SOLIMAN LE MAGNIFIQUE ou SULAYMAN (1494-1566)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Soliman le Magnifique

Soliman le Magnifique
Crédits : Universal History Archive/ Getty Images

photographie

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Mosquée du sultan Ahmed Ier

Mosquée du sultan Ahmed Ier
Crédits : Louis Grandadam/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Dixième sultan ottoman, Soliman est le plus célèbre de la dynastie. C'est sous son règne (1520-1566) que l'Empire ottoman a atteint son apogée, aussi bien dans le domaine territorial que dans celui de l'influence politique ou du rayonnement artistique et intellectuel. Surnommé Kanunī (le Législateur) par les Turcs et le Magnifique par les Occidentaux, Soliman a été non seulement un conquérant, mais aussi un grand organisateur : les règlements qui datent de son époque en témoignent. Intervenant dans la politique européenne en prenant parti pour François Ier contre Charles Quint, il a porté aux Espagnols et aux Autrichiens des coups sévères en Europe et en Afrique du Nord. Il a été le premier sultan à octroyer à des Européens, les Français, des conditions extrêmement favorables d'établissement et de commerce dans l'Empire, les « capitulations ». Son règne a pu à juste titre être considéré comme l'Âge d'or de l'Empire ottoman.

Soliman le Magnifique

photographie : Soliman le Magnifique

photographie

Soliman le Magnifique (1494-1566), sultan conquérant et législateur, dont le règne (1520-1566) marqua l'apogée de l'Empire ottoman. Anonyme vénitien. Huile sur toile, vers 1530-1540. Kunsthistorisches Museum, Vienne. 

Crédits : Universal History Archive/ Getty Images

Afficher

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme

vidéo : 1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme

vidéo

Espagnols et Portugais en Amérique et en Asie. Charles Quint. Luther.Le XVIe siècle marque l'apogée ottomane. En 1517, l'Empire détruit le pouvoir mamelouk d'Égypte ; puis, Soliman le Magnifique étend ses conquêtes en Orient, et jusqu'aux terres de l'empereur Charles Quint.Pendant ce temps,... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le conquérant

Soliman Ier le Magnifique, né à Trébizonde, est le fils du sultan Sélim Ier, le conquérant de la Syrie et de l'Égypte, auprès de qui il passa son enfance et son adolescence, notamment en Crimée, de 1509 à 1512. Après l'accession de Sélim au trône (1512), Soliman fut nommé gouverneur de la province de Saroukhan et résida à Manisa (1513) ; ensuite, lors des expéditions de son père en Syrie et en Égypte (1516-1517), il fut envoyé à Edirné (Andrinople) avec mission de protéger les provinces européennes de l'Empire. Il se trouvait à Manisa lorsque son père mourut ; depuis longtemps reconnu comme prince héritier, il monta sur le trône (1er octobre 1520) sans rencontrer d'opposition. Cependant, dès la première année de son règne, il dut faire face à la révolte du gouverneur de Syrie, Djanberdi Ghazali, révolte vigoureusement réprimée (1520-1521), de même qu'une autre révolte en Égypte (1523-1524). Durant son règne, Soliman a mené treize expéditions : dix en Europe, trois en Asie. La première, en 1521, contre la Hongrie, aboutit à la prise de Sabacz et surtout à celle de Belgrade. L'année suivante vit la conquête de l'île de Rhodes, après un siège de six mois ; les chevaliers hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem allèrent alors s'installer à Malte. En 1526, nouvelle campagne contre la Hongrie, marquée par l'écrasante victoire de Mohacs et la prise de Buda ; à la suite de cette campagne se posa la question de la succession au trône de Hongrie, ce qui amena Soliman à agir directement contre l'Autriche : il entreprit alors le siège de Vienne (septembre-octobre 1529), qui fit planer sur l'Empire autrichien et sur l'Europe une menace extrême ; trois ans plus tard, Soliman conduisit ses troupes jusqu'en Styrie, mais les hostilités furent momentanément suspendues (janvier 1533). Ce répit en Europe permit aux Ottomans de se tourner vers l'Est : en réponse à des menaces iraniennes, le grand vizir Ibrahim Pacha pénétra en Azerbaïdjan, puis de là passa en Irak et occupa Bagdad en juillet 1534 ; Soliman y fit son entrée le 30 novembre. Avec l'occupation du Yémen et d'Aden en 1538, tous les territoires arabes du Proche-Orient étaient tombés sous la domination ottomane.

De 1541 à 1547, plusieurs campagnes opposèrent les Turcs aux Austro-Hongrois qui perdirent Pest (août 1541), toute la Hongrie orientale, et durent payer un tribut pour le reste du pays (juin 1547). Mais c'est seulement à l'issue de dix ans de batailles, de 1552 à 1562, que Ferdinand de Hongrie renonça à ses prétentions sur la Transylvanie. Entre-temps, le sultan avait dirigé une expédition contre le shah d'Iran, Tahmasp : la paix de 1555 consacra la suprématie ottomane. En 1565, le nouveau roi de Hongrie, Maximilien, ayant repris les hostilités, Soliman lança une expédition qui aboutit à la prise de Szeged (8 septembre 1566), mais le sultan était mort dans la nuit du 5 au 6 septembre. La paix entre Ottomans et Autrichiens ne fut signée qu'en février 1568.

D'autre part, l'activité des corsaires turcs en Méditerranée centrale et orientale permit de placer sous la suzeraineté ottomane la Tripolitaine, l'Algérie et une partie de la Tunisie ; l'occupation complète de ces pays ne fut achevée qu'en 1574, ce qui plaçait la totalité du monde arabo-musulman, à l'exception du Maroc, sous la domination turque.

L'homme d'État

L'Empire ottoman a connu sous le règne de Soliman sa plus grande extension territoriale et sa plus forte influence en Europe, au Proche-Orient et en Méditerranée centrale. Le sultan possédait une puissance considérable, qui lui permit de disputer l'hégémonie à Charles Quint en Europe centrale et en Afrique du Nord, au shah d'Iran en Asie occidentale. Sollicité par François Ier, il apporta son aide à celui-ci pour obliger Charles Quint à disperser ses forces. Si la Hongrie a été un continuel champ de bataille, c'est qu'elle constituait un lieu stratégique dont Soliman avait bien compris l'importance ; il y fit porter son action offensive, de même qu'il encouragea les activités de ses corsaires en Afrique du Nord, point faible des Espagnols ; en outre, ces corsaires contribuaient à fixer loin des côtes de la Méditerranée orientale la flotte espagnole dont la menace n'était pas négligeable.

Soliman a été d'une très grande tolérance vis-à-vis des étrangers dans l'Empire, ainsi qu'à l'égard des chrétiens et des juifs. L'octroi de capitulations aux Français a été une des marques de sa bienveillance.

Le législateur

L'action de Soliman le Magnifique n'a pas été moindre en politique intérieure, et son surnom de « Législateur » est mérité, car durant son règne il promulgua un grand nombre de règlements visant à organiser ou à améliorer l'administration des provinces, et notamment des provinces récemment conquises : l'étendue même de l'Empire réclamait une remise en ordre de l'administration, un contrôle de son action, en particulier dans le domaine financier ; il fallait aussi recruter et entretenir l'armée et la marine, veiller à la sécurité des populations, assurer à celles-ci de bonnes conditions de vie et de travail, d'où la multitude de ces règlements, établis à partir des coutumes et traditions locales et des lois musulmanes en vigueur chez les Ottomans.

Soliman a été un souverain autoritaire, contrôlant de près ses grands vizirs, qui furent tous des hommes remarquables mais n'en subirent pas moins parfois les foudres du sultan. Il ne toléra pas, chez ses fils, la moindre velléité d'indépendance : deux d'entre eux, Moustafa et Bayézid, coupables de rébellion, furent exécutés ; le second servit de héros à Racine pour l'une de ses tragédies (Bajazet). Peut-être cette rigueur de Soliman a-t-elle été encouragée par son épouse Khourrem Sultane, connue par les Occidentaux sous le nom de Roxelane ; d'origine slave, elle a exercé une grande influence sur le sultan et s'est employée à ce que son fils, Sélim (Sélim II), puisse accéder au trône.

Les lettres et les arts

Le siècle de Soliman a été particulièrement brillant dans le domaine de la littérature et de l'art. Outre de grands chroniqueurs qui se sont plu à chanter la gloire et les œuvres de la dynastie et du souverain, des poètes considérés, comme des plus grands, Fouzoûlî et Bâkî, ont vécu à cette époque.

Mais c'est surtout l'art qui a marqué cette période : grâce à ses immenses ressources financières, le sultan a pu entreprendre, à Constantinople en particulier, des constructions de grande envergure ; il a été aidé en cela par un architecte remarquable, Mimar Sinan, qui, s'inspirant de la basilique Sainte-Sophie, a créé un type de mosquée original et grandiose, dont les plus beaux exemples sont les mosquées de Shahzadé et de Soliman à Istanbul, et de Sélim à Edirné. En outre, la décoration de cette époque a été particulièrement heureuse, et les faïences de Nicée, où apparaît le fameux « rouge tomate », ont ajouté à la splendeur de cet art.

Mosquée du sultan Ahmed Ier

photographie : Mosquée du sultan Ahmed Ier

photographie

Édifiée entre 1609 et 1616, la mosquée du sultan Ahmed Ier, dite "mosquée bleue", d'Istanbul, est l'œuvre de l'architecte Mehmed Aga, élève de Sinan. Elle marque le parachèvement du modèle ottoman de mosquée à grande coupole. 

Crédits : Louis Grandadam/ Getty Images

Afficher

—  Robert MANTRAN

Bibliographie

D. E. Arseven, L'Art turc, Istanbul, 1939

F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l'époque de Philippe II, Paris, 1949, rééd. 1966

J. von Hammer, Des osmanischen Reiches Staatsverfassung und Staatsverwaltung, Vienne, 1815 ; Histoire de l'Empire ottoman (Geschichte des osmanischen Reiches, 10 vol. et un atlas, 1827-1835), trad. J. J. Hellert, 18 vol. et un atlas, Paris, 1835-1843

F. W. Hasluck, Christianity and Islam under the Sultans, Oxford, 1929

A. H. Lybyer, The Government of the Ottoman Empire in the Time of Suleiman the Magnificent, Cambridge (Mass.), 1913

R. Mantran, La Vie quotidienne à Constantinople au temps de Soliman le Magnifique et de ses successeurs, Paris, 1965

N. M. Penzer, The Harem, Londres, 1936

C. D. Rouillard, The Turk in French History, Thought and Literature, 1520-1660, Paris, s.d. (1941).

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Provence-Aix-Marseille-I

Classification

Autres références

«  SOLIMAN LE MAGNIFIQUE ou SULAYMAN (1494-1566)  » est également traité dans :

SOLIMAN LE MAGNIFIQUE (1494-1566), en bref

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 225 mots
  •  • 1 média

Lorsque, en 1520, Soliman (1494-1566) succède à son père Sélim Ier, vainqueur des Mamelouks d'Égypte en 1517 et maître du califat abbasside, l'Empire ottoman est en pleine ascension. Présent sur trois continents et devenu l'une des grandes puissances mondiales, grâce à sa supériorité milit […] Lire la suite

APOGÉE DE L'EMPIRE OTTOMAN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 220 mots

1453 Prise de Constantinople par les troupes de Mehmed II. La ville devient capitale de l'Empire ottoman sous le nom d'Istanbul. 1517 Destruction par Sélim I er des Mamelouks d'Égypte. Soumission du califat abbasside du Caire. 1520 Avènement de Soliman II, dit le Magnifique (1494-1566). 1526 Victoire ottomane à Mohacs contre les Hongrois. 1533 Prise d'Alger. 1534 Prise de Bagdad. 1571 Défa […] Lire la suite

CHARLES QUINT (empereur germanique)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 222 mots
  •  • 1 média

En 1516, Charles, le fils de Jeanne la Folle (et donc petit-fils des Rois Catholiques) a reçu la couronne d'Espagne. Trois ans plus tard, l'héritage de son père Philippe le Beau lui donna également l'empire des Habsbourg. Le roi Charles I er devint alors Charles Quint, souverain d'un empire qui regroupait l'Espagne, les Pays-Bas, les territoires allemands des Habsbourg et les terres du Nouveau Mo […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - De Mahomet à la fin de l'Empire ottoman

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 10 444 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'Empire ottoman »  : […] Les Ottomans (ou Osmanlis, du nom de leur éponyme, Osman) étaient à l'origine une petite tribu turque établie, vers la fin de l'État seldjoukide de Roum, en Anatolie occidentale. Progressivement, en profitant de la disparition des Seldjoukides, de l'éloignement des Mongols, des rivalités entre tribus turques et turcomanes d' Asie Mineure, du recours par les Byzantins à des mercenaires, les Ottoman […] Lire la suite

ISTANBUL

  • Écrit par 
  • José GROSDIDIER DE MATONS, 
  • Jean-François PÉROUSE
  •  • 5 767 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  Konstantiniyye ou l'Istanbul ottomane  »  : […] Contrairement à ce qu'une certaine historiographie a longtemps laissé entendre, la période ottomane n'est pas une période sombre – sorte de longue décadence ou de parenthèse sans intérêt – pour l'organisme urbain. Aux lendemains de la conquête de 1453 par le sultan Mehmet II, après que celui-ci a fait le choix d'y implanter sa capitale politique (soit en 1459), renonçant à Edirne (Andrinopolis) o […] Lire la suite

MAXIMILIEN II (1527-1576) empereur germanique (1564-1576)

  • Écrit par 
  • Georges LIVET
  •  • 330 mots
  •  • 1 média

Fils de Ferdinand I er et d'Anne de Hongrie, prince intelligent, aimable, Maximilien II a eu parmi ses précepteurs un disciple de Luther, Wolfgang Schieffer. Élevé à Madrid, il épouse Marie, fille de Charles Quint et sœur de Philippe II, pénétrée de haine contre l'hérésie alors que Maximilien est accusé d'avoir une inclination pour elle. Compromis entre les deux courants religieux, la paix d'Augs […] Lire la suite

MÉDITERRANÉE HISTOIRE DE LA

  • Écrit par 
  • André BOURDE, 
  • Georges DUBY, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 18 410 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Soliman le Magnifique »  : […] Après la prise de Constantinople, la conquête ottomane s'étendit rapidement aux pays de la Méditerranée orientale. Maîtres des détroits, les Turcs chassent les Génois de la mer Noire et de la mer Égée. Venise perd ses positions en Grèce et dans l'Archipel, se replie sur Chypre qu'elle enlève aux Lusignan. Elle conclut avec le sultan une alliance qui lui permet, malgré tout, de continuer son comme […] Lire la suite

MOHACS BATAILLE DE (29 août 1526)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 280 mots

Victoire décisive des Turcs sur les Hongrois, qui marque la fin effective de la monarchie hongroise et ouvre la porte à la domination des Habsbourg et des Turcs en Hongrie . Soliman le Magnifique, jeune sultan de l'Empire ottoman, tirant parti du déclin politique, économique et militaire de la Hongrie sous les règnes de Ladislas Jagellon (Ulazslo II, 1490-1516) et de son fils Louis II (1516-1526), […] Lire la suite

OTTOMAN EMPIRE

  • Écrit par 
  • François GEORGEON, 
  • Robert MANTRAN
  •  • 9 911 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Les sultans, protecteurs des villes saintes »  : […] Avec Selim I er (1512-1521), l'Empire ottoman entre dans sa période la plus faste. C'est d'abord, sur un prétexte mineur, l'attaque contre le souverain d'Iran, Chah Ismaïl (Shāh Ismā‘īl), voisin gênant, et considéré comme hétérodoxe sur le plan religieux ; en 1514, Chah Ismaïl est vaincu : l'Anatolie orientale et l'Azerbaïdjan tombent aux mains des Turcs. Puis, en 1515, c'est le tour de la Cilici […] Lire la suite

SINAN MIMAR (1489-1588)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 721 mots

Sinan, dont on fait parfois précéder le nom de Mimar (« architecte ») est le plus illustre des architectes ottomans. Presque toute l'architecture civile et religieuse qui verra ensuite le jour en Turquie repose sur ses idées, traduites à la perfection dans des mosquées et autres édifices. Né le 15 avril 1489 à Agirnaz, en Turquie, dans une famille grecque orthodoxe, Sinan suit la voie de son père […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert MANTRAN, « SOLIMAN LE MAGNIFIQUE ou SULAYMAN (1494-1566) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 mars 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/soliman-le-magnifique-sulayman/