JARMUSCH JIM (1953- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jim Jarmusch a su créer un univers cinématographique à la fois désespéré et laconique, fondé sur la stylisation du comportement de personnages situés aux marges de la société, des mythes urbains et culturels. Rattrapé par le temps et la culture des vidéoclips, l'auteur de Broken Flowers (2005) s'en distancie et devient, à partir des années 2000, un cinéaste néoclassique qui fait évoluer et vieillir ses personnages avec lui-même.

En 1971, Jim Jarmusch se rend d'Akron (Ohio, où il est né le 22 janvier 1953) à New York pour étudier la littérature. Il s'essaie également à la pratique musicale. D’abord attiré par le jazz et le punk-rock (il compose la musique de son premier film, Permanent Vacation, 1980, avec John Lurie), il trouve, en passant derrière la caméra, un style personnel issu du croisement de divers héritages culturels : la Nouvelle Vague française, Nicholas Ray, dont il fut l'élève, et Wim Wenders, qu'il assista lors du tournage de Nick's Movie (1979). Lié, à la fin des années 1970, au mouvement informel de la no wave cinématographique new-yorkaise qui regroupait des personnalités telles qu'Eric Mitchell, Amos Poe, Michael Oblowitz, fascinés à la fois par l'avant-garde et les séries télévisées, le glamour hollywoodien et la pratique du Super-8, Jarmusch en légitime certains aspects : dandysme désabusé des « antihéros » de ses fictions, travail dans l'ascétisme ; création, grâce à la complicité de musiciens comme John Lurie, Tom Waits, Iggy Pop, d'une modernité froide où les personnages évoluent dans un état second, à la manière de somnambules. Le style européen des films de Jarmusch l'éloigne de certains de ses contemporains « modernistes » comme Tim Burton, Spike Lee ou Quentin Tarantino. Néanmoins, l'auteur de Year of the Horse (1997) demeure profondément américain, notamment par ses choix musicaux.

Une masculinité à la dérive

Jim Jarmusch affirme avoir des ascendants tchèques, allemands et irlandais. Il vit à New York depuis l'âge de dix-sept ans. Attiré par l'Europe, il séjourne quelques mois à Paris en 1974 et fréquente la Cinémathèque française : Antonioni, Mizoguchi, Ozu le marquent alors. De retour aux États-Unis, il s'inscrit à la New York University Graduate School où il aura Nicholas Ray comme professeur. En 1980, son film de fin d'études, Permanent Vacation, est remarqué dans de nombreux festivals. Déjà on devine, à travers les déambulations d'un adolescent amateur de jazz, qui se perçoit comme un « touriste en congé permanent », cette appétence de l'auteur pour la description des marginaux. Proche d'une forme de documentaire subjectif, Permanent Vacation nous montre un New York « déguisé » en ville du Tiers Monde ou en cité victime d’un séisme. Ce périple d'un personnage solitaire, en quête de lui-même à travers la visite de quelques lieux privilégiés, se retrouve, un quart de siècle plus tard, dans Broken Flowers, mais également dans Paterson (2016), film de la maturité.

Jarmusch tourne ensuite un court-métrage The New World (1982). Wenders va l’aider en lui donnant les chutes d'un de ses films pour qu’il en fasse un long-métrage : ce sera Stranger than Paradise (1984), entièrement conçu en noir et blanc, tout comme l'opus suivant, Down by Law (1985), qui reçoit la Caméra d'or à Cannes. Jarmusch a clairement établi son style : un cinéma pointilliste, découpé en sketches (jusqu'à Dead Man, 1995), et jetant un regard désabusé sur ses contemporains. L'esthétique, chez lui, est directement liée aux conditions matérielles de fabrication. Stranger than Paradise décrit les rapports difficiles mais jamais réellement conflictuels entre Eva, une jeune Hongroise nouvellement débarquée aux États-Unis, et son cousin Willie (interprété par John Lurie) qui l'accueille fraîchement. Il est toujours flanqué de son ami Eddie. Le film, élaboré sur deux ans, ne pouvait présenter une texture unie : il est construit en trois parties (New York, Cleveland, Floride). Comme pour couper le cordon ombilical qui le relie à Wenders, Jarmusch trousse ici un faux road-movie. Contrairement aux œuvres de l'aîné où le paysage sert de révélateur à l'angoisse existentielle des protagonistes (comme ce sera le cas dans Broken Flowers), les trois comparses de Stranger than Paradise sortent rarement de leur hôtel, vivent dans un éternel présent et ne semblent pouvoir exprimer leurs affects que par l’ellipse ou l’acte manqué. On note, symptomatiquement, que l’amour physique est peu présent dans le monde de Jarmusch. Axé essentiellement sur une vision tour à tour humoristique ou désabusée de l'homme, son cinéma n’en fait pas moins une place de choix aux femmes, en particulier dans la deuxième partie de Mystery Train (1988), deux sketches de Night on Earth (1991), le court-métrage Int. Trailer. Night (2001), et surtout dans Broken Flowers et Only Lovers Left Alive. Le choix de dépeindre une masculinité à la dérive ne suppose en rien un regard misogyne.

Down by Law (1985) dresse la cartographie complète de la galaxie jarmuschienne en même temps que son esthétique s'enrichit de travellings et d'une nouvelle séduction formelle due au directeur de la photo, Robby Müller, qui excelle dans le rendu du noir et blanc. Trois losers échouent pour des raisons diverses en prison : ils sont interprétés par les musiciens John Lurie et Tom Waits (également concepteurs de la bande-son) et par l'acteur italien Roberto Benigni. Jarmusch se crée une famille avec des artistes contemporains, hétérodoxes dans leurs goûts, mais tous doués d'une profonde ironie. Ce clan s’agrandira encore avec Night on Earth. Quoique bâti d'un bloc, Down by Law se présente en trois parties : la vie des antihéros au début, leur rencontre en prison et leur évasion. Situé en Louisiane, le film emprunte beaucoup à l'esthétique de studio et évoque parfois le cinéma d'un Josef von Sternberg. Mais ce baroquisme de façade n'influe pas sur la thématique de Jarmusch : en dépit des efforts de Benigni pour communiquer avec ses comparses, chacun demeure isolé en lui-même. La fin est révélatrice de ce dandysme froid : malgré une certaine complicité, les personnages interprétés par Lurie et Waits se séparent sans regret. Cette peinture d'une amitié virile, apparemment vouée à l'échec et à l'indifférence, constituera le matériau essentiel de la collection de courts-métrages Coffee and Cigarettes (1986-2003) où divers interprètes – acteurs et musiciens – de la saga jarmuschienne (Roberto Benigni, Iggy Pop, Tom Waits, Isaach de Bankolé) brodent autour du thème de la dangerosité du café et des cigarettes, en de très brefs et splendides haïkus en noir et blan [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  JARMUSCH JIM (1953- )  » est également traité dans :

BROKEN FLOWERS (J. Jarmusch)

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 1 040 mots

Après deux tentatives pour aborder, de biais, le cinéma de genre (le western avec Dead Man, 1995, le film d'action dans Ghost Dog, 1999), Jim Jarmusch revient, avec Broken Flowers (2005), à la peinture dépouillée du monde contemporain tel qu'il l'a esquis […] Lire la suite

GHOST DOG (J. Jarmusch)

  • Écrit par 
  • Frédéric STRAUSS
  •  • 1 022 mots
  •  • 1 média

Né en 1953 dans l'Ohio, Jim Jarmusch fut dans les années 1980 un jeune cinéaste dans le vent et l'emblème du cinéma indépendant américain. Ses films, d'un noir et blanc poétique, étaient des errances mélancoliques (Stranger than Paradise, 1984), de lentes fuites erratiques traversées par des éclats de folie douce et de comique burles […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Le théâtre et le cinéma

  • Écrit par 
  • Geneviève FABRE, 
  • Liliane KERJAN, 
  • Joël MAGNY
  •  • 9 420 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Un archipel cinématographique »  : […] C'est dans ce sens qu'on a pu dire que l'essentiel du cinéma américain qu'on apprécie en France est le produit des indépendants. Mais l'augmentation des coûts de production, lié à l'utilisation de technologies de pointe comme à l'augmentation des frais de production, en particulier les cachets des acteurs, menace cette indépendance. Cela n'a pas empêché l'émergence de véritables auteurs. Le cas le […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Raphaël BASSAN, « JARMUSCH JIM (1953- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jim-jarmusch/