SQUELETTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Squelette des invertébrés

Les fonctions essentielles des formations squelettiques, soutien et protection, se retrouvent dans la plupart des groupes d'Invertébrés ; elles son assurées par des tissus de consistance dure, ou plutôt par des substances organiques extra-cellulaires plus ou moins résistantes, souvent durcies par minéralisation.

Des cellules spécialisées, les scléroblastes de la mésoglée, élaborent, chez les spongiaires, des spicules calcaires ou siliceux de forme et de taille très diverses. Chez certaines éponges, une substance sans doute proche du collagène, la « spongine », forme un réseau de fibres ramifiées, coexistant éventuellement avec des spicules siliceux.

Le « périsarc », qui entoure les colonies de beaucoup d'hydraires, est une sorte de fine cuticule chitineuse. Mais c'est chez les Anthozoaires que, parmi les cnidaires, les formations squelettiques sont les plus variées : externes ou internes, organiques ou minérales.

Les colonies d'Alcyonium, par exemple, ont un squelette de spicules de calcite élaborés par les scléroblastes de la mésoglée. Chez le corail rouge (Corallium), les spicules sont soudés par un ciment calcaire. La tige ramifiée qui forme l'axe de la colonie de Gorgonia est, en fait, un squelette externe élaboré par l'épiderme invaginé et constitué par une protéine proche du collagène.

Les madréporaires, solitaires ou coloniaux, édifient un exosquelette morphologiquement compliqué, pauvre en substances organiques, essentiellement composé de carbonate de calcium (aragonite).

Chez les Mollusques et chez les Arthropodes, les structures squelettiques sont externes, c'est-à-dire élaborées par l'épiderme autour du corps de l'animal. On peut considérer de même comme un exosquelette les tubes édifiés par certains annélides polychètes, formés soit par des matières organiques durcies (protéines tannées), soit par des matières organiques impré [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages



Médias de l’article

Rôle des muscles, tendons et ligaments

Rôle des muscles, tendons et ligaments
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Les différentes classes d’articulations du squelette

Les différentes classes d’articulations du squelette
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin





Écrit par :

  • : ancien professeur à la faculté des sciences, université de Paris-VII
  • : professeur au Collège de France, chaire de biologie historique et évolutionnisme

Classification


Autres références

«  SQUELETTE  » est également traité dans :

ACTINOPODES

  • Écrit par 
  • Patrick DE WEVER, 
  • Robert GAUMONT
  •  • 3 739 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Phéodaires  »  : […] On connaît peu de choses sur les Phéodaires. Ceux-ci, tous marins, vivent généralement assez profondément dans l'eau, même si quelques espèces sont observés en surface. Ils sont souvent solitaires, certains individus se rassemblant parfois en une pelote où s'entremêlent les appendices pour former un ensemble assez cohérent avec un début d'organisation. Chez la majorité des espèces, le squelette […] Lire la suite

AMPHIBIENS ou BATRACIENS

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER, 
  • Jean-Claude RAGE
  •  • 6 161 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Squelette »  : […] Les os sont fibreux (faisceaux de grosses fibres parallèles) constituant un squelette relativement léger qui peut supporter cependant des tractions ou des poussées très fortes, en particulier chez les Anoures, lors du saut. […] Lire la suite

ANOURES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER
  •  • 3 591 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Morphologie et anatomie »  : […] Les grenouilles vertes , extrêmement communes dans les mares et étangs européens, possèdent une peau d'un vert brillant tachetée de brun . Rana esculenta est le représentant le plus connu de cet ensemble d'espèces ; son nom spécifique rappelle l'usage gastronomique que l'on fait de ses pattes postérieures. On peut distinguer les grenouilles vertes de la grenouille rousse ( Rana temporaria ), tout […] Lire la suite

ANTHOZOAIRES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Yves TURQUIER
  •  • 4 388 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les Hexacoralliaires (ou Zoanthaires) »  : […] Contrairement aux Octocoralliaires, les Hexacoralliaires sont morphologiquement peu diversifiés, mais la structure de leurs polypes est très variable dans le détail (nombre et disposition des cloisons). Toujours différent de huit, ce nombre est, en principe, un multiple de six. La mésoglée est toujours dépourvue de spicules. L'ensemble comprend au moins huit ordres, dont un entièrement fossile (T […] Lire la suite

ARCHAEOPTERYX

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 2 134 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Histoire des découvertes »  : […] C’est dans une lettre du 15 août 1861 à son collègue Heinrich Georg Bronn (1800-1862), publiée dans la revue Neues Jahrbuch für Mineralogie , Geognosie , Geologie und Petrefakten-Kunde , que le paléontologue allemand Hermann von Meyer (1801-1869) signala la découverte d’une plume fossilisée, ressemblant tout à fait à celle d’un oiseau moderne, dans les calcaires lithographiques du Jurassique […] Lire la suite

ARDIPITHECUS RAMIDUS

  • Écrit par 
  • Brigitte SENUT
  •  • 735 mots
  •  • 1 média

En 1994 était découvert à Aramis, en Éthiopie, un squelette daté de 4,4 millions d'années (Ma) appartenant à Ardipithecus ramidus . Comme le spécimen était très écrasé, il a fallu attendre quinze ans pour que la communauté scientifique puisse dresser un portrait de ce supposé ancêtre (T. D. White et al., «  Ardipithecus ramidus and the Paleobiology of Early Hominids », in Science , vol. 326, pp.  […] Lire la suite

AUSTRALOPITHECUS ANAMENSIS

  • Écrit par 
  • Brigitte SENUT
  •  • 769 mots

Dans le chapitre « Définition de l’espèce Australopithecus anamensis et sa place au sein des hominidés »  : […] En 1995, tout le matériel fut attribué à une nouvelle espèce, Australopithecus anamensis (signifiant « australopithèque du lac »). Celle-ci est aujourd’hui connue entre 4,2 à 3,9 Ma environ au Kenya et en Éthiopie (site d’Asa-Issie dans le Middle Awash). Elle est représentée par des parties de mâchoires (avec des dents), des os des membres et un fragment d’os temporal. Ce qui est particulièrem […] Lire la suite

CARTILAGE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 395 mots

Tissu de soutien d'origine mésenchymateuse dont la différenciation dépend étroitement de la mise en jeu de facteurs mécaniques (pressions et frottements), le cartilage comprend des cellules appelées chondrocytes, de forme arrondie. Leur multiplication par mitose correspond à la croissance interstitielle du tissu. Les chondrocytes, dont la dimension est de 25 μm environ, ont un noyau arrondi centra […] Lire la suite

CÉPHALOCORDÉS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS
  •  • 3 664 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Squelette et système nerveux »  : […] Du rostre à la pointe de la queue de l' Amphioxus , s'étend une baguette élastique, la chorde dorsale (ou notocorde), que l'on retrouve chez les autres cordés (voir ce terme) au moins dans les stades embryonnaires. Entourée par une gaine de fibres de collagène, la chorde des Céphalocordés présente cependant une curieuse particularité. Elle est constituée d'une série de disques à structure muscul […] Lire la suite

CHÉLONIENS ou TORTUES

  • Écrit par 
  • Vivian de BUFFRÉNIL
  •  • 4 609 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Principaux caractères anatomiques »  : […] L' originalité du groupe tient à la fois aux caractères du squelette crânien et aux profondes modifications du squelette postcrânien liées à la réalisation d'une carapace. Le crâne des Chéloniens est de type anapside : il est totalement dépourvu de fenêtre temporale, disposition unique dans la nature actuelle et qui rappelle les Cotylosaures de l'ère primaire, les plus primitifs des reptiles connu […] Lire la suite

CHONDRICHTHYENS

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 2 409 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Origine, évolution et histoire des chondrichthyens »  : […] Si les relations phylogénétiques des chondrichthyens au sein des vertébrés sont assez claires (cf. vertébrés ), l'apparition de leurs caractères reste une énigme. Les chondrichthyens ont longtemps été considérés comme un groupe primitif au sein des vertébrés à mâchoires (ou gnathostomes) en raison de la nature cartilagineuse de leur endosquelette et de leurs fentes branchiales séparées (au moins […] Lire la suite

CRÂNE

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 5 238 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Chez les sélaciens »  : […] On prendra comme point de départ un petit requin ou une roussette, chez lesquels le squelette céphalique, particulièrement simple, entièrement cartilagineux puisque ces poissons n'ont pas de tissu osseux, comprend deux parties  : le neurocrâne, qui est une boîte cartilagineuse à peu près complètement fermée autour de l'encéphale ; le splanchnocrâne (ou squelette viscéral), qui est l'ensemble d […] Lire la suite

CROISSANCE, biologie

  • Écrit par 
  • André MAYRAT, 
  • Raphaël RAPPAPORT, 
  • Paul ROLLIN
  • , Universalis
  •  • 14 744 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Durée de la croissance »  : […] La croissance du soma peut être illimitée ou limitée. Dans la croissance illimitée, terme assez impropre, la croissance se poursuit toute la vie et, bien que sa vitesse soit réduite dans la phase adulte, la taille finale atteinte au moment de la mort est aussi indéterminée que la date de celle-ci. C'est le cas pour les crevettes et la plupart des vertébrés à sang froid. Une croissance limitée s'ar […] Lire la suite

CYCLOSTOMES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER
  •  • 2 723 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Les myxines »  : […] Les myxines sont uniquement marines, prédatrices ou nécrophages. Elles vivent le plus souvent dans des terriers creusés dans la vase, leur tête seule dépassant de la surface du fond marin. Du fait de ce mode de vie, certaines espèces ont des yeux extrêmement régressés et l'on a attribué à une telle régression l'apparence primitive de ces animaux. Le squelette des myxines est très simple et se li […] Lire la suite

DINOSAURES

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 7 333 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Les données de l'histologie osseuse »  : […] Des arguments assez forts en faveur d'une homéothermie des dinosaures ont été tirés de l'étude de leurs tissus osseux. À plusieurs égards, l'histologie osseuse des dinosaures évoque plus celle des mammifères ou des oiseaux que celle des reptiles ectothermes. Notamment, on constate un important remaniement osseux par formation de tissu osseux secondaire le long de « canaux de Havers ». Ce type d'os […] Lire la suite

DODO

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 2 038 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Découverte, extinction et redécouverte »  : […] Le dodo a été découvert par les navigateurs portugais qui ont atteint, au cours du xvi e  siècle, les îles Mascareignes, alors inhabitées par l'homme. Avec la colonisation de l'île Maurice par les Néerlandais – remplacés ensuite par les Français puis les Britanniques, avant l'indépendance en 1968 –, les Européens ont pris conscience de l'existence de cet étrange oiseau, d'autant plus que quelques […] Lire la suite

ENTELOGNATHUS PRIMORDIALIS

  • Écrit par 
  • Gaël CLÉMENT
  •  • 1 140 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une histoire des vertébrés à mâchoires longtemps considérée comme admise »  : […] La faune des vertébrés actuels est représentée par des animaux sans mâchoires (lamproies et myxines) et par deux grands groupes d'animaux à mâchoires : les chondrichthyens (requins, raies et chimères) et les ostéichthyens. Ce dernier groupe est lui-même composé des poissons à nageoires rayonnées (esturgeons, espadons, saumons, etc.) et d’animaux à nageoires ou pattes charnues (cœlacanthes, dipneu […] Lire la suite

HOMINIDÉS

  • Écrit par 
  • Brigitte SENUT
  •  • 9 525 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Le cas de l'Homme de Flores »  : […] En octobre 2004 était annoncée la découverte exceptionnelle en Indonésie, sur l'île de Flores, d'une nouvelle espèce humaine vieille de quelque 18 000 ans : Homo floresiensis . Sur la mise au jour de sept individus, un squelette quasi complet permet de mieux comprendre la morphologie de ce nouvel homme de faible stature (106 cm), à petit cerveau (380 cm 3 , soit moins que la moyenne de la capacité […] Lire la suite

MAMMIFÈRES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ, 
  • Michel TRANIER
  •  • 10 776 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Squelette »  : […] Le crâne mammalien, dont l'évolution est retracée par ailleurs, est avant tout caractérisé, dans ses réalisations actuelles, par le grand développement de la cavité cérébrale. Beaucoup d'os présents chez les Reptiles ont disparu, ou ont fusionné, de telle sorte que, malgré l'apparition de quelques os nouveaux, le nombre total des os crâniens d'un Mammifère est très inférieur à celui d'un Reptile. […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves FRANÇOIS, Armand de RICQLÈS, « SQUELETTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/squelette/