OPÉRA-COMIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le vocabulaire français étant le seul à avoir adopté l'expression « opéra-comique » pour désigner une forme de théâtre lyrique où les dialogues parlés alternent avec les scènes chantées, ce terme devrait s'appliquer à des œuvres aussi différentes que Fidelio, de Beethoven, et Carmen, de Bizet. En fait, la grande période de l'opéra-comique français proprement dit est la seconde moitié du xviiie siècle et le premier tiers du xixe. Une de ses origines est la comédie mêlée de chants (opéra-comique en vaudevilles) qu'à partir de 1715 présentent le théâtre de la Foire et son rival le Nouveau Théâtre italien, et à laquelle s'intéresse une bonne partie du public parisien, lassé par les formules un peu guindées de l'opéra traditionnel. Mis à part les vaudevilles et autres mélodies empruntées formant l'essentiel du contenu musical de ces premiers opéras-comiques, dont les premiers fournisseurs de livrets sont Lesage, Piron et surtout Favart, apparaît très vite une part de musique originale, qui augmente avec les années, mais dont beaucoup d'auteurs resteront anonymes. En 1752, la représentation par une troupe de comédiens italiens de La Servante maîtresse (La Serva Padrona) de Pergolèse suscite la fameuse querelle des Bouffons et, d'une façon générale, un enthousiasme pour l'opéra bouffe qui signifie la fin du vieil opéra-comique en vaudevilles. Des ouvrages français originaux commencent à paraître, dont le célèbre Devin du village (1752) de J.-J. Rousseau, et surtout Les Troqueurs (1753), que son auteur Antoine Dauvergne (1713-1797) présente d'abord sous un pseudonyme italien, et qui constitue, si l'on veut, l'acte de naissance officiel de l'opéra-comique en tant que pièce en dialogues parlés entremêlée de « chansons » originales. Du genre, deux étrangers vont bientôt s'emparer : l'Italien Egidio Romoaldo Duni (1709-1775), avec, notamment, Le Milicien (1763) et La Fée Urgèle ou Ce qui plaît aux dames (1765), sur un livret de Favart ; et l'Al [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  OPÉRA-COMIQUE  » est également traité dans :

ADAM ADOLPHE CHARLES (1803-1856)

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT
  •  • 164 mots

Le talent facile, trop facile, d'Adolphe Adam, élève de Boieldieu (cinquante opéras-comiques et ballets en une trentaine d'années), connut, comme celui de son contemporain Auber, toutes les gloires, dont celle d'entrer à l'Institut en 1844. C'est à la facilité, c'est-à-dire à la fois habileté qui glisse au laisser-aller et complaisance pour le public qui conduit à la vulgarité, que son œuvre dut s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolphe-charles-adam/#i_13471

AUBER DANIEL FRANÇOIS ESPRIT (1782-1871)

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT
  •  • 261 mots

Élève de Cherubini, directeur, après son maître, du Conservatoire, entre 1842 et 1871 (date à laquelle Ambroise Thomas lui succédera), maître de chapelle de Napoléon III, Auber est le dernier grand représentant de l'opéra-comique français, tel que l'avaient conçu Philidor, Monsigny et Grétry. Spirituel et brillant, génie facile (trente-sept opéras-comiques, plus dix grands opéras), il a, sinon la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-francois-esprit-auber/#i_13471

AUVERGNE ANTOINE D' (1713-1797)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 151 mots

Violoniste et compositeur, Antoine d'Auvergne naît à Moulins où son père exerce la profession de « joueur d'instruments ». Arrivé à Paris en 1739, il étudie avec Jean-Marie Leclair, entre à l'Académie royale de musique en qualité de premier violon en 1741, et y devient chef d'orchestre en 1751. Il n'a composé jusqu'alors que de la musique instrumentale. Or, après avoir donné en 1752 l'opéra-ballet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-d-auvergne/#i_13471

BIZET GEORGES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 544 mots
  •  • 5 médias

25 octobre 1838 Georges (Alexandre-César-Léopold) Bizet naît à Paris. 1855 Bizet compose une Symphonie en ut majeur, qui ne sera découverte qu'en 1933, dans la collection Bizet du Conservatoire de Paris. Cette symphonie est créée le 26 février 1935 par l'Orchestre symphonique de Bâle sous la direc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bizet-reperes-chronologiques/#i_13471

BOIELDIEU FRANÇOIS ADRIEN (1775-1834)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 228 mots

Célèbre auteur d'opéras-comiques du premier quart du xix e  siècle, Boieldieu reçoit un début de formation musicale dans sa ville natale de Rouen, où dès 1793 il fait jouer, non sans succès d'ailleurs, son opéra La Fille coupable . Installé à Paris, il y fait ses débuts en 1797 avec La Famille suisse . D […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-adrien-boieldieu/#i_13471

BOUCHER FRANÇOIS (1703-1770)

  • Écrit par 
  • Marianne ROLAND MICHEL
  •  • 3 776 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Entre Watteau et Fragonard »  : […] Situer Boucher entre Watteau et Fragonard aide à comprendre l'évolution du style, de la manière, des thèmes, et de leur transmission concernant un artiste qui, né et mort à Paris, n'a guère quitté cette ville. Nous ne savons pas grand-chose des débuts comme peintre de cet élève de François Lemoine – si son Jugement de Suzanne, de 1720-1721, est récemment réapparu et entré en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-boucher/#i_13471

CARMEN (G. Bizet)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 416 mots

Le 3 mars 1875, Carmen , de Georges Bizet, opéra-comique en quatre actes sur un livret de Henri Meilhac et Ludovic Halévy d'après la nouvelle de Prosper Mérimée, est créée à l’Opéra-Comique de Paris (salle Favart). Cette date est essentielle dans l'histoire de l'art lyrique. Tout en restant dans le cadre de l'opéra-comique, qui implique l’alternance de numéros chantés et de d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carmen-g-bizet/#i_13471

COMMEDIA DELL'ARTE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 440 mots

Milieu du xvi e  siècle En Italie, des associations de particuliers se forment dans le but de faire du théâtre. Seconde moitié du xvi e  siècle Les troupes de la commedia dell'arte se répandent en Espagne, en France, en Bavière, puis en Angle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/commedia-dell-arte-reperes-chronologiques/#i_13471

CORNELIUS PETER (1824-1874)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 692 mots

Le compositeur, poète et critique musical allemand Peter Cornelius demeure comme l'auteur de l'opéra-comique Le Barbier de Bagdad , dont la popularité durable dans les pays germaniques ne doit pas éclipser sa production de lieder, une des plus importantes de la seconde moitié du xix e  siècle. Fils de deux comédiens, Carl Au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-cornelius/#i_13471

DALAYRAC NICOLAS MARIE (1753-1809)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 270 mots

Compositeur français né à Muret, destiné à la carrière militaire, Dalayrac entre comme sous-lieutenant dans les gardes d'honneur du comte d'Artois, tout en étudiant la musique avec Langlé et Grétry. En 1777, il fait paraître Six Quatuors concertants pour deux violons, alto et basse (avec ceux de Pierre Vachon, les premiers spécimens français de quatuors à cordes) et, l'année […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-marie-dalayrac/#i_13471

DELIBES LÉO (1836-1891)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 373 mots

Le compositeur français Léo Delibes fut le premier à écrire de la musique de grande qualité pour le ballet. Son travail symphonique innovant en la matière inspira des compositeurs mieux reconnus, et son influence transparaît dans l’œuvre de Tchaïkovski et d’autres compositeurs qui écrivirent pour la danse. Sa musique, légère, gracieuse, élégante et parfois teintée d’exotisme, reflète bien l’espri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leo-delibes/#i_13471

DESCHAMPS JÉRÔME (1947- )

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 1 175 mots

Acteur et metteur en scène, Jérôme Deschamps est d’abord le fondateur de la troupe des Deschiens qu’il crée avec Macha Makeïeff. Il codirige avec cette dernière le Théâtre national de Nîmes de 2003 à 2007 et, de 2007 à 2015, il est à la tête de l’Opéra-Comique. Neveu du comédien Hubert Deschamps, Jérôme Deschamps est né dans une famille bourgeoise de Neuilly-sur-Seine le 5 octobre 1947. Son parco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jerome-deschamps/#i_13471

DUVAL DENISE (1921-2016)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 640 mots

Denise Duval ne disposait pas de moyens vocaux exceptionnels. Pourtant, celle que Francis Poulenc qualifiait de « rossignol à larmes » a gagné par la pureté de son timbre, la clarté de son élocution, sa présence dramatique et la finesse de sa sensibilité une place de choix parmi les étoiles de l’art lyrique français. Denise Duval naît à Paris le 23 octobre 1921. C’est au conservatoire de Bordeaux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/denise-duval/#i_13471

FAVART CHARLES-SIMON (1710-1792)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 211 mots

Poète et librettiste français né et mort à Paris, Favart débute dans un style inspiré de Virgile, puis écrit des comédies et des parodies mêlées de vaudevilles, comme Les Jumelles et La Chercheuse d'esprit , données respectivement à la Foire Saint-Germain en 1734 et en 1741. Parmi ses livrets, on peut citer : Bastien et Bastienne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-simon-favart/#i_13471

FELSENSTEIN WALTER (1901-1975)

  • Écrit par 
  • Claude VAUGIER
  •  • 2 245 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le répertoire de la Komische Oper »  : […] Le metteur en scène est parvenu à maturité en 1947 et le répertoire de la Komische Oper est révélateur de ses goûts véritables. À l'évidence, Felsenstein préfère laisser à ses collaborateurs le soin de monter des ouvrages contemporains, même s'il met en scène Die Kluge de Carl Orff (1948), et L'Amour des trois oranges de Prokofiev (1968). Pour sa part […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/walter-felsenstein/#i_13471

GLUCK CHRISTOPH WILLIBALD VON

  • Écrit par 
  • Michel NOIRAY
  •  • 2 860 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Gluck au Burgtheater (1755-1770) »  : […] À la fin de 1752, Gluck s'installa dans la capitale autrichienne. Quelle que fût la nécessité de régénérer la musique dramatique dans la Vienne de Marie-Thérèse, c'est une raison politique qui en fit un haut lieu de l'opéra dans les années 1760. Un renversement des alliances favorable à la France fut en effet accompagné d'un changement d'orientation dans les spectacles de la ville, et le chanceli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christoph-willibald-von-gluck/#i_13471

GRÉTRY ANDRÉ MODESTE (1741-1813)

  • Écrit par 
  • Suzanne LEJEUNE-CLERCX
  •  • 1 670 mots

Asino in musica , « âne en musique », avait écrit de Grétry son maître romain, savant contrapuntiste, depuis longtemps oublié : J. B. Casali. Il convient plutôt de traduire : « âne en contrepoint ». Cependant, le musicien liégeois devait connaître le succès : à Rome, tout d'abord, où ses premières œuvres furent appréciées (1766), à Genève ensuite (1767), où il reçut les enco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-modeste-gretry/#i_13471

HÉROLD FERDINAND (1791-1833)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 130 mots

Compositeur d'opéras-comiques né et mort à Paris. Hérold prend d'abord des leçons de son père, qui a lui-même travaillé avec Carl Philipp Emanuel Bach. Grand prix de Rome de 1812, il donne des leçons, à Naples en 1813, aux filles du roi Murat. De retour à Paris après avoir visité l'Autriche, l'Allemagne et la Suisse, il collabore avec Boieldieu pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdinand-herold/#i_13471

ITALIENS LES, théâtre

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 877 mots

Les comédiens italiens qui, au xvii e et au xviii e siècle, se sont, pendant deux longues périodes, installés en France, ont joué dans l'histoire de notre théâtre un rôle considérable. Dès le dernier tiers du xvi e siècle et tout au long de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-italiens-theatre/#i_13471

LEO LIONARDO ORTENSIO SALVATORE DE LEO dit LEONARDO (1694-1744)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 282 mots

Le compositeur italien Leonardo Leo, renommé pour ses nombreux opéras-comiques, joua un rôle prépondérant dans le développement de l'école napolitaine. Né le 5 août 1694, à San Vito degli Schiavi (auj. San Vito dei Normanni), près de Brindisi, dans le royaume de Naples, Leonardo Ortensio Salvatore de Leo entre au conservatoire de la Pietà dei Turchini, à Naples, en 1709 ; c'est dans cette institu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leo-lionardo-ortensio-salvatore-de-leo-dit-leonardo/#i_13471

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIIe s.

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 7 651 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le théâtre : une liberté nouvelle »  : […] Encadré – et gêné – par le système du privilège, qui accordait à la Comédie-Française (ou Théâtre-Français) l a propriété de son répertoire et le droit exclusif de représenter à Paris le théâtre parlé, et a fortiori la tragédie et la haute comédie, et à l’Académie royale de musique celui de représenter le théâtre lyrique et de fixer des limites précises au Théâtre-Italien, le théâtre n’en connut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviiie-s/#i_13471

LIVRET, musique

  • Écrit par 
  • Jean-Michel BRÈQUE, 
  • Elizabeth GIULIANI, 
  • Jean-Paul HOLSTEIN, 
  • Danielle PORTE, 
  • Gilles de VAN
  •  • 10 877 mots

Dans le chapitre « Les deux démarches »  : […] Quels que soient les personnages sur lesquels ils portent leur choix, deux démarches se font jour parmi les librettistes. Ils peuvent rester fidèles au contenu du mythe ou de l'histoire : c'est le cas, parmi des milliers d'autres, de Andrea Leone Tottola ( Ermione de Rossini, 1819), de Salvadore Cammarano ( Orazi e Curiazi de Saverio Mercadante, 1846), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livret-musique/#i_13471

LORTZING GUSTAV ALBERT (1801-1851)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 188 mots

Comédien, chanteur d'opéra (ténor), instrumentiste, librettiste et compositeur allemand né et mort à Berlin, Lortzing grandit dans un milieu d'acteurs et se forme en autodidacte. Ayant épousé une comédienne, il mène une existence nomade au hasard de tournées qui le conduiront d'Aix-la-Chapelle à Cologne et à Detmold, de Vienne à Leipzig et finalement à Berlin. Sa grande ambition est de réaliser un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustav-albert-lortzing/#i_13471

COMMEDIA DELL'ARTE

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED
  •  • 2 290 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'influence de la commedia dell'arte »  : […] Le rayonnement de la commedia dell'arte s'est étendu à tous les pays d'Europe, où elle a laissé des traces profondes dans l'imagination populaire aussi bien que dans le théâtre, la poésie et les arts. Plusieurs de ses personnages se sont mêlés aux figures produites par les différents folklores nationaux ou ont contribué à en engendrer de nouvelles. Mais c'est en France que la commedia a trouvé, d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/commedia-dell-arte/#i_13471

MEILHAC HENRI (1831-1897)

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 408 mots

Après des études à Louis-le-Grand, Henri Meilhac est employé dans une librairie. Il acquiert vite une réputation d'humoriste doué d'un esprit caustique et d'une imagination quelque peu fantasque, grâce à des dessins et articles parus au Journal pour rire où il collabore de 1852 à 1855 sous le pseudonyme de Talin. En 1855, il débute au théâtre en faisant représenter au Palais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-meilhac/#i_13471

MONSIGNY PIERRE ALEXANDRE (1729-1817)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 202 mots

Un des principaux auteurs d'opéras-comiques français du xviii e  siècle. Pierre Monsigny naît à Fauquembergues (Pas-de-Calais), et décide de travailler la musique après s'être enthousiasmé, en 1754, pour la fameuse Servante maîtresse ( La Serva padrona ) de Pergolèse. Après avoir donné à la foire Saint- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-alexandre-monsigny/#i_13471

OFFENBACH JACQUES

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 799 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La passion du théâtre »  : […] De son vrai nom Jakob Eberst, Jacques Offenbach naît à Cologne le 20 juin 1819. Son père est un cantor de la synagogue. Il lui enseigne des rudiments de violon. Mais Jakob se tourne vers le violoncelle, qu'il vient étudier à Paris. Il adopte le nom de la ville d'Offenbach-sur-le-Main, berceau de sa famille. En 1833, il est admis au Conservatoire de Paris dans la classe d'Olive-Charlier Vaslin, qu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-offenbach/#i_13471

OPÉRA - Histoire, de Peri à Puccini

  • Écrit par 
  • Jean-Vincent RICHARD
  •  • 9 136 mots
  •  • 32 médias

Dans le chapitre « L'« opera buffa » et sa querelle »  : […] Alors que Rameau occupe le devant de la scène en France, l' opera buffa prend son essor à Naples même, au royaume de l'opera seria. À l'origine, les entractes des opéras napolitains étaient animés par des intermèdes de ballets imaginés soit par les compositeurs eux-mêmes, soit par des musiciens de moindre réputation. À partir de 1730, ces intermezzi , q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-histoire-de-peri-a-puccini/#i_13471

OPÉRETTE

  • Écrit par 
  • Sylvie FÉVRIER
  •  • 2 978 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les origines »  : […] Au contraire de l'opéra, qui restera toujours plus ou moins élitiste, l'opérette – par son ancêtre, le vaudeville – est issue du pavé de Paris. Au xvii e  siècle, ce pavé de Paris est un spectacle permanent ; jongleurs, montreurs d'ours, acrobates rejoignent de préférence la foire Saint-Germain et la foire Saint-Laurent, où les badauds trouvent t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/operette/#i_13471

PAËR FERDINANDO (1771-1839)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 338 mots

L' Italien Ferdinando Paër fut, avec Domenico Cimarosa et Niccolò Antonio Zingarelli, l'un des principaux compositeurs d'opéras-comiques de son temps. Né le 1 er  juin 1771, à Parme, Ferdinando Paër fait créer en 1791, dans sa ville natale, son premier ouvrage, Orphée et Eurydice , qui est en fait un drame en français et en prose avec musique ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdinando-paer/#i_13471

PHILIDOR LES DANICAN dits LES (XVIIe-XVIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 921 mots

Dynastie de musiciens français (depuis Louis XIII jusqu'à la Révolution), dont certains furent illustres. Après Michel Danican, hautboïste sous Louis XIII (lequel l'aurait comparé à un artiste italien du nom de Filidori, d'où le pseudonyme adopté), une douzaine de compositeurs ou d'instrumentistes virtuoses portent ce nom. Jean (1620 env.-1679), hautboïste et fifre de la Grande Écurie, est aussi v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philidor-les-danican-dits-les/#i_13471

REVOIL FANELY (1906-1999)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 366 mots

La voix cristalline de soprano léger de Fanely Revoil s'adaptait merveilleusement à l'opérette et à l'opéra-comique, genres dont cette cantatrice française fut l'une des étoiles. Originaire de Marseille, où elle naît le 25 septembre 1906 (par coquetterie, elle devait par la suite se rajeunir de quatre ans), elle y commence ses études musicales au conservatoire avant de « monter » à Paris, où elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fanely-revoil/#i_13471

ROCOCO

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • François H. DOWLEY, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 21 053 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Du baroque au rococo galant »  : […] « À son dernier stade d'évolution, l'art baroque plastique s'affaiblit et se perd dans les mignardises et les joliesses du rococo. Le baroque musical connaît une conclusion parallèle ; dans le style galant, la tension féconde créée par le jeu concertant des voix s'affaiblit et disparaît. La mélodie prétend régner en maîtresse absolue et se débarrasser des ultimes vestiges de la polyphonie » (Gold […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rococo/#i_13471

SCRIBE EUGÈNE (1791-1861)

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 731 mots

Fils d'un marchand drapier de la rue Saint-Denis, Eugène Scribe ne vient au théâtre que par goût du vaudeville, qui le détourne d'une carrière d'avocat où le poussent ses parents. Il débute au théâtre des Variétés avec une piécette qui ne recueille aucun succès, Le Prétendu sans le savoir ou l'Occasion fait le larron (1810). Il reste dans l'anonymat jusqu'en 1815, date à laq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugene-scribe/#i_13471

SEDAINE MICHEL JEAN (1719-1797)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 467 mots

Aîné d'une famille de sept enfants, Sedaine ne compte parmi ses ascendants que travailleurs, maîtres maçons, menuisiers ou serruriers. Son père, entrepreneur des Bâtiments du roi, se ruine et meurt de chagrin, le laissant chef de famille. Pour vivre, il se fait maçon ; Diderot nous dit que son ami « a gâché le plâtre et coupé la pierre trente-cinq ans de sa vie » et Sedaine lui-même se présente à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-jean-sedaine/#i_13471

THOMAS AMBROISE (1811-1896)

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT
  •  • 152 mots

Élève de Lesueur, comme Berlioz, Ambroise Thomas gravit rapidement les échelons de la hiérarchie musicale : Grand Prix de Rome en 1832, élu membre de l'Institut (contre Berlioz) en 1851, professeur puis directeur du Conservatoire, il connaît tous les honneurs et toutes les gloires. Esprit médiocre, voire mesquin (dans son opposition à Berlioz par exemple), il est le grand maître de l'académisme du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ambroise-thomas/#i_13471

VAUDEVILLE

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 952 mots

A l'origine, au xv e  siècle, le vaudeville, ou vaudevire, du nom du lieu où il a pris naissance, est une chanson gaie et maligne. Jusqu'à la fin du xviii e  siècle, moment où il se fond avec le courant de la chanson française, le vaudeville se présente sous deux aspects : un aspect satirique insp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vaudeville/#i_13471

ZARZUELA

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 2 954 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La zarzuela aux XIXe et XXe siècles »  : […] La première moitié du xix e  siècle est sombre pour l'Espagne, appauvrie par les conflits et les luttes politiques : guerre d'indépendance, règnes ou régence remis en cause par des guerres civiles, république éphémère, soulèvement des colonies d'Amérique, qui coûtent très cher... Durant les premières années du siècle, Joseph Bonaparte tente, sans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zarzuela/#i_13471

Pour citer l’article

Marc VIGNAL, « OPÉRA-COMIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-comique/