ORNEMENT, histoire de l'art

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mot ornement vient du latin ornamentum, ornement, mais aussi costume, ornement d'un discours et d'un texte, distinction, honneurs. Les significations multiples de ce terme ont été préservées jusqu'à l'époque contemporaine. L'ornement est ce qui sert à décorer une chose, quelle qu'elle soit. Cette définition succincte marque la différence qui existe entre l'ornement et la statuaire ou la peinture, dans lesquelles la narration (histoire, allégorie) est plus importante que la décoration. D'autres aspects de l'ornement permettent de mieux saisir son caractère véritable. L'ornement est essentiellement composé pour un espace défini et limité, et on peut dire qu'il est conçu pour répondre à ces exigences. L'ornement, essentiellement bidimensionnel, est utilisé pour décorer une surface. Chaque ornement est composé d'éléments individuels qui se prêtent à différentes formes d'association, allant de la simple répétition (-a-a-a-), à l'alternance (-a-b-a-b-a-) – il peut y avoir un centre –, jusqu'à des combinaisons très complexes dans lesquelles les axes horizontaux et verticaux peuvent être combinés. Les éléments utilisés sont soit géométriques, lignes, bandes, cerceaux, croix, méandres ou rinceaux ; soit naturalistes, feuillages, palmettes et fleurs ; ils peuvent être composés de figures humaines, putti, néréides et tritons, ou de figures animales, poissons, dauphins et oiseaux. Le degré d'abstraction et de stylisation va généralement de pair avec la complexité de la composition.

Cette définition de l'ornement montre bien que son champ d'application n'est pas limité, comme en témoignent les usages multiples du mot dans tous les domaines de la culture. L'ornement d'une personne se dirait de son aspect extérieur (parure, d'où le mot parement) mais aussi de ses qualités intérieures (Boschi, 1592). Dans le domaine de la religion, le mot ornement est employé pour désigner les objets sacerdotaux et plus particulièrement les riches vêtements cultuels, souvent brodés d'or et d'argent, comme les chasubles, mais aussi les devants d'autel (parement d'autel) ; par extension, il désig [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

  • : historien de l'art, diplômé de l'université de Leyde, Pays-Bas

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Peter FUHRING, « ORNEMENT, histoire de l'art », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ornement-histoire-de-l-art/