SQUELETTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Squelette des invertébrés

Les fonctions essentielles des formations squelettiques, soutien et protection, se retrouvent dans la plupart des groupes d'Invertébrés ; elles son assurées par des tissus de consistance dure, ou plutôt par des substances organiques extra-cellulaires plus ou moins résistantes, souvent durcies par minéralisation.

Des cellules spécialisées, les scléroblastes de la mésoglée, élaborent, chez les spongiaires, des spicules calcaires ou siliceux de forme et de taille très diverses. Chez certaines éponges, une substance sans doute proche du collagène, la « spongine », forme un réseau de fibres ramifiées, coexistant éventuellement avec des spicules siliceux.

Le « périsarc », qui entoure les colonies de beaucoup d'hydraires, est une sorte de fine cuticule chitineuse. Mais c'est chez les Anthozoaires que, parmi les cnidaires, les formations squelettiques sont les plus variées : externes ou internes, organiques ou minérales.

Les colonies d'Alcyonium, par exemple, ont un squelette de spicules de calcite élaborés par les scléroblastes de la mésoglée. Chez le corail rouge (Corallium), les spicules sont soudés par un ciment calcaire. La tige ramifiée qui forme l'axe de la colonie de Gorgonia est, en fait, un squelette externe élaboré par l'épiderme invaginé et constitué par une protéine proche du collagène.

Les madréporaires, solitaires ou coloniaux, édifient un exosquelette morphologiquement compliqué, pauvre en substances organiques, essentiellement composé de carbonate de calcium (aragonite).

Chez les Mollusques et chez les Arthropodes, les structures squelettiques sont externes, c'est-à-dire élaborées par l'épiderme autour du corps de l'animal. On peut considérer de même comme un exosquelette les tubes édifiés par certains annélides polychètes, formés soit par des matières organiques durcies (protéines tannées), soit par des matières organiques imprégnées de calcaire, soit par des matières organiques cimentant des matériaux exogènes (grains de sable, débris de coquilles).

La coquille des mollusques, si variée dans sa morphologie, comporte le plus souvent une mince couche superficielle, purement organique, et deux couches plus épaisses, dans lesquelles une trame organique sert de support à des matériaux minéraux (du calcaire sous forme de calcite ou d'aragonite). Le terme de conchyoline, qui désigne la substance organique de la coquille, masque une diversité chimique encore mal connue où coexistent souvent protéines durcies et chitine. La coquille bivalve des brachiopodes, malgré sa ressemblance apparente avec celle des mollusques lamellibranches, en diffère profondément, en particulier quant à l'orientation des valves. Cette coquille est faite, comme celle des mollusques, d'une trame organique et de composants minéraux qui varient suivant les genres : chitine associée à du phosphate de calcium chez la lingule, par exemple ; protéine et calcite le plus souvent.

L'épaisse cuticule des Arthropodes est, elle aussi, un squelette externe typique élaboré par l'épithélium épidermique. Sa caractéristique importante est sa continuité parfaite sur toute la surface du corps et des appendices. Elle se réfléchit même au niveau de la bouche et de l'anus pour tapisser les portions antérieure et postérieure du tube digestif. Des pièces dures et rigides, les sclérites, véritables éléments du squelette, sont unies entre elles par des membranes articulaires souples, qui permettent les mouvements. La structure de la cuticule est complexe ; on y distingue typiquement trois couches superposées avec des propriétés physiques et chimiques particulières. L'endocuticule, couche la plus profonde, élastique et flexible, est constituée de chitine (un polysaccharide azoté) associé à une protéine. L'exocuticule, portion dure de la cuticule, forme les sclérites ; elle contient aussi de la chitine, avec une protéine durcie (sclérotine) par un procédé de tannage qui, en faisant intervenir des substances phénoliques, en modifie l'organisation moléculaire. Du carbonate de calcium renforce parfois, surtout chez les crustacés, la dureté de certaines parties de la carapace ou des appendices. L'épicuticule, enfin, super [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Rôle des muscles, tendons et ligaments

Rôle des muscles, tendons et ligaments
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Les différentes classes d’articulations du squelette

Les différentes classes d’articulations du squelette
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien professeur à la faculté des sciences, université de Paris-VII
  • : professeur au Collège de France, chaire de biologie historique et évolutionnisme

Classification

Autres références

«  SQUELETTE  » est également traité dans :

ACTINOPODES

  • Écrit par 
  • Patrick DE WEVER, 
  • Robert GAUMONT
  •  • 3 743 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Phéodaires  »  : […] On connaît peu de choses sur les Phéodaires. Ceux-ci, tous marins, vivent généralement assez profondément dans l'eau, même si quelques espèces sont observés en surface. Ils sont souvent solitaires, certains individus se rassemblant parfois en une pelote où s'entremêlent les appendices pour former un ensemble assez cohérent avec un début d'organisation. Chez la majorité des espèces, le squelette […] Lire la suite

AMPHIBIENS ou BATRACIENS

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER, 
  • Jean-Claude RAGE
  •  • 6 171 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Squelette »  : […] Les os sont fibreux (faisceaux de grosses fibres parallèles) constituant un squelette relativement léger qui peut supporter cependant des tractions ou des poussées très fortes, en particulier chez les Anoures, lors du saut. […] Lire la suite

ANOURES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER
  •  • 3 596 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Morphologie et anatomie »  : […] Les grenouilles vertes , extrêmement communes dans les mares et étangs européens, possèdent une peau d'un vert brillant tachetée de brun . Rana esculenta est le représentant le plus connu de cet ensemble d'espèces ; son nom spécifique rappelle l'usage gastronomique que l'on fait de ses pattes postérieures. On peut distinguer les grenouilles vertes de la grenouille rousse ( Rana temporaria ), tout […] Lire la suite

ANTHOZOAIRES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Yves TURQUIER
  •  • 4 390 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les Hexacoralliaires (ou Zoanthaires) »  : […] Contrairement aux Octocoralliaires, les Hexacoralliaires sont morphologiquement peu diversifiés, mais la structure de leurs polypes est très variable dans le détail (nombre et disposition des cloisons). Toujours différent de huit, ce nombre est, en principe, un multiple de six. La mésoglée est toujours dépourvue de spicules. L'ensemble comprend au moins huit ordres, dont un entièrement fossile (T […] Lire la suite

ARCHAEOPTERYX

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 2 136 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Histoire des découvertes »  : […] C’est dans une lettre du 15 août 1861 à son collègue Heinrich Georg Bronn (1800-1862), publiée dans la revue Neues Jahrbuch für Mineralogie , Geognosie , Geologie und Petrefakten-Kunde , que le paléontologue allemand Hermann von Meyer (1801-1869) signala la découverte d’une plume fossilisée, ressemblant tout à fait à celle d’un oiseau moderne, dans les calcaires lithographiques du Jurassique […] Lire la suite

ARDIPITHECUS RAMIDUS

  • Écrit par 
  • Brigitte SENUT
  •  • 736 mots
  •  • 1 média

En 1994 était découvert à Aramis, en Éthiopie, un squelette daté de 4,4 millions d'années (Ma) appartenant à Ardipithecus ramidus . Comme le spécimen était très écrasé, il a fallu attendre quinze ans pour que la communauté scientifique puisse dresser un portrait de ce supposé ancêtre (T. D. White et al., «  Ardipithecus ramidus and the Paleobiology of Early Hominids », in Science , vol. 326, pp.  […] Lire la suite

AUSTRALOPITHECUS ANAMENSIS

  • Écrit par 
  • Brigitte SENUT
  •  • 769 mots

Dans le chapitre « Définition de l’espèce Australopithecus anamensis et sa place au sein des hominidés »  : […] En 1995, tout le matériel fut attribué à une nouvelle espèce, Australopithecus anamensis (signifiant « australopithèque du lac »). Celle-ci est aujourd’hui connue entre 4,2 à 3,9 Ma environ au Kenya et en Éthiopie (site d’Asa-Issie dans le Middle Awash). Elle est représentée par des parties de mâchoires (avec des dents), des os des membres et un fragment d’os temporal. Ce qui est particulièrem […] Lire la suite

CARTILAGE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 395 mots

Tissu de soutien d'origine mésenchymateuse dont la différenciation dépend étroitement de la mise en jeu de facteurs mécaniques (pressions et frottements), le cartilage comprend des cellules appelées chondrocytes, de forme arrondie. Leur multiplication par mitose correspond à la croissance interstitielle du tissu. Les chondrocytes, dont la dimension est de 25 μm environ, ont un noyau arrondi centra […] Lire la suite

CÉPHALOCORDÉS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS
  •  • 3 667 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Squelette et système nerveux »  : […] Du rostre à la pointe de la queue de l' Amphioxus , s'étend une baguette élastique, la chorde dorsale (ou notocorde), que l'on retrouve chez les autres cordés (voir ce terme) au moins dans les stades embryonnaires. Entourée par une gaine de fibres de collagène, la chorde des Céphalocordés présente cependant une curieuse particularité. Elle est constituée d'une série de disques à structure muscul […] Lire la suite

CHÉLONIENS ou TORTUES

  • Écrit par 
  • Vivian de BUFFRÉNIL
  •  • 4 611 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Principaux caractères anatomiques »  : […] L' originalité du groupe tient à la fois aux caractères du squelette crânien et aux profondes modifications du squelette postcrânien liées à la réalisation d'une carapace. Le crâne des Chéloniens est de type anapside : il est totalement dépourvu de fenêtre temporale, disposition unique dans la nature actuelle et qui rappelle les Cotylosaures de l'ère primaire, les plus primitifs des reptiles connu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves FRANÇOIS, Armand de RICQLÈS, « SQUELETTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/squelette/