BENIGNI ROBERTO (1952- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Acteur et réalisateur italien né le 27 octobre 1952 à Castiglion Fiorentino, en Toscane.

Roberto Benigni est le fils d’un modeste métayer déporté dans un camp de travail allemand pendant la Seconde Guerre mondiale. L’humour dont fait preuve son père lorsqu’il raconte ses souvenirs contribue à forger le talent comique du jeune Benigni et sera la source d’inspiration de La vita è bella (La vie est belle). Benigni s’inscrit dans un séminaire jésuite à Florence, mais il abandonne vite les cours pour le spectacle. Après un travail comme assistant de magicien, il rejoint un théâtre expérimental à la fin des années 1960. Il coécrit un monologue semi-autobiographique avec lequel il part en tournée dans toute l’Italie pour le tournage du film Berlinguer, ti voglio bene (1977). Il interprète plusieurs rôles au cinéma et commence sa carrière de réalisateur en 1983 avec Tu mi turbi (Tu me troubles), dont il est aussi le scénariste et interprète. Dans ce premier film, il tourne aux côtés de Nicoletta Braschi, qui deviendra sa femme et jouera dans la plupart de ses films (elle sera son épouse à l’écran dans La vie est belle). Benigni poursuit sa carrière de cinéaste sous la triple casquette de réalisateur, scénariste et acteur avec Il piccolo diavolo (1989 ; Le Petit Diable), Johnny Stecchino (1992) et Il Mostro (1994 ; Le Monstre), une farce sur la mafia qui bat les records d’entrées dans les salles italiennes. Au milieu des années 1990, Benigni séduit le public européen par ses talents d’imitateur et son exubérance gestuelle, qui ne sont pas sans rappeler son idole, Charlie Chaplin. Il interprète des rôles dans des films américains (Down by Law de Jim Jarmusch, 1986 ; Le Fils de la panthère rose de Blake Edwards, 1993), mais reste relativement méconnu aux États-Unis jusqu’à la sortie de La vie est belle en 1998. Le film connaît un immense succès et devient le film étranger qui réalise le plus de recettes aux États-Unis. L’acteur aux talents multiples tourne également en France dans Astérix et Obélix contre César (1998).

Lors de la cé [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Classification


Autres références

«  BENIGNI ROBERTO (1952- )  » est également traité dans :

COMÉDIE ITALIENNE, cinéma

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI, 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 3 510 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La comédie, un genre en crise ? »  : […] Depuis les années 1980, la comédie italienne a profondément changé. Dans le cadre général d'une cinématographie en perte de vitesse, elle n'a pas toujours su s'adapter aux nouvelles exigences du public ; elle a perdu par ailleurs son rôle de décrypteur humoristique des travers d'une société. Ainsi, le cinéma satirique, peu connu hors des frontières de la péninsule, n'est devenu souvent qu'un comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-italienne-cinema/#i_26813

JARMUSCH JIM (1953- )

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 2 986 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une masculinité à la dérive »  : […] Jim Jarmusch affirme avoir des ascendants tchèques, allemands et irlandais. Il vit à New York depuis l'âge de dix-sept ans. Attiré par l'Europe, il séjourne quelques mois à Paris en 1974 et fréquente la Cinémathèque française : Antonioni, Mizoguchi, Ozu le marquent alors. De retour aux États-Unis, il s'inscrit à la New York University Graduate School où il aura Nicholas Ray comme professeur. En 19 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jim-jarmusch/#i_26813

Pour citer l’article

« BENIGNI ROBERTO (1952- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/roberto-benigni/