WAITS TOM (1949-    )

Le chanteur et auteur-compositeur américain Tom Waits a développé depuis les années 1970 une œuvre singulière, produisant au fil des ans des albums toujours plus décalés et innovants. L’univers baroque de ce poète des marges s’appuie sur des descriptions à la fois crues et cyniques de milieux urbains bizarres peuplés de personnages marginaux et extravagants. Ancrée dans le jazz, le blues et le cabaret, sa musique s’est enrichie de collages sonores, d’instruments inhabituels servis par une voix rauque et gutturale, parfois proche du grognement.

Né le 7 décembre 1949 à Pomona (Californie) dans une famille d’enseignants, Thomas Alan Waits s’initie en autodidacte à la guitare et au piano. Il se passionne pour le jazz, l’œuvre de Bob Dylan et les romans de la beat generation, notamment ceux de Jack Kerouac. C’est au cours de ses années de lycée qu’il intègre son premier groupe de musique, The System, influencé par le rhythm and blues. Après avoir enchaîné les petits boulots, Tom Waits décide de s’installer à Los Angeles pour y roder son répertoire dans les clubs de la ville. En 1971, il fait la connaissance du manager de Frank Zappa, Herb Cohen. Cette rencontre marque en quelque sorte le début de sa carrière : son premier album, Closing Time, paru en 1973 chez Asylum Records, et dont certains morceaux seront repris par Tim Buckley ou encore par Screamin' Jay Hawkins, oscille entre le folk, la country et le jazz. Peu satisfait du résultat, Tom Waits commence une collaboration avec le producteur et amateur de jazz Bones Howe qui conduira à la création d’une série d’albums dont The Heart of Saturday Night (1974), Nighthawks at the Diner (1975) et Small Change (1976) auquel participe le batteur de jazz Shelly Manne. Tom Waits fait parfois appel à la technique du stream of consciousness (« flux de conscience ») pour écrire ses chansons. Les histoires qu’il raconte sont proches du vaudeville, parfois sombres ou encore caustiques, et mettent souvent en [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Classification


Autres références

«  WAITS TOM (1949- )  » est également traité dans :

JARMUSCH JIM (1953-    )

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 2 987 mots

Dans le chapitre « Une masculinité à la dérive »  : […] losers échouent pour des raisons diverses en prison : ils sont interprétés par les musiciens John Lurie et Tom Waits (également concepteurs de la bande-son) et par l'acteur italien Roberto Benigni. Jarmusch se crée une famille avec des artistes contemporains, hétérodoxes dans leurs goûts, mais tous doués d'une profonde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jim-jarmusch/#i_56384

WILSON ROBERT

  • Écrit par 
  • Frédéric MAURIN
  •  • 2 066 mots

Dans le chapitre « À la conquête de soi »  : […] La Femme sans ombre de Richars Strauss (2002). Il monte également des spectacles avec Lou Reed, Timrocker, 1997 ; POEtry, 2000) et Tom Waits (Alice, 1992 ; Woyzeck, 2002). En collaboration avec le Berliner Ensemble, il présente L’Opéra de quat’sous de Bertolt Brecht (2009), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-wilson/#i_56384

Pour citer l’article

« WAITS TOM (1949-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tom-waits/