PHARISIENS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mot « pharisiens » n'est que la translitération du grec pharisaioi, lui-même décalque direct de la forme emphatique araméenne perishayyā, dérivée de l'hébreu perushīm qui, selon l'étymologie la plus probable, signifie « séparés ». L'origine du nom demeure cependant obscure et les essais pour l'expliquer sont nombreux : d'aucuns voient même dans « pharisiens » la simple transposition de « Perses », d'autres rattachent le terme à parash dans le sens de « diviser », « expliquer » l'Écriture, etc.

Les pharisiens représentent l'une des quatre sectes juives (avec les sadducéens, les esséniens et les zélotes) décrites par Flavius Josèphe (Guerre des Juifs, II, 162-166). Il semble que l'origine historique de ces perushīm (« séparés » de tous ceux qui ne connaissent pas ou n'appliquent pas la Torah, les impies que les rabbins appelleront am ha-ares, « peuple du pays », et parmi lesquels sont comptés les sadducéens) soit à chercher chez les Hassidīm (« pieux »), groupe d'hommes « dévoués à la Loi » qui rejoignit Mattathias et ses compagnons lors de la révolte macchabéenne (I Macch., ii, 42). Minoritaires au début, ils se sont multipliés et ensuite étendus, numériquement et doctrinalement, en Palestine et ailleurs. D'après Josèphe, ils étaient six mille qui refusèrent de prêter serment à Hérode (Antiquités juives, XVII, 42) ; il faut ajouter le lot, plus nombreux encore, des sympathisants. À la différence des sadducéens, les pharisiens formaient un mouvement de piété assez populaire, laïque en majorité et touchant les classes moyennes et même pauvres du pays. Le souci de l'autonomie du champ religieux les caractérisait fondamentalement. Sous le règne de Jean Hyrcan (~ 135-~ 104), ils apparaissent comme un groupe déjà solidement organisé. Mais ils se désolidariseront de la dynastie asmonéenne, puis, au prix de lourdes persécutions (Alexandre Jannée les fera crucifier par centaines, selon Josèphe, Guerre des Juifs, I, 97), s'opposeront à elle. Leur rôle politique connaîtra un déclin constant à partir de ~ 63 (intervention de Pompée) pour ne se rétablir qu'après la grande Révolte juive. Ils seront en effet les farouches défenseurs de l'indépendance contre Rome.

Doctrinalement, les pharisiens se définissent surtout par leur croyance à la double autorité de la Torah, à la fois comme Loi écrite et comme Loi orale ; à leurs yeux, l'une et l'autre ont été révélées à Moïse au Sinaï et la seconde est destinée à éclairer la première. Les pharisiens sont donc des gens de l'interprétation de l'Écriture ou de la Loi. « Parole de Dieu », celle-ci devait être adéquate à tous les temps et à toutes les circonstances. Ainsi s'élabora toute une halakah (ensemble de règles de vie) pharisienne, abondante et féconde : la tradition orale offrait la possibilité d'une adaptation sûre à des situations nouvelles et elle préparait la maturation et la réception d'idées neuves (le jugement après la mort, la résurrection, etc — c'est-à-dire, en général, les grandes croyances que le christianisme adoptera). De ce fait, en dépit de leur rigidité et de leurs intransigeances morales, les pharisiens manifestaient une grande ouverture sur le terrain doctrinal.

Paradoxalement, la chute de Jérusalem en 70 leur permit de ressusciter et de connaître un destin nouveau. Tandis que Vespasien permettait au docte pharisien Johanan ben Zakkai de fonder une école et un tribunal à Yamnia, naquit un grand mouvement qui allait assurer, de longs siècles durant et jusqu'à une époque récente, la permanence d'un judaïsme sans Temple et d'une religion sans État. Les pharisiens demeuraient seuls sur la scène juive et, n'ayant plus de raisons de s'appeler pharisiens puisque l'étiquette traduisait une distinction désormais sans objet (les représentants des trois autres sectes ayant disparu), ils devinrent et demeurèrent tout simplement les « juifs ».

Il faut éviter de projeter sur les pharisiens d'avant ~ 70 ce qui ne les concernera que plus tard. Flavius Josèphe n'échappe pas à cet anachronisme en leur donnant trop d'importance politique, ni les Évangiles lorsqu'ils leur attribuent un rôle magistral bien trop systématique. Il convient de savoir aussi que, dans la littérature rabbinique, les pharisiens figurent comme des Chakhmē Yisrael, « sages d'Israël », ou encore comme des Chabherīm, « compagnons », « associés ». Retenons enfin que le recrutement des pharisiens et la diffusion de leurs doctrines furent assurés principalement par la synagogue, centre d'étude, de culte et d'œuvres sociales. Ainsi, sous le nom de judaïsme, le pharisaïsme devint-il une vraie religion : parallèle au christianisme, elle sera rabbinique puis talmudique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PHARISIENS  » est également traité dans :

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 21 235 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Les pharisiens »  : […] Le même Josèphe définit les pharisiens comme un « parti qui semble plus religieux que les autres et commente les lois avec plus de soin ». La législation qu'ils proposent au peuple remonte, selon eux, à la « tradition des Pères ». Cette utilisation des traditions leur permettait de préciser la Loi – par exemple, ce qu'on pouvait faire ou ne pas faire le jour du sabbat –, d'en réinterpréter les exi […] Lire la suite

JUDAÏSME - La religion juive

  • Écrit par 
  • Georges VAJDA
  •  • 6 502 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les rabbins et le Talmud »  : […] Seuls les pharisiens survécurent à la catastrophe de 70. Depuis lors, leur parti s'identifie au judaïsme. Ce n'est que sept siècles plus tard qu'apparut la première exception, les « karaïtes ». Héritière du pharisaïsme, la classe des rabbins (le mot signifie « maître ») se recrutait dans un large éventail social. Durant près de quatre siècles, cependant, le judaïsme palestinien fut dirigé, politi […] Lire la suite

JUDAÏSME - Histoire des Hébreux

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 022 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le régime asmonéen (165-63 av. J.-C.) »  : […] La guerre populaire contre les Séleucides dure vingt ans. Mais très vite Jérusalem est libérée, le Temple purifié et rendu au culte du Dieu d'Israël ; une fête commémore l'événement, Ḥānukkāh (l'« inauguration »). En 145, l'appui de Rome ayant été sollicité et obtenu par les Juifs, le souverain de Syrie reconnaît l'indépendance du pays. Simon Macchabée est investi Sar-Am-El (« prince du peuple de […] Lire la suite

PALESTINE

  • Écrit par 
  • Ernest-Marie LAPERROUSAZ, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 31 611 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'indépendance de la Judée asmonéenne (129-63 av. J.-C.) »  : […] Alors, de 129 à 64 – année où Pompée transformera la Syrie en province romaine, après avoir prononcé la déchéance du dernier des Séleucides –, les prétendants au trône de cette dynastie, s'usant en luttes fratricides, seront incapables de contrôler la Palestine. Les querelles entre les Lagides empêcheront également l'Égypte d'intervenir efficacement, avant longtemps, dans ce pays. Grâce à cela, l' […] Lire la suite

PAUL saint (entre 5 et 15-67)

  • Écrit par 
  • Pierre BONNARD
  •  • 6 986 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le milieu religieux »  : […] La vie de Paul étant relativement bien connue, le caractère personnel de la documentation ne doit pas faire oublier que cette destinée, certes exceptionnelle, demeure incomprise, et même faussée si on l'isole des ensembles auxquels elle appartenait : le christianisme naissant gagnait alors le monde méditerranéen et faisait partie lui-même de la grande mutation religieuse et culturelle qui, à la fa […] Lire la suite

SADDUCÉENS

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 476 mots

Parti opposé aux pharisiens qui, dans l'histoire du judaïsme, n'apparaît pour la première fois comme tel que sous Jean Hyrcan (~ 134-~ 104). Composé d'aristocrates, durant tout le ~ i er  siècle et une bonne partie du i er  siècle chrétien, il se recruta surtout dans la caste sacerdotale. Au temps de Jésus, il contrôlait l'administration et le culte du Temple. Malgré ses complicités avec l'occupan […] Lire la suite

SCRIBES, judaïsme

  • Écrit par 
  • Marie GUILLET
  •  • 530 mots

Le privilège de savoir lire et écrire était, dans les civilisations de l'Orient ancien, réservé à une élite, car l'acquisition de l'instruction exigeait un apprentissage coûteux et long dans les écoles. Les scribes pouvaient être rattachés à l'administration des temples, pour rédiger ou recopier les textes religieux, ou bien à celle des maisons royales ; ils servaient, dans ce dernier cas, d'annal […] Lire la suite

TALMUD

  • Écrit par 
  • Charles TOUATI
  •  • 5 091 mots

Dans le chapitre « La loi orale »  : […] À côté de la Loi écrite, les pharisiens postulaient l'existence d'une Loi orale, que les sadducéens se sont toujours obstinément refusés à admettre, tout comme les karaïtes au Moyen Âge. On en faisait remonter l'origine à Moïse, qui l'aurait reçue pendant ses différentes retraites sur le mont Sinaï. Elle aurait consisté en interprétations détaillées des préceptes souvent laconiques du Pentateuque […] Lire la suite

Pour citer l’article

André PAUL, « PHARISIENS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pharisiens/