OPÉRA-COMIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le vocabulaire français étant le seul à avoir adopté l'expression « opéra-comique » pour désigner une forme de théâtre lyrique où les dialogues parlés alternent avec les scènes chantées, ce terme devrait s'appliquer à des œuvres aussi différentes que Fidelio, de Beethoven, et Carmen, de Bizet. En fait, la grande période de l'opéra-comique français proprement dit est la seconde moitié du xviiie siècle et le premier tiers du xixe. Une de ses origines est la comédie mêlée de chants (opéra-comique en vaudevilles) qu'à partir de 1715 présentent le théâtre de la Foire et son rival le Nouveau Théâtre italien, et à laquelle s'intéresse une bonne partie du public parisien, lassé par les formules un peu guindées de l'opéra traditionnel. Mis à part les vaudevilles et autres mélodies empruntées formant l'essentiel du contenu musical de ces premiers opéras-comiques, dont les premiers fournisseurs de livrets sont Lesage, Piron et surtout Favart, apparaît très vite une part de musique originale, qui augmente avec les années, mais dont beaucoup d'auteurs resteront anonymes. En 1752, la représentation par une troupe de comédiens italiens de La Servante maîtresse (La Serva Padrona) de Pergolèse suscite la fameuse querelle des Bouffons et, d'une façon générale, un enthousiasme pour l'opéra bouffe qui signifie la fin du vieil opéra-comique en vaudevilles. Des ouvrages français originaux commencent à paraître, dont le célèbre Devin du village (1752) de J.-J. Rousseau, et surtout Les Troqueurs (1753), que son auteur Antoine Dauvergne (1713-1797) présente d'abord sous un pseudonyme italien, et qui constitue, si l'on veut, l'acte de naissance officiel de l'opéra-comique en tant que pièce en dialogues parlés entremêlée de « chansons » originales. Du genre, deux étrangers vont bientôt s'emparer : l'Italien Egidio Romoaldo Duni (1709-1775), avec, notamment, Le Milicien (1763) et La Fée Urgèle ou Ce qui plaît aux dames (1765), sur un livret de Favart ; et l'Al [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  OPÉRA-COMIQUE  » est également traité dans :

ADAM ADOLPHE CHARLES (1803-1856)

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT
  •  • 164 mots

Le talent facile, trop facile, d'Adolphe Adam, élève de Boieldieu (cinquante opéras-comiques et ballets en une trentaine d'années), connut, comme celui de son contemporain Auber, toutes les gloires, dont celle d'entrer à l'Institut en 1844. C'est à la facilité, c'est-à-dire à la fois habileté qui glisse au laisser-aller et complaisance pour le public qui conduit à la vulgarité, que son œuvre dut s […] Lire la suite

AUBER DANIEL FRANÇOIS ESPRIT (1782-1871)

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT
  •  • 261 mots

Élève de Cherubini, directeur, après son maître, du Conservatoire, entre 1842 et 1871 (date à laquelle Ambroise Thomas lui succédera), maître de chapelle de Napoléon III, Auber est le dernier grand représentant de l'opéra-comique français, tel que l'avaient conçu Philidor, Monsigny et Grétry. Spirituel et brillant, génie facile (trente-sept opéras-comiques, plus dix grands opéras), il a, sinon la […] Lire la suite

AUVERGNE ANTOINE D' (1713-1797)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 151 mots

Violoniste et compositeur, Antoine d'Auvergne naît à Moulins où son père exerce la profession de « joueur d'instruments ». Arrivé à Paris en 1739, il étudie avec Jean-Marie Leclair, entre à l'Académie royale de musique en qualité de premier violon en 1741, et y devient chef d'orchestre en 1751. Il n'a composé jusqu'alors que de la musique instrumentale. Or, après avoir donné en 1752 l'opéra-ballet […] Lire la suite

BACQUIER GABRIEL (1924-2020)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 756 mots

La personnalité truculente de Gabriel Bacquier ne pouvait dissimuler, avec sa faconde toute méridionale et son accent rocailleux, de profondes racines provinciales. Grâce à un timbre profond et charnu de baryton-basse, un sens aigu de la scène et une subtile intelligence des rôles, il est l’un des rares chanteurs français de sa génération à avoir connu une aussi longue et brillante carrière inter […] Lire la suite

BIZET GEORGES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 544 mots
  •  • 5 médias

25 octobre 1838 Georges (Alexandre-César-Léopold) Bizet naît à Paris. 1855 Bizet compose une Symphonie en ut majeur, qui ne sera découverte qu'en 1933, dans la collection Bizet du Conservatoire de Paris. Cette symphonie est créée le 26 février 1935 par l'Orchestre symphonique de Bâle sous la direction de Felix Weingartner . 1857 Bizet remporte le prix de Rome. 9 avril 1857 Le Docteur Miracl […] Lire la suite

BOIELDIEU FRANÇOIS ADRIEN (1775-1834)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 228 mots

Célèbre auteur d'opéras-comiques du premier quart du xix e  siècle, Boieldieu reçoit un début de formation musicale dans sa ville natale de Rouen, où dès 1793 il fait jouer, non sans succès d'ailleurs, son opéra La Fille coupable . Installé à Paris, il y fait ses débuts en 1797 avec La Famille suisse . D'autres opéras se succèdent rapidement, établissant fermement sa réputation de compositeur lyri […] Lire la suite

BOUCHER FRANÇOIS (1703-1770)

  • Écrit par 
  • Marianne ROLAND MICHEL
  •  • 3 776 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Entre Watteau et Fragonard »  : […] Situer Boucher entre Watteau et Fragonard aide à comprendre l'évolution du style, de la manière, des thèmes, et de leur transmission concernant un artiste qui, né et mort à Paris, n'a guère quitté cette ville. Nous ne savons pas grand-chose des débuts comme peintre de cet élève de François Lemoine – si son Jugement de Suzanne, de 1720-1721, est récemment réapparu et entré en 1997 à la Galerie nat […] Lire la suite

CARMEN (G. Bizet)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 416 mots

Le 3 mars 1875, Carmen , de Georges Bizet, opéra-comique en quatre actes sur un livret de Henri Meilhac et Ludovic Halévy d'après la nouvelle de Prosper Mérimée, est créée à l’Opéra-Comique de Paris (salle Favart). Cette date est essentielle dans l'histoire de l'art lyrique. Tout en restant dans le cadre de l'opéra-comique, qui implique l’alternance de numéros chantés et de dialogues parlés, Bizet […] Lire la suite

COMMEDIA DELL'ARTE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 440 mots

Milieu du xvi e  siècle En Italie, des associations de particuliers se forment dans le but de faire du théâtre. Seconde moitié du xvi e  siècle Les troupes de la commedia dell'arte se répandent en Espagne, en France, en Bavière, puis en Angleterre, en Allemagne enfin dans la seconde partie du xvii e  siècle. 1571 Les premiers Gelosi, les comédiens les plus célèbres du temps, sont de passage à l […] Lire la suite

CORNELIUS PETER (1824-1874)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 692 mots

Le compositeur, poète et critique musical allemand Peter Cornelius demeure comme l'auteur de l'opéra-comique Le Barbier de Bagdad , dont la popularité durable dans les pays germaniques ne doit pas éclipser sa production de lieder, une des plus importantes de la seconde moitié du xix e  siècle. Fils de deux comédiens, Carl August Peter Cornelius voit le jour le 24 décembre 1824 à Mayence, dans le […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc VIGNAL, « OPÉRA-COMIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-comique/