LOCALISATIONS CÉRÉBRALES THÉORIE DES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Théorie donnant un siège anatomique aux diverses fonctions psychologiques. C'est Albert le Grand (xiiie s.) qui le premier s'efforça de répartir les fonctions mentales entre les parties du cerveau. La phrénologie de Gall et Spurzheim donna, en 1810, aux localisations cérébrales une base scientifique, malheureusement accompagnée de déductions fantaisistes qui jetèrent sur la théorie un certain ridicule ; et l'on continua, avec P. Flourens (1794-1867), à penser que le cerveau fonctionne comme un tout. Pourtant, L. Rolando (1773-1831) avait repéré sur l'animal les déficits spécifiques liés à l'ablation de diverses parties du cerveau ; J.-B. Bouillaud (1796-1881) localise le centre du langage dans le lobe temporal, et P. Broca (1824-1880) délimite cette zone avec précision : la mémoire des mots, démontre-t-il, a son siège au pied de la troisième circonvolution frontale (1861).

Ce sont les travaux de Broca qui habilitent la théorie, dont le sort restera ainsi lié avant tout aux recherches sur l'aphasie. Dans le dernier quart du xixe siècle, elle a la faveur des psychologues associationnistes, et se traduit par des descriptions d'innombrables schémas de centres d'images et de leurs associations. Il en résulte des discussions passionnées qui mettent en relief la fragilité des localisations autres que motrices (Fritsch et Hitzig) et visuelles (H. Munk). Sous l'influence des idées de H. Jackson (1884) et du renouvellement des études de l'aphasie opéré par P. Marie (1863-1940), la critique de la théorie des localisations cérébrales peut sembler définitive tant dans les discussions de Bergson (Matière et mémoire, 1896) que dans la reprise du problème par des neurologues influencés par la Gestalttheorie et la phénoménologie husserlienne, tels C. von Monakow et R. Mourgue (Introduction biologique à l'étude de la neurologie et de la psychopathologie, 1928, notion de « localisation chronogène »), K. Goldstein (La Structure de l'organisme, 1934, dont on connaît l'influence sur l'œuvre du philosophe M. Merleau-Ponty) et V. von Weizsaecker (Le Cycle de la structure, 1939).

Jeu de l'oie du caractère

Photographie : Jeu de l'oie du caractère

La phrénologie, ou l'étude du caractère d'après la conformation externe du crâne, inventée par Franz Josef Gall (1757-1828), est expliquée dans une planche naïve, en 1880. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

En fait, leur mérite se limite à repousser définitivement les théories localisatrices « pointillistes ». Les recherches du dernier demi-siècle ont réhabilité dans une certaine mesure l'idée de localisation cérébrale. Par les dégénérescences secondaires, la neurochirurgie stéréotaxique, les méthodes raffinées d'exploration radiologique et isotopique, la stimulation électrique cérébrale, etc., et avec les chercheurs de ce siècle (H. Cushing, E. Moniz, C. Sherrington, W. Penfield, H. Teuber, K. Primbram, J. Delgado et beaucoup d'autres), on est aujourd'hui amené à penser que tout processus neuropsychique, d'une part, met en activité le cerveau tout entier et, d'autre part, s'appuie plus particulièrement sur des centres ou des nœuds, dont la carte assez précise est dressée (depuis les premiers essais d'A. Campbell, 1905, jusqu'à P. Bailey et G. von Bonin, 1951) et où s'entrelacent stimulations et associations. Mais, si localisation d'une fonction il y a, ce sera plutôt sous la forme d'un circuit qu'on devra désormais la concevoir ; par exemple, la mémoire engage un système hippocampo-thalamo-mamillo-cingulaire.

Quant à l'intelligence, elle engage trop d'associations pour qu'on espère en dresser la topographie.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LOCALISATIONS CÉRÉBRALES THÉORIE DES  » est également traité dans :

BROCA PAUL (1824-1880)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 678 mots
  •  • 1 média

Créateur de la chirurgie moderne du cerveau et fondateur de l'anthropologie, né à Sainte-Foy-la-Grande (Gironde). Paul Broca étudie la médecine à Paris en 1841, soutient sa thèse de doctorat en 1849. Agrégé en 1853, il est alors chirurgien des hôpitaux et obtient, en 1867, la chaire de pathologie externe à la faculté de médecine de Paris. Il sera vice-président du Conseil général des hôpitaux, p […] Lire la suite

CERVEAU HUMAIN

  • Écrit par 
  • André BOURGUIGNON, 
  • Cyrille KOUPERNIK, 
  • Pierre-Marie LLEDO, 
  • Bernard MAZOYER, 
  • Jean-Didier VINCENT
  •  • 12 730 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le siège du psychisme »  : […] De tout temps, la nature des rapports entre le cerveau, structure anatomique fonctionnelle de mieux en mieux connue, et ce qu'on appelle l'esprit ou le psychisme a stimulé l'intérêt de l'homme, comme en témoigne l'historique établi par H. Hecaen et G. Lanteri-Laura. Si l'on admet qu'une âme raisonnable « habite » le cerveau, elle serait ainsi cause et principe des sensations et des mouvements volo […] Lire la suite

HÉMISPHÈRES CÉRÉBRAUX

  • Écrit par 
  • Pierre BUSER, 
  • Paul LAGET
  •  • 12 324 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Hémisphères cérébraux et opérations intellectuelles »  : […] Présentée sous deux aspects analytiques, celui de la sensorialité et celui de la motricité, l'exploration fonctionnelle des hémisphères cérébraux n'est pas close. C'est évidemment dans le cortex cérébral que se situe l'élaboration des fonctions complexes, qu'il s'agisse de la reconnaissance du monde sensible (fonctions gnosiques), de la programmation d'actes organisés et finalisés (fonctions prax […] Lire la suite

HITZIG EDUARD (1838-1907)

  • Écrit par 
  • Jean-Gaël BARBARA
  •  • 1 347 mots
  •  • 1 média

Psychiatre allemand, Eduard Hitzig est surtout connu pour ses travaux pionniers de stimulation électrique du cortex cérébral de mammifères, qui a permis l’élaboration de la théorie des localisations cérébrales, selon laquelle le cortex est organisé en aires spécialisées pour des fonctions comme le langage, la sensibilité ou la motricité. Julius Eduard Hitzig est né à Berlin le 6 février 1838 dans […] Lire la suite

NEUROLOGIE

  • Écrit par 
  • Raymond HOUDART, 
  • Hubert MAMO, 
  • Jean MÉTELLUS
  • , Universalis
  •  • 30 241 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le XIXe siècle et la méthode anatomoclinique »  : […] Au xix e  siècle, bon nombre de travaux neurologiques voient le jour ; Charles Bell sur le champ de bataille de Waterloo, excellent dessinateur, fixe dans de rapides esquisses les traits des diverses paralysies ; François Magendie démontre les fonctions de la moelle et la sensibilité récurrente des racines antérieures ; ailleurs, Pierre Flourens prouve la fonction coordinatrice du cervelet. Enfin, […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges TORRIS, « LOCALISATIONS CÉRÉBRALES THÉORIE DES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-localisations-cerebrales/