ARISTOTÉLISME MÉDIÉVAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La place de la tradition aristotélicienne dans l'histoire de la pensée médiévale, le sens et la portée de son influence sur la scolastique tardive, le nombre et la nature des innovations qu'elle a sinon toujours directement suscitées, du moins souvent permises ou plus simplement encadrées, bref, l'ensemble des facteurs et des données historiques qui ont contribué à forger l'image d'un Moyen Âge tout entier voué à Aristote et au péripatétisme demande à être repensé. De fait, l'aristotélisme n'est pas l'unique référence en une période de dix siècles où le platonisme et l'augustinisme ont joué, pour le moins, un rôle équivalent, voire antagoniste. Pour prendre l'exacte mesure de la signification philosophique et culturelle de l'aristotélisme au Moyen Âge, il convient donc de rappeler ce qui lui a donné sa configuration véritable, marqué ses limites et accidenté son parcours.

Traductions, apocryphes et commentaires

Aristote a offert aux Latins un concept de la science et de la pratique scientifique entièrement nouveau. On n'aurait, cependant, garde d'oublier que la connaissance intégrale de son œuvre a été un phénomène tardif ; que la définition de son Corpus a fait place à nombre d'apocryphes ; que les données authentiques sont arrivées déjà enveloppées de commentaires généralement étrangers à l'esprit de sa philosophie ; que la notion même d'« aristotélisme » n'a guère été pratiquée au Moyen Âge ; que la progression de ses idées a été constamment freinée de la fin du xiie à celle du xiiie siècle ; enfin, que les médiévaux ont cru que le Stagirite avait composé ses ouvrages comme un tout organique, alors que la critique moderne nous en a, au contraire, retracé l'évolution interne, les discontinuités et les écarts.

Aristote - Stagire (Macédoine)

Photographie : Aristote - Stagire (Macédoine)

Photographie

Aristote est né dans la colonie grecque de Stagire, établie sur la côte macédonienne, au nord de la mer Égée. Il vécut de 385 à 322 avant J.-C. environ. Installé à Athènes, il fonde sa propre école de philosophie, le Lycée. Penseur encyclopédique, Aristote a abordé toutes les... 

Crédits : Argus/ Fotolia

Afficher

S'il est vrai qu'à partir des années 1240 l'enseignement univ [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : agrégé de philosophie, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses), chaire histoire des théologies chrétiennes dans l'Occident médiéval

Classification

Autres références

«  ARISTOTÉLISME MÉDIÉVAL  » est également traité dans :

ABRAHAM IBN DAUD dit RABAD Ier (1110 env.-env. 1180)

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 599 mots

Historien, philosophe et astronome juif, Abraham ben David Halevi dit Ibn Daud ou Rabad I er (Rabbi Abraham b. David) est connu des théologiens et philosophes latins du Moyen Âge sous le nom d'Avendauth et, notamment, à travers son œuvre de traducteur de l'arabe en latin (dont il s'acquitta parfois en collaboration avec Gundissalinus, comme pour le Fons vitae d'Ibn Gabirol), sous ceux de Jean d' […] Lire la suite

ADÉLARD DE BATH (XIIe s.)

  • Écrit par 
  • André CANTIN
  •  • 341 mots

Philosophe, mathématicien et naturaliste du début du xii e  siècle, Adélard de Bath, par les traductions qu'il rapporta d'Orient, augmenta singulièrement le savoir de l'Occident latin dans les sciences du nombre et de la nature. Sa naissance à Bath, sa formation à Laon et à Tours, et ses voyages en Sicile, Syrie, Palestine, Espagne, où sa connaissance de l'arabe lui permit de s'initier plus largem […] Lire la suite

ALBERT LE GRAND (1193?-1280)

  • Écrit par 
  • Édouard-Henri WÉBER
  •  • 1 724 mots

Dans le chapitre « Le savant »  : […] Aux sciences de la nature, Albert consacre de nombreux ouvrages conçus sur le modèle de l'encyclopédie d'Aristote. Il y condense, soumis à un essai de critique, les apports des anciens, Grecs et Latins (surtout Aristote, Galien, Pline), complétés à l'aide des ouvrages arabes (d'astronomes, de mathématiciens, de médecins tel Avicenne) et surtout de multiples observations personnelles, fruit de cet […] Lire la suite

ALEXANDRE DE HALÈS (1185 env.-1245)

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 943 mots

Originaire de Hayles (Halès en français), dans le comté de Gloucester, Alexandre de Halès, premier franciscain à enseigner à l'Université de Paris, y fut d'abord un des principaux maîtres séculiers. Il était bachelier sententiaire entre 1120 et 1126. Outre ses Questiones disputate antequam esset frater , on connaît sa Glossa in Quatuor Libros sententiarum Petri Lombardi , qui, retrouvée et éditée […] Lire la suite

ANALOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Alain de LIBERA
  • , Universalis
  •  • 10 454 mots

Dans le chapitre « La tradition antique et médiévale »  : […] L'histoire du concept philosophique d'analogie, dont la théorie de l'« analogie de l'être » est un moment essentiel mais non exclusif, peut être aujourd'hui retracée indépendamment des deux modèles de description qui ont longtemps prévalu dans la tradition historiographique de l'«  aristotélisme médiéval » : l'interprétation strictement « aristotélicienne » et l'interprétation « aristotélico- thom […] Lire la suite

AVERROÈS, arabe IBN RUSHD (1126-1198)

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 3 289 mots

En Islam, la philosophie inspirée des Grecs (la falsafa ) a eu une histoire complexe. Intégrant dès le début des éléments variés à son aristotélisme néo-platonisant, elle culmine en Orient avec Avicenne (Ibn Sīnā), dont la pensée devait connaître des développements nouveaux en Iran. Averroès (Ibn Rušd) est, symétriquement, le principal philosophe musulman de l'Occident, mais son projet et son des […] Lire la suite

AVERROÏSME

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 1 591 mots

Si le terme « averroïsme » doit désigner en principe la doctrine propre à Averroès et à ceux qui s'en réclament, on l'applique d'ordinaire à un courant de pensée qui, dans l'Occident latin, commence au xiii e  siècle pour s'achever vers le xvii e . On s'est demandé si ce nom était bien choisi : la question peut se justifier, mais aucune des formules proposées pour le remplacer n'est vraiment satis […] Lire la suite

AVICENNISME LATIN

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 6 636 mots

L'influence d'Avicenne sur la pensée médiévale est telle qu'il est difficile de donner un sens à l'expression d'avicennisme latin sans en réduire en même temps la portée. De fait, comment ramener à l'unité d'un courant isolable la présence multiple et efficace d'une pensée que les auteurs les plus divers ont toujours utilisée comme une source d'information positive, souvent comme un instrument d' […] Lire la suite

BOÈCE (480-524)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 1 463 mots

L'œuvre de Boèce a été, pour le Moyen Âge et la Renaissance, une source fondamentale de réflexion philosophique. Elle a joué un rôle décisif dans la transmission de l'héritage de la philosophie antique à l'Occident médiéval et moderne. Les traductions latines et les adaptations de commentaires néo-platoniciens grecs d'Aristote, que Boèce a rédigées, ont initié le Moyen Âge à l'exégèse savante des […] Lire la suite

BONAVENTURE saint (1217-1274)

  • Écrit par 
  • Edith WEBER
  •  • 1 294 mots

Jean Fidanza, dit Bonaventure, né à Bagnoregio (près d'Orvieto) en 1217, étudie à la faculté des arts de Paris de 1236 à 1242. En 1243, il entre dans l'ordre des Franciscains à Paris et poursuit ses études de théologie jusqu'en 1248, sous la direction d'Alexandre de Halès. Bachelier biblique de 1248 à 1250, il commente à Paris l'Évangile selon Luc (commentaire sans doute remanié plus tard) et comp […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain de LIBERA, « ARISTOTÉLISME MÉDIÉVAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/aristotelisme-medieval/