PONNELLE JEAN-PIERRE (1932-1988)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Oscar Fritz Schuh, le grand homme du théâtre allemand de l'après-guerre, voyait dans la poétique le seul élément véritablement provocateur du théâtre contemporain. En ce sens, Jean-Pierre Ponnelle a été un provocateur, un metteur en scène qui, au-delà d'une pénétration analytique des chefs-d'œuvre, tenait la poésie et la sensualité pour les caractéristiques essentielles du théâtre. Artiste français qui a grandi dans le théâtre allemand, Jean-Pierre Ponnelle a opéré une symbiose réussie entre la conscience latine du théâtre et la volonté allemande d'aller plus loin dans les chefs-d'œuvre, l'analyse et le plaisir du jeu, l'esprit critique et l'humour acide, d'une part, le goût, le charme et la poésie, d'autre part. Né dans un milieu grand-bourgeois catholique – les Ponnelle possèdent un grand domaine viticole à Beaune –, au sein d'une famille où l'intérêt pour la musique, la littérature et les arts sont des évidences de la vie, Ponnelle a rencontré dès sa jeunesse la musique et de grands artistes comme Alfred Cortot et Pablo Casals. Affranchi des conflits de générations et des complexes du passé qui pesaient sur ses confrères allemands, il avait des œuvres une vision libre de préjugés et de toute volonté laborieuse de classification. Dans ses mises en scène, il est resté un interprète de l'idée créatrice, montrant un grand respect pour l'auteur, même lorsque ce respect n'allait pas sans critique. C'était un travailleur infatigable, possédé d'un zèle pratiquement autodestructeur : « J'investis toute ma force et toute mon imagination dans une mise en scène parce que c'est le contenu de ma vie, le moteur de ma vie. Il est possible que ma pratique des partitions soit un substitut des drogues, de ce que l'on appelle la vie en général. Lorsque je passe deux heures sur une partition de Mozart, c'est pour moi une sorte d'éros, un sentiment de satisfaction maximale. » Ponnelle était sans cesse en quête des nouvelles aventures offertes par le théâtre, et se tournait de plus en plus vers l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PONNELLE JEAN-PIERRE (1932-1988)  » est également traité dans :

FESTIVALS

  • Écrit par 
  • Jean-Michel BRÈQUE, 
  • Matthieu CHÉREAU, 
  • Jean CHOLLET, 
  • Philippe DULAC, 
  • Christian MERLIN, 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  • , Universalis
  •  • 17 238 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Karajan au pouvoir »  : […] La mort de Furtwängler en 1954 laisse Salzbourg en état de choc. Dimitri Mitropoulos reprend son Don Giovanni et fascine dans Elektra avec Inge Borkh, mais le festival ne tarde pas à trouver son maître : tout comme il avait succédé à « Furt » à la tête de l'Orchestre philharmonique de Berlin en 1955, Herbert von Karajan poursuit s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/festivals/#i_31452

HARNONCOURT NIKOLAUS (1929-2016)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 739 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le chef d'orchestre »  : […] Dans les années 1960, Harnoncourt découvre l' Introduction à la sociologie de la musique d'Adorno et prend conscience des rapports de force qui existent entre le chef et l'orchestre. 1971 voit le début de son enregistrement intégral des cantates sacrées de Bach avec le Consort de Gustav Leonhardt, entreprise qui ne s'achèvera qu'en 1989. En 1972, fort de son expérience de v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nikolaus-harnoncourt/#i_31452

OPÉRA - Le renouveau de l'opéra baroque

  • Écrit par 
  • Ivan A. ALEXANDRE
  •  • 11 978 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Monteverdi : le texte »  : […] Le premier obstacle qui se dresse entre l'interprète et l'œuvre est le texte. Que dit-il, que cache-t-il ? Quelle familiarité nos yeux peuvent-ils entretenir avec ceux qui l'ont lu jadis ? Entre un passé auquel ne nous rattache aucune tradition et un présent inapte à faire sentir ces beautés lointaines, où le musicien – pour ne rien dire du dramaturge – doit-il s'engager ? Telles sont les question […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-le-renouveau-de-l-opera-baroque/#i_31452

SCÉNOGRAPHIE LYRIQUE

  • Écrit par 
  • Alain PERROUX, 
  • Alain SATGÉ
  •  • 7 224 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le metteur en scène comme « passeur » »  : […] Par réaction contre les éléments réalistes induits par les transpositions, certains metteurs en scène vont partir en quête d'épure. C'est le cas notamment de Robert Wilson qui, depuis son fameux spectacle Le Regard du sourd (1971), s'est créé un monde hiératique et coloré, rituel imposé à d'innombrables œuvres, des grandes pièces de théâtre aux opéras-rock de Lou Reed, sans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scenographie-lyrique/#i_31452

Pour citer l’article

Imre FABIAN, « PONNELLE JEAN-PIERRE - (1932-1988) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-pierre-ponnelle/