RHODES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Île principale de l'archipel du Dodécanèse, qui ferme la mer Égée entre la Crète et l'Asie Mineure, Rhodes est, à l'échelle grecque, une très grande île (1 404 km2) : longue de 77 kilomètres du nord-est au sud-ouest et large de 35 kilomètres, elle culmine à 1 250 mètres au mont Atabyros (ou Atabyrion). Composée surtout de collines et de plateaux calcaires, bien arrosés par des sources et des cours d'eau qui expliquent la variété exceptionnelle de sa flore, en dépit du déboisement qu'elle a subi depuis l'Antiquité, Rhodes jouit d'un climat particulièrement doux, où les températures extrêmes sont rares, aussi bien en été (moyenne de juillet-août : 25 0C) qu'en hiver (moyenne de janvier-février : 12 0C). Propice à l'agriculture en terrasses et disposée au commerce par sa situation, qui en fait une escale obligée sur la grande voie maritime qui relie la Grèce continentale aux ports du Levant et à l'Égypte, Rhodes sera, durant l'Antiquité et le Moyen Âge, une île prospère et convoitée, tantôt acteur et tantôt enjeu dans la lutte des puissances pour le contrôle de la Méditerranée orientale.

Rhodes, île ouverte

Si les traces de la présence humaine à l'époque préhistorique restent encore peu significatives (grottes d'Archangelos et de Callithiès), la fouille de Trianda, près de Ialysos, a révélé un habitat minoen des xvie et xve siècles avant J.-C., qui confirme les dires de Diodore de Sicile (V, 55, 1), pour qui les premiers habitants de l'île furent les Telchines, « fils de la mer », c'est-à-dire les Préhellènes de Crète, également établis dans l'île voisine de Théra. À partir du xve siècle, ils se firent peu à peu supplanter par l'arrivée de populations proto-grecques, celles qui développent sur le continent la civilisation mycénienne. L'abondance et la richesse des tombes attestent l'importance de ce premier essor, qui semble avoir été compromis au xiie siècle par l'effondrement des principautés mycéniennes : les témoignages archéologiques manquent entre 1150 et 950 avant J.-C. La tradition grecque, cependant, escamote élégamment ce hiatus de deux siècles en attribuant au légendaire roi Tlèpolémos, fils d'Héraclès, le partage de l'île entre trois cités : Ialysos au nord, Camiros à l'ouest, Lindos au sud. Le dialecte dorien qu'on y parlera jusqu'à l'époque hellénistique manifeste l'appartenance des cités de Rhodes et de l'angle sud-ouest de l'Asie Mineure à une composante du peuple grec différente de celle des cités ioniennes situées plus au nord.

C'est pourtant d'Athènes, cité ionienne par excellence, que provient le style géométrique qu'imitent les céramistes rhodiens à partir de la fin du xe siècle avant J.-C. – témoignage indirect d'une activité maritime qui va peu à peu devenir le trait dominant de la personnalité rhodienne, alors même que la prospérité agricole de l'île aurait permis à ses habitants de s'en dispenser. Dans un monde grec où les Doriens passent non sans quelque raison pour des paysans enclins à l'autarcie, les cités de Rhodes vont en effet présenter le paradoxe d'une ouverture résultant non pas d'une nécessité, mais d'un choix, stimulé peut-être par l'exemple des Phéniciens qui ne pouvaient manquer d'y relâcher. Ces échanges amèneront au viie siècle, durant la phase dite orientalisante de la civilisation grecque, un premier apogée des cités rhodiennes, plus sensible dans le matériel des tombes (nécropole de Camiros) que dans les fouilles faites sur le site des trois villes.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Rhodes, plan de la ville antique

Rhodes, plan de la ville antique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Victoire de Samothrace

Victoire de Samothrace
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Laocoon

Laocoon
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Les chevaliers de Saint-Jean

Les chevaliers de Saint-Jean
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien membre de l'École française d'Athènes, professeur émérite d'archéologie grecque à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  RHODES  » est également traité dans :

CHARÈS DE LINDOS (2e moitié IVe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Alain MAHUZIER
  •  • 238 mots

Sculpteur rhodien de l'école de Lysippe, Charès de Lindos est l'auteur du célèbre Colosse de Rhodes , gigantesque statue d'Hélios, protecteur de l'île de Rhodes. Exécutée en bronze, haute de soixante-dix coudées, ou cent cinq pieds (31 à 35 m) selon les textes, elle était placée à l'extrémité du môle de Mandraki, à l'entrée du port de Rhodes. Le Colosse de Rhodes fut érigé avec le produit (300 ta […] Lire la suite

COLOSSAL, art et architecture

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 3 276 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Mythologie du colossal »  : […] Sur un thème comme celui de la statue colossale, le mythe compte autant que la réalité, les projets et rêves utopiques sont aussi révélateurs que les réalisations concrètes, évidemment moins nombreuses. Les relations des historiens antiques (Strabon, Philon de Byzance) sur Rhodes, l'île aux mille statues colossales, toutes légendaires qu'elles aient pu être, ont eu autant de résonance pour les es […] Lire la suite

MAUSOLE (mort en 353 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY
  •  • 512 mots

Fils du satrape de Carie Hécatomnos qui exerce son pouvoir au milieu du ~ iv e siècle, Mausole succède à son père en ~ 377-~ 376. Pratiquement indépendant du Grand Roi, il entretient tout d'abord d'excellentes relations avec le pouvoir central et il coopère en ~ 365 avec le karanos , ou chef des armées impériales, Autophradate, dans la répression de la révolte d'Ariobarzane, satrape de Phrygie et […] Lire la suite

SANCTUAIRE, Grèce hellénistique et Rome antique

  • Écrit par 
  • Pierre GROS, 
  • John SCHEID
  •  • 8 291 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La fonction oraculaire »  : […] Il est permis de se demander quelles innovations fonctionnelles peuvent avoir vu le jour dans un milieu aussi exclusivement préoccupé de problèmes formels. Ce serait méconnaître l'un des aspects de l'architecture religieuse de cette période, ce qu'on pourrait appeler sa dimension oraculaire. L'action concertée des défenseurs de la religion traditionnelle et de tous ceux, nombreux, qui avaient un i […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

28 novembre 2021 Suisse. Approbation par référendum de la « loi Covid-19 ».

Seuls s’y opposent les électeurs des cantons alémaniques d’Appenzell Rhodes-Intérieures et de Schwyz. Le taux de participation est de 65 %. […] Lire la suite

7-9 juin 2020 Royaume-Uni. Mouvement de protestation anti-esclavagiste.

Le 9, à Oxford, des étudiants et des habitants d’origine « BAME » – Black, Asian and minority ethnic – réclament le retrait de l’Oriel College de la statue de l’homme d’affaires colonialiste Cecil Rhodes. Cette campagne anti-esclavagiste se confond avec les revendications sociales des minorités « BAME » qui ont été particulièrement touchées par la Covid-19. […] Lire la suite

2-3 décembre 1988 C.E.E. Réunion du Conseil européen à Rhodes

Les chefs d'État et de gouvernement de la Communauté économique européenne se réunissent dans l'île de Rhodes (Grèce) afin de participer aux travaux du Conseil européen. Ayant, d'un commun accord, repoussé au printemps de 1989 l'examen des dossiers les plus litigieux comme l'aménagement d'un espace social européen ou l'union monétaire, les Douze se bornent à constater que la mise en place du grand marché se réalise à un rythme satisfaisant, et invitent le Conseil des ministres à « achever rapidement » l'examen des textes encore en suspens. […] Lire la suite

16 mars 1986 Suisse. Échec du référendum sur l'adhésion à l'O.N.U.

Dans certains cantons ruraux (Valais, Appenzell, Rhodes-Intérieures), le « non » dépasse les 80 p. 100 ; à Genève, siège européen des Nations unies, il atteint 70 p. 100. La Suisse reste ainsi un des rares pays à se tenir à l'écart de l'Organisation, contrairement à d'autres États neutres, comme l'Autriche ou la Suède. […] Lire la suite

6-26 février 1985 Liban – Israël. Retrait israélien d'une partie du Liban-Sud et représailles contre la résistance libanaise

Le 19, le commandant Paul-Marie Rhodes, un officier du corps des observateurs français, est tué au sud-est de Beyrouth : en six semaines, c'est le quatrième assassinat d'un membre de ce corps qui, composé de 81 officiers et sous-officiers français, est chargé de superviser le cessez-le-feu. Le 21, l'armée israélienne se livre à des actions de représailles contre les villages soupçonnés d'aider les commandos de la résistance chiite : quatre militaires israéliens, dont deux officiers, ont été tués dans des embuscades, les 17 et 18. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard HOLTZMANN, « RHODES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rhodes/