e-XVIIIe s.)" />

TAPISSERIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La tapisserie médiévale (XIVe-XVe s.)

La tapisserie devint au xive siècle l'apanage des grands princes qui en constituèrent des collections considérables. Elle ornait le mur du château et de l'église, elle était transportée de demeure en demeure et était tendue dans les rues à l'occasion de fêtes religieuses ou d'« entrées » princières (ces diverses manipulations expliquent bien souvent les usures et la disparition de nombreuses tentures). La majeure partie de la collection était toutefois soigneusement conservée dans des coffres ou entreposée dans des locaux spécialement conçus pour cela. Objet de grand luxe, la tapisserie constituait pour ses propriétaires une importante réserve de capital, un moyen d'échange ou de cadeaux diplomatiques. Enrichie de fils d'or et d'argent, elle contribuait également à affirmer le rang, la puissance du seigneur.

Depuis les années 1960, les historiens se fondent sur une méthode qui analyse chaque stade du processus d'élaboration d'une tapisserie. Vient en premier lieu la commande, bien qu'il soit rarement possible d'aller plus loin que l'identification du commanditaire ou de l'acquéreur (ducs de Bourgogne, riches ecclésiastiques, hauts dignitaires du royaume, tel Jean IV le Viste pour la Dame à la licorne, au Musée national du Moyen Âge et des thermes de Cluny, à Paris). Le rôle de l'entrepreneur ou du marchand de tapisseries, car il fait le lien entre la clientèle d'une part et les peintres – le maquettiste et le cartonnier – et le licier d'autre part, reste encore mal connu. Il convient toutefois de dissocier la vente des tapisseries de leur fabrication, les lieux de négoce n'étant pas obligatoirement les mêmes que les centres d'exécution : Nicolas Bataille ainsi que d'autres grands fabricants parisiens (Jacques Dourdin, Pierre de Beaumetz, Jean Lubin...) vendaient non seulement des tapisseries de leur production, mais également des ouvrages d'Arras ; Anvers était une importante place de négoce de tapisserie [...]

La Vue

La Vue

Photographie

La Vue, une des six pièces de la tenture de La Dame à la licorne, tapisserie de laine et soie. XVe siècle. Musée national du Moyen Âge et des Thermes de Cluny, Paris. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

À mon seul désir

À mon seul désir

Photographie

À mon seul désir, une des six pièces de la tenture La Dame à la licorne, tapisserie de laine et soie. Musée national du Moyen Âge et des Thermes de Cluny, Paris. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher


Médias de l’article

La Vue

La Vue
Crédits : Bridgeman Images

photographie

À mon seul désir

À mon seul désir
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Présentation des insignes du souverain vaincu

La Présentation des insignes du souverain vaincu
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Le Bain

Le Bain
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Tous les médias



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TAPISSERIE  » est également traité dans :

APOCALYPSE DE JEAN

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 6 530 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La tapisserie »  : […] L'art de la tapisserie est peut-être plus capable encore de traduire en images les scènes de l'Apocalypse, puisque l'espace lui est moins limité et qu'il peut donner à chaque tableau une ampleur plus grande. Vers la fin du xiv e  siècle, il tend à devenir le plus magnifique des arts décoratifs de l'Occident. Les fameuses tapisseries de l' Apocalypse d'Angers marquent une époque dans l'art apocaly […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apocalypse-de-jean/#i_14046

ARABESQUE, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Peter FUHRING
  •  • 3 456 mots

Dans le chapitre « Succès et diffusion d'un ornement »  : […] L'absence de sources littéraires rend difficile l'explication du succès inouï des arabesques en Italie. Et l'assimilation immédiate de cet ornement par la culture italienne est à l'origine de plusieurs variantes, sans qu'il soit aujourd'hui possible de suivre en détail le développement de chacune d'elles. Le jeu des lignes, permettant une infinité de solutions différentes, a sans doute contribué […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabesque-histoire-de-l-art/#i_14046

ART NOUVEAU

  • Écrit par 
  • Françoise AUBRY
  •  • 8 789 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « « L'arabesque volutante et longuement déroulée » (Émile Verhaeren) »  : […] Le japonisme de Whistler et le climat sulfureux entourant Oscar Wilde, qui venait d'achever sa pièce Salomé , inspirèrent Aubrey Beardsley dont les dessins, parus dans le premier numéro de la revue The Studio , sont parcourus d'arabesques. Leitmotiv de l'Art nouveau, cette ligne fluide et élégante qui émouvait tant les amateurs d'estampes japonaises apparaît d'abord dans la peinture et les arts […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-nouveau/#i_14046

ART SACRÉ L', revue

  • Écrit par 
  • Françoise CAUSSÉ
  •  • 2 016 mots

Dans le chapitre « L'avant-guerre (1937-1939) »  : […] De Pierre Couturier (père Marie-Alain Couturier, 1897-1954), peintre et verrier venu des Ateliers d'art sacré qui s'adonna à son activité jusqu'à sa mort, on connaît surtout l'engagement auprès d'artistes comme Matisse ou Léger . Raymond Régamey (père Pie Régamey, 1900-1996), venu du protestantisme, était historien de l'art. Grands spirituels, fort dissemblables mais très liés depuis leurs études […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-art-sacre-revue/#i_14046

AUBUSSON MANUFACTURES D'

  • Écrit par 
  • Nicole de REYNIES
  •  • 543 mots

L'existence d'ateliers de lissiers dans la ville d'Aubusson n'est attestée qu'à partir de 1531, date nettement postérieure à celle de l'établissement d'ateliers à Felletin, mais antérieure à celle de Bellegarde ; la production de ces villes voisines a les mêmes caractéristiques. Au milieu du xvii e siècle, l'industrie aubussonnaise étant en régression, Louis XIV offre à l'ensemble des ateliers pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manufactures-d-aubusson/#i_14046

BATAILLE NICOLAS (actif depuis 1373-1400)

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 386 mots

Le rôle de Nicolas Bataille dans l'histoire de la tapisserie du dernier tiers du xiv e  siècle n'a pas été entièrement élucidé. Il apparaît de 1387 à 1400 comme fournisseur de la maison de France, à laquelle il a livré durant cette époque environ deux cent cinquante tapisseries ou tapis. Or des pièces de grande qualité voisinent avec des œuvres médiocres. En fait, il semble bien que Nicolas Batail […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-nicolas-actif-depuis-1373-1400/#i_14046

BORDERIE ANDRÉ (1923-1998)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 164 mots

Peintre, céramiste, sculpteur, cartonnier de tapisserie, André Borderie quitte les P.T.T. pour se consacrer à la peinture. Il fonde avec Pierre et Véra Székely un atelier d'artistes à Bures-sur-Yvette où sont créés, de 1948 à 1957, des peintures des céramiques et des meubles. En 1955, il adhère au groupe Espace attaché au rôle de l'art en milieu urbain et réalise des fontaines, des bas-reliefs, d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-borderie/#i_14046

BOUCHER FRANÇOIS (1703-1770)

  • Écrit par 
  • Marianne ROLAND MICHEL
  •  • 3 776 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les arts décoratifs au service d'un genre »  : […] Mais cette diffusion passe aussi par d'autres voies, et Boucher est sans doute, au xviii e  siècle, le premier artiste, sinon le seul, à avoir connu de son vivant, et depuis ses débuts, une aussi prodigieuse diffusion de ses modèles et de ses inventions par la gravure de reproduction. Dès 1733, Gérard Jean Baptiste Scotin grave la Naissance et la Mort d'Adonis , l'année suivante Bernard Lépicié pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-boucher/#i_14046

BRONZINO ANGELO DI COSIMO DI MARIANO dit (1503-1572)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 818 mots
  •  • 2 médias

Le style de Bronzino diffère assez vite de Pontormo, dont il fréquente l'atelier dès 1518-1519. Ce dernier s'étant réfugié à la chartreuse de Galuzzo pendant la peste, Angelo l'accompagne pour l'aider et s'initie (gauchement) à l'art de la fresque. Ce n'est pourtant qu'après avoir participé de près à l'ensemble célèbre de la chapelle Capponi, à Santa Felicità (Florence, 1526-1528) — on lui attribu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bronzino-angelo-di-cosimo-di-mariano-dit/#i_14046

CANDIDO PIETER DE WITTE dit PIETRO (av. 1548-1628)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 946 mots

Comme Stradanus, Jean de Bologne, Paolo Fiammingo ou Pozzoserrato, Candido est un de ces artistes flamands du xvi e siècle parfaitement italianisés au point d'être encore aujourd'hui plus connus sous leur nom italien que sous leur premier patronyme nordique (Candido est la transcription italienne de wit , blanc). Sa date de naissance est mal assurée ; Van Mander, qui semble avoir connu l'artiste, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/candido-pieter-de-witte-dit-pietro/#i_14046

COECKE VAN AALST PIETER (1502-1550)

  • Écrit par 
  • Françoise HEILBRUN
  •  • 1 216 mots

Né à Alost, petite ville de Flandre, où son père était échevin, mort à Bruxelles, Pieter Coecke est, avec les Flamands Lambert Lombard, Michel Coxie, Lancelot Blondeel et le Hollandais Jan van Scorel, un des hérauts de la pré-Renaissance aux Pays-Bas ; comme ces derniers, Coecke est un artiste universel, peintre, architecte, décorateur et théoricien, bref, un artiste tel qu'on l'entendait au xvi e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pieter-coecke-van-aalst/#i_14046

COPTES

  • Écrit par 
  • Pierre DU BOURGUET, 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 6 982 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'établissement (seconde moitié du ve s. - fin du viie s.) »  : […] L'homogénéité de l'ensemble copte est, en cette période, pratiquement acquise. Le paganisme égyptien est en voie d'extinction. L'Égypte copte est chrétienne, elle s'organise autour de ses monastères en plein épanouissement et de son clergé. Il demeure, parfois en ruine, un nombre important d'églises de cette époque : celles du Deir el-Bakara, de Baouît, du Deir el-Ahmar, de Dendérah en Haute-Égyp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coptes/#i_14046

COUSIN JEAN, LE PÈRE (1490 env.-env. 1560) & LE FILS (1522 env.-env. 1594)

  • Écrit par 
  • Michèle GRANDIN
  •  • 448 mots

Après avoir travaillé comme géomètre en 1526 dans sa ville natale de Sens, où il séjourne jusqu'en 1540, et après avoir réalisé des cartons pour les vitraux de la cathédrale de Sens et un retable pour l'abbaye de Vauluisant en 1530, Jean Cousin le Père s'installe vers 1540 à Paris où il exécute des œuvres importantes. En 1541, on lui commande les cartons pour les tapisseries de la Vie de sainte G […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-cousin/#i_14046

DESPORTES FRANÇOIS (1661-1743)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 869 mots

Il semble que l'apprentissage de François Desportes chez le Flamand Nicasius Bernaerts — installé en France et chargé de décorer la ménagerie de Versailles — ait beaucoup compté. La leçon de son maître, un élève de Snyders, demeura présente tout au long de sa carrière de peintre animalier. Très tôt pourtant, il essaie de se faire un nom dans le genre plus noble du portrait, et passe une année à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-desportes/#i_14046

DE TROY LES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 1 086 mots
  •  • 1 média

Famille de peintres français. François De Troy (1645-1730), issu d'une famille d'artistes languedociens, a été formé à Paris dans l'atelier de Claude Lefebvre qui lui apprend le métier de portraitiste. Cela explique la technique sûre et l'atmosphère grave de ses œuvres. De Troy est un héritier de la tradition française : son art est empreint de réalisme et de retenue. La mise en page sobre (le suj […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-de-troy/#i_14046

DOMINO, papier

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SEGUIN
  •  • 374 mots

Le mot « domino », peut-être d'origine italienne, désigne dès le xv e siècle les productions d'artisans qui travaillent le papier et le carton pour en faire des plats de reliure et des boîtes ; ils impriment aussi et ils peignent des feuilles décoratives, des images et des cartes à jouer. Rabelais cite les dominotiers, que des édits de la fin du xvi e siècle associent aux tapissiers. Les dominot […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/domino-papier/#i_14046

DUBREUIL TOUSSAINT (1561 env.-1602)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 312 mots
  •  • 1 média

Né à Paris, élève de Médéric Fréminet, père de Martin Fréminet, Toussaint Dubreuil s'est surtout formé sur les chantiers de Fontainebleau, sans doute auprès du décorateur Ruggiero de Ruggieri, dont il épouse la fille en secondes noces et qui lui transmet l'influence de Primatice. Ses œuvres de Fontainebleau ont malheureusement disparu ; il peint avec Ruggieri au pavillon des Poêles ( Histoire d'He […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/toussaint-dubreuil/#i_14046

GOBELINS MANUFACTURE DES

  • Écrit par 
  • Michèle HENG
  •  • 1 177 mots
  •  • 2 médias

La manufacture nationale des Gobelins est née de la fusion des ateliers parisiens de lisse et de leur réorganisation voulue par Louis XIV et Colbert. Henri IV avait créé en 1597, pour concurrencer les ateliers flamands, une manufacture transférée au Louvre en 1606 ; en outre, en 1601, deux entrepreneurs flamands, François de La Planche et Marc de Comans, obtinrent d'installer leur fabrique au faub […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manufacture-des-gobelins/#i_14046

GOTHIQUE ART

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 14 842 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La peinture »  : […] L'histoire de la peinture apparaît plus contrastée, avec une réaction qui se veut dramatique contre l'emploi de formules répétées et souvent épuisées. Courajod a donné le nom de «  gothique international » à ce courant, qui se rattache au style courtois de la première moitié du xiv e  siècle et qui fut mis à l'écart entre 1360 et 1380. Il réapparaît dès les années 1380 dans toutes les cours europ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-gothique/#i_14046

GROMAIRE MARCEL (1892-1971)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 454 mots

Peintre et décorateur français, Marcel Gromaire s'est formé aux académies libres de Montmartre. Dès le début, son œuvre trouve sa source dans une iconographie fondée sur la figuration, et ses premières toiles montrent qu'il est déjà en possession de l'essentiel de son style et de son répertoire. Dans un tableau comme Le Faucheur (1924, musée d'Art moderne), le moule sévère du dessin cerne des mas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-gromaire/#i_14046

HENNEQUIN, JEAN DE BRUGES ou JEAN DE BONDOL (actif de 1368 à 1381)

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 242 mots

La réputation de Hennequin de Bruges a souffert de la trop grande personnalité de Nicolas Bataille, à qui l'on a accordé une importance démesurée dans la confection de la tenture de L'Apocalypse d'Angers. En outre, le fait qu'il se soit inspiré d'un certain nombre de manuscrits pour l'iconographie des sept pièces dont il dessina les cartons n'a pas permis de juger de la valeur d'un artiste qui es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hennequin-jean-de-bruges-jean-de-bondol/#i_14046

HICKS SHEILA (1934- )

  • Écrit par 
  • Valérie DUPONT
  •  • 992 mots

Dans le chapitre «  « Soft World » »  : […] Dès les années 1960, l’artiste commence à recevoir des commandes d’œuvres monumentales destinées à orner les bâtiments d’entreprises ou d’institutions ; une activité qu’elle poursuivra jusque dans les années 2000, collaborant à maintes occasions avec les architectes (Eero Saarinen) et les sociétés de design comme la maison Knoll. L’une de ses premières réalisations, le mural pour la Fondation Ford […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sheila-hicks/#i_14046

LE BRUN CHARLES (1619-1690)

  • Écrit par 
  • Jennifer MONTAGU
  •  • 3 109 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le directeur de la manufacture royale des Gobelins »  : […] Ce sont les mêmes principes qui guidèrent le travail de Le Brun aux Gobelins. Les ameublements qui y étaient fabriqués pour les palais royaux se bornaient rarement au rôle de pure décoration Les scènes des tapisseries visaient à glorifier les hauts faits et les vertus du roi ; c'est le cas de l' Histoire d'Alexandre , héros à qui il fut souvent comparé, de la série des Mois ou de l' Histoire du r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-le-brun/#i_14046

LURÇAT JEAN (1892-1966)

  • Écrit par 
  • Nicole de REYNIES
  •  • 553 mots

Essentiellement connu pour ses cartons de tapisserie, Jean Lurçat, frère de l'architecte André Lurçat, s'est exprimé cependant avec talent dans des domaines très divers (peintures, dessins, aquarelles, estampes, vitraux, céramiques et mosaïques, bijoux et cristaux, décors de théâtre, poèmes, œuvre critique). Il abandonne des études médicales pour apprendre la fresque puis la gravure. Ses premières […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-lurcat/#i_14046

MATÉGOT MATHIEU (1910-2001)

  • Écrit par 
  • Pierre-Emmanuel MARTIN-VIVIER
  •  • 800 mots

Mathieu Matégot est né le 4 avril 1910 en Hongrie à Tapio-Sully, village situé à une vingtaine de kilomètres de Budapest. Il débute comme décorateur au Théâtre national de la capitale après avoir suivi une formation artistique à l'Académie Jaschick et à l'école des Beaux-Arts. Âgé de dix-neuf ans, il quitte son pays pour découvrir l'Europe de l'Ouest, le continent américain et choisit de s'install […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mathieu-mategot/#i_14046

MILLEFLEURS, tapisserie

  • Écrit par 
  • Nicole de REYNIES
  •  • 466 mots

Le terme de millefleurs, relativement récent, désigne les tapisseries du xv e siècle et du début du xvi e comportant des petites touffes de fleurs ou des feuillages, fleuris ou non, à tige arrachée, disposés uniformément sur un fond uni et plat. À l'origine, ces pièces étaient appelées verdure comme diverses autres pièces représentant soit le même type de décor mais avec un ciel ou une architect […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/millefleurs-tapisserie/#i_14046

QUELLIN LES

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 294 mots

Dynastie d'artistes anversois dont plusieurs membres ont tenu une place importante au xvii e  siècle, les Quellin comptent des peintres, des graveurs et des sculpteurs. Le représentant le plus notable de la famille est le peintre Erasmus Quellin (1607-1678) . Élève de son père, sculpteur, qui portait le même prénom, Erasmus Quellin devint rapidement le collaborateur de Rubens, travaillant avec lui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-quellin/#i_14046

RANSON PAUL (1864-1909)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 263 mots
  •  • 1 média

Après avoir fait des études à l'école des Arts décoratifs de Limoges, sa ville natale, Ranson travaille à Paris, à l'académie Julian, où il rencontre les futurs nabis : Maurice Denis, Bonnard, Sérusier, Vuillard. Quand le groupe sera constitué, c'est dans son appartement du boulevard Montparnasse, baptisé « Temple », qu'il tiendra ses réunions. Lui-même s'intéresse plus particulièrement aux arts d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-ranson/#i_14046

ROBERT dom GUY DE CHAUNAC dit (1907-1997)

  • Écrit par 
  • Michèle HENG
  •  • 787 mots

Guy de Chaunac, dont la famille paternelle était d'origine périgourdine, est né en 1907 à Nieul-l'Espoir dans la Vienne, où il passa son enfance dans la propriété maternelle. Au collège des jésuites de Poitiers, il montra peu d'intérêt pour les études, à l'exception du dessin. En 1925, il fut admis à l'École nationale des arts décoratifs de Paris où l'enseignement lui parut terne et conventionnel. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-dom-guy-de-chaunac-dit/#i_14046

ROCOCO

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • François H. DOWLEY, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 21 053 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La tapisserie »  : […] La liaison entre les formes nobles de l'art et ce que nous appellerions l'industrie semble n'avoir jamais été aussi étroite. Elle se manifeste particulièrement dans le domaine de la tapisserie, et le xviii e  siècle est l'une des grandes époques de cet art. La surinspection des Gobelins et de Beauvais est assurée par des peintres comme Oudry puis Boucher. On a souvent rendu Oudry responsable de c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rococo/#i_14046

ROMAN ART

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 20 510 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Les tentures : broderies et tapisseries »  : […] À l'époque romane, on utilisait pour décorer les murs non seulement les fresques, mais également des tentures, qui étaient appréciées comme de véritables peintures. Souvent, elles sont à caractère religieux, mais elles ont aussi le mérite de procurer une ouverture sur les arts profanes contemporains, pratiquement inconnus. Peu de ces œuvres ont survécu, en raison de leur fragilité même. C'est ce q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-roman/#i_14046

SAVONNERIE MANUFACTURE DE LA

  • Écrit par 
  • Bernard CHEVALLIER
  •  • 762 mots
  •  • 1 média

Au début du xvii e  siècle, Pierre Dupont (lequel prétendait avoir inventé la technique des tapis veloutés de haute laine — alors qu'elle existait bien avant lui), obtint d'Henri IV le privilège d'établir un atelier de tapis « façon du Levant et façon de Turquie » sous la Grande Galerie du Louvre. Il s'associa en 1626 avec un de ses anciens élèves, Simon Lourdet, qui s'était installé dans une anci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manufacture-de-la-savonnerie/#i_14046

SCANDINAVIE

  • Écrit par 
  • Martin Edvard BLINDHEIM, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Nicole PÉRIN, 
  • Jean-Michel QUENARDEL
  •  • 22 094 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Décor des églises »  : […] La sculpture romane sur pierre s'épanouit dans trois parties de la Scandinavie. À Lund, alors au Danemark, la cathédrale s'orne de portails à colonnes de style lombardisant avec des lions au repos, et, sur les chapiteaux, des lions, des oiseaux, des animaux et des arabesques végétales caractéristiques. À l'extérieur de l'abside et à l'intérieur, dans la nef et le chœur, on plaça des chapiteaux de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scandinavie/#i_14046

SPICRE ou SPICKER PIERRE (mort apr. 1485)

  • Écrit par 
  • Nicole REYNAUD
  •  • 115 mots

Les documents d'archives présentent Pierre Spicre comme un peintre d'origine hollandaise, fixé à Dijon et ayant joué, en Bourgogne et jusqu'en Suisse, un rôle important comme peintre de retables et comme cartonnier de tapisseries. La seule œuvre documentée qui puisse donner une idée de son style est la tapisserie de la Vie de la Vierge (église Notre-Dame de Beaune), dont les cartons lui furent co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spicre-spicker/#i_14046

TAPIS MODERNES ET CONTEMPORAINS

  • Écrit par 
  • Valérie GLOMET, 
  • Michèle HENG
  •  • 4 844 mots

Au xix e  siècle, l'histoire du tapis fut radicalement bouleversée par l'introduction des procédés industriels de fabrication. L'Angleterre, bientôt suivie par les autres pays européens, mit au point la mécanisation du tissage qui permettait la reproduction à moindre coût des tapis de tous styles. Désormais la copie de tapis anciens ou de tapis d'Orient devient extrêmement courante. Dans les expos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tapis-modernes-et-contemporains/#i_14046

TAPISSERIE DE BAYEUX

  • Écrit par 
  • Christophe MOREAU
  •  • 268 mots
  •  • 1 média

La broderie de la reine Mathilde, communément appelée la Tapisserie de Bayeux, a été commandée par le demi-frère de Guillaume le Conquérant, l'évêque Odon de Conteville, après la conquête de l'Angleterre par les Normands en 1066. Il est très probable que cette œuvre de grande dimension, d'environ 70 mètres de longueur pour 50 centimètres de hauteur, était destinée à la cathédrale de Bayeux qu'Odon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tapisserie-de-bayeux/#i_14046

TAPISSERIE DE BAYEUX - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christophe MOREAU
  •  • 607 mots

ix e  siècle La réalisation de la tenture murale d'Oseberg, découverte dans un tombeau naval à Oseberg (Norvège), dont les fragments, restitués et conservés à l'Universitetets Oldsakamling d'Oslo, présentent une procession de personnages, à pied ou à cheval, enserrés entre deux bordures ornées de motifs géométriques. 1064 Le roi Édouard d'Angleterre charge son beau-frère Harold, comte de Wessex, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bayeux-reperes-chronologiques/#i_14046

TISSUS D'ART

  • Écrit par 
  • Anne KRAATZ, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Marie RISSELIN-STEENEBRUGEN
  •  • 22 657 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Tapisserie de Chine »  : […] Les tapisseries au petit point ( kesi ) constituent, à partir de l'époque Song (960-1279), l'un des produits les plus raffinés de l'industrie de la soie en Chine. La date d'introduction de cette technique reste controversée. Selon J. P. Dubosc et Schuyler Cammann, les premiers kesi chinois semblent remonter au début du xi e  siècle. D'origine occidentale, la technique était pratiquée par les Turc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tissus-d-art/#i_14046

UN TEMPS D'EXUBÉRANCE, LES ARTS DÉCORATIFS SOUS LOUIS XIII ET ANNE D'AUTRICHE (exposition)

  • Écrit par 
  • Robert DUPIN
  •  • 1 138 mots

Présentée au Grand Palais du 11 avril au 8 juillet 2002, cette exposition inédite avait pour but d'offrir une vue d'ensemble des arts décoratifs en France au milieu du xvii e  siècle. C'était le deuxième grand rassemblement de ce type organisé par le musée du Louvre après l'exposition Un âge d'or des arts décoratifs   1814-1848 , présentée en 1991 dans les mêmes espaces. La sélection, quelque 330  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/un-temps-d-exuberance-les-arts-decoratifs-sous-louis-xiii-et-anne-d-autriche-exposition/#i_14046

VAN ORLEY BAREND (1490 env.-1541)

  • Écrit par 
  • Françoise HEILBRUN
  •  • 1 282 mots

Peintre de portraits et de tableaux religieux, surtout célèbre comme dessinateur de cartons de tapisseries et de vitraux, Barend van Orley est, avec l'Anversois Gossaert, son aîné de quelques années, le Liégeois Lambert Lombard, Jan van Scorel d'Alkmaar, Jan Massys et Frans Floris d'Anvers, un des représentants de la Renaissance flamande, fortement marquée par l'art italien. Barend van Orley est n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/barend-van-orley/#i_14046

VOUET SIMON (1590-1649)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 433 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La gloire parisienne »  : […] En 1627, Louis XIII rappelle à Paris ce peintre qu'il pensionnait déjà à Rome. Dans la capitale en pleine reconstruction, Vouet s'impose rapidement. En vingt ans, il va multiplier les retables, les décors de galeries et d'appartements et les cartons de tapisseries, sans renoncer jamais au tableau de chevalet. Autour de lui, pour venir à bout des commandes, un important atelier se constitue, où le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/simon-vouet/#i_14046

WISSA WASSEF RAMSÈS (1911-1974)

  • Écrit par 
  • Raymond MORINEAU
  •  • 746 mots

Architecte, fondateur d'un centre artisanal qui s'est illustré par la production de très remarquables tapisseries, l'Égyptien copte Ramsès Wissa Wassef a fait naître, par sa pédagogie passionnée et son sens de l'authenticité artistique, un art de la tapisserie profondément original. Son père était une personnalité exceptionnelle. Avocat, ancien élève de l'école normale supérieure de Saint-Cloud, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ramses-wissa-wassef/#i_14046

Voir aussi

Pour citer l’article

Pascal-François BERTRAND, « TAPISSERIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tapisserie/