Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SOCIÉTÉ (notions de base)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

La monnaie, une commune mesure

Sans l’existence d’une monnaie, jamais les échanges n’auraient pu s’intensifier et se mondialiser comme ils l’ont fait au cours de l’histoire. La monnaie parvient à rendre « commensurables » des produits aussi différents que des légumes et des chaussures. Aristote en fut le premier théoricien : « Ainsi, la monnaie est une sorte d’intermédiaire qui sert à apprécier toutes choses en les ramenant à une commune mesure » (Éthique à Nicomaque). Le propre de la monnaie est de constituer un moyen terme qui, tel celui du syllogisme logique, ne sert qu’à relier deux termes trop éloignés. Le moyen terme « B » disparaît dans la conclusion d’un syllogisme – A est B, B est C, donc A est C –, comme la monnaie disparaît après avoir permis l’échange de la marchandise produite par l’un avec la marchandise produite par l’autre. Nous sommes dans ce cas en présence d’un usage « naturel » de la monnaie, simple intermédiaire destiné à faciliter les échanges. Toutefois si, de moyen terme, la monnaie devient le point de départ et le point d’arrivée de l’échange, autrement dit si je l'utilise pour acquérir une marchandise qui me permettra d’obtenir davantage d’argent, nous entrons dans l’échange « chrématistique », pour reprendre l’attribut d’Aristote, un échange qui est devenu virtuellement sans limites. Si l’on ne peut accumuler des marchandises au-delà d’une certaine quantité, on peut accumuler indéfiniment de l’argent. Aristote dessine remarquablement ce qui va se développer dans les millénaires à venir.

Alors que la monnaie, en facilitant les échanges, peut resserrer les liens entre les membres de la Cité, son usage chrématistique détruit les rapports sociaux qu’elle a pour conséquence de noyer dans « les eaux glacées du calcul égoïste » (Karl Marx, Manifeste du Parti communiste, 1848). Contrairement aux penseurs libéraux qui s’efforcent de démontrer que l’égoïsme des acteurs constitue le moyen le plus sûr de rendre vivante et performante une société, Marx et ceux qui le suivent tracent le portrait d’une société capitaliste où le développement de l’industrie et des marchés ne peut conduire qu’à l’insurrection des dominés et à la « lutte finale » conduisant au communisme. Que Marx ait vu juste ou non, il n’est pas indifférent de noter que le mot « société » a fini par désigner les entreprises. Condamnée ou non à disparaître, la société dans laquelle nous vivons voit la domination absolue de l’économie sur toutes les autres dimensions.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur en classes préparatoires

Classification

Pour citer cet article

Philippe GRANAROLO. SOCIÉTÉ (notions de base) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 22/05/2024

Autres références

  • ANOMIE

    • Écrit par
    • 4 002 mots
    • 1 média
    ...travail et le premier chapitre de ce livre à la division du travail anomique. L'idée générale de la théorie de Durkheim consiste dans l'affirmation que les sociétés évoluent d'un type de solidarité mécanique à un type de solidarité organique. Dans le premier cas, les éléments qui composent la société sont...
  • ANTHROPOLOGIE

    • Écrit par et
    • 16 158 mots
    • 1 média
    ...reconnu leur dette vis-à-vis de Durkheim : ce qui importe, ce sont moins les traits particuliers d'une culture que la fonction qu'ils remplissent dans la société. La culture renvoyant aux coutumes ou aux productions, et la société aux relations sociales, E. E. Evans-Pritchard illustre ainsi la fameuse...
  • ANTHROPOLOGIE ANARCHISTE

    • Écrit par
    • 4 849 mots
    • 3 médias

    L’anarchie en tant que pensée politique émergea vers le milieu du xixe siècle, en même temps que l’anthropologie sociale (ou ethnologie), laquelle fut d’abord livresque, avant de se pratiquer sur le terrain à partir de la fin du même siècle. Pourtant, ces deux domaines, malgré quelques pionniers,...

  • NUMÉRIQUE, anthropologie

    • Écrit par
    • 1 440 mots

    Alors que les micro-ordinateurs remontent aux années 1970 et l’essor d’Internet aux années 1990, c’est au cours de la décennie suivante que l’anthropologie du numérique acquiert sa légitimité au sein de la discipline. Contrairement aux essais sur la « révolution numérique » qui spéculent sur la rupture...

  • Afficher les 83 références