Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

THÉÂTRE OCCIDENTAL La dramaturgie

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par et

La dramaturgie à l'épreuve de la crise du drame

De ses héritiers directs, Lessing, Beaumarchais ou Mercier, aux auteurs qui fondent le drame moderne au tournant des xixe et xxe siècles, Diderot influence durablement la pensée dramaturgique. Ainsi la conception naturaliste du théâtre défendue par Zola est-elle issue d'une esthétique réaliste en germe dès Le Fils naturel. L'impératif réaliste que l'auteur du Naturalisme au théâtre (1876-1880) emprunte à Diderot trouve une nouvelle légitimité dans l'expansion du roman : l'évolution de la dramaturgie passe désormais par le transfert sur scène des qualités du roman naturaliste, notamment son ouverture au monde réel.

Antoine, fondateur en 1887 du Théâtre-Libre, place ce mot d'ordre naturaliste au service d'un « impérieux besoin de renouveau » qui engage aussi le devenir scénique du texte de théâtre. Alors que la tragédie et le drame s'écrivaient en référence à un seul devenir scénique, le passage du texte à la scène devient, à la fin du xixe siècle, objet de choix, comme en témoignent les esthétiques divergentes d'Antoine ou de Lugné-Poe, qui place le théâtre de l'Œuvre, créé en 1893, sous le signe du symbolisme. L'invention de la mise en scène ouvre une disjonction entre une dramaturgie propre à chaque représentation, qu'une analyse du spectacle permet de restituer, et une dramaturgie inhérente au texte.

Dès les années 1880, les textes théâtraux étrangers répondent au désir de modernité exprimé par Zola. Si les œuvres d'Ibsen, Strindberg, Maeterlinck ou Tchekhov témoignent d'une crise du drame, cette crise revêt une portée positive. Tel est le sens que lui donne Peter Szondi, dont la Théorie du drame moderne (1954) retrace une mise en question productive de la tradition théâtrale. Szondi propose, dans un premier temps, un modèle théorique de la forme dramatique traditionnelle, qu'il qualifie de « drame absolu ». Défini comme un « événement interhumain dans sa présence », le drame est absolu en ce qu'il exclut tout élément extérieur à l'échange interhumain qu'exprime le dialogue, en particulier la médiation d'un sujet épique qui l'arracherait à la « suite absolue de présents » régissant son déroulement. Mais cette forme absolue entre en tension avec les sujets portés à la scène à la fin du xixe siècle : dès lors, le drame « nie dans son contenu ce que, par fidélité à la tradition, il veut continuer à exprimer formellement, l'actualité des liens humains ». Cette remarque engage une crise féconde pour la dramaturgie, parce que créatrice de formes nouvelles.

Une dramaturgie des auteurs

Maurice Maeterlinck - crédits : Culture Club/ Getty Images

Maurice Maeterlinck

Les réflexions que Maeterlinck ou Strindberg formulent en marge de leurs pièces fondent la nécessité d'un renouveau de l'écriture sur l'évolution de la société : c'est en référence au réel que s'élabore cette dramaturgie des auteurs. Ainsi Maeterlinck définit-il, dans Le Trésor des humbles (1896), un « tragique quotidien » qui lui semble « bien plus réel, bien plus profond et bien plus conforme à notre être véritable que le tragique des grandes aventures ». L'alliance de deux termes opposés, le « tragique » et le « quotidien », rompt avec une dramaturgie de l'affrontement héroïque impropre à refléter la vie moderne. L'homme ne connaît désormais d'autre aventure tragique que la mort, qui constitue tout le sujet de L'Intruse (1891). Hantée par la présence hors scène de la Mère agonisante, la pièce prend la forme d'une veillée, expression exacte du « théâtre statique » qu'entend créer Maeterlinck. En germe dans le tableau diderotien, le statisme offre une alternative critique à l'action dramatique sans nier la possibilité de tout mouvement. L'immobilité physique[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'histoire et d'esthétique du théâtre à l'université de Paris-X-Nanterre
  • : maître de conférences en études théâtrales à l'université de Paris-III

Classification

Pour citer cet article

Christian BIET et Hélène KUNTZ. THÉÂTRE OCCIDENTAL - La dramaturgie [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Maurice Maeterlinck - crédits : Culture Club/ Getty Images

Maurice Maeterlinck

Henrik Ibsen - crédits : Universal History Archive/ Universal Images Group/ Getty Images

Henrik Ibsen

Bertolt Brecht - crédits :  Fred Stein Archive/ Archive Photos/ Getty Images

Bertolt Brecht

Autres références

  • LA PARABOLE OU L'ENFANCE DU THÉÂTRE (J.-P. Sarrazac)

    • Écrit par
    • 1 002 mots

    La Parabole, ou l'Enfance du théâtre (éd. Circé, Belval, 2002) convie le lecteur à une réflexion ambitieuse sur le théâtre du xxe siècle, et en particulier sur l'œuvre de ces grands parabolistes que sont Claudel et Brecht, mais aussi Kafka, dont Jean-Pierre Sarrazac analyse le théâtre «...

  • ACTEUR

    • Écrit par
    • 6 815 mots
    • 2 médias

    Si l' acteur force si souvent le respect ou l'exécration, cela signifie bien qu'il travaille avec les outils les plus précieux de l'humanité en l'homme : le corps et la psyché. Qu'il engendre, par un jeu de métamorphoses, à la fois la familiarité et l'étrangeté, qu'il réfracte l'envers et l'avers de...

  • ALLEMAND THÉÂTRE

    • Écrit par
    • 8 394 mots
    • 2 médias

    Alors que l'Allemagne a refait son unité par intégration de l'ex-RDA à la RFA, il y a lieu de revoir l'évolution séparée des théâtres ouest-allemand et est-allemand depuis 1945, afin de mieux apprécier leur divergence passée ainsi que leur conjonction présente. Quel fonds commun « germano-allemand...

  • ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

    • Écrit par , , , , , et
    • 28 170 mots
    • 30 médias
    Le goût populaire avait conservé au théâtre anglais l'aspect moyenâgeux de successions de tableaux, comme dans les mystery plays, de sorte que les unités de temps, de lieu et d'action ne purent pas s'acclimater en Angleterre. Pour différents que soient les auteurs dramatiques qui élevèrent...
  • ANTIGONE, Jean Anouilh - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 1 534 mots
    • 1 média

    Antigone est une pièce en un acte de Jean Anouilh (1910-1987), directement inspirée des deux tragédies de Sophocle consacrées à la fille d'Œdipe :  Œdipe à Colone (402-401 av. J.-C.) et surtout Antigone (442 av. J.-C.). À sa création, le 4 février 1944 au théâtre de l'Atelier à...

  • Afficher les 68 références