TIGE, botanique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chez les Phanérogames (plantes à fleurs), la tige est la partie du végétal qui accomplit la fonction reproductrice sexuée. Elle porte en effet des bourgeons capables de différencier des organes mâles (étamines) des organes femelles (pièces productrices d'ovules). Après fécondation, qui a lieu dans la fleur, les ovules deviendront des graines contenant chacune un embryon, d'où le nom de Spermaphytes (plantes à graines) donné à ces plantes.

Grande ciguë (tige et feuilles)

Grande ciguë (tige et feuilles)

Photographie

Conium maculatum L., la grande ciguë (famille des Apiaceae ou Umbelliferae), est une plante bisannuelle de 1 à 2 m, à feuillage caduc, à tige dressée verte maculée de rouge foncé, feuilles composées et fleurs blanches regroupées en ombelles. Toutes ses parties sont un poison mortel, celui... 

Crédits : De Agostini/ Getty Images

Afficher

Ce rôle essentiel que la tige joue ainsi dans la reproduction de ces plantes apparaît, à l'évidence, chez une plante parasite comme l'orobanche. L'appareil végétatif y est réduit à un axe aérien sur lequel s'insèrent non pas des feuilles mais des écailles incolores. À la base de cet axe, une courte racine suçoir pénètre dans une plante-hôte qui va ainsi nourrir le parasite. Celui-ci ne présente aucune trace de chlorophylle mais le sommet de la tige donne naissance à des fleurs jaunâtres qui, en formant des graines, permettront à l'orobanche de se reproduire. Même si elle est chlorophyllienne chez d'autres espèces, la tige n'est pas de façon fondamentale un organe de nutrition. Ce sont les feuilles, nées de la tige et portées par elle, qui ont pour fonction de produire, à partir de l'énergie lumineuse absorbée par la chlorophylle (photosynthèse), des matières organiques. Entre l'appareil aérien chlorophyllien et les parties souterraines non chlorophylliennes de la plante, le transport des substances nutritives est assuré par la tige qui participe ainsi à la croissance de la plante tout entière. Les modalités de la propre croissance de la tige et celles des organes souterrains déterminent la morphologie de la plante et conditionnent ses propriétés biologiques, de façon étonnamment diverse.

Ramification

Si la tige demeure quelquefois entière, comme chez le stipe des Palmiers ou le chaume de la plupart [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Médias de l’article

Grande ciguë (tige et feuilles)

Grande ciguë (tige et feuilles)
Crédits : De Agostini/ Getty Images

photographie

Ramification dichotomique isotone et anisotone

Ramification dichotomique isotone et anisotone
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Ramification monopodiale et sympodiale

Ramification monopodiale et sympodiale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Formations secondaires

Formations secondaires
Crédits : De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article





Écrit par :

Classification


Autres références

«  TIGE, botanique  » est également traité dans :

ARBRE

  • Écrit par 
  • Gérard CUSSET
  •  • 4 244 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Son aspect »  : […] Souvent, même lorsqu'il est défeuillé, on peut reconnaître un arbre à son port. Ce caractère physionomique tient à plusieurs causes : taille et forme du tronc, angles que forment les branches entre elles, importance relative des rameaux... Notons qu'il ne se manifeste bien que lorsque l'arbre est relativement isolé. En forêt, par la suite de phénomènes de compétition, les troncs sont généralement […] Lire la suite

AUXINES

  • Écrit par 
  • Catherine PERROT-RECHENMANN
  •  • 4 999 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Tropismes, polarité et symétrie embryonnaire »  : […] Les plantes répondent à des signaux directionnels (lumière, gravité) par une croissance inégale d'un coté ou de l'autre de la tige ou des racines, provoquant une courbure et donc une réorientation. Ce n'est généralement pas l'ensemble de la plante qui se courbe, mais une zone particulière de la tige ou des racines dans laquelle les cellules s'allongent ou non. En réponse à un stimulus, un grad […] Lire la suite

BOIS

  • Écrit par 
  • Marie Elisabeth BORREDON, 
  • Édouard BOUREAU, 
  • Xavier DÉGLISE, 
  • Carlos VACA-GARCIA
  •  • 9 111 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Origine »  : […] Le bois secondaire compose généralement, dans les tiges ou racines des plantes vasculaires (un grand nombre de ptéridophytes et les monocotylédones mises à part), un cylindre régulier lignifié formé à la suite du fonctionnement d'une assise cellulaire, génératrice, périphérique, peu épaisse, à parois cellulosiques, appelés cambium . Son fonctionnement est peu connu. Ce tissu embryonnaire est le […] Lire la suite

CLADODE

  • Écrit par 
  • Delphine CARTIER
  •  • 163 mots
  •  • 1 média

On donne le nom de cladodes à des rameaux courts à croissance définie, formés d'un seul entrenœud, simulant parfaitement des feuilles et pouvant être confondus avec elles (cladodes aplatis du fragon épineux ou en aiguilles de l'asperge). Cependant, on reconnaît un cladode au fait qu'il est inséré, comme tout rameau ordinaire, à l'aisselle d'une feuille (celle-ci étant toujours très réduite) ; sa […] Lire la suite

CROISSANCE, biologie

  • Écrit par 
  • André MAYRAT, 
  • Raphaël RAPPAPORT, 
  • Paul ROLLIN
  • , Universalis
  •  • 14 744 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Substances régulatrices »  : […] Il ne s'agit pas de substances macrotrophiques mais de composés agissant à faibles doses et indispensables à la croissance. Ces substances ( vitamines, hormones) ne sont pas nécessairement synthétisées par tous les végétaux et, pour un même végétal, par tous les organes. Prise dans son ensemble, une plante supérieure est autotrophe aux vitamines B 1 , B 2 , B 6 , C et PP, qui entrent généralement […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement végétal

  • Écrit par 
  • Georges DUCREUX, 
  • Hervé LE GUYADER, 
  • Jean-Claude ROLAND
  •  • 19 202 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Différenciation cellulaire végétale »  : […] Chez les végétaux supérieurs ( Cormophytes), dans le jeune embryon issu de l'œuf, les cellules ont une organisation voisine et toutes se divisent. Progressivement, les cloisonnements se restreignent à certaines cellules, les cellules méristématiques. Ces cellules gardent des caractères embryonnaires et constituent des foyers de prolifération active et coordonnée ou méristèmes. Le fonctionnement […] Lire la suite

ÉCORCE, botanique

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 348 mots

Pour les botanistes, ce terme désigne, au sens propre, le tissu cortical, parenchymateux, siège des fonctions nutritives de la tige et de la racine. Lorsque ces organes sont jeunes, l'écorce, dite primaire, est en situation « corticale », mais toujours séparée de l'extérieur par une couche protectrice, de structure différente (épiderme de la tige, assise périphérique de la racine). Le revêtement […] Lire la suite

EMBRYOPHYTES ou CORMOPHYTES ou ARCHÉGONIATES

  • Écrit par 
  • Jean-Yves DUBUISSON, 
  • Sabine HENNEQUIN
  •  • 3 239 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Diversité morphologique des Embryophytes »  : […] Les Embryophytes sont morphologiquement très diversifiées, avec un appareil végétatif allant du thalle (dépourvu de tige et de feuille) le plus simple au cormus complet (comprenant tige, feuille et racine) et à architecture complexe, avec une taille ne dépassant pas quelques millimètres (quelques Hépatiques, certaines lentilles d’eau…) ou formant des arbres dépassant les cent mètres de hauteur (c […] Lire la suite

FEUILLE, botanique

  • Écrit par 
  • Robert GORENFLOT
  •  • 2 786 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Phylogenèse »  : […] L'appareil végétatif des premiers Ptéridophytes ( Rhynia ) étant uniquement de nature caulinaire (du grec caulos  : tige), les mégaphylles sont apparues par des modifications de la tige qui se sont produites au cours de l'évolution : acquisition de la dorsiventralité par aplatissement des axes, et foliarisation aboutissant à la symétrie bilatérale de la vascularisation, la réalisation du limbe se […] Lire la suite

GRAMINALES

  • Écrit par 
  • Henri PRAT
  •  • 2 234 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Caractères botaniques »  : […] La structure très particulière de l'épillet , qui est ici la véritable unité florale, ainsi que celles du chaume et de l'épiderme caractérisent la famille des Graminées. Les tiges aériennes, annuelles ou vivaces, sont des chaumes , formés d'entre-nœuds à croissance basale et à déboîtement télescopique  ; ceux-ci portent des feuilles alternes, distiques, composées d'une longue gaine fendue et d'un […] Lire la suite

HÉLICES FOLIAIRES MULTIPLES

  • Écrit par 
  • Jean Edme LOISEAU
  •  • 919 mots

Séries cohérentes de feuilles, le plus souvent hélicoïdales, engendrées chacune par un champ physiologique appelé centre générateur foliaire situé dans le méristème terminal de la tige (L. Plantefol, 1945). Les hélices foliaires d'une tige, parallèles et de même pas, renferment le même nombre de feuilles à une unité près. À la pointe de chacune d'elles, les ébauches foliaires apparaissent en conti […] Lire la suite

HISTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élodie BOUCHERON, 
  • Dominique CHRIQUI, 
  • Anne GUIVARC'H, 
  • Jacques POIRIER
  •  • 5 320 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Activité proliférante du méristème caulinaire en relation avec l'initiation des feuilles »  : […] Chez les plantes, la croissance et la formation de nouveaux organes (feuilles, tige, racine) sont assurées par des territoires cellulaires proliférants (méristèmes) situés aux extrémités des axes. En ce qui concerne le méristème caulinaire qui occupe l'extrémité des tiges, une organisation fonctionnelle en zones latérales initiatrices de feuilles, zone médullaire initiatrice de moelle et zone axi […] Lire la suite

MÉRISTÈMES

  • Écrit par 
  • Arlette NOUGARÈDE
  • , Universalis
  •  • 3 232 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Méristèmes primaires et organogenèse »  : […] Tout végétal vasculaire montre, durant la phase d'embryogenèse, des divisions uniformément réparties au niveau de toutes ses cellules. Puis, tandis que l'embryon s'accroît et fournit un organisme bientôt autonome, l'addition de cellules nouvelles se restreint strictement à certains niveaux du végétal, parfaitement localisés sous la forme de méristèmes apicaux primaires (fig. 1), situés à l'extrém […] Lire la suite

MONILOPHYTES ou POLYPODIOPHYTES

  • Écrit par 
  • Jean-Yves DUBUISSON, 
  • Sabine HENNEQUIN
  •  • 6 518 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Morphologie du sporophyte  »  : […] Chez les Monilophytes, la plante communément rencontrée correspond à la génération du sporophyte, c’est-à-dire celle qui produit les spores (du grec diaspora signifiant « dispersion », car la spore est l’unité de dispersion de l’organisme). Le sporophyte présente typiquement un appareil végétatif composé d’une tige portant des feuilles et des racines. Nous présenterons ici la morphologie typique […] Lire la suite

PÉTIOLE

  • Écrit par 
  • Delphine CARTIER
  •  • 511 mots

Une feuille est généralement constituée d'un limbe relié à la tige par un pétiole élargi en gaine à sa base, celle-ci portant deux petites lames foliacées latérales appelées stipules. Le pétiole représente en fait une différenciation secondaire de la base du limbe pliée sur elle-même et concrescente par ses deux bords. Chez certaines Aracées par exemple, on observe les différents stades de la fo […] Lire la suite

PHYLLOTAXIE

  • Écrit par 
  • Jean Edme LOISEAU
  •  • 883 mots

Les feuilles ne se forment pas d'une façon désordonnée dans le méristème terminal de la tige : elles apparaissent suivant une séquence définissant divers types de disposition d'ensemble dont l'analyse relève d'un secteur de la botanique qu'on a appelé la phyllotaxie. Divers critères ont été utilisés pour caractériser les phyllotaxies : valeur de la divergence ou écart angulaire séparant deux feuil […] Lire la suite

PHYTOCHROME

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BOULY, 
  • René HELLER, 
  • Émile MIGINIAC
  •  • 3 155 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Phénomènes contrôlés par le phytochrome »  : […] La germination des semences à photosensibilité positive représente une réaction photomorphogénétique type. Tant qu'elle n'a pas été éclairée, la semence est incapable de germer, même dans des conditions par ailleurs favorables (humidité, aération, température), alors que, après une exposition suffisante à la lumière (5 min pour la laitue, 1 min pour le tabac, 24 h pour l'épilobe), la germination […] Lire la suite

PLANTEFOL LUCIEN (1891-1983)

  • Écrit par 
  • Henri Jean MARESQUELLE
  •  • 986 mots

Né à Falaise en Normandie, Lucien Plantefol a passé sa jeunesse à Montbéliard. Admis à l'École normale supérieure dans la section des lettres, il a demandé son transfert dans la section des sciences, en vue de se consacrer à l'histoire naturelle. Mobilisé en 1914, il a été blessé un mois après, au cours des combats de la Meuse. Sa blessure ayant exigé un très long traitement, il s'est trouvé dispo […] Lire la suite

PLANTES

  • Écrit par 
  • Marie POTAGE, 
  • Arnaud VAN HOLT
  •  • 6 774 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Diversité structurale des plantes »  : […] Les plantes, quoique de morphologies très variées, ont en commun (à l’exception de quelques rares groupes) de posséder des organes différenciés : une tige portant elle-même des feuilles et des bourgeons, ainsi que, pour la plupart d’entre elles, des racines . Ces organes sont eux-mêmes constitués de tissus, ensembles organisés de cellules spécialisées. Parmi les plus petites plantes se trouvent le […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Delphine CARTIER, Didier LAVERGNE, « TIGE, botanique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tige-botanique/