MOSER KOLOMAN (1868-1918)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Coffret à bijoux des Wiener Werkstätte, K. Moser

Coffret à bijoux des Wiener Werkstätte, K. Moser
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Les Princesses ensorcelées

Les Princesses ensorcelées
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Calendrier Fromme, K. Moser

Calendrier Fromme, K. Moser
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Si « l'artiste aux mille talents » (Hermann Bahr) fut apprécié tant par ses pairs que par ses commanditaires, sa renommée en tant que créateur fut éclipsée par celle de ses illustres compagnons : Klimt et Hoffmann. Le fait qu'il excellât dans tous les arts appliqués le priva d'être reconnu comme un artiste à part entière.

Dans tous les domaines qu'il aborda, Koloman Moser se comporta en questionneur des matières, des formes, des couleurs. Il visa moins à faire une œuvre singulière qu'à s'ouvrir à de nouveaux champs d'expérience.

Des années de formation à l'émergence du club des Sept

Attiré très tôt par le dessin, Koloman Moser suit quelque temps le souhait de ses parents de le voir se former pour le commerce, avant de passer outre, en entrant en 1885 à l'Akademie der Bildenden Künste (Académie de formation artistique). Sa formation, fort longue, ne s'achève qu'en 1895, ce qui le conduit à mener parallèlement une activité professionnelle. En 1894, il participe au Siebener Club, un groupe de discussion se réunissant au café Sperl, à Vienne, et qui compte parmi ses membres les futurs acteurs de la Sécession : Gustav Klimt, Josef Maria Olbrich et Josef Hoffmann... D'emblée, le groupe remet en cause l'enseignement académique.

Koloman Moser narre dans ses Mémoires sa rencontre avec la « manière » de Klimt, en l'occurrence avec le dessin préparatoire d'un tableau symbolisant la sculpture : « En haut, une bande traitée en frise représentait des bustes de la première Renaissance. De haut en bas, au centre de la feuille, un nu féminin et, immédiatement sous cette figure, une tête jaillissant de la feuille, si je me souviens bien une main tenant un attribut de la sculpture. Sur le restant de la feuille, à droite et à gauche de la figure centrale, absolument rien. »

Cet hommage rendu à la sculpture est pour Klimt et ses cadets un adieu au trompe-l'œil. Ils « passent » de l'image à trois dimensions héritée de la Re [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  MOSER KOLOMAN (1868-1918)  » est également traité dans :

KLIMT GUSTAV (1862-1918)

  • Écrit par 
  • Yves KOBRY
  •  • 2 681 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La Sécession »  : […] Ce mouvement, qui se développe parallèlement à Munich et à Berlin, prend à Vienne tout son sens. Il implique en effet une rupture radicale dans la peinture autrichienne qui n'a pas connu l'impressionnisme et qui va subitement passer de l'académisme à la modernité. En 1897, Klimt, en compagnie de dix-huit autres artistes (Koloman Moser, Carl Moll, Josef Maria Olbrich, entre autres), quitte la très […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustav-klimt/#i_92752

SÉCESSION, mouvement artistique

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 1 226 mots
  •  • 4 médias

Né tardivement par rapport à ses homologues européens, le style sécession, version autrichienne de l'Art nouveau, se cristallise autour d'une vingtaine d'artistes (J. Engelhart, J. Hoffmann, G. Klimt, M. Kurzweil, C. Moll, K. Moser, F. von Myrbach, J. Olbrich et A. Roller entre autres), qui unissent leurs forces contre le Künstlerhaus — vaste association d'artistes à caractère officiel, fief de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/secession-mouvement-artistique/#i_92752

Voir aussi

Pour citer l’article

Marc THIVOLET, « MOSER KOLOMAN - (1868-1918) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/koloman-moser/