LOCALISATIONS CÉRÉBRALES THÉORIE DES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Théorie donnant un siège anatomique aux diverses fonctions psychologiques. C'est Albert le Grand (xiiie s.) qui le premier s'efforça de répartir les fonctions mentales entre les parties du cerveau. La phrénologie de Gall et Spurzheim donna, en 1810, aux localisations cérébrales une base scientifique, malheureusement accompagnée de déductions fantaisistes qui jetèrent sur la théorie un certain ridicule ; et l'on continua, avec P. Flourens (1794-1867), à penser que le cerveau fonctionne comme un tout. Pourtant, L. Rolando (1773-1831) avait repéré sur l'animal les déficits spécifiques liés à l'ablation de diverses parties du cerveau ; J.-B. Bouillaud (1796-1881) localise le centre du langage dans le lobe temporal, et P. Broca (1824-1880) délimite cette zone avec précision : la mémoire des mots, démontre-t-il, a son siège au pied de la troisième circonvolution frontale (1861).

Ce sont les travaux de Broca qui habilitent la théorie, dont le sort restera ainsi lié avant tout aux recherches sur l'aphasie. Dans le dernier quart du xixe siècle, elle a la faveur des psychologues associationnistes, et se traduit par des descriptions d'innombrables schémas de centres d'images et de leurs associations. Il en résulte des discussions passionnées qui mettent en relief la fragilité des localisations autres que motrices (Fritsch et Hitzig) et visuelles (H. Munk). Sous l'influence des idées de H. Jackson (1884) et du renouvellement des études de l'aphasie opéré par P. Marie (1863-1940), la critique de la théorie des localisations cérébrales peut sembler définitive tant dans les discussions de Bergson (Matière et mémoire, 1896) que dans la reprise du problème par des neurologues influencés par la Gestalttheorie et la phénoménologie husserlienne, tels C. von Monakow et R. Mourgue (Introduction biologique à l'étude de la neurologie et de la psychopathologie, 1928, notion de « localisation chronogène »), K. Goldstein (

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LOCALISATIONS CÉRÉBRALES THÉORIE DES  » est également traité dans :

BROCA PAUL (1824-1880)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 678 mots
  •  • 1 média

la craniologie. Des années durant, à l'aide d'instruments qu'il a inventés, il mesure des crânes et en tire des enseignements nouveaux. Soutenant que l'on peut deviner les localisations cérébrales et la forme du cerveau d'après le crâne, il publie, en 1861, un important mémoire sur la forme et le volume du cerveau ; peu après, il s'efforce de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-broca/#i_12172

CERVEAU HUMAIN

  • Écrit par 
  • André BOURGUIGNON, 
  • Jean-Claude DUPONT, 
  • Cyrille KOUPERNIK, 
  • Pierre-Marie LLEDO, 
  • Bernard MAZOYER, 
  • Jean-Didier VINCENT
  •  • 17 094 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le siège du psychisme »  : […] Puis commence la bataille des localisations cérébrales, avec trois noms clés : ceux de Franz Josef Gall (1758-1828), de Paul Broca (1824-1880) et de Korbinian Brodmann (1868-1918). Sans doute faut-il rendre justice à Gall, dont une certaine tradition a fait un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cerveau-humain/#i_12172

HÉMISPHÈRES CÉRÉBRAUX

  • Écrit par 
  • Pierre BUSER, 
  • Paul LAGET
  •  • 12 323 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Hémisphères cérébraux et opérations intellectuelles »  : […] mais elles se réduisent finalement à deux attitudes fondamentales vis-à-vis des localisations cérébrales ; l'une les accepte et en recherche les détails, l'autre en minimise l'importance et voit volontiers l'écorce comme un tout fonctionnel non divisible. De telles discussions vont bien au-delà des faits, toujours fragmentaires, que les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hemispheres-cerebraux/#i_12172

MÉMOIRE

  • Écrit par 
  • Serge BRION, 
  • Jean-Claude DUPONT, 
  • Alain LIEURY
  •  • 12 305 mots

Dans le chapitre « Plasticité et spécificité cérébrales »  : […] Les travaux physiologiques du Canadien Wilder Graves Penfield (1891-1976) représentent un nouvel élan pour la localisation corticale des fonctions. Penfield propose des dessins de « cartes » sensorimotrices grâce à la stimulation électrique systématique sur cerveaux à découvert à l'état de veille chez les épileptiques (1937). Pour les « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/memoire/#i_12172

NEUROLOGIE

  • Écrit par 
  • Raymond HOUDART, 
  • Hubert MAMO, 
  • Jean MÉTELLUS
  • , Universalis
  •  • 30 240 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le XIXe siècle et la méthode anatomoclinique »  : […] qu'on assiste vraiment à une tentative de confrontation anatomo-clinique grâce à « la présentation des deux célèbres observations concernant des patients privés de langage et dont l'examen post mortem avait montré l'existence de lésions cérébrales par ramollissement de la vallée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurologie/#i_12172

PSYCHOPHYSIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Michel MEULDERS
  •  • 5 410 mots

Dans le chapitre « Mécanismes cérébraux »  : […] soit cristallisée progressivement en un problème qui domine tous les autres : celui de la localisation cérébrale des fonctions psychologiques. Depuis Broca, qui publia en 1861 son célèbre travail sur la localisation, au niveau de l'hémisphère gauche, des centres du « langage », on vit naître des théories prônant, pour expliquer l'acquisition de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychophysiologie/#i_12172

Pour citer l’article

Georges TORRIS, « LOCALISATIONS CÉRÉBRALES THÉORIE DES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-localisations-cerebrales/