SÉCESSION, mouvement artistique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né tardivement par rapport à ses homologues européens, le style sécession, version autrichienne de l'Art nouveau, se cristallise autour d'une vingtaine d'artistes (J. Engelhart, J. Hoffmann, G. Klimt, M. Kurzweil, C. Moll, K. Moser, F. von Myrbach, J. Olbrich et A. Roller entre autres), qui unissent leurs forces contre le Künstlerhaus — vaste association d'artistes à caractère officiel, fief de l'historicisme et de l'éclectisme, au sein de laquelle les conservateurs sont majoritaires et entravent toute nouveauté, contrôlant notamment les rouages du marché de l'art. En 1897, les mécontents, groupés autour du peintre Gustav Klimt (1862-1918), fondent la Vereinigung bildender Künstler Sezession, association qui ne propose aucun programme artistique précis, mais dont les buts déclarés sont d'« arracher l'art au négoce », de susciter un intérêt pour l'art en même temps que d'élever le sens artistique des contemporains, et de favoriser des échanges entre l'art autrichien et les nouvelles tendances européennes. Pour ce faire, l'association va se donner une revue et organiser de nombreuses expositions.

Le Baiser, G. Klimt

Photographie : Le Baiser, G. Klimt

Gustav KLIMT, Le Baiser, Österreichische Galerie, Vienne, Autriche. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Affiche de la première exposition de la Sécession, G. Klimt

Photographie : Affiche de la première exposition de la Sécession, G. Klimt

Affiche de la première exposition de la Sécession, Gustav Klimt, 1893. Lithographie en couleurs, 62 cm × 43 cm. Wien Museum, Autriche. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Ce sont essentiellement des peintres qui sont à l'origine de la nouvelle société ; mais, comme partout ailleurs en Europe autour des années 1890, l'aspiration wagnérienne à une unité dans l'art, au Gesamtkunstwerk, les a conduits à exercer leurs talents dans de multiples directions, et plus particulièrement dans le domaine des arts appliqués et des arts décoratifs ; c'est d'ailleurs exclusivement à ceux-ci que renvoie le concept de Sezessionsstil (style sécession). Il ne s'applique pas à la peinture, car il n'y a pas, autour de 1900, d'école viennoise de peinture à proprement parler. (Les peintres fondateurs de la « sécession » ne voulaient pas créer un nouvel art, comme ce fut le cas à Munich et à Berlin, ils visaient simplement à « un art de qualité ».) Le style sécession se caractérise dès le début par une conception géométrique et rectiligne de l'ornement, construit à base de carrés et de rectangles agencés selon un principe répétitif qui est à l'opposé de la notion de structure organique et symbolique — notion constitutive du concept de style Art nouveau. L'évolution vers le style Art nouveau s'est faite tardivement en Autriche, à un moment où ses formes « symboliques » sont déjà dépassées dans le reste de l'Europe : le style floral n'y a aucun succès, et certaines tendances hostiles à l'ornement commencent à se manifester, notamment en architecture, dès les années 1890. De fait, le style sécession ouvre déjà des perspectives sur le mouvement moderne du xxe siècle. Témoin la Haus der Wiener Sezession, bâtiment d'exposition conçu par Joseph Olbrich (1867-1908), en 1897-1898, comme un ensemble de volumes simples : des parallélépipèdes surmontés d'un dôme hémisphérique en fer forgé imitant les entrelacs d'un laurier, seul élément proprement Art nouveau de l'édifice. Les architectes sécessionnistes Olbrich et Josef Hoffmann (1870-1956) sont très vite parvenus à une simplification du style ; chez eux, l'ornement n'a plus de fonction structurelle ni organique ; utilisé avec parcimonie, il contribue surtout à mettre en valeur la surface et le matériau de la façade à laquelle il s'applique. Ce n'est guère que dans la décoration intérieure et dans les colonnes de Ver sacrum, l'organe du mouvement sécessionniste, qu'ils laissent libre cours à leur goût pour l'ornement. La revue Ver sacrum (« le printemps sacré »), conçue sur le modèle du Pan munichois, constitue le manifeste graphique le plus important de l'époque. Durant les six années de son existence (de 1898 à 1903), elle publie quelque 50 lithographies et gravures sur cuivre originales et plus de 200 gravures sur bois. À la tête du comité de rédaction et de la direction artistique, qui changent tous les ans, on trouve le plus fréquemment le graphiste et dessinateur Kolo Moser, l'une des personnalités de premier plan du mouvement, et le célèbre décorateur de théâtre Alfred Roller. Les plus éminents graphistes apportent leur contribution : F. Andri, R. Jettmar, L. Jungnickel (artiste animalier), W. List, L. Stolba, E. Orlik, M. Kurzweil, C. Moll (plus connu pour ses tableaux) ; jusqu'à G. Klimt, dont ce sont les seules illustrations. La tenue littéraire est également de qualité, avec des textes de R. M. Rilke, H. Bahr, Hugo von Hofmannsthal, P. Altenberg, A. Holz, O. J. Bierbaum, R. Dehmel, M. Maeterlinck et E. Verhaeren.

Les arts décoratifs et appliqués connaissent alors un épanouissement extraordinaire. Dès la première exposition de la Sécession, une salle entière leur est consacrée ; à l'Exposition internationale de Paris, en 1900, les sécessionnistes (notamment O. Wagner et Hoffmann) se signalent par des formes épurées qui s'éloignent du style Art nouveau. L'intérêt d'Hoffmann pour l'art industriel anglais apparaît très tôt : l'Exposition de l'automne de 1900, qu'il organise avec K. Moser, est essentiellement consacrée aux arts décoratifs et connaît un grand retentissement dans toute l'Europe, puisque C. R. Ashbee, C. R. Mackintosh, M. Macdonald et F. Macnair, H. Van de Velde et la « Maison moderne » de Paris y sont représentés. Trois ans plus tard, Moser et Hoffmann, soutenus financièrement par l'amateur d'art F. Wähndorfer, mettent sur pied le célèbre Atelier viennois (Wienerwerkstätte), dont la production (de masse) va de l'ameublement à la papeterie en passant par la verrerie, les travaux du cuir, la reliure (Bertel), les papiers peints (M. Likartz, M. Flögl et V. Wieselthrer), la production de dentelle et autres textiles pour l'ameublement ou l'habillement, ainsi que la céramique (M. Powolny et B. Löffler). L'entreprise fonctionna jusqu'en 1932 (avec de nombreuses succursales), quoique dès 1915 le style introduit par Wimmer et D. Peche ait rendu sa production moins moderniste.

La Sécession organise chaque année de grandes expositions. La plus prestigieuse, celle de 1902, montée autour du Beethoven du sculpteur Max Klinger avec la participation de Hoffmann (aménagement de l'espace), de G. Klimt (une fresque de 24 m de longueur), de Moser et d'Andri, entre autres, marque l'apogée de la Sécession. À partir de 1903 (année de la fondation de la Staatliche moderne Galerie), les tensions vont croissant à l'intérieur de l'association. Deux grandes expositions sont encore organisées : L'Évolution de l'impressionnisme dans la peinture [...]

Calendrier Fromme, K. Moser

Photographie : Calendrier Fromme, K. Moser

Koloman Moser, Fromme Kalender, 1899. Affiche, lithographie en couleurs sur papier, 37,5 cm x 61,6 cm. Collection particulière. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Le Baiser, G. Klimt

Le Baiser, G. Klimt
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Affiche de la première exposition de la Sécession, G. Klimt

Affiche de la première exposition de la Sécession, G. Klimt
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Calendrier Fromme, K. Moser

Calendrier Fromme, K. Moser
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  SÉCESSION, mouvement artistique  » est également traité dans :

AFFICHE

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 6 822 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'Art nouveau »  : […] La tendance allant vers une simplification des formes et, partant, vers une plus grande efficacité, est toutefois contrebalancée par les surcharges ornementales de l'Art nouveau, mouvement qui se cristallise sur le plan mondial à la fin du xix e  siècle, et entend se manifester dans tous les domaines des arts majeurs et appliqués. Alfons Mucha, qui réalise à partir de 1894 des affiches de théâtr […] Lire la suite

ART NOUVEAU

  • Écrit par 
  • Françoise AUBRY
  •  • 8 797 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Vienne »  : […] En 1897, le conseil municipal de Vienne accorde un terrain à la nouvelle association d'artistes, connue sous le nom de Sécession, présidée par le peintre Gustav Klimt et née de la scission du Kunstlerhaus. Dans le pavillon d'exposition à édifier, J. M. Olbrich voulait transmettre un sentiment de pure dignité évoquant la Grèce antique, en rupture avec les lourds bâtiments construits sur le Ri […] Lire la suite

GRAPHISME

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 7 446 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'avènement de l'Art nouveau »  : […] En Europe, au fil du xix e  siècle, le développement industriel et commercial, encouragé par la libéralisation politique et économique, conduit à un considérable essor de l'affichage, des imprimés administratifs et des travaux de ville – étiquettes, factures, têtes de lettres, etc. À partir des années 1870, grâce à la mise au point de la chromolithographie et des machines à composer, les imprimés […] Lire la suite

HOFFMANN JOSEF (1870-1956)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 690 mots
  •  • 3 médias

Né en Moravie, Hoffmann commença par étudier l'architecture à Vienne auprès d'Otto Wagner, dont les théories rationalistes devaient exercer sur lui une influence décisive. Très tôt, il manifesta de l'intérêt pour la décoration et les arts appliqués : de 1899 à 1937, il est professeur à l'École des arts appliqués de Vienne, et en 1903, en collaboration avec Kolo Moser, il met sur pied le célèbre At […] Lire la suite

JUGENDSTIL

  • Écrit par 
  • Robert L. DELEVOY
  •  • 237 mots

Terme allemand dérivé du périodique Jugend fondé à Munich en 1896, « Jugendstil » est utilisé pour désigner l'art néo-baroque des années 1900, lui-même différemment qualifié selon les pays d'Europe où il se développe : Art nouveau, style Guimard (selon les entrées décoratives dessinées par l'architecte Hector Guimard, en 1899, pour le métro de Paris), style métro, yachting style (E. de Goncourt, […] Lire la suite

KLIMT GUSTAV (1862-1918)

  • Écrit par 
  • Yves KOBRY
  •  • 2 683 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La Sécession »  : […] Ce mouvement, qui se développe parallèlement à Munich et à Berlin, prend à Vienne tout son sens. Il implique en effet une rupture radicale dans la peinture autrichienne qui n'a pas connu l'impressionnisme et qui va subitement passer de l'académisme à la modernité. En 1897, Klimt, en compagnie de dix-huit autres artistes (Koloman Moser, Carl Moll, Josef Maria Olbrich, entre autres), quitte la très […] Lire la suite

MEŠTROVIĆ IVAN (1883-1962)

  • Écrit par 
  • Renaud DORLHIAC
  •  • 743 mots

Sculpteur, architecte, écrivain et homme politique croate, Ivan Meštrović, né le 15 août 1883 à Vrpolje, dans l’Empire austro-hongrois, passe son enfance en Dalmatie, d’où sa famille est originaire. De 1901 à 1906, il étudie la sculpture à l’Académie des beaux-arts de Vienne, où il rejoint le mouvement sécessionniste qui lui inspira son premier chef-d’œuvre ( La F ontaine de la vie , 1905). L’arti […] Lire la suite

MODERN STYLE

  • Écrit par 
  • Roger-Henri GUERRAND
  •  • 509 mots
  •  • 1 média

L'expression « modern style » ou « art nouveau » désigne un courant artistique né au tournant des xix e et xx e  siècle en Europe, où il s'épanouit sous des noms différents selon les pays : Jugendstil en Allemagne, Sezessionstil en Autriche, Nieuwe Kunst aux Pays-Bas, arte joven en Espagne, style Liberty en Grande-Bretagne. En France, les journalistes de l'époque 1900 recoururent d'abord, po […] Lire la suite

MOSER KOLOMAN (1868-1918)

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 2 045 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Des années de formation à l'émergence du club des Sept »  : […] Attiré très tôt par le dessin, Koloman Moser suit quelque temps le souhait de ses parents de le voir se former pour le commerce, avant de passer outre, en entrant en 1885 à l'Akademie der Bildenden Künste (Académie de formation artistique). Sa formation, fort longue, ne s'achève qu'en 1895, ce qui le conduit à mener parallèlement une activité professionnelle. En 1894, il participe au Siebener Clu […] Lire la suite

ŒUVRE D'ART TOTALE

  • Écrit par 
  • Philippe JUNOD
  •  • 8 394 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « « De la musique avant toute chose » »  : […] Ce vers célèbre de l' Art poétique (1882) de Paul Verlaine (1844-1896) nous rappelle que la musique, depuis le romantisme, jouait le rôle d'art pilote, comme l'architecture ou l'orfèvrerie au Moyen Âge, voire l'art des jardins au xviii e  siècle. Tieck, Hoffmann, Eichendorf, Schopenhauer, Walter Pater (1839-1894) ou Appia ont successivement affirmé la prééminence de la musique, de même que les sy […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yve-Alain BOIS, « SÉCESSION, mouvement artistique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/secession-mouvement-artistique/