OPPOSÉS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Depuis les formes les plus archaïques de la pensée, jusqu'en ses schèmes les plus abstraits, se retrouvent des oppositions (chaud-froid, bas-haut, civilisé-barbare, homme-femme, plein-vide, homogène-hétérogène, etc.). Une même intuition philosophique semble partagée en de nombreuses civilisations : l'être humain ne connaît la réalité qu'à travers des aspects opposés. Mais où situer l'être des oppositions ? Dans les choses, ou dans le langage ? Reflètent-elles l'organisation du monde ou celle de notre pensée ? Signifient-elles notre impuissance radicale à atteindre en soi une vérité, ou nous invitent-elles secrètement, derrière leurs déroutants conflits, à pénétrer l'énigme de l'être ? La question des opposés est une des plus denses philosophiquement et se trouve posée dès les formulations les plus « archaïques » de la pensée grecque.

En Occident, il revient probablement aux pythagoriciens d'avoir les premiers tenté philosophiquement la constitution d'une table des opposés — table à deux colonnes, définies à partir du couple limité-illimité repris d'Anaximandre. Le pythagorisme semble d'ailleurs s'être surtout intéressé à faire jouer entre ces oppositions des correspondances analogiques et symboliques, comprises comme liens entre les différentes régions de la nature : monade-dyade (opposition archétype), impaire-paire (opposition arithmétique), point-figure (opposition géométrique), grain-intervalle (opposition physique), masculin-féminin (opposition symbolique), etc. Si toute la pensée grecque travaille de telles oppositions, Aristote est le premier à les étudier dans leur réalité formelle. Il distingue quatre types d'oppositions : les relatifs (par exemple, double-moitié), la privation (cécité-vue), la contrariété (bien-mal), la contradiction (repos-mus). Les analyses d'Aristote visent ainsi une élucidation des questions philosophiques antérieures formulées en termes d'opposés, notamment la question du même et de l'autre dans la philosophie de Platon. Sur le plan formel, on peut souligner deux apports majeurs d'Aristote : d'une part, il propose un classement des types d'oppositions à partir de la force de la négation que chacun de ces types met en jeu ; d'autre part, il distingue entre les oppositions de termes et les oppositions de propositions. L'étude des propositions opposées l'amène à dégager une série de lois de transformations logiques, qui en relient divers types dans un ensemble systématique. Pour cela, il s'appuie sur une élucidation logique de l'affirmation et de la négation, puis sur le jeu des différences qui séparent les énoncés universels des énoncés particuliers. Ultérieurement, les logiciens distingueront les propositions subcontraires et subalternes, l'ensemble formant ce qu'il est convenu d'appeler le carré logique de l'opposition.

Mais de tels éclaircissements du statut logique de l'opposition — inscrits dans les cadres des principes de l'identité, de la non-contradiction et du tiers exclus — sont loin d'épuiser la problématique des oppositions. Elle ne saurait être réduite à une question syntaxique, ni même linguistique.

Nombreux sont les essais pour réduire, par-delà son approche strictement logique, l'être des oppositions à une réalité psychologique, voire organique ou physique (par exemple en le ramenant à une opposition de comportements telle que fuite-recherche, avance-recul, conditionnements positifs ou négatifs, ou bien encore en le rapportant à la symétrie du « corps propre », ou bien à la dissymétrie fonctionnelle digital-analogique des deux encéphales, etc.). De telles réductions sont en fait circulaires. À l'inverse, des essais spéculatifs ramènent la diversité des aspects opposés de la nature à un couple fondamental de principes. En Chine, la structure transformelle du Yi jing repose sur le couple originel créateur-réceptif, imagé par l'opposition continu-discontinu. En Grèce, Anaximandre postule au fondement de la nature le couple limité-illimité. La philosophie ultérieure tentera de saisir les oppositions comme reflétant l'adéquation des structures de l'être et du connaître : soit de façon mystico-spéculative (par l'opposition monade-dyade chez les pythagoriciens), soit de façon strictement ontologique (sur la base de l'opposition être-non être de Parménide), soit encore [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  OPPOSÉS  » est également traité dans :

HERMAPHRODITE

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 152 mots

L'enjeu philosophique du symbolisme de l'hermaphrodite est tout entier présent dans un aphorisme de l'alchimiste Heinrich C. Khunrath : « De l'Un grossier et impur naît un Un extrêmement pur et subtil. » L'hermaphrodite symbolise le processus de métamorphose de la conscience qui sous-tend cette naissance de l'Un véritable. Mythologiquement, l'hermaphrodite est l'enfant d'Hermès et d'Aphrodite. Il […] Lire la suite

JUNG CARL GUSTAV (1875-1961)

  • Écrit par 
  • Étienne PERROT
  •  • 5 209 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Jung et l'alchimie »  : […] Jung a dû attendre quinze ans pour parler de l'individuation : il voulait pouvoir relier un processus aussi déroutant à des antécédents historiques, à des récits présentant des dépassements de l'ego sans les limitations et les projections de la pensée théiste. Le premier chaînon lui fut fourni en 1928 par un traité d'alchimie taoïste, Le Mystère de la fleur d'or , qui décrit une « révolution de la […] Lire la suite

MASCULIN-FÉMININ, symbolisme

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 501 mots

Dans l'univers mental humain, toutes les oppositions semblent s'ordonner en fonction du couple masculin-féminin. Celui-ci recouvre aussi bien des oppositions symboliques — telles que lumière-ténèbres, ciel-terre, droite-gauche, etc. — que des oppositions conceptuelles, telles que temps-espace, forme-matière, pair-impair, etc. L'opposition masculin-féminin semble ainsi sous-tendre l'ensemble des re […] Lire la suite

Les derniers événements

12-27 septembre 2021 Suisse. Polémique au sujet de déclarations du conseiller fédéral Ueli Maurer.

Le 12, le conseiller fédéral chargé des Finances Ueli Maurer (UDC) participe à une rencontre organisée à Wald (Zurich) par son parti, au cours de laquelle il enfile un maillot marqué du logo des Freiheitstrychler (« Sonneur de cloche de la liberté »), l’un des groupes opposés aux mesures sanitaires liées à la pandémie de Covid-19. Il déclare au sujet de la crise sanitaire : « Si nous sommes tout à fait honnêtes, nous devons parler d’une crise de gouvernance et non d’une crise du coronavirus. […] Lire la suite

26 septembre 2021 Saint-Marin. Approbation de la légalisation de l'avortement.

L’Église catholique, tout comme le Parti démocrate-chrétien, principale composante de la coalition au pouvoir, étaient opposés à cette initiative. L’avortement est autorisé en Italie voisine depuis mai 1978. […] Lire la suite

7-23 juillet 2021 Japon. Ouverture des jeux Olympiques.

Les Japonais sont majoritairement opposés à la tenue des JO en pleine pandémie. Les experts sanitaires y étaient également défavorables. Le 18, un premier foyer de contaminations par le coronavirus est enregistré au sein du village olympique de Tōkyō. Le Comité international olympique (CIO) a déjà signalé des dizaines de cas de contamination individuels depuis le début du mois. […] Lire la suite

4 mars 2021 France. Accord sur la reprise de l'usine Vale en Nouvelle-Calédonie.

Les indépendantistes s’étaient opposés, en décembre 2020, à l’accord de reprise conclu par Vale avec un consortium dirigé par le groupe suisse Trafigura, provoquant un regain de tension dans l’archipel. Le nouvel accord octroie 51 % des parts à un « pôle calédonien » constitué par la Société de participation minière du Sud calédonien, des salariés et la population locale. […] Lire la suite

20-21 septembre 2020 Italie. Référendum sur la diminution du nombre de parlementaires.

Le texte était principalement défendu par le Mouvement 5 étoiles (M5S), les autres partis étant opposés au projet ou divisés à son sujet.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain DELAUNAY, « OPPOSÉS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/opposes/