rois se succèdent entre — 930 et — 722. Omri, roi de — 885 à — 876, fonde la nouvelle capitale, Samarie. Le dernier roi d'Israël s'étant rapproché des Égyptiens et prétendant ne plus verser le tribut, […] Lire la suite

CYRUS LE GRAND, roi des Perses et des Mèdes (env. 559-env. 530 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY
  •  • 943 mots
  •  • 2 médias

Fondateur proprement dit de l'empire perse des Achéménides , du nom d'Achéménès, ancêtre éponyme de la dynastie, dont l'histoire ne sait plus rien. Selon Hérodote, Cyrus, petit-fils d'Astyage, roi des Mèdes, fut sauvé à sa naissance par Harpage qui avait pourtant reçu l'ordre de le tuer. Dès son avènement, en ~ 559, comme souverain d'Anshan, Cyrus ne cessa de recruter des troupes dans les diverses […] Lire la suite

DESTRUCTION DE JÉRUSALEM PAR TITUS

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 190 mots
  •  • 1 média

Depuis — 63 sous domination romaine, Israël fomente plusieurs révoltes. En 66, sous Néron, éclate une insurrection qui défait la XII e  légion de Cestius Gallus, gouverneur de Syrie. Un gouvernement à majorité pharisienne se constitue à Jérusalem, renversé par les zélotes Siméon bar Giora et Jean de Giscala. Néron dépêche Vespasien et les V e et X e  légions. La prise des places fortes lui ouvre […] Lire la suite

DEUTÉRONOMIQUE RÉFORME

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 332 mots

Le deuxième livre des Rois, aux chapitres xxii et xxiii , a conservé le récit d'une découverte étonnante faite au Temple de Jérusalem, sous le règne de Josias, en ~ 622-~ 621. Le roi Josias avait été mis sur le trône de Juda à l'âge de huit ans. Son règne, qui coïncida avec la ruine de l'Empire assyrien, devait être entièrement marqué par une réforme religieuse continue et par la réorganisation c […] Lire la suite

ḤANUKKĀH

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 198 mots

Fête de la Dédicace, fête de la Lumière ou fête des Maccabées, la Ḥānukkāh (en hébreu : « inauguration » ou « dédicace ») est la fête juive qui commémore la Nouvelle Dédicace (en ~ 165) du second Temple de Jérusalem, trois ans après sa profanation par Antiochus IV Épiphane, roi de Syrie ; cette consécration avait marqué l'échec des tentatives de celui-ci pour supprimer la foi juive. La Ḥānukkāh co […] Lire la suite

Les derniers événements

Israël – Autorité palestinienne. Soulèvement palestinien et attaques anti-israéliennes. 1er-31 octobre 2015

-ci est saluée par le Hamas. La tension est vive dans le pays depuis plusieurs semaines, notamment à Jérusalem. La police affronte quotidiennement de jeunes Palestiniens qui bloquent l’accès pour les juifs à l’esplanade des Mosquées. La présence des juifs sur ce lieu – qu’ils appellent mont du Temple […] Lire la suite

Israël – Autorité palestinienne. Regain de tension à Jérusalem-Est. 22-30 octobre 2014

de trois adolescents israéliens. Le 29, une figure de l'extrémisme religieux juif, Yehuda Glick, est la cible d'une tentative d'assassinat à Jérusalem. Le 30, l'auteur de cette tentative, un militant islamiste, est tué par la police à son domicile. Le 30 également, les autorités israéliennes, craignant de nouvelles violences, ferment pour la journée l'accès au mont du Temple – ou esplanade des Mosquées. […] Lire la suite

Israël. Vingt-deux Palestiniens tués à Jérusalem. 8 octobre - 3 novembre 1990

Le 8, vingt-deux Palestiniens sont tués par balles et cent cinquante autres sont grièvement blessés par les forces de sécurité israéliennes après des affrontements survenus sur l'esplanade des Mosquées, à Jérusalem, entre des musulmans et des juifs appartenant à l'organisation d'extrême droite […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gabrielle SED-RAJNA, « JÉRUSALEM TEMPLE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/temple-de-jerusalem/