HITZIG EDUARD (1838-1907)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Psychiatre allemand, Eduard Hitzig est surtout connu pour ses travaux pionniers de stimulation électrique du cortex cérébral de mammifères, qui a permis l’élaboration de la théorie des localisations cérébrales, selon laquelle le cortex est organisé en aires spécialisées pour des fonctions comme le langage, la sensibilité ou la motricité.

Julius Eduard Hitzig est né à Berlin le 6 février 1838 dans une famille bourgeoise d’ascendance juive qui s’est inscrite dans le mouvement d’émancipation des juifs de Prusse inspiré de la philosophie des Lumières, la Haskala (de l’hébreu « éducation »). Son grand-père, Julius Eduard Hitzig (1780-1849), né Isaac Elias Itzig, est un juriste et criminologue célèbre, converti au protestantisme. Son père, Georg Heinrich Friedrich Hitzig (1811-1881), est un architecte berlinois, qui a notamment construit la banque impériale de Berlin.

Eduard Hitzig est un homme ambitieux, d’un caractère qui deviendra autoritaire au point d’être parfois présenté comme l’archétype du Prussien par son propre élève Robert Wollenberg (1862-1942). Jeune homme, il renonce à des études de droit et s’oriente vers la médecine. En 1862, il passe sa thèse dans ce domaine, centrée sur l’étude expérimentale de l’origine de l’urée. Il se forme aussi à la pathologie cellulaire chez Rudolf Virchow (1821–1902) à l’université de Würzburg au moment où ce dernier publie son traité Die Cellularpathologie (1858). Il poursuit à Berlin sa formation chez des maîtres prestigieux, en électrophysiologie chez Émile du Bois-Reymond (1818-1896), avec Moritz Heinrich Romberg (1795-1873), spécialiste des maladies nerveuses et auteur d’un des premiers traités de neurologie, et en [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HITZIG EDUARD (1838-1907)  » est également traité dans :

HÉMISPHÈRES CÉRÉBRAUX

  • Écrit par 
  • Pierre BUSER, 
  • Paul LAGET
  •  • 12 320 mots
  •  • 8 médias

Bien des siècles avant l'Antiquité classique, on admettait déjà un étroit rapport entre les hémisphères cérébraux et les fonctions mentales supérieures : sensation consciente, motricité volontaire, mémoire, etc. Les anciens auteurs ont abondamment spéculé sur la région des hémisphères où pouvaient résider ces facultés généralement désignées par le terme global d'âme ou de psyché. Les uns les plaç […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hemispheres-cerebraux/#i_57440

LOCALISATIONS CÉRÉBRALES THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 601 mots
  •  • 1 média

Théorie donnant un siège anatomique aux diverses fonctions psychologiques. C'est Albert le Grand ( xiii e  s.) qui le premier s'efforça de répartir les fonctions mentales entre les parties du cerveau. La phrénologie de Gall et Spurzheim donna, en 1810, aux localisations cérébrales une base scientifique, malheureusement accompagnée de déductions fa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-localisations-cerebrales/#i_57440

NEUROLOGIE

  • Écrit par 
  • Raymond HOUDART, 
  • Hubert MAMO, 
  • Jean MÉTELLUS
  • , Universalis
  •  • 30 238 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le XXe siècle et les neurosciences »  : […] À la sémiologie clinique traditionnelle les médecins associent peu à peu une sémiologie instrumentale. Dès la fin du xix e  siècle, des chercheurs travaillent dans cette voie. C'est l'entrée en scène des neurophysiologistes, qui s'intéressent aux structures histologiques, aux questions de physiologie et aux problèmes du fonctionnement du système […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurologie/#i_57440

PHYSIOLOGIE ANIMALE (histoire de la notion)

  • Écrit par 
  • Georges CANGUILHEM
  •  • 4 775 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Information et contrôle en physiologie »  : […] La variété de nouveaux modes de vie, l'obligation de se conduire dans de « nouveaux milieux », d'origine technologique, n'abolissent pas toutefois chez l'homme sa condition d'animal, c'est-à-dire de vivant sensible et mobile, capable de rapports d'adaptation souple à son environnement. Les fonctions du système nerveux sont donc restées, pour les physiologistes du xix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physiologie-animale-histoire-de-la-notion/#i_57440

Pour citer l’article

Jean-Gaël BARBARA, « HITZIG EDUARD - (1838-1907) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eduard-hitzig/