PHRÉNOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Art de reconnaître les instincts, les penchants, les talents et les dispositions morales et intellectuelles des hommes et des animaux par la configuration de leur cerveau et de leur tête : ce titre d'un ouvrage de Franz Josef Gall (1757-1828) est la meilleure définition de la phrénologie, bien que son inventeur l'appelât « cranioscopie » et que le terme « phrénologie » ait été forgé par un disciple, G. Spurzheim (1776-1832), en 1810.

Jeu de l'oie du caractère

Jeu de l'oie du caractère

Photographie

La phrénologie, ou l'étude du caractère d'après la conformation externe du crâne, inventée par Franz Josef Gall (1757-1828), est expliquée dans une planche naïve, en 1880. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Gall, né à Tiefenbronn (Bade), chassé de Vienne pour ses idées, parcourut l'Europe avant de se fixer à Paris. Précurseur de la neurophysiologie, il étudia le cerveau chez l'animal et chez l'embryon, et, après Herder, il soutint, contre la conception unitaire des philosophes spiritualistes de l'école éclectique, que les diverses fonctions correspondent à une pluralité d'organes cérébraux. En rapportant les phénomènes de l'intelligence à l'organisation physiologique, il fonda la psychologie moderne, ce que comprirent Esquirol, d'une part, Broussais et Comte, de l'autre. Enfin, la collection craniologique qu'il avait recueillie, acquise par le Muséum de Paris en 1831, fut au départ des recherches anthropologiques d'A. Serres et, surtout, de Broca, lequel, par ailleurs, lui doit l'idée des localisations cérébrales. Mais, doué d'un caractère enthousiaste, Gall se laissa aller à fonder une pseudo-science que ses contemporains accueillirent avec passion. Il eut la première intuition de la phrénologie le jour où il fut frappé par la proéminence des yeux de ceux de ses étudiants qui avaient le plus de mémoire ; de là, il conclut à l'existence de l'organe de la mémoire en arrière des yeux, et découvrit ainsi peu à peu trente-sept organes de ce genre, soigneusement répertoriés : centres ou organes de l'amour physique, de l'amitié, de la ruse, de la finesse, de la prévoyance, de l'esprit métaphysique... Il dressa une carte de « protubérances » (dont l'expression commune « bosse » est le souvenir) et mit au point une méthode diagnostique par palpation digitale du crâne.

Ou [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PHRÉNOLOGIE  » est également traité dans :

CERVEAU ET NOMBRES

  • Écrit par 
  • Mauro PESENTI
  •  • 977 mots

Dans le chapitre « Approche anatomoclinique »  : […] Au xix e  siècle, la phrénologie localise les fonctions cognitives en appariant les compétences observées avec les bosses à la surface du crâne, l'idée étant que plus une fonction cognitive se développe, plus la structure cérébrale qui la prend en charge croît en volume et presse sur la paroi crânienne qu'elle déforme. Les habiletés numériques se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cerveau-et-nombres/#i_29688

CRÂNE

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 5 238 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Variations morphologiques du crâne »  : […] La variabilité morphologique du crâne humain contemporain est si importante qu'elle constitue un objet d'analyse anthropométrique capital. On mesure par exemple un indice céphalique en faisant le rapport diamètre transversal maximum sur diamètre antéropostérieur × 100, ce qui donne : crâne dolichocéphale (allongé), 75 ; crâne mésocéphale, 80 ; crâne brachycéphale, > 80. D'autres indices sont uti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crane/#i_29688

LOCALISATIONS CÉRÉBRALES THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 601 mots
  •  • 1 média

Théorie donnant un siège anatomique aux diverses fonctions psychologiques. C'est Albert le Grand ( xiii e  s.) qui le premier s'efforça de répartir les fonctions mentales entre les parties du cerveau. La phrénologie de Gall et Spurzheim donna, en 1810, aux localisations cérébrales une base scientifique, malheureusement accompagnée de déductions fa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-localisations-cerebrales/#i_29688

NEUROLOGIE

  • Écrit par 
  • Raymond HOUDART, 
  • Hubert MAMO, 
  • Jean MÉTELLUS
  • , Universalis
  •  • 30 237 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les idées nouvelles au XVIIIe siècle »  : […] Au xviii e  siècle, caractérisé par l'épanouissement des théories physiologiques,  les connaissances en anatomie continuent de s'accumuler. Raymond Vieussens (1641-1715), durcissant le cerveau par la cuisson dans l'huile, décrit le centre ovale et la capsule interne. Plus tard, Félix Vicq d'Azyr (1748-1794) distingue les régions frontale, pariétal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurologie/#i_29688

PHYSIOGNOMONIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LECOQ
  •  • 8 003 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « D'Aristote à Lavater »  : […] Le texte fondateur de la physiognomonie, les Physiognomonica , fut longtemps attribué à Aristote lui-même et appartient sans doute à son école. Plus tard, trois autres auteurs y puisèrent tout en le complétant : le sophiste grec Polémon ( ii e  s. apr. J.-C.), un anonyme latin parfois identifié à Apulée ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physiognomonie/#i_29688

Pour citer l’article

Georges TORRIS, « PHRÉNOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/phrenologie/