SCIENCESScience et christianisme

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La « guerre entre science et théologie »

À la fin du xviie siècle, la nouvelle science avait triomphé, et un accord nouveau s'établit entre les Églises chrétiennes et la nouvelle « philosophie naturelle ». La nature était devenue un immense mécanisme, comme une gigantesque horloge ; et la perfection de ce mécanisme démontrait l'existence d'un Créateur intelligent. Utilisant les nouvelles découvertes de la cosmologie newtonienne, de l'anatomie, de l'entomologie, les théologiens, souvent savants eux-mêmes, développèrent à l'envi cette « preuve sensible » de l'existence de Dieu. Le mouvement fut très fort en Angleterre et, sur le continent, dans les pays protestants. Les pays catholiques suivirent avec plus de réserve. Le danger de cette « preuve », c'est qu'elle favorisait aussi bien le déisme d'un Voltaire que le christianisme. Par ailleurs, une interprétation plus libérale de l'Écriture permettait de concilier des cosmogonies physiques et le texte de la Genèse. Sur le moment, ce « concordisme » facilita l'accord sur quelques questions délicates, comme celle de l'histoire de la Terre. Cependant, en recréant une union intime entre le christianisme et la science du moment, cette « théologie naturelle » s'exposait aux mêmes dangers qu'avec l'aristotélisme médiéval, celui de voir cette science mécaniste, créationniste et fixiste devenir périmée, ce qui n'allait pas tarder.

Depuis le début du xviiie siècle, l'empire de la théologie chrétienne en morale et en politique avait été remis en cause, au nom de la Raison et de la Nature. Polémique clandestine, d'abord, puis de plus en plus ouverte, et qui s'attaqua aussitôt aux Églises en place, accusées d'avoir sciemment trompé le peuple pour assurer leur pouvoir. Déistes ou athées, les philosophes se réconcilient dans l'anticléricalisme. À partir du milieu du siècle, la nouvelle philosophie gagne la scien [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire des sciences à l'université de Paris-I, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  SCIENCES  » est également traité dans :

SCIENCES - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 2 055 mots

L'organisation du savoir a cessé depuis longtemps d'être monarchique. Aux siècles de foi et d'autorité, la théologie était la reine des sciences. La philosophie était sa servante ou plutôt, comme gémissait Kant, sa suivante, alors que la philosophie, observait-il, n'a qu'un service à rendre : précéder et non pas suivre, marcher en t […] Lire la suite

SCIENCES - Sciences et société

  • Écrit par 
  • Federico MAYOR, 
  • Evry SCHATZMAN
  •  • 9 650 mots
  •  • 4 médias

On ne peut parler des rapports entre la science et la société ni du statut des sciences sans définir d'abord ce que l'on entend par la première. Si l'on admet que les phénomènes naturels obéissent à des lois et que ces lois sont connaissables, on peut dire que la science est l'ensemble de la connaissance des lois […] Lire la suite

SCIENCES - Sciences et discours rationnel

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 6 601 mots

En première approximation, on pourrait dire que la science est un mode de connaissance critique. Le qualificatif « critique » doit être entendu ici en un double sens : il indique, d'une part, que la science exerce un contrôle vigilant sur ses propres démarches et met en œuvre des critères précis de validation, d'autre part, qu'elle élabore des méthodes […] Lire la suite

SCIENCES - Science et philosophie

  • Écrit par 
  • Alain BOUTOT
  •  • 17 642 mots
  •  • 6 médias

La science et la philosophie furent longtemps inséparables. Dans l'Antiquité, la philosophie représentait la science suprême, celle « des premiers principes et des premières causes ». Les autres sciences, et notamment la physique, recevaient d'elle leurs fondements. Cette alliance s'est trouvée brisée au xviie […] Lire la suite

SCIENCES - Sociologie

  • Écrit par 
  • Yves GINGRAS
  •  • 5 538 mots
  •  • 1 média

Comme c'est le cas de la plupart des spécialités de la sociologie, la sociologie des sciences ne prend son véritable essor que lorsque les sciences elles-mêmes commencent à être perçues comme un « problème social ». Leur développement massif après la Seconde Guerre mondiale, sans parler de l'impact social causé par le largage de deux bombes atomiques sur le J […] Lire la suite

SCIENCES - Science et progrès

  • Écrit par 
  • Jean-Marc LÉVY-LEBLOND
  •  • 6 523 mots

La science entretient avec l'idée de progrès un rapport privilégié, à un double titre. D'une part, depuis le XVIIe siècle, la science est conçue comme le parangon du progrès, comme l'une des (rares) pratiques humaines où le progrès semble incontestable. Après tout, on peut discuter longuement pour savoir si le sens moral de l' […] Lire la suite

ANALOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Alain de LIBERA
  • , Universalis
  •  • 10 454 mots

Dans le chapitre « Sémantique et syntaxe, signifié et signifiant »  : […] Tout langage de description ou d'interprétation théorique utilisé dans les sciences de la nature comporte une sémantique et une syntaxe, la première portant sur les « objets » que l'on met en relation, la seconde sur ces relations elles-mêmes. Les données sémantiques sont au fond des dénominations qui sont censées résumer l'ensemble des propriétés (relations) que chacun des objets considérés peut […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Traitement et interprétation) - Les modèles interprétatifs

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 2 420 mots

L'archéologie ne saurait se résumer à la simple collecte d'objets contenus dans le sol. Elle ne saurait non plus se cantonner, comme elle l'a longtemps été, au rôle d'une « auxiliaire de l'histoire », incapable par elle-même d'interpréter ses propres documents. Toute science dispose à la fois de faits – construits par ses techniques et méthodes d'observation – et de théories qui permettent d'int […] Lire la suite

CAUSALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Marie GAUTIER, 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 12 999 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Vers la causalité scientifique »  : […] Ainsi posées, ces questions sont à la fois essentielles et insolubles : elles relèvent d'un choix plutôt que d'un savoir. On s'est donc demandé : comment formuler l'idée de cause pour qu'elle puisse recevoir de l'expérience une confirmation ou une réfutation ? Le cheminement de la notion métaphysique à un principe utilisable en sciences a été graduel et lent : il a fallu, du côté de la philosophie […] Lire la suite

CITÉ DES SCIENCES ET DE L'INDUSTRIE

  • Écrit par 
  • Michel VAN-PRAËT
  •  • 1 712 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La Cité des sciences et de l’industrie, fruit d’un projet culturel d’urbanisme »  : […] La création de la Cité des sciences et de l’industrie, comme celle des autres structures culturelles du parc de la Villette (dont le musée de la Musique), résulte du projet – lancé en 1977 par Valéry Giscard d’Estaing – de réaménagement en parc de loisirs culturels de ce quartier de Paris consacré depuis la fin du xix e  siècle au marché de la viande. La modernisation des abattoirs en province, l […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques ROGER, « SCIENCES - Science et christianisme », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-christianisme/