SCÉNOGRAPHIE LYRIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'explosion des années 1970

Retrouver un spectacle intact, soixante-huit ans après sa création : ce rêve d'un archéologue du théâtre pouvait se réaliser en 1970, au terme de l'histoire des représentations de Pelléas et Mélisande à l'Opéra-Comique. Ni la peinture hallucinée de Valentine Hugo, d'inspiration onirique et fantastique (1947), ni les volumes géométriques d'André Boll, directement inspirés d'Appia (1959), ni le dessin linéaire, noir sur blanc, de Cocteau, conçu lui-même comme une réminiscence du décor de la création (1963), n'ont réussi à évincer les sept tableaux peints par Jusseaume et Ronsin en 1902 : ils sont reconstitués à l'occasion du cinquantenaire de la création, repris pour le centenaire de la naissance de Debussy (1962) et pour les trente ans de Pelléas de Jacques Jansen (1969), qui assure à cette occasion la mise en scène, au moment où, à Londres, Kaslik et Svoboda réalisent la production dirigée par Pierre Boulez.

Les pratiques les plus poussiéreuses du théâtre lyrique (mises en scène assurées par d'anciens chanteurs, succession de réalisations différentes dans, ou plutôt devant, les mêmes décors) sont donc toujours en vigueur au moment où les grands créateurs de la scène abordent les œuvres du répertoire à l'intérieur des institutions lyriques les plus prestigieuses. L'exemple de l'Opéra de Paris est particulièrement caractéristique : sous la direction de Rolf Liebermann (1973-1980), la plupart des événements musicaux apparaissent aussi, ou d'abord, comme des événements théâtraux. Patrice Chéreau, en proposant après Felsenstein une nouvelle dramaturgie des Contes d'Hoffmann, retrouve derrière les stéréotypes du second Empire la dimension fantastique du romantisme allemand (1974) ; à l'inverse, Jorge Lavelli inscrit Faust dans la mythologie bourgeoise du xixe siècle en utilisant une immense halle de verre et de fer réalisée par Max Bignens (1976) ; il expose le mystère de Pelléas en pleine lumière (1977), et rend à Œdipus Rex, grâce à une pente métallique mobile, terrifiante machine à jouer, la force élémentaire de la tragédie (1979). Enfin, la création mondiale du troisième acte de Lulu (1979) suscite moins de débats que la mise en scène de Chéreau, qui refuse le stéréotype de la « femme fatale » pour faire de Lulu une énigme, une absence, et que les décors de Peduzzi, inspirés par l'expressionnisme et l'architecture monumentale fasciste, qui transposent l'action dans les années 1930. De même, la renaissance du festival d'Aix-en-Provence, sous l'impulsion de Bernard Lefort, est principalement due aux fêtes baroques ou bourgeoises, humoristiques ou dérisoires organisées par Lavelli (Le Carnaval de Venise, 1975 ; La Traviata, 1977 ; Alcina, 1978).

Cette prise de pouvoir du metteur en scène à l'opéra n'est pas seulement un phénomène français. À la Scala, Luca Ronconi, passionné par les machines de théâtre, utilise un système de tapis roulants pour imaginer, à travers Don Carlos, puis Wozzeck (1977), des mondes qui glissent vers le néant. Sur les grandes scènes allemandes, à Salzbourg, à San Francisco, Jean-Pierre Ponnelle met en scène un répertoire très éclectique, en fondant une direction d'acteurs réaliste et animée sur une analyse scrupuleuse de la partition ; ses productions les plus originales restent sans doute le cycle Monteverdi (1979) et le cycle des opéras de jeunesse de Mozart (1980), réalisés à Zurich en collaboration avec Nikolaus Harnoncourt.

Surtout, à l'occasion du centenaire de la création de la Tétralogie à Bayreuth, les relectures de l'œuvre se multiplient ; la réalisation d'Ulrich Melchinger (Kassel, 1970-1974), inspirée par la science-fiction et la bande dessinée, ou celle de Joachim Herz (Leipzig, 1973-1976), allégorie politique et sociale projetée dans les xixe et xxe siècles (le Walhalla y e [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Chaliapine

Chaliapine
Crédits : Evening Standard/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Maria Callas

Maria Callas
Crédits : Keystone Features/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Maria Callas et Tito Gobbi

Maria Callas et Tito Gobbi
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Lotte Lehmann et Grace Bumbry

Lotte Lehmann et Grace Bumbry
Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : chargé de mission pour le service culturel du Grand Théâtre de Genève
  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, docteur de troisième cycle, assistant à la faculté lettres de Rouen

Classification

Autres références

«  SCÉNOGRAPHIE LYRIQUE  » est également traité dans :

APPIA (A.) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 434 mots

1862 1 er septembre, naissance d'Adolphe, François, Appia à Genève. 1880-1890 Études musicales à Genève, Leipzig, Paris et Dresde. En 1882, il se rend pour la première fois à Bayreuth, où il assiste à une représentation de Parsifal . 1891-1892 Appia rédige ses premières réflexions, Notes de mise en scène pour l'Anneau du Nibelungen , et effectue ses premiers croquis et grandes esquisses en vue […] Lire la suite

BEAUREPAIRE ANDRÉ (1924-2012)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 251 mots

André Beaurepaire fut un peintre-scénographe, dont les constructions aux géométries complexes et mystérieuses ont séduit les grands noms du théâtre français avec qui il a collaboré. Ce dessinateur autodidacte est né à Paris en 1924. Il illustre Sagesse de Paul Verlaine en 1944, et est alors remarqué par Jean Cocteau et l'illustrateur et décorateur Christian Bérard. Tous deux l'invitent à particip […] Lire la suite

BERAIN LES

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 426 mots
  •  • 1 média

Famille de décorateurs et de graveurs français de la fin du xvii e siècle et du début du xviii e connue grâce aux travaux de R. A. Weigert ( Jean I er Berain... 1640-1711 , Paris, 1937). La renommée de cette famille est surtout due à Jean I er (1640-1711). Fils d'un arquebusier lorrain, il est, dès l'installation de son père à Paris en 1645, mêlé au milieu des graveurs et armuriers, ce qui exp […] Lire la suite

CHÉREAU PATRICE (1944-2013)

  • Écrit par 
  • Anne Françoise BENHAMOU
  •  • 2 969 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une théâtralité critique »  : […] Né à Lézigné (Maine-et-Loire) d'un père peintre et d'une mère dessinatrice, Patrice Chéreau acquiert très jeune une vaste culture artistique et théâtrale. À dix-neuf ans, il met en scène L'Intervention de Victor Hugo au lycée Louis-le-Grand : de cet acte tirant vers le mélodrame populaire, il fait un spectacle grinçant dans un style presque expressionniste (à l'époque, il conçoit lui-même ses déc […] Lire la suite

CICERI PIERRE LUC CHARLES (1782-1868)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 434 mots

La scénographie et le décor romantiques doivent beaucoup en France à un homme de grand talent, d'origine italienne, Pierre Ciceri. Très lié aux créateurs du mouvement romantique et ayant étudié l'architecture, il est le fournisseur attitré des principales scènes de Paris. Il s'est fait une spécialité comme « peintre de paysages » à l'Opéra (paysages en tous genres, avec ou sans ruines, alors à la […] Lire la suite

CINÉMA ET OPÉRA

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe FERRARI
  •  • 3 258 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Des cinéastes à l'opéra »  : […] Nombreux, on l'a dit, sont les cinéastes qui sont aussi metteurs en scène d'opéra. Visconti est un des premiers, avec La Traviata de Giuseppe Verdi, à importer sur une scène d'opéra, à la Scala en 1955, certains codes et certaines règles de l'expression cinématographique. Il renouvelle ainsi l'art lyrique avec cet opéra ainsi que La Vestale de Gaspare Spontini, La Sonnambula de Vincenzo Bellini […] Lire la suite

DÉCOR DE THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 776 mots

Partie essentielle de la composition scénique, le décor est au centre de l'extraordinaire évolution de la mise en scène contemporaine. Élément fondamental de la scénographie, le décor définit un espace, soit en limitant l'action, soit en s'intégrant à elle. Longtemps témoin de la représentation de l'action, le décor tend à devenir de moins en moins décoratif, de plus en plus représentatif du lieu […] Lire la suite

EVERDING AUGUST (1928-1999)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 559 mots

Comptant parmi les figures majeures qui ont régné sur les scènes lyriques en Allemagne au cours de la seconde moitié du xx e  siècle, August Everding, metteur en scène et directeur d'opéras allemand, a contribué à moderniser l'approche de l'art lyrique au même titre que Wieland Wagner ou Rolf Liebermann. Né à Bottrop, en Westphalie, le 31 octobre 1928, August Everding étudie le piano, l'orgue et l […] Lire la suite

FELSENSTEIN WALTER (1901-1975)

  • Écrit par 
  • Claude VAUGIER
  •  • 2 245 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Travail avec l'ensemble : interprètes, chefs d'orchestre, décorateurs »  : […] Les exigences de Felsenstein en matière de répétition sont devenues légendaires, avec les neuf mois consacrés aux Contes d'Hoffmann . S'il se contente en général de huit à neuf semaines, il est vrai aussi qu'il lui arrive de mettre des interprètes en réserve afin de les avoir à sa disposition le moment venu, et qu'il n'hésite pas à repousser la date d'une première si besoin est. Dans l'étape init […] Lire la suite

FESTIVALS

  • Écrit par 
  • Jean-Michel BRÈQUE, 
  • Matthieu CHÉREAU, 
  • Jean CHOLLET, 
  • Philippe DULAC, 
  • Christian MERLIN, 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  • , Universalis
  •  • 17 247 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'ère Mortier »  : […] En nommant un moderniste affiché à la tête du plus traditionnel des festivals, les Autrichiens s'enhardissent : le Belge Gérard Mortier , qui prend ses fonctions le 1 er  octobre 1991, s'est fait connaître en faisant du Théâtre royal de la Monnaie de Bruxelles, qui végétait depuis vingt ans, le plus créatif des opéras européens. Il commence par susciter l'ire des conservateurs : pour Mortier, l'op […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain PERROUX, Alain SATGÉ, « SCÉNOGRAPHIE LYRIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/scenographie-lyrique/