SQUELETTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Croissance et remaniement du squelette des animaux

Les modalités de la croissance du squelette sont très variées, bien qu'elles répondent toutes à un impératif commun et spécifique : assurer l'expansion d'une matériau dur et rigide, incapable d'expansion interne.

La forme du squelette, sa structure, la nature de ses tissus ne sont pas indépendantes du processus de croissance ; au contraire, ce dernier conditionne la nature même du squelette et les modalités possibles de son évolution. Autrement dit, la structure du squelette intègre en elle-même son propre processus de croissance. Elle ne peut pas être interprétée seulement en fonction de son rôle physiologique « final » et patent (contention, protection, soutien mécanique, stockage de sels minéraux), mais en fonction aussi des lois géométriques et mécaniques qui président nécessairement à son élaboration.

Dans les étapes zoologiques « primitives » de l'édification squelettique, les processus d'accrétion (dépôts successifs) seront seuls responsables de l'édification du squelette sans qu'aucun phénomène d'érosion ne se manifeste. Un tel processus de croissance ne permet pas la réalisation de n'importe quelle forme, mais il limite assez strictement, pour des raisons géométriques, le nombre de formes possibles. La croissance squelettique se réalise donc le plus souvent selon une loi d'homothétie ; très fréquemment aussi selon une spirale génératrice, plane ou non ; ou encore selon un mode dichotomique ; enfin, par combinaison ou altération de ces processus.

Très généralement, malgré les limitations implicites qui viennent d'être rappelées, le jeu différentiel, dans le temps et dans l'espace, de taux de croissances relatives, variés, mais toujours positifs ou au moins nuls, jamais négatifs, est déjà capable d'édifier des architectures squelettiques remarquablement complexes et souvent d'une belle régularité. Telles sont les modalités de l'édification des spicules de divers protistes et des spongiaires, des polypiers des madrépores ou des cystides des bryozoaires, des coquilles de brachiopodes ou de mollusques, etc. Dans tous ces cas, le squelette est soit inarticulé, soit constitué de pièces peu variées, n'ayant entres elles que des articulations simples.

Dans les étapes zoologiques « évoluées » de l'édification du squelette se réalisent au contraire des articulations diversifiées multiples, dont le fonctionnement dans l'espace est très complexes, et qui permettent au squelette de remplir simultanément les fonctions de protection, de préhension, de soutien mécanique, tout en ménageant à l'individu une grande mobilité.

Les différentes classes d’articulations du squelette

Dessin : Les différentes classes d’articulations du squelette

On distingue trois grandes classes d'articulations : Les articulations immobiles (synarthroses) qui ne permettent qu'un mouvement très limité voire nul (ex. : crâne) ; Les articulations semi-mobiles (amphiarthroses) dont les surfaces articulaires sont unies par du cartilage (ex. :... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La croissance de squelettes aussi complexes ne peut en général s'accomplir par simple développement homothétique des différents éléments, au moyen d'une accrétion externe. Dans ce cas, en effet, le poids et l'épaisseur des divers segments squelettiques deviendraient rapidement prohibitifs avec l'accroissement de taille. Pour un matériau constant, le maintien d'un même niveau d'adaptation de la structure à la fonction exige, avec une augmentation de taille, des modifications des proportions relatives, que la simple accrétion ne peut réaliser. Les concavités des surfaces articulaires ne pourraient modifier leurs rayons de courbure et ainsi de suite. Pour toutes ces raisons l'accroissement du squelette exigera non seulement des taux d'accrétion positifs ou nuls, mais encore négatifs. Autrement dit, des résorptions de substance squelettique apparaîtront désormais comme un processus indispensable à la croissance elle-même. Cette nécessité paradoxale apparaît clairement dans la croissance du tissu osseux.

La résorption liée à la croissance se réalise, suivant les groupes, selon des modalités et avec une intensité assez variées.

Chez les arthropodes, la résorption est totale et périodique. La « difficulté » que pose la croissance d'un squelette complexe aux nombreuses pièces articulées est « surmontée » par le processus de la mue : le squelette est entièrement éliminé de façon temporaire et reconstitué ultérieurement à une échelle plus grande, d'ailleurs souvent avec des changements de proportions (allométrie). Cette « solution » n'est bien entendu applicable qu'à des exosquelettes et elle limite les arthropodes, pour des raisons biomécaniques (J. Currey, 1968) et métaboliques, à des tailles individuelles relativement restreintes.

Chez les vertébrés, la résorption est au contraire partielle et permanente. Le squelette est constamment le siège de modifications discrètes imp [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Rôle des muscles, tendons et ligaments

Rôle des muscles, tendons et ligaments
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Les différentes classes d’articulations du squelette

Les différentes classes d’articulations du squelette
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien professeur à la faculté des sciences, université de Paris-VII
  • : professeur au Collège de France, chaire de biologie historique et évolutionnisme

Classification

Autres références

«  SQUELETTE  » est également traité dans :

ACTINOPODES

  • Écrit par 
  • Patrick DE WEVER, 
  • Robert GAUMONT
  •  • 3 743 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Phéodaires  »  : […] On connaît peu de choses sur les Phéodaires. Ceux-ci, tous marins, vivent généralement assez profondément dans l'eau, même si quelques espèces sont observés en surface. Ils sont souvent solitaires, certains individus se rassemblant parfois en une pelote où s'entremêlent les appendices pour former un ensemble assez cohérent avec un début d'organisation. Chez la majorité des espèces, le squelette […] Lire la suite

AMPHIBIENS ou BATRACIENS

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER, 
  • Jean-Claude RAGE
  •  • 6 171 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Squelette »  : […] Les os sont fibreux (faisceaux de grosses fibres parallèles) constituant un squelette relativement léger qui peut supporter cependant des tractions ou des poussées très fortes, en particulier chez les Anoures, lors du saut. […] Lire la suite

ANOURES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER
  •  • 3 596 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Morphologie et anatomie »  : […] Les grenouilles vertes , extrêmement communes dans les mares et étangs européens, possèdent une peau d'un vert brillant tachetée de brun . Rana esculenta est le représentant le plus connu de cet ensemble d'espèces ; son nom spécifique rappelle l'usage gastronomique que l'on fait de ses pattes postérieures. On peut distinguer les grenouilles vertes de la grenouille rousse ( Rana temporaria ), tout […] Lire la suite

ANTHOZOAIRES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Yves TURQUIER
  •  • 4 390 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les Hexacoralliaires (ou Zoanthaires) »  : […] Contrairement aux Octocoralliaires, les Hexacoralliaires sont morphologiquement peu diversifiés, mais la structure de leurs polypes est très variable dans le détail (nombre et disposition des cloisons). Toujours différent de huit, ce nombre est, en principe, un multiple de six. La mésoglée est toujours dépourvue de spicules. L'ensemble comprend au moins huit ordres, dont un entièrement fossile (T […] Lire la suite

ARCHAEOPTERYX

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 2 136 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Histoire des découvertes »  : […] C’est dans une lettre du 15 août 1861 à son collègue Heinrich Georg Bronn (1800-1862), publiée dans la revue Neues Jahrbuch für Mineralogie , Geognosie , Geologie und Petrefakten-Kunde , que le paléontologue allemand Hermann von Meyer (1801-1869) signala la découverte d’une plume fossilisée, ressemblant tout à fait à celle d’un oiseau moderne, dans les calcaires lithographiques du Jurassique […] Lire la suite

ARDIPITHECUS RAMIDUS

  • Écrit par 
  • Brigitte SENUT
  •  • 736 mots
  •  • 1 média

En 1994 était découvert à Aramis, en Éthiopie, un squelette daté de 4,4 millions d'années (Ma) appartenant à Ardipithecus ramidus . Comme le spécimen était très écrasé, il a fallu attendre quinze ans pour que la communauté scientifique puisse dresser un portrait de ce supposé ancêtre (T. D. White et al., «  Ardipithecus ramidus and the Paleobiology of Early Hominids », in Science , vol. 326, pp.  […] Lire la suite

AUSTRALOPITHECUS ANAMENSIS

  • Écrit par 
  • Brigitte SENUT
  •  • 769 mots

Dans le chapitre « Définition de l’espèce Australopithecus anamensis et sa place au sein des hominidés »  : […] En 1995, tout le matériel fut attribué à une nouvelle espèce, Australopithecus anamensis (signifiant « australopithèque du lac »). Celle-ci est aujourd’hui connue entre 4,2 à 3,9 Ma environ au Kenya et en Éthiopie (site d’Asa-Issie dans le Middle Awash). Elle est représentée par des parties de mâchoires (avec des dents), des os des membres et un fragment d’os temporal. Ce qui est particulièrem […] Lire la suite

CARTILAGE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 395 mots

Tissu de soutien d'origine mésenchymateuse dont la différenciation dépend étroitement de la mise en jeu de facteurs mécaniques (pressions et frottements), le cartilage comprend des cellules appelées chondrocytes, de forme arrondie. Leur multiplication par mitose correspond à la croissance interstitielle du tissu. Les chondrocytes, dont la dimension est de 25 μm environ, ont un noyau arrondi centra […] Lire la suite

CÉPHALOCORDÉS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS
  •  • 3 667 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Squelette et système nerveux »  : […] Du rostre à la pointe de la queue de l' Amphioxus , s'étend une baguette élastique, la chorde dorsale (ou notocorde), que l'on retrouve chez les autres cordés (voir ce terme) au moins dans les stades embryonnaires. Entourée par une gaine de fibres de collagène, la chorde des Céphalocordés présente cependant une curieuse particularité. Elle est constituée d'une série de disques à structure muscul […] Lire la suite

CHÉLONIENS ou TORTUES

  • Écrit par 
  • Vivian de BUFFRÉNIL
  •  • 4 611 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Principaux caractères anatomiques »  : […] L' originalité du groupe tient à la fois aux caractères du squelette crânien et aux profondes modifications du squelette postcrânien liées à la réalisation d'une carapace. Le crâne des Chéloniens est de type anapside : il est totalement dépourvu de fenêtre temporale, disposition unique dans la nature actuelle et qui rappelle les Cotylosaures de l'ère primaire, les plus primitifs des reptiles connu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves FRANÇOIS, Armand de RICQLÈS, « SQUELETTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/squelette/