NABIS

Médias de l’article

Femme en rouge, P. Ranson

Femme en rouge, P. Ranson
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le Ballon, F. Vallotton

Le Ballon, F. Vallotton
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Le Talisman, ou Paysage du bois d'Amour, P. Sérusier

Le Talisman, ou Paysage du bois d'Amour, P. Sérusier
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Félix Fénéon à la Revue blanche, F. Vallotton

Félix Fénéon à la Revue blanche, F. Vallotton
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie


Nabi (nebiim au pluriel) signifie prophète en hébreu. À la fin de l'année 1888, quelques très jeunes peintres, entraînés par l'aîné d'entre eux, Paul Sérusier, choisirent de se grouper sous ce terme quelque peu mystérieux, qui leur fut révélé par leur ami Auguste Cazalis. Sérusier, en effet, subjugué par la personnalité et par l'art de Paul Gauguin qu'il venait de rencontrer à Pont-Aven, en Bretagne, avait décidé d'annoncer au monde ce qui était devenu pour lui le nouvel évangile de la peinture.

Il s'agissait, selon les préceptes de Gauguin tels que Sérusier les avait compris, de ne garder du motif que l'essentiel, de remplacer l'image par le symbole, de substituer à la représentation de la nature l'interprétation d'une idée. « L'art est avant tout un moyen d'expression, une création de notre esprit dont la nature n'est que l'occasion », allait écrire Maurice Denis, l'autre théoricien du groupe, et son porte-parole le plus connu. Du point de vue technique, il fallait exalter la couleur pure et simplifier la forme pour en souligner l'accent et le caractère. C'était là une réaction contre les impressionnistes, jugés trop fidèles à la nature par Gauguin, qui les avait d'abord suivis. C'était surtout, aux yeux de ces peintres encore élèves de l'académie Julian – Sérusier, Maurice Denis, Henri-Gabriel Ibels, Paul Ranson, Pierre Bonnard puis Georges Lacombe –, ou de l'École des beaux-arts – René Piot, Kerr-Xavier Roussel, Édouard Vuillard –, l'offre de mille possibilités nouvelles pour s'opposer à un enseignement « où le réalisme le plus grossier avait succédé à l'académisme falot des derniers élèves d'Ingres ». Quelques artistes étrangers allaient, dans les deux ou trois années suivantes, se rallier à eux : Jan Verkade, hollandais ; Mögens Ballin, danois ; Joseph Rippl-Rónai, hongrois. Le Suisse Félix Vallotton leur fut très proche – ainsi qu'Aristide Maillol. Leurs recherches communes, menées au début en collaboration particulièrement étroite, durèrent une dizaine d'ann [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  NABIS  » est également traité dans :

BONNARD PIERRE (1867-1947)

  • Écrit par 
  • Gérard BERTRAND
  •  • 3 594 mots

Dans le chapitre « Le « nabi japonard » »  : […] des indépendants, il expose pour la première fois : son envoi comprend cinq tableaux et quatre panneaux décoratifs. En décembre de la même année, il expose avec ses amis nabis chez Le Barc de Boutteville ; il enverra régulièrement ses œuvres à cette galerie jusqu'en 1895. En janvier 1896 a lieu chez Durand-Ruel sa première exposition particulière […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-bonnard/#i_7938

BONNARD. L'ŒUVRE D'ART, UN ARRÊT DU TEMPS (exposition)

  • Écrit par 
  • Jean-Marc HUITOREL
  •  • 982 mots

un ensemble de grands panneaux réalisés entre 1906 et 1917, peu familiers au regard d'aujourd'hui et qui, cependant, affirment le parti pris décoratif, hérité des nabis, expliquant une part de cette organisation si particulière de la surface chez celui que d'aucuns ont considéré comme l'un des précurseurs du all over adopté par les peintres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bonnard-l-oeuvre-d-art-un-arret-du-temps/#i_7938

DENIS MAURICE (1870-1943)

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 1 505 mots

Dans le chapitre « Le théoricien du groupe des nabis »  : […] a fait de sérieuses études classiques et fréquente depuis 1888 l'académie Jullian et l'École des beaux-arts. Il s'est illustré en publiant à vingt ans, en 1890, son premier article, « Définition du néo-traditionnisme », qui passe rapidement pour le manifeste du groupe des nabis (« prophètes » en hébreu) créé en 1888 par le peintre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-denis/#i_7938

HENRI DE TOULOUSE-LAUTREC ET L'ESTAMPE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 685 mots

1895 La Passagère du 54, ou Salon des Cent, évoque un échec amoureux de Lautrec. Cette estampe illustre l'intégration de l'artiste au monde de l'art parisien (Le Salon des Cent étant le titre d'une série d'expositions mensuelles organisée par la revue La Plume dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-de-toulouse-lautrec-et-l-estampe-reperes-chronologiques/#i_7938

LACOMBE GEORGES (1868-1916)

  • Écrit par 
  • Antoine TERRASSE
  •  • 310 mots

Trois rencontres auront marqué la vie de Georges Lacombe : celles de Sérusier en 1892, de Gauguin un an plus tard, de Théo van Risselberghe en 1904. Lacombe adopta très vite les idées de Paul Sérusier et s'intégra aux nabis. Ses tableaux s'inspirent de la technique des teintes plates cernées de lignes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-lacombe/#i_7938

ŒUVRE D'ART TOTALE

  • Écrit par 
  • Philippe JUNOD
  •  • 8 394 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des arts de la scène »  : […] fin du xixe siècle, la participation des Nabis avait scellé cette alliance en fournissant au Théâtre d'art de Paul Fort (1872-1960) et à celui de l'Œuvre d'Aurélien Lugné-Poë (1869-1940) rideaux de scène, costumes, décors et catalogues dans une unité stylistique recherchée. Le metteur en scène […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvre-d-art-totale/#i_7938

PEINTURE DE GENRE

  • Écrit par 
  • Anne le PAS de SÉCHEVAL
  •  • 3 542 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le XIXe siècle : la contribution réaliste et impressionniste ; vers la dissolution des genres »  : […] la primauté du style, appelé à d'incessants bouleversements. En 1890, Maurice Denis formule ainsi le premier article de l'esthétique nabi : « Se rappeler qu'un tableau – avant d'être un cheval de bataille, une femme nue, ou une quelconque anecdote – est essentiellement une surface plane recouverte de couleurs en un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-de-genre/#i_7938

PONT-AVEN ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Antoine TERRASSE
  •  • 1 004 mots
  •  • 1 média

En mai 1886, à Paris, eut lieu la huitième et dernière exposition des impressionnistes : douze années s'étaient écoulées depuis leur première manifestation chez Nadar. Au sein du groupe, des divisions s'étaient opérées. Les uns, comme Monet, demeuraient attachés à une analyse fidèle de la nature ; d'autres, à la suite de Manet (dont la disparition […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-pont-aven/#i_7938

RANSON PAUL (1864-1909)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 263 mots
  •  • 1 média

Après avoir fait des études à l'école des Arts décoratifs de Limoges, sa ville natale, Ranson travaille à Paris, à l'académie Julian, où il rencontre les futurs nabis : Maurice Denis, Bonnard, Sérusier, Vuillard. Quand le groupe sera constitué, c'est dans son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-ranson/#i_7938

ROUSSEL KERR-XAVIER (1867-1944)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 322 mots

Au moment où il faisait ses études à Paris au lycée Condorcet, Roussel a connu Vuillard, Maurice Denis et Lugné-Poe. Après un passage à l'école des Beaux-Arts, il fréquente l'académie Julian où il retrouve les futurs nabis. Il participe tout naturellement à leur première exposition chez Le Barc de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kerr-xavier-roussel/#i_7938

SÉRUSIER PAUL (1863-1927)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 446 mots
  •  • 2 médias

Sérusier, le « nabi à la barbe rutilante », selon la dénomination des nabis eux-mêmes, est avant tout, avec Maurice Denis, le théoricien et l'« intellectuel » du mouvement. Après des études brillantes il avait été massier à l'académie Julian, où il avait retrouvé Denis, Bonnard, Ranson, Ibels. En 1888 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-serusier/#i_7938

SYMBOLISME - Théâtre

  • Écrit par 
  • Mireille LOSCO
  •  • 1 636 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La scène et la vision »  : […] un nouvel art du décor extrêmement élaboré, dans le moment même où elle cherche à s'en débarrasser : grande nouveauté au théâtre, les jeunes peintres du groupe des Nabis, Maurice Denis, Vuillard, Ranson, Bonnard et Ibels, vont collaborer avec la scène symboliste ; ils y développent un art décoratif et ornemental en vertu duquel la toile peinte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-theatre/#i_7938

SYMBOLISME - Arts

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 5 741 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les dates et les théories »  : […] semble aux antipodes des joailleries de Gustave Moreau ; les subtilités des nabis paraissent condamner les prétentieuses et lourdes naïvetés de certains des adeptes de Joséphin Péladan. C'est qu'en effet, et au rebours d'habitudes laborieusement acquises, imposées en particulier par la célébration trop exclusive de la peinture […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-arts/#i_7938

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La scène

  • Écrit par 
  • Alfred SIMON
  •  • 10 029 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le décor pictural »  : […] par Max Reinhardt, en Russie par Meyerhold. Cet appel toucha en France surtout les nabis et leurs amis, Sérusier, Bonnard, Vuillard, Toulouse-Lautrec. Passionnés de couleur mais aussi soucieux de forme, ces artistes assignèrent au décorateur de théâtre une tâche de dépouillement et de stylisation symbolique. Le mot d'ordre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-scene/#i_7938

VALLOTTON FÉLIX (1865-1925)

  • Écrit par 
  • Marina DUCREY
  •  • 1 079 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L’originalité des gravures sur bois »  : […] très vite, dans le monde. Séduits par ses images ironiques de la vie quotidienne urbaine, où se conjuguent arabesques et aplats de noir et de blanc, les nabis l’invitent à les rallier en 1893 et à exposer dorénavant avec eux. Édouard Vuillard, son meilleur ami dans le groupe, l’introduit à la rédaction de La Revue blanche […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-vallotton/#i_7938

VERKADE JAN PETER WILLIBRORD (1868-1946)

  • Écrit par 
  • Robert L. DELEVOY
  •  • 459 mots

Nature mystique, adepte de la théosophie (il tenta d'y initier Paul Sérusier) avant sa conversion au catholicisme, à laquelle n'est probablement pas étranger Maurice Denis (le « Nabi aux belles icônes »), le peintre hollandais Verkade (originaire de Zaandam, élève à Amsterdam de H. J. Haverman) a participé activement, dès […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jan-peter-willibrord-verkade/#i_7938

VUILLARD ÉDOUARD (1868-1940)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 1 741 mots

après des académies qu'il signe « Vuillard, élève de M. Gérôme », datent des années héroïques, entre 1888 et 1890, où se forme le futur groupe des nabis. Son art, comme celui de Bonnard et de Roussel à la même époque, reste traditionnel et révèle l'attrait qu'exercent sur lui Chardin, les Hollandais, Corot. L'observation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edouard-vuillard/#i_7938

Voir aussi

Pour citer l’article

Antoine TERRASSE, « NABIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nabis/