SQUELETTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Cellule de Diatomée

Cellule de Diatomée
Crédits : De Agostini

photographie

Rôle des muscles, tendons et ligaments

Rôle des muscles, tendons et ligaments
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Les différentes classes d’articulations du squelette

Les différentes classes d’articulations du squelette
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Le squelette hydrostatique

Les liquides de l'organisme, qui occupent les cavités du corps, ont, en plus de leurs fonctions habituelles dans la nutrition et dans la respiration, un rôle important de participation aux mécanismes hydrauliques qui assurent, en particulier chez des animaux mous, des mouvements éventuellement impliqués dans la locomotion.

On peut prendre l'exemple (très marginal, il est vrai, mais symbolique) d'une anémone de mer dont la paroi du corps comporte une couche musculaire circulaire et des faisceaux de fibres longitudinales. Ces deux musculatures, par leur orientation, agissent dans des directions différentes, mais elles ne sont pas antagonistes car les contractions des unes n'entraînent pas l'extension des autres. Leur contraction simultanée a pour effet de réduire et la hauteur et le périmètre de la colonne, donc son volume. Le relâchement de toutes les fibres musculaires ne suffit pas à rétablir le volume initial. Celui-ci est obtenu grâce aux battements ciliaires des cellules du pharynx qui créent un appel d'eau vers la cavité gastrique de l'anémone et y réalisent une pression qui va distendre les parois. À cette force qui agit en antagoniste des muscles et qui peut, ainsi, maintenir une certaine rigidité des tissus mous, on donne le nom de squelette hydrostatique.

Divers mécanismes hydrauliques comparables interviennent chez beaucoup d'invertébrés lorsque des formations squelettiques dures manquent à assurer l'antagonisme musculaire. Le fluide qui intervient est représenté chez les cnidaires par le liquide extérieur pénétrant dans la cavité gastrale ; c'est le mésenchyme et le liquide interstitiel chez les plathelminthes et autres acœlomates ; chez les annélides, où le squelette hydrostatique joue un rôle considérable dans la locomotion, c'est le liquide cœlomique, incompressible, qui transmet les pressions, réalisées par des contractions musculaires.

Des mécanismes hydrauli [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages


Écrit par :

  • : professeur au Collège de France, chaire de biologie historique et évolutionnisme
  • : ancien professeur à la faculté des sciences, université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  SQUELETTE  » est également traité dans :

ACTINOPODES

  • Écrit par 
  • Patrick DE WEVER, 
  • Robert GAUMONT
  •  • 3 739 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Phéodaires  »  : […] On connaît peu de choses sur les Phéodaires. Ceux-ci, tous marins, vivent généralement assez profondément dans l'eau, même si quelques espèces sont observés en surface. Ils sont souvent solitaires, certains individus se rassemblant parfois en une pelote où s'entremêlent les appendices pour former un ensemble assez cohérent avec un début d'organisation. Chez la majorité des espèces, le squelette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/actinopodes/#i_7281

AMPHIBIENS ou BATRACIENS

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER, 
  • Jean-Claude RAGE
  •  • 6 161 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Squelette »  : […] Les os sont fibreux (faisceaux de grosses fibres parallèles) constituant un squelette relativement léger qui peut supporter cependant des tractions ou des poussées très fortes, en particulier chez les Anoures, lors du saut. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amphibiens-batraciens/#i_7281

ANOURES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER
  •  • 3 591 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Morphologie et anatomie »  : […] Les grenouilles vertes , extrêmement communes dans les mares et étangs européens, possèdent une peau d'un vert brillant tachetée de brun. Rana esculenta est le représentant le plus connu de cet ensemble d'espèces ; son nom spécifique rappelle l'usage gastronomique que l'on fait de ses pattes postérieures. On peut distinguer les grenouilles vertes de la grenouille rousse ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anoures/#i_7281

ANTHOZOAIRES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Yves TURQUIER
  •  • 4 388 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les Hexacoralliaires (ou Zoanthaires) »  : […] Contrairement aux Octocoralliaires, les Hexacoralliaires sont morphologiquement peu diversifiés, mais la structure de leurs polypes est très variable dans le détail (nombre et disposition des cloisons). Toujours différent de huit, ce nombre est, en principe, un multiple de six. La mésoglée est toujours dépourvue de spicules. L'ensemble comprend au moins huit ordres, dont un entièrement fossile (T […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthozoaires/#i_7281

ARCHAEOPTERYX

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 2 134 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Histoire des découvertes »  : […] C’est dans une lettre du 15 août 1861 à son collègue Heinrich Georg Bronn (1800-1862), publiée dans la revue Neues Jahrbuch für Mineralogie , Geognosie , Geologie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/archaeopteryx/#i_7281

ARDIPITHECUS RAMIDUS

  • Écrit par 
  • Brigitte SENUT
  •  • 735 mots
  •  • 1 média

En 1994 était découvert à Aramis, en Éthiopie, un squelette daté de 4,4 millions d'années (Ma) appartenant à Ardipithecus ramidus . Comme le spécimen était très écrasé, il a fallu attendre quinze ans pour que la communauté scientifique puisse dresser un portrait de ce supposé ancêtre (T. D. White et al., «  Ardipithecus ramidus and the Paleobiology of E […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ardipithecus-ramidus/#i_7281

AUSTRALOPITHECUS ANAMENSIS

  • Écrit par 
  • Brigitte SENUT
  •  • 769 mots

Dans le chapitre « Définition de l’espèce Australopithecus anamensis et sa place au sein des hominidés »  : […] En 1995, tout le matériel fut attribué à une nouvelle espèce, Australopithecus anamensis (signifiant « australopithèque du lac »). Celle-ci est aujourd’hui connue entre 4,2 à 3,9 Ma environ au Kenya et en Éthiopie (site d’Asa-Issie dans le Middle Awash). Elle est représentée par des parties de mâchoires (avec des dents), des os […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/australopithecus-anamensis/#i_7281

CARTILAGE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 395 mots

Tissu de soutien d'origine mésenchymateuse dont la différenciation dépend étroitement de la mise en jeu de facteurs mécaniques (pressions et frottements), le cartilage comprend des cellules appelées chondrocytes, de forme arrondie. Leur multiplication par mitose correspond à la croissance interstitielle du tissu. Les chondrocytes, dont la dimension est de 25 μm environ, ont un noyau arrondi centra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cartilage/#i_7281

CÉPHALOCORDÉS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS
  •  • 3 664 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Squelette et système nerveux »  : […] Du rostre à la pointe de la queue de l' Amphioxus , s'étend une baguette élastique, la chorde dorsale (ou notocorde), que l'on retrouve chez les autres cordés (voir ce terme) au moins dans les stades embryonnaires. Entourée par une gaine de fibres de collagène, la chorde des Céphalocordés présente cependant une curieuse particularité. Elle est constitu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cephalocordes/#i_7281

CHÉLONIENS ou TORTUES

  • Écrit par 
  • Vivian de BUFFRÉNIL
  •  • 4 609 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Principaux caractères anatomiques »  : […] L' originalité du groupe tient à la fois aux caractères du squelette crânien et aux profondes modifications du squelette postcrânien liées à la réalisation d'une carapace. Le crâne des Chéloniens est de type anapside : il est totalement dépourvu de fenêtre temporale, disposition unique dans la nature actuelle et qui rappelle les Cotylosaures de l'ère primaire, les plus primitifs des reptiles connu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cheloniens-tortues/#i_7281

CHONDRICHTHYENS

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 2 409 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Origine, évolution et histoire des chondrichthyens »  : […] Si les relations phylogénétiques des chondrichthyens au sein des vertébrés sont assez claires (cf. vertébrés ), l'apparition de leurs caractères reste une énigme. Les chondrichthyens ont longtemps été considérés comme un groupe primitif au sein des vertébrés à mâchoires (ou gnathostomes) en raison de la nature cartilagineuse de leur endosquelette et de leurs fentes branc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chondrichthyens/#i_7281

CRÂNE

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 5 238 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Chez les sélaciens »  : […] On prendra comme point de départ un petit requin ou une roussette, chez lesquels le squelette céphalique, particulièrement simple, entièrement cartilagineux puisque ces poissons n'ont pas de tissu osseux, comprend deux parties  : le neurocrâne, qui est une boîte cartilagineuse à peu près complètement fermée autour de l'encéphale ; le splanchnocrâne (ou squelette viscéral), qui est l'ensemble d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crane/#i_7281

CROISSANCE, biologie

  • Écrit par 
  • André MAYRAT, 
  • Raphaël RAPPAPORT, 
  • Paul ROLLIN
  • , Universalis
  •  • 14 744 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Durée de la croissance »  : […] La croissance du soma peut être illimitée ou limitée. Dans la croissance illimitée, terme assez impropre, la croissance se poursuit toute la vie et, bien que sa vitesse soit réduite dans la phase adulte, la taille finale atteinte au moment de la mort est aussi indéterminée que la date de celle-ci. C'est le cas pour les crevettes et la plupart des vertébrés à sang froid. Une croissance limitée s'ar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croissance-biologie/#i_7281

CYCLOSTOMES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER
  •  • 2 723 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Les myxines »  : […] Les myxines sont uniquement marines, prédatrices ou nécrophages. Elles vivent le plus souvent dans des terriers creusés dans la vase, leur tête seule dépassant de la surface du fond marin. Du fait de ce mode de vie, certaines espèces ont des yeux extrêmement régressés et l'on a attribué à une telle régression l'apparence primitive de ces animaux. Le squelette des myxines est très simple et se li […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyclostomes/#i_7281

DINOSAURES

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 7 333 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Les données de l'histologie osseuse »  : […] Des arguments assez forts en faveur d'une homéothermie des dinosaures ont été tirés de l'étude de leurs tissus osseux. À plusieurs égards, l'histologie osseuse des dinosaures évoque plus celle des mammifères ou des oiseaux que celle des reptiles ectothermes. Notamment, on constate un important remaniement osseux par formation de tissu osseux secondaire le long de « canaux de Havers ». Ce type d'os […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dinosaures/#i_7281

DODO

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 2 038 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Découverte, extinction et redécouverte »  : […] Le dodo a été découvert par les navigateurs portugais qui ont atteint, au cours du xvi e  siècle, les îles Mascareignes, alors inhabitées par l'homme. Avec la colonisation de l'île Maurice par les Néerlandais – remplacés ensuite par les Français puis les Britanniques, avant l'indépendance en 1968 –, les Européens ont pris conscience de l'existence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dodo/#i_7281

ENTELOGNATHUS PRIMORDIALIS

  • Écrit par 
  • Gaël CLÉMENT
  •  • 1 140 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une histoire des vertébrés à mâchoires longtemps considérée comme admise »  : […] La faune des vertébrés actuels est représentée par des animaux sans mâchoires (lamproies et myxines) et par deux grands groupes d'animaux à mâchoires : les chondrichthyens (requins, raies et chimères) et les ostéichthyens. Ce dernier groupe est lui-même composé des poissons à nageoires rayonnées (esturgeons, espadons, saumons, etc.) et d’animaux à nageoires ou pattes charnues (cœlacanthes, dipneu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/entelognathus-primordialis/#i_7281

HOMINIDÉS

  • Écrit par 
  • Brigitte SENUT
  •  • 9 525 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Le cas de l'Homme de Flores »  : […] En octobre 2004 était annoncée la découverte exceptionnelle en Indonésie, sur l'île de Flores, d'une nouvelle espèce humaine vieille de quelque 18 000 ans : Homo floresiensis . Sur la mise au jour de sept individus, un squelette quasi complet permet de mieux comprendre la morphologie de ce nouvel homme de faible stature (106 cm), à petit cerveau (380 cm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hominides/#i_7281

MAMMIFÈRES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ, 
  • Michel TRANIER
  •  • 10 776 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Squelette »  : […] Le crâne mammalien, dont l'évolution est retracée par ailleurs, est avant tout caractérisé, dans ses réalisations actuelles, par le grand développement de la cavité cérébrale. Beaucoup d'os présents chez les Reptiles ont disparu, ou ont fusionné, de telle sorte que, malgré l'apparition de quelques os nouveaux, le nombre total des os crâniens d'un Mammifère est très inférieur à celui d'un Reptile. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mammiferes/#i_7281

MARSUPIAUX ou MÉTATHÉRIENS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Michel TRANIER
  •  • 5 050 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le squelette »  : […] L' ensemble du squelette des Marsupiaux est typiquement mammalien, et l'on se bornera à mentionner quelques particularités. La cavité crânienne est toujours moins spacieuse que chez les Placentaires, bien que l'architecture crânienne y soit semblable : extension des pariétaux, incorporation à la boîte crânienne des squamosaux et des alisphénoïdes, ces derniers édifiant en outre autour de l'oreill […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marsupiaux-metatheriens/#i_7281

MEMBRES

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 15 020 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Organisation générale »  : […] Le squelette des membres humains comprend surtout des os longs, unis par des articulations mobiles, et enveloppés par une couche épaisse de muscles striés volontaires. Une toile fibreuse, l'aponévrose superficielle, entoure les muscles et les sépare des plans tégumentaires. Ceux-ci comprennent la peau et une nappe de tissu cellulaire lâche qui la mobilise sur l'aponévrose. Les pédicules vasculo- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/membres/#i_7281

OISEAUX

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT, 
  • Michel CUISIN
  •  • 10 551 mots
  •  • 35 médias

Dans le chapitre « L'origine reptilienne des oiseaux »  : […] Depuis les premières descriptions, dans les années 1860, du squelette d' Archaeopteryx , découvert dans les calcaires du jurassique supérieur (env. 140 millions d'années), cet animal est considéré comme un des meilleurs exemples d'une forme intermédiaire entre deux grands groupes de vertébrés. Certains caractères ostéologiques de ce très ancien oiseau (mâchoires pourvues de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oiseaux/#i_7281

OS

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CAMUS, 
  • Armand de RICQLÈS
  • , Universalis
  •  • 15 852 mots
  •  • 7 médias

Seuls constituants du corps des vertébrés qui soient normalement préservés après la mort grâce à leur minéralisation élevée, les tissus du squelette (os, dents, cartilages) ont été longtemps considérés comme formant la charpente inerte de l'organisme. Toute l'évolution de la biologie s'inscrit en faux contre cette manière de voir superficielle. Actuellement, le squelette apparaît au contraire for […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/os/#i_7281

OSTÉICHTHYENS

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 1 139 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Morphologie »  : […] Les ostéichthyens sont définis sur la base d'un nombre important de caractères morphologiques, mais leur monophylétisme est aussi corroboré par les données de la phylogénie moléculaire, à l'exception de quelques résultats controversés. Le principal caractère des ostéichthyens est la présence d' os endochondral dans le squelette interne, ou endosquelette. L'os endochondral (fig. 2E ) a une structur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/osteichthyens/#i_7281

PROBOSCIDIENS

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ, 
  • Pascal TASSY
  •  • 2 960 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Anatomie »  : […] La peau des éléphants a une surface verruqueuse due à l'hypertrophie des papilles dermiques. Cette structure particulière du tégument a parfois été interprétée comme constituant un facteur d'amélioration de l'homéothermie par l'accroissement de la surface vascularisée qu'elle entraîne. Les poils, relativement abondants chez le nouveau-né, sont très clairsemés chez l'adulte et ne sont rassemblés en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proboscidiens/#i_7281

RADIOLAIRES

  • Écrit par 
  • Patrick DE WEVER
  •  • 2 583 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Organisation cellulaire  »  : […] Les radiolaires sont constitués d'un endoplasme séparé d'un ectoplasme par une membrane appelée membrane capsulaire (fig. 1 ). La partie la plus interne (endoplasme + membrane capsulaire) constitue la capsule centrale. L'endoplasme comprend la plupart des organites vitaux : noyau, mitochondries, appareil de Golgi, réserves sous forme de gouttelettes lipidiques (celles-ci, en quantités parfois très […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radiolaires/#i_7281

RÉCIFS CORALLIENS

  • Écrit par 
  • Pascale JOANNOT
  •  • 6 421 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les coraux, indicateurs climatiques »  : […] Pour faire parler la mémoire des coraux, les scientifiques effectuent des carottes dans des colonies massives appelées communément patates de corail. Indicateur climatique, le squelette des coraux distille la mémoire du temps à l'échelle de la colonie corallienne et à celle du récif. Ces carottes fournissent aux climatologues de précieuses informations leur permettant de reconstituer le climat à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recifs-coralliens/#i_7281

REPTILES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT
  •  • 3 965 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Crâne et mâchoires, régime alimentaire »  : […] La profonde variabilité structurale des Reptiles s'exprime nettement au niveau de l' anatomie du crâne  ; il suffit de comparer un squelette de Tortue et celui d'un Serpent pour en être persuadé. Nous donnerons ici, à titre d'exemple, la structure du crâne d'un Saurien . Les traits caractéristiques essentiels sont : sa hauteur relativement grande (plus que chez les Amphibiens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reptiles/#i_7281

RUMINANTS

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE
  •  • 2 936 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Caractères généraux »  : […] Le tégument des Ruminants est remarquable par sa richesse en glandes variées et par les phanères très particulières que sont les bois et les cornes. Les glandes de la peau sont situées diversement. Le larmier, ou glande préorbitaire, est peut-être la plus répandue. Une fosse, creusée en grande partie dans l'os lacrymal, offre souvent un logement à cette structure volumineuse. Aux extrémités des m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ruminants/#i_7281

SARCOPTÉRYGIENS

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 3 887 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Caractéristiques anatomiques »  : […] Les sarcoptérygiens sont caractérisés principalement par le mode d'articulation, dite « articulation monobasale », du squelette interne des nageoires pectorales et pelviennes (ou des membres antérieurs et postérieurs pour les tétrapodes) sur leurs ceintures respectives (fig. 1b à 1i ; et caractère 1 in fig. 3). D'autres caractères généraux des sarcoptérygiens sont, d'une part la division de la bo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sarcopterygiens/#i_7281

SPONGIAIRES

  • Écrit par 
  • Geneviève TERMIER, 
  • Henri TERMIER, 
  • Odette TUZET
  •  • 3 924 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Squelette »  : […] Le squelette des Spongiaires est formé de spicules de calcite (CO 3 Ca) ou d' opale (SiO 2 hydratée), auxquels peuvent s'adjoindre une scléroprotéine (spongine) ou des fibres de calcite ou d'aragonite (deux formes cristallines différentes de CO 3 Ca). Tous ces éléments sont sécrétés à l'intérieur de cellules spéciales du mésohyle, les scléroblastes. La formation des spicules siliceux diffère de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spongiaires/#i_7281

STRUCTURE, biologie

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE, 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 10 000 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Forme et fonction »  : […] Dans la mesure où les rapports entre forme et fonction ne sont qu'un aspect particulier des relations entre structures et fonctions, il existe aussi une relation étroite entre la forme et la fonction. La nature de cette relation permet de définir le degré d'adaptation de celle-ci à celle-là. L'adaptation de la forme à la fonction semble être vraiment dans la nature des choses, puisqu'on la rencon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structure-biologie/#i_7281

VERTÈBRES ET RACHIS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Claude GILLOT
  •  • 4 602 mots
  •  • 7 médias

La colonne vertébrale, ou rachis, est une tige formée de petits éléments osseux juxtaposés, les vertèbres, articulés entre eux : elle est donc très solide mais flexible. Caractérisée par sa situation, à la fois axiale et dorsale , par sa continuité, de la base du crâne jusqu'au bassin, et par son rôle de protection de la moelle épinière, la colonne vertébrale constitue, chez les animaux qui en son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vertebres-et-rachis/#i_7281

VIE ANIMALE DANS L'AIR ET DANS L'EAU

  • Écrit par 
  • Pierre DEJOURS
  •  • 3 754 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Squelette des Vertébrés »  : […] Les animaux aquatiques, ayant à peu près la même densité que l'eau, ne sont soumis de ce fait qu'à de faibles contraintes mécaniques, d'ailleurs relativement inchangées selon la taille de l'animal puisque la poussée d'Archimède est proportionnelle au volume de celui-ci. Dès lors, il n'est pas surprenant d'observer que le poids du squelette des poissons osseux et des lamproies constitue une faibl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/animal-vie-dans-l-eau-et-dans-l-air/#i_7281

Voir aussi

Pour citer l’article

Armand de RICQLÈS, Yves FRANÇOIS, « SQUELETTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/squelette/