CHÉREAU PATRICE (1944-2013)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Patrice Chéreau

Patrice Chéreau
Crédits : P. Victor/ ArtComArt/ Théâtre de la Ville

photographie

L'Or du Rhin de Richard Wagner, mise en scène de Patrice Chéreau

L'Or du Rhin de Richard Wagner, mise en scène de Patrice Chéreau
Crédits : Bayreuther Festspiele GmbH/ D.R.

photographie


Artiste précoce, Patrice Chéreau s'impose rapidement en Europe comme un des plus grands metteurs en scène de théâtre de son temps par la puissance et l'originalité de ses points de vue critiques, par la force de son univers plastique (sur lequel vient se greffer très tôt celui du scénographe Richard Peduzzi) et par la radicalité de sa direction d'acteurs : le lyrisme de son écriture scénique exalte la présence charnelle, concrète des corps. À partir de 1963, au théâtre comme à l'opéra, il développe à travers un répertoire éclectique mais cohérent une vision aussi personnelle que le serait celle d'un écrivain, d'un peintre, ou d'un essayiste. Il s'éloigne ensuite de la scène pour se consacrer pleinement à son œuvre cinématographique, dont la force et la singularité se font peu à peu reconnaître.

Patrice Chéreau

Patrice Chéreau

photographie

Après les premières représentations données au Louvre en 2010, Rêve d'automne a entamé une tournée dans plusieurs théâtres européens. Ici, Patrice Chéreau, Bulle Ogier et Valeria Bruni-Tedeschi (de dos) lors des répétitions au Théâtre de la Ville à Paris. 

Crédits : P. Victor/ ArtComArt/ Théâtre de la Ville

Afficher

Une théâtralité critique

Né à Lézigné (Maine-et-Loire) d'un père peintre et d'une mère dessinatrice, Patrice Chéreau acquiert très jeune une vaste culture artistique et théâtrale. À dix-neuf ans, il met en scène L'Intervention de Victor Hugo au lycée Louis-le-Grand : de cet acte tirant vers le mélodrame populaire, il fait un spectacle grinçant dans un style presque expressionniste (à l'époque, il conçoit lui-même ses décors et fait des croquis de mise en scène) ; il y exprime, déjà, son goût de la théâtralité et sa fascination lucide pour les rapports de pouvoir et de séduction, vus ici sous l'angle de la lutte des classes. Fuentovejuna de Lope de Vega (1965) confirme cet intérêt pour un matériau politique : Chéreau y raconte l'échec d'une révolte paysanne dans un style épique influencé par Brecht, Strehler et surtout Planchon – objets réalistes, éclairages blancs, picturalisme affirmé des scènes de groupes. Avec L'Affaire de la rue de Lourcine de Labiche (1966), dont il réécrit la fin pour noircir le propos, la charge antibourgeoise trouve son expression poétique dans l'intensité d'un jeu grotesque (acteurs maquillés à outrance, gestuelle formalisée) qui impose indissociablement un style et un sens.

On lui propose alors la direction du théâtre de Sartrouville en banlieue p [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences à l'Institut d'études théâtrales de l'université de Paris-III, conseillère artistique au Théâtre national de Strasbourg

Classification


Autres références

«  CHÉREAU PATRICE (1944-2013)  » est également traité dans :

GABRIELLE (P. Chéreau)

  • Écrit par 
  • N.T. BINH
  •  • 1 039 mots

Pour son neuvième long-métrage, Patrice Chéreau a choisi d'adapter une nouvelle de Joseph Conrad, Le Retour : un homme, en rentrant chez lui un soir, trouve une lettre de son épouse lui annonçant qu'elle le quitte ; presque aussitôt après, elle revient. Il lui parle, elle répond à peine. La terrible confrontation qui s'ensuit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabrielle/#i_43791

PHÈDRE (mises en scène C. Rist et P. Chéreau)

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 204 mots
  •  • 1 média

En 2002-2003, le sable de Trézène, trop souvent foulé, a donné lieu à deux nouvelles et grandes mises en scène. À partir d'un dispositif scénique semblable, la perspective bi-frontale, les choix de Christian Rist (Maison de la culture de Bourges et théâtre de la Tempête de la Cartoucherie de Vincennes, 2002) et de Patrice Chéreau (théâtre de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phedre/#i_43791

LES VISAGES ET LES CORPS (exposition)

  • Écrit par 
  • Monique LE ROUX
  •  • 974 mots

Pendant trois mois, du 2 novembre 2010 au 31 janvier 2011, les visiteurs du Louvre auront pu voir aux murs du musée un beau visage grave, accompagné d'inscriptions : « Le Louvre invite Patrice Chéreau », « Les Visages et les corps ». Le président-directeur du musée, Henri Loyrette , a choisi comme « grand invité », après Pierre Boulez, Toni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-visages-et-les-corps-exposition/#i_43791

BOND EDWARD (1934-    )

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 1 243 mots

Dans le chapitre « Un théâtre du cataclysme »  : […] par Early morning, allégorie antivictorienne baignée d'une atmosphère cauchemardesque. Saved, montée par Claude Régy (Sauvés, 1972) va contribuer à faire découvrir Bond en France, avant que Patrice Chéreau ne le consacre grâce à sa mise en scène de Lear en 1975 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-bond/#i_43791

DANS LA SOLITUDE DES CHAMPS DE COTON, Bernard-Marie Koltès - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 928 mots

Dans le chapitre « Un monde de solitude »  : […] Impossible de dissocier l'œuvre de Bernard-Marie Koltès de celle du metteur en scène Patrice Chéreau. Celui-ci créa la pièce en janvier 1987 au théâtre des Amandiers de Nanterre, avec Laurent Malet (le client) et Isaac de Bankolé (le dealer), qu'il remplaça lors de la reprise, quelques mois plus tard, contrevenant au vœu de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dans-la-solitude-des-champs-de-coton/#i_43791

DESARTHE GÉRARD (1945-    )

  • Écrit par 
  • Yves KIRCHNER
  •  • 675 mots

de père théâtral, pas de maître, confie-t-il au journal Le Figaro en juillet 1995. Mais il me reste des images dans la tête, des moments de théâtre fabuleux avec Patrice Chéreau ou André Engel. » La rencontre avec Chéreau eut lieu en 1970 lorsqu'il interpréta Richard II de Shakespeare, qu'allaient suivre Lear d'Edward […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerard-desarthe/#i_43791

LA DISPUTE, Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 1 050 mots

S'il est une mise en scène qui a marqué notre époque, c'est bien celle que Patrice Chéreau donna de La Dispute de Marivaux (1688-1763) en 1973. Pour qui assista à cette « fête noire », l'impression fut indélébile. Il faut pourtant revenir au texte de cette pièce en un acte, « la plus subtilement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-dispute/#i_43791

KOLTÈS BERNARD-MARIE (1948-1989)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 565 mots

Né le 9 avril 1948 à Metz dans une famille catholique pratiquante, Bernard-Marie Koltès poursuit ses études chez les jésuites ; sans crise et sans agressivité, il prendra ses distances avec la religion. Avec des camarades, il monte sa première œuvre, Les Amertumes (1971), inspirée d'Enfance de Gorki, et fonde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-marie-koltes/#i_43791

SCÉNOGRAPHIE LYRIQUE

  • Écrit par 
  • Alain PERROUX, 
  • Alain SATGÉ
  •  • 7 227 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Renouveau et révolution »  : […] Le signe le plus marquant de cette évolution demeure la fameuse production de L'Anneau du Nibelung de Wagner au festival de Bayreuth en 1976, dans une mise en scène de Patrice Chéreau. Wolfgang Wagner, directeur du festival, avait bien senti la nécessité d'un renouveau. En fait de renouveau, ce fut une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scenographie-lyrique/#i_43791

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La scène

  • Écrit par 
  • Alfred SIMON
  •  • 10 029 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un espace éclaté »  : […] mémorables ont été réalisées avec les tentures virevoltantes de Richard II au Théâtre du Soleil (1982), les forêts de la nuit dans le cadre rouge et or de La Dispute de Chéreau (1973), les pluies de feuilles mortes sur La Cerisaie en blanc de Strehler (1976), les fleuves de feu du Mahābhāratā de Peter Brook dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-scene/#i_43791

VINCENT JEAN-PIERRE (1942-    )

  • Écrit par 
  • Colette GODARD
  •  • 1 086 mots

Né à Paris, Jean-Pierre Vincent fait ses débuts avec Patrice Chéreau en participant au groupe théâtral du lycée Louis-le-Grand. Dès 1966 éclate L'Affaire de la rue de Lourcine, un Labiche iconoclaste. Lorsque la municipalité de Sartrouville souhaite s'attacher une troupe permanente, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-pierre-vincent/#i_43791

Voir aussi

Pour citer l’article

Anne Françoise BENHAMOU, « CHÉREAU PATRICE - (1944-2013) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/patrice-chereau/