TAPISSERIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La tapisserie médiévale (XIVe-XVe s.)

La tapisserie devint au xive siècle l'apanage des grands princes qui en constituèrent des collections considérables. Elle ornait le mur du château et de l'église, elle était transportée de demeure en demeure et était tendue dans les rues à l'occasion de fêtes religieuses ou d'« entrées » princières (ces diverses manipulations expliquent bien souvent les usures et la disparition de nombreuses tentures). La majeure partie de la collection était toutefois soigneusement conservée dans des coffres ou entreposée dans des locaux spécialement conçus pour cela. Objet de grand luxe, la tapisserie constituait pour ses propriétaires une importante réserve de capital, un moyen d'échange ou de cadeaux diplomatiques. Enrichie de fils d'or et d'argent, elle contribuait également à affirmer le rang, la puissance du seigneur.

Depuis les années 1960, les historiens se fondent sur une méthode qui analyse chaque stade du processus d'élaboration d'une tapisserie. Vient en premier lieu la commande, bien qu'il soit rarement possible d'aller plus loin que l'identification du commanditaire ou de l'acquéreur (ducs de Bourgogne, riches ecclésiastiques, hauts dignitaires du royaume, tel Jean IV le Viste pour la Dame à la licorne, au Musée national du Moyen Âge et des thermes de Cluny, à Paris). Le rôle de l'entrepreneur ou du marchand de tapisseries, car il fait le lien entre la clientèle d'une part et les peintres – le maquettiste et le cartonnier – et le licier d'autre part, reste encore mal connu. Il convient toutefois de dissocier la vente des tapisseries de leur fabrication, les lieux de négoce n'étant pas obligatoirement les mêmes que les centres d'exécution : Nicolas Bataille ainsi que d'autres grands fabricants parisiens (Jacques Dourdin, Pierre de Beaumetz, Jean Lubin...) vendaient non seulement des tapisseries de leur production, mais également des ouvrages d'Arras ; Anvers était une importante place de négoce de tapisseries. L'organisation même du travail n'implique pas qu'une tapisserie commandée à un fabricant ait été réalisée dans son atelier. Des entrepreneurs sous-traitaient une partie de leur travail à des confrères qui n'étaient pas nécessairement installés dans la même ville qu'eux (pratique qui eut également cours durant les siècles suivants). Au centre même du processus d'élaboration de la tapisserie, il convient de distinguer les rôles respectifs du maquettiste, du cartonnier et du licier ; rares sont les tentures, comme la Légende d'Herkenbald (Musées royaux d'art et d'histoire, Bruxelles), pour lesquelles sont connus le maquettiste (Jan van Roome, qui fut payé de ses modèles en 1513 par la confrérie du Saint-Sacrement à Saint-Pierre de Louvain), le cartonnier (Philippe, le peintre) et le licier bruxellois (Léon, le tapissier). L'identité des peintres qui ont fourni les cartons est encore bien souvent ignorée. En outre, les caractères stylistiques de la maquette doivent être dissociés de ceux de tissage ; les modèles circulaient librement entre les différents centres de fabrication (cette remarque est également valable pour les périodes plus récentes). La détermination des lieux de tissage demeure un des problèmes les plus délicats à résoudre : peu d'œuvres sont attribuées avec certitude à des centres précis. L'historien doit faire montre de prudence, au risque de retomber dans des hypothèses hasardeuses, comme celle qui perdura jusqu'à la création du mythe encore tenace des ateliers des bords de la Loire.

La Vue

Photographie : La Vue

La Vue, une des six pièces de la tenture de La Dame à la licorne, tapisserie de laine et soie. XVe siècle. Musée national du Moyen Âge et des Thermes de Cluny, Paris. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

À mon seul désir

Photographie : À mon seul désir

À mon seul désir, une des six pièces de la tenture La Dame à la licorne, tapisserie de laine et soie. Musée national du Moyen Âge et des Thermes de Cluny, Paris. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Les tapissiers parisiens avaient fait de Paris un centre à l'activité considérable pouvant rivaliser avec celle des ateliers d'Arras. On sait que le duc Louis Ier d'Anjou, frère du roi Charles V, commanda la célèbre tenture de l'Apocalypse (musée des Tapisseries, Angers) au marchand tapissier parisien Nicolas Bataille, qui la fit exécuter entre 1377 et 1380 ; mais cet entrepreneur à l'activité intense la fit-il confectionner sur ses propres métiers ou en sous-traita-t-il le tissage à quelques fabricants dont les noms sont tombés dans l'oubli ? La question reste aujourd'hui encore sans réponse. D'Arras, qui devint le centre prépondérant de l'art de la tapisserie durant la première moitié du xve siècle (d'où l'emploi du mot italien arazzo pour désigner la tapisserie, comme quelques siècles plus tard sera utilisé, en allemand, celui de Gobelin), on ne connaît avec c [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

La Vue

La Vue
Crédits : Bridgeman Images

photographie

À mon seul désir

À mon seul désir
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Présentation des insignes du souverain vaincu

La Présentation des insignes du souverain vaincu
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Le Bain

Le Bain
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  TAPISSERIE  » est également traité dans :

APOCALYPSE DE JEAN

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 6 532 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La tapisserie »  : […] L'art de la tapisserie est peut-être plus capable encore de traduire en images les scènes de l'Apocalypse, puisque l'espace lui est moins limité et qu'il peut donner à chaque tableau une ampleur plus grande. Vers la fin du xiv e  siècle, il tend à devenir le plus magnifique des arts décoratifs de l'Occident. Les fameuses tapisseries de l' Apocalypse d'Angers marquent une époque dans l'art apocaly […] Lire la suite

ARABESQUE, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Peter FUHRING
  •  • 3 456 mots

Dans le chapitre « Succès et diffusion d'un ornement »  : […] L'absence de sources littéraires rend difficile l'explication du succès inouï des arabesques en Italie. Et l'assimilation immédiate de cet ornement par la culture italienne est à l'origine de plusieurs variantes, sans qu'il soit aujourd'hui possible de suivre en détail le développement de chacune d'elles. Le jeu des lignes, permettant une infinité de solutions différentes, a sans doute contribué […] Lire la suite

ART NOUVEAU

  • Écrit par 
  • Françoise AUBRY
  •  • 8 797 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « « L'arabesque volutante et longuement déroulée » (Émile Verhaeren) »  : […] Le japonisme de Whistler et le climat sulfureux entourant Oscar Wilde, qui venait d'achever sa pièce Salomé , inspirèrent Aubrey Beardsley dont les dessins, parus dans le premier numéro de la revue The Studio , sont parcourus d'arabesques. Leitmotiv de l'Art nouveau, cette ligne fluide et élégante qui émouvait tant les amateurs d'estampes japonaises apparaît d'abord dans la peinture et les arts […] Lire la suite

ART SACRÉ L', revue

  • Écrit par 
  • Françoise CAUSSÉ
  •  • 2 016 mots

Dans le chapitre « L'avant-guerre (1937-1939) »  : […] De Pierre Couturier (père Marie-Alain Couturier, 1897-1954), peintre et verrier venu des Ateliers d'art sacré qui s'adonna à son activité jusqu'à sa mort, on connaît surtout l'engagement auprès d'artistes comme Matisse ou Léger . Raymond Régamey (père Pie Régamey, 1900-1996), venu du protestantisme, était historien de l'art. Grands spirituels, fort dissemblables mais très liés depuis leurs études […] Lire la suite

AUBUSSON MANUFACTURES D'

  • Écrit par 
  • Nicole de REYNIES
  •  • 543 mots

L'existence d'ateliers de lissiers dans la ville d'Aubusson n'est attestée qu'à partir de 1531, date nettement postérieure à celle de l'établissement d'ateliers à Felletin, mais antérieure à celle de Bellegarde ; la production de ces villes voisines a les mêmes caractéristiques. Au milieu du xvii e siècle, l'industrie aubussonnaise étant en régression, Louis XIV offre à l'ensemble des ateliers pr […] Lire la suite

BATAILLE NICOLAS (actif depuis 1373-1400)

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 386 mots

Le rôle de Nicolas Bataille dans l'histoire de la tapisserie du dernier tiers du xiv e  siècle n'a pas été entièrement élucidé. Il apparaît de 1387 à 1400 comme fournisseur de la maison de France, à laquelle il a livré durant cette époque environ deux cent cinquante tapisseries ou tapis. Or des pièces de grande qualité voisinent avec des œuvres médiocres. En fait, il semble bien que Nicolas Batail […] Lire la suite

BORDERIE ANDRÉ (1923-1998)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 164 mots

Peintre, céramiste, sculpteur, cartonnier de tapisserie, André Borderie quitte les P.T.T. pour se consacrer à la peinture. Il fonde avec Pierre et Véra Székely un atelier d'artistes à Bures-sur-Yvette où sont créés, de 1948 à 1957, des peintures des céramiques et des meubles. En 1955, il adhère au groupe Espace attaché au rôle de l'art en milieu urbain et réalise des fontaines, des bas-reliefs, d […] Lire la suite

BOUCHER FRANÇOIS (1703-1770)

  • Écrit par 
  • Marianne ROLAND MICHEL
  •  • 3 777 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les arts décoratifs au service d'un genre »  : […] Mais cette diffusion passe aussi par d'autres voies, et Boucher est sans doute, au xviii e  siècle, le premier artiste, sinon le seul, à avoir connu de son vivant, et depuis ses débuts, une aussi prodigieuse diffusion de ses modèles et de ses inventions par la gravure de reproduction. Dès 1733, Gérard Jean Baptiste Scotin grave la Naissance et la Mort d'Adonis , l'année suivante Bernard Lépicié pr […] Lire la suite

BRONZINO ANGELO DI COSIMO DI MARIANO dit (1503-1572)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 819 mots
  •  • 2 médias

Le style de Bronzino diffère assez vite de Pontormo, dont il fréquente l'atelier dès 1518-1519. Ce dernier s'étant réfugié à la chartreuse de Galuzzo pendant la peste, Angelo l'accompagne pour l'aider et s'initie (gauchement) à l'art de la fresque. Ce n'est pourtant qu'après avoir participé de près à l'ensemble célèbre de la chapelle Capponi, à Santa Felicità (Florence, 1526-1528) — on lui attribu […] Lire la suite

CANDIDO PIETER DE WITTE dit PIETRO (av. 1548-1628)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 946 mots

Comme Stradanus, Jean de Bologne, Paolo Fiammingo ou Pozzoserrato, Candido est un de ces artistes flamands du xvi e siècle parfaitement italianisés au point d'être encore aujourd'hui plus connus sous leur nom italien que sous leur premier patronyme nordique (Candido est la transcription italienne de wit , blanc). Sa date de naissance est mal assurée ; Van Mander, qui semble avoir connu l'artiste, […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pascal-François BERTRAND, « TAPISSERIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tapisserie/