Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SOCIÉTÉ (notions de base)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

L’insociable sociabilité des hommes

Cherchant un chemin entre l’égoïsme débridé et la participation de chacun à la vie de la cité, Emmanuel Kant (1724-1804) a commencé par emprunter à Bernard de Mandeville (1670-1733) – l’auteur de la Fable des abeilles (1714), qui fut un énorme succès littéraire au xviiie siècle – l’idée paradoxale selon laquelle c’est la concurrence plutôt que la coopération qui fait vivre la société, c’est l’insociabilité qui en assure la dynamique. « Insociable sociabilité des hommes », c’est-à-dire « leur penchant à entrer en société, lié toutefois à une opposition générale qui menace sans cesse de détruire la société », dira Kant dans son Idée d’une histoire universelle au point de vue cosmopolitique (1784). Néanmoins, à la différence de Mandeville et des théoriciens libéraux, Kant établit un lien indissoluble entre l’insociabilité et la sociabilité, en supposant une sorte de ruse de la nature conduisant les hommes à édifier, sans qu’il s’agisse d’un projet conscient, une « constitution politique parfaite », une « société des nations » dont il dresse un portrait dans son opuscule de 1795, Projet de paix perpétuelle.

Très différent est le chemin choisi par les constructeurs d’utopie, tels Thomas More (1478-1535) – dont l’ouvrage L'Utopieest à l’origine du mot – ou Tomaso Campanella (1468-1539) – auteur de LaCité du Soleil – qui ont présenté comme immédiatement réalisables des sociétés égalitaires où se résoudraient tous les conflits entre les hommes. Séduisantes en apparence, ces utopies ont probablement contribué à engendrer des régimes monstrueux. Vouloir supprimer de façon volontariste les inégalités créatrices de conflits, c’est certainement nier la nature de l’homme en imaginant qu’on peut impunément construire artificiellement le modèle qu’on a choisi.

Alain (1868-1951) ne tombera pas dans ce travers ; il préférera suivre les traces de Kant en recherchant dans le caractère à la fois subi et voulu de la vie sociale la clé de tous les systèmes politiques construits par les hommes : « Le lien de société est en partie de fait et non choisi, en partie imposé, en partie choisi ou confirmé par la volonté. Tous les paradoxes de la vie en société résultent de ce mélange » (Définitions, 1953). Rejetant l’opposition entre des visions ne percevant que de la servitude dans la vie sociale, et d’autres quelque peu naïves naturalisant excessivement les sociétés, Alain, aussi bien que Kant, refuse d’accorder à la société un caractère uniquement oppresseur ou exclusivement libérateur.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur en classes préparatoires

Classification

Pour citer cet article

Philippe GRANAROLO. SOCIÉTÉ (notions de base) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 22/05/2024

Autres références

  • ANOMIE

    • Écrit par
    • 4 002 mots
    • 1 média
    ...travail et le premier chapitre de ce livre à la division du travail anomique. L'idée générale de la théorie de Durkheim consiste dans l'affirmation que les sociétés évoluent d'un type de solidarité mécanique à un type de solidarité organique. Dans le premier cas, les éléments qui composent la société sont...
  • ANTHROPOLOGIE

    • Écrit par et
    • 16 158 mots
    • 1 média
    ...reconnu leur dette vis-à-vis de Durkheim : ce qui importe, ce sont moins les traits particuliers d'une culture que la fonction qu'ils remplissent dans la société. La culture renvoyant aux coutumes ou aux productions, et la société aux relations sociales, E. E. Evans-Pritchard illustre ainsi la fameuse...
  • ANTHROPOLOGIE ANARCHISTE

    • Écrit par
    • 4 849 mots
    • 3 médias

    L’anarchie en tant que pensée politique émergea vers le milieu du xixe siècle, en même temps que l’anthropologie sociale (ou ethnologie), laquelle fut d’abord livresque, avant de se pratiquer sur le terrain à partir de la fin du même siècle. Pourtant, ces deux domaines, malgré quelques pionniers,...

  • NUMÉRIQUE, anthropologie

    • Écrit par
    • 1 440 mots

    Alors que les micro-ordinateurs remontent aux années 1970 et l’essor d’Internet aux années 1990, c’est au cours de la décennie suivante que l’anthropologie du numérique acquiert sa légitimité au sein de la discipline. Contrairement aux essais sur la « révolution numérique » qui spéculent sur la rupture...

  • Afficher les 83 références