Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SOCIÉTÉ (notions de base)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Faire société : le contrat

La question de l’origine apparaît sous un jour nouveau avec les théories modernes du contrat. Sans doute l’hypothèse d’un état présocial, appelé « état de nature », n’a-t-elle jamais été posée comme une réalité historique par ses protagonistes, mais plutôt comme une hypothèse méthodologique permettant de mieux percevoir ce qui caractérise l’état social. Décrire un état présocial permet de se représenter l’autonomie perdue dont auraient disposé des créatures vivant dans de telles conditions. Loin de s’affronter sauvagement, comme l’avait imaginé Thomas Hobbes (1588-1679) dans son Léviathan(1651) en supposant le règne de la « loi du plus fort », des hommes vivant à l’état de nature ignoreraient la servitude. Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) a beau jeu de démontrer les contradictions de la construction hobbesienne : « Les liens de la servitude n’étant formés que de la dépendance mutuelle des hommes et des besoins réciproques qui les unissent, il est impossible d’asservir un homme sans l’avoir mis auparavant dans le cas de ne pouvoir se passer d’un autre ; situation qui, n’existant pas dans l’état de nature, y laisse chacun libre du joug, et rend vaine la loi du plus fort » (Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, Ire partie, 1754).

En entrant en société, les hommes s'engagent inévitablement dans un état d’« interdépendance ». Platon (env. 428-env. 347 av. J.-C.) avait ouvert la voie à Rousseau en évoquant l’« impuissance » des individus comme étant à l’origine de la cité : « Ce qui donne naissance à une cité, c’est l’impuissance où se trouve chaque individu de se suffire à lui-même, et le besoin qu’il éprouve d’une foule de choses » (République, livre II). Aucun individu n’étant apte à satisfaire tous ses besoins fondamentaux, au premier rang desquels nourriture, logement et vêtements, les hommes vont se répartir les tâches en profitant des aptitudes différentes des uns et des autres. Rousseau met l’accent sur la perte d’indépendance engendrée par l’état social.

Cette perte est cependant largement compensée par tous les bénéfices que nous procure la vie en communauté. Loin de vouloir « retourner vivre dans les forêts avec les ours », comme le remarque ironiquement une note du Discours, l’auteur Du Contrat social(1762) nous invite à nous réjouir d’être entrés en sociétés et à « bénir sans cesse l’instant heureux qui [...] d’un animal stupide et borné fit un être intelligent et un homme » (livre I, chapitre VIII). La relation avec autrui enrichit considérablement chacun. Tout irait pour le mieux si l’amour-propre ne venait se substituer à l’amour de soi qui forme l’instinct de conservation. En voulant briller aux yeux des autres, l’homme cultive la vanité, les écarts se creusent, les inégalités explosent. On sort insensiblement de l’âge d’or que représentait l’« état de société commencée » pour s’engager dans la voie des conflits et de la violence propre aux sociétés historiques.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur en classes préparatoires

Classification

Pour citer cet article

Philippe GRANAROLO. SOCIÉTÉ (notions de base) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 22/05/2024

Autres références

  • ANOMIE

    • Écrit par
    • 4 002 mots
    • 1 média
    ...travail et le premier chapitre de ce livre à la division du travail anomique. L'idée générale de la théorie de Durkheim consiste dans l'affirmation que les sociétés évoluent d'un type de solidarité mécanique à un type de solidarité organique. Dans le premier cas, les éléments qui composent la société sont...
  • ANTHROPOLOGIE

    • Écrit par et
    • 16 158 mots
    • 1 média
    ...reconnu leur dette vis-à-vis de Durkheim : ce qui importe, ce sont moins les traits particuliers d'une culture que la fonction qu'ils remplissent dans la société. La culture renvoyant aux coutumes ou aux productions, et la société aux relations sociales, E. E. Evans-Pritchard illustre ainsi la fameuse...
  • ANTHROPOLOGIE ANARCHISTE

    • Écrit par
    • 4 849 mots
    • 3 médias

    L’anarchie en tant que pensée politique émergea vers le milieu du xixe siècle, en même temps que l’anthropologie sociale (ou ethnologie), laquelle fut d’abord livresque, avant de se pratiquer sur le terrain à partir de la fin du même siècle. Pourtant, ces deux domaines, malgré quelques pionniers,...

  • NUMÉRIQUE, anthropologie

    • Écrit par
    • 1 440 mots

    Alors que les micro-ordinateurs remontent aux années 1970 et l’essor d’Internet aux années 1990, c’est au cours de la décennie suivante que l’anthropologie du numérique acquiert sa légitimité au sein de la discipline. Contrairement aux essais sur la « révolution numérique » qui spéculent sur la rupture...

  • Afficher les 83 références