HALAKHA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Règle de conduite pratique, la halakha (de la racine hébraïque halakh, « aller ») est le guide officiel de la vie religieuse et civile dans le judaïsme. Décrétée par l'autorité compétente (les rabbins) dans des formes déterminées, elle est obligatoire pour tout juif orthodoxe et a force de loi. La halakha constitue donc tout le système légal du judaïsme (par opposition à l'haggadah, nom donné au domaine non légal, particulièrement celui de la littérature rabbinique) et elle embrasse les relations personnelles, sociales, nationales, internationales, ainsi que toutes les autres pratiques et observances du judaïsme. L'étude de la halakha, pendant la période rabbinique et par la suite, constitua le devoir religieux suprême. À cause du caractère difficile du contenu de la halakha et en raison de l'importance de celle-ci pour la pratique, cette étude prima toutes les autres dans l'enseignement judaïque.

La halakha se développa en plusieurs périodes, notamment celle des tannaim (du début du ier siècle jusqu'à 220 env.), marquée par les débats entre les écoles de Hillel et de Shammai et par la compilation de la Mishnah ; la période des amoraim (env. 220-470), illustrée par l'achèvement des deux Talmudim, celui de Jérusalem et celui de Babylone ; le Moyen Âge, pendant lequel les rabbins élargirent la halakha avec les responsa, en même temps qu'ils la codifièrent (Halakhot Gedolot de Siméon Kayyara, Sefer ha-Halakhot d'Isaac ben Jacob al-Fasi, Mishneh Torah de Maimonide, Shulkhan Arukh de Joseph Karo, etc.). La rédaction des responsa et des codifications s'est poursuivie jusqu'à nos jours.

La halakha est le trait distinct du judaïsme en tant que religion d'obéissance à la parole de Dieu. Elle unit les juifs à travers les divergences de leurs tempéraments, de leurs origines et de leurs opinions théologiques. À l'époque actuelle, les principales différences pratiques qui subsistent entre le judaïsme orthodoxe et le judaïsme réformé dépendent de leurs attitudes respectives vis-à-vis de la halakha, les uns la considérant comme absolument contraignante, les autres s'efforçant d'adapter la halakha traditionnelle aux nécessités du monde moderne, sans que ceux-ci, non plus que les premiers, songent à la récuser.

—  Michel GAREL

Écrit par :

  • : diplômé d'études supérieures de grec, licencié en langue et littérature hébraïques, collaborateur à l'Institut de recherche et d'histoire des textes, C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  HALAKHA  » est également traité dans :

AKIVA, AKIBA ou AQIBA (50 env.-135)

  • Écrit par 
  • Michel GAREL
  •  • 674 mots

L'un des plus grands tannaim, Akiva fut aussi sans doute le sage le plus marquant de son temps ; patriote et martyr, il exerça une influence décisive sur le développement de la halakha. Sa vie est des plus spectaculaires dans l'histoire du judaïsme rabbinique. Bien que la légende ait coloré sa biographie, il est sûr qu'il vint assez tard au savoir et fut même un ennemi virulent de l'étude et de l' […] Lire la suite

APOLOGÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 3 540 mots

Dans le chapitre « L'apologétique chrétienne aux premiers siècles »  : […] L'apologétique chrétienne a commencé, au lendemain de la Pentecôte, avec les discours de Pierre (Actes des Apôtres, ii et iii ) et d'Étienne (Actes, vii ) . Elle fut d'abord une défense et un témoignage des juifs chrétiens face aux responsables du peuple juif. Son affirmation majeure était la réalisation des prophéties messianiques. Elle n'impliquait pas pour autant une rupture avec le judaïsme […] Lire la suite

CARO JOSEPH (1488-1575)

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 500 mots

Maître des talmudistes et de la communauté de Safed au xvi e siècle, Joseph Karo naquit sans doute à Tolède en Espagne. Après l'expulsion de 1492, sa famille s'exila au Portugal et prit le chemin de la Turquie. Il vécut là quarante années, d'abord à Istanbul, puis à Andrinople, à Nicosie et à Salonique. Il eut pour premier maître son père, Éphraïm Karo, talmudiste de classe. Le martyre de Salomon […] Lire la suite

COMPILATION DE LA MISHNA

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 188 mots

La Mishna , qui signifie en hébreu répétition (de la Loi) désigne d'abord dans le judaïsme la loi orale en corrélation avec le texte biblique ( miqra ), ensuite le recueil juridique compilé sous la direction du patriarche Juda ha-Nassi (le Prince) dans ses académies de Bet Shearim et de Séphoris en Galilée. Elle comprend six sedarim ou ordres traitant des prescriptions religieuses, juridiques, ét […] Lire la suite

ÉLÉAZAR DE WORMS (1163-1235)

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 415 mots

Une des figures dominantes du judaïsme allemand au Moyen Âge, Éléazar, né à Mayence, étudie dans les grandes académies talmudiques de France et de la vallée du Rhin. Il appartient à la grande famille des Kalonymides. Son père, Judah ben Kalonymos, lui enseigne la halakah et la théologie ésotérique ; mais, concernant cette dernière, ce fut Judah ben Samuel le Hassid (le Pieux), la plus grande figu […] Lire la suite

HÉBRAÏQUES LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY, 
  • René Samuel SIRAT
  •  • 8 503 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La littérature hébraïque à l'époque médiévale »  : […] Après la lente désagrégation du judaïsme palestinien ( iv e - v e  s.), le centre de gravité du judaïsme s'est déplacé vers la Babylonie, et les maîtres des académies talmudiques de ce pays (les geonim) devinrent les chefs spirituels du judaïsme tout entier, cela jusqu'au xi e  siècle. De toute la Diaspora, on se tournait vers eux pour résoudre les problèmes difficiles de jurisprudence. Toutefois […] Lire la suite

HILLEL L'ANCIEN (70 av. J.-C. env.-env. 10)

  • Écrit par 
  • Michel GAREL
  •  • 363 mots

Le plus grand des sages de la période du second Temple (le titre « l'Ancien », en hébreu zaken , désigne une personne qui occupe une charge importante), Hillel, né en Babylonie, eut pour maîtres, à Jérusalem, Shemayah et Avtalion. Sa période d'activité en tant que nasi (président du Sanhédrin) se situe environ entre ~ 10 et 10. C'est de son époque que date la fin du rôle des zugot (sorte de « duu […] Lire la suite

ISAAC BEN JACOB AL-FASI (1013-1103)

  • Écrit par 
  • Michel GAREL
  •  • 402 mots

Auteur du code talmudique le plus important avant le Mishned Torah de Maimonide al-Fasi, né dans la région de Constantine en Algérie, étudia à Kairouan sous la direction, aux dires d'Abraham ibn David, de Nissim ben Jacob et de Ḥananel ben Ḥushiel. Sa formation achevée, il s'installa à Fès (d'où vient son surnom al-Fasi ou Rif, initiales de Rabbi Isaac Fasi) ; il y demeura jusqu'en 1088, date à l […] Lire la suite

JUBILÉS LIVRE DES

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 447 mots

Ouvrage biblique pseudépigraphique remarquable pour sa présentation chronologique qui découpe en « jubilés » (périodes de quarante-neuf ans) la série des événements relatés depuis la Genèse jusqu'au chapitre xii de l'Exode : chaque jubilé est à son tour divisé en sept séries de sept ans, l'année comprenant 364 jours. La proposition d'un tel calendrier, lui-même dérivé de celui qui était en usage […] Lire la suite

JUDA HA-NASSI (135-220)

  • Écrit par 
  • Michel GAREL
  •  • 595 mots

Patriarche de Judée et rédacteur de la Mishna, Juda ha-Nassi, appelé aussi Juda le Saint ou Juda I er , était le fils du nasi Siméon ben Gamaliel et naquit, selon une tradition haggadique, le jour même de la mort de Rabbi Akiba, pendant les persécutions d'Hadrien. Il fut l'objet, de son vivant même, de la plus grande vénération : sa sagesse, la profondeur de sa spiritualité, son humilité aussi bie […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel GAREL, « HALAKHA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/halakha/