ANOURES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Têtard de crapaud

Têtard de crapaud
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Grenouille de verre, Bolivie

Grenouille de verre, Bolivie
Crédits : D. Ercken/ Shutterstock

photographie

Grenouille verte

Grenouille verte
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Crapaud des roseaux

Crapaud des roseaux
Crédits : Christoph Burki/ Getty Images

photographie

Tous les médias


Le superordre des Anoures réunit tous ceux des Amphibiens actuels qui, contrairement aux Urodèles et aux Gymnophiones, sont, à l'état adulte, dépourvus de queue : ainsi les grenouilles, les rainettes, les crapauds.

Le corps, massif, est prolongé directement par une tête triangulaire à la bouche largement fendue sous deux gros yeux globuleux, en arrière desquels est tendue la membrane tympanique, bien visible extérieurement par suite de l'absence d'oreille externe.

Les pattes antérieures, à 4 doigts, sont courtes et relativement grêles. Par contre, les pattes postérieures, à 5 doigts, très longues et fortes, montrent immédiatement que ces animaux sont adaptés au saut.

Bien plus inféodés au milieu terrestre que les Urodèles, les Anoures n'ont encore qu'une homéostasie imparfaite, et ils reviennent obligatoirement, pour pondre, au milieu aquatique (sauf quelques très rares exceptions). C'est dans l'eau que s'effectue leur développement embryonnaire et larvaire. Ce dernier est marqué par une succession de transformations anatomiques et physiologiques dont l'ensemble constitue la métamorphose.

Têtard de crapaud

Têtard de crapaud

Photographie

Le têtard (ici têtard de crapaud, Bufo bufo), larve des amphibiens, est aquatique; il respire par des branchies et possède une longue queue. Sous l'influence de stimuli hormonaux, il se métamorphose : les branchies disparaissent, laissant place à une respiration pulmonaire et cutanée; la... 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Animaux « utiles », les Anoures sont représentés sur toute la surface du globe, aussi bien dans les zones humides que dans les régions semi-arides, depuis le niveau de la mer jusqu'à 4 000 m. Leur longévité varie de 10 à 40 ans.

Grenouille de verre, Bolivie

Grenouille de verre, Bolivie

Photographie

Si elle paraît commune vue de dos ou de face, Hyalinobatrachium a la particularité d'avoir le ventre transparent ; à travers sa peau, il est possible de voir ses poumons, ses intestins ou encore les battements de son cœur. Cette grenouille fragile est aujourd'hui en voie... 

Crédits : D. Ercken/ Shutterstock

Afficher

Morphologie et anatomie

Lesgrenouilles vertes, extrêmement communes dans les mares et étangs européens, possèdent une peau d'un vert brillant tachetée de brun. Rana esculenta est le représentant le plus connu de cet ensemble d'espèces ; son nom spécifique rappelle l'usage gastronomique que l'on fait de ses pattes postérieures.

Grenouille verte

Grenouille verte

Photographie

La grenouille verte (Rana esculenta) prend régulièrement des bains de soleil sans jamais s'éloigner de l'eau afin de s'y réfugier au moindre danger. L'hiver, elle hiberne au fond de la vase. Au printemps, des milliers d'œufs sont pondus par paquets, mais la plupart seront mangés par les... 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

On peut distinguer les grenouilles vertes de la grenouille rousse (Rana temporaria), tout aussi commune, par l'absence de la grande tache brune post-oculaire qui caractérise cette dernière, et du crapaud vert (Bufo viridis) par leur aspect beaucoup moins ramassé, leur peau lis [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ANOURES  » est également traité dans :

AMPHIBIENS ou BATRACIENS

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER, 
  • Jean-Claude RAGE
  •  • 6 161 mots
  •  • 17 médias

Dans la nature actuelle, les Amphibiens, appelés également batraciens, sont représentés par trois groupes : les Anoures (grenouilles et crapauds), les Urodèles (salamandres et tritons ) et les Gymnophiones (apodes). Ces trois groupes descendent très vraisemblablement d'un ancêtre commun qui leur est propre, ce qui fait des Amphibiens actuels un groupe monophylétique, souvent aussi désigné sous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amphibiens-batraciens/#i_7712

RÉGÉNÉRATION ET CICATRISATION

  • Écrit par 
  • Alan H. CRUICKSHANK, 
  • André PARAF, 
  • Catherine ZILLER
  •  • 6 101 mots

Dans le chapitre « Espèces à potentialités locales »  : […] Le triton, ainsi que la plupart des batraciens urodèles, régénère ses appendices (pattes et queue), sa crête, son museau, ses yeux. Chaque organe ne se régénère qu'à partir de la zone entourant son point normal d'insertion, et chacune de ces zones ne reforme que l'organe qu'elle contient normalement. C'est ainsi qu'a été définie (E. Guyénot), la notion de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regeneration-et-cicatrisation/#i_7712

Voir aussi

ANATOMIE ANIMALE    ASCAPHIDÉS    BATRACHIA    BRACHYCÉPHALIDÉS    BRANCHIE    BUFONIDÉS    CIRCULATION    CRAPAUDS    DENDROBATIDÉS    DÉVELOPPEMENT ANIMAL ou ONTOGENÈSE ANIMALE    DISCOGLOSSIDÉS    FIRMISTERNES    GRENOUILLES    HYLIDÉS    LEIOPELMATIDÉS    LEPTODACTYLIDÉS    MICROHYLIDÉS    OREILLE zoologie    PALÉOZOOLOGIE    PÉLOBATIDÉS    PÉLODYTIDÉS    PIPIDÉS    RAINETTES    RANIDÉS    RHACOPHORIDÉS    RHÉOBATRACHIDÉS    RHINODERMATIDÉS    RHINODERME    RHINOPHRYNIDÉS

Pour citer l’article

Pierre CLAIRAMBAULT, Philippe JANVIER, « ANOURES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anoures/