PACHA

Titre turc dont l'origine est incertaine. Il apparaît au xiiie siècle ajouté au nom de personnalités religieuses jouant un rôle militaire chez les Saldjūqides d'Anatolie. Un peu plus tard, les beys indépendants d'Anatolie utilisent ce titre ou le confèrent à des membres de leur famille. Chez les Ottomans, il a été donné d'abord à un fils d'Osman Ier, puis à un fils d'Orkhan ; il devint assez vite le titre caractéristique de très hauts fonctionnaires, tels que les gouverneurs des grandes provinces (beylerbeyi) et les vizirs du gouvernement central, qui avaient en outre droit, comme insigne de leur rang, à une lance ornée de trois queues de cheval (tough). Par la suite, d'autres fonctionnaires civils et militaires reçurent le titre de pacha, mais n'eurent droit, suivant leur rang, qu'à une ou deux queues de cheval. Cette hiérarchie s'est maintenue, à peu près inchangée, jusqu'à l'époque des Tanzimat où seuls les fonctionnaires civils et militaires des quatre catégories les plus élevées purent porter le titre de pacha. Après la proclamation de la République turque (1923), le titre ne fut conservé que pour les officiers supérieurs, puis fut définitivement supprimé en 1934.

—  Robert MANTRAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Provence-Aix-Marseille-I

Classification

Pour citer l’article

Robert MANTRAN, « PACHA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pacha/