SCÉNOGRAPHIE LYRIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le renouveau de l'après-guerre : approches dialectiques, approches idéalistes

Pour rendre compte du renouveau du spectacle d'opéra dans les années 1950, on invoque souvent pêle-mêle le rôle de metteurs en scène spécialisés dans le théâtre lyrique, comme Wieland Wagner ou Walter Felsenstein, d'hommes de théâtre ou de cinéma, comme Giorgio Strehler ou Luchino Visconti, ou encore de l'exceptionnelle chanteuse-actrice que fut Maria Callas. Ces divers phénomènes ont pourtant des significations très différentes : il n'y a rien de commun entre le travail d'un Wieland Wagner, qui subordonne tous les éléments de la représentation à une interprétation globale de l'œuvre, et l'individualisme d'une Callas, qui conçoit la mise en scène comme une simple régie au service de l'inspiration du chanteur. Par la puissance expressive de son jeu et surtout de son chant, qui transforme l'espace vocal en espace théâtral, Callas a su redramatiser les œuvres les plus abstraites du répertoire négligé du bel canto ; mais les meilleurs metteurs en scène avec lesquels elle a travaillé, Zeffirelli (Le Turc en Italie, 1955 ; Tosca et Norma, 1964), et surtout Visconti (La Vestale, 1954 ; La Somnambule et La Traviata, 1955 ; Anna Bolena et Iphigénie en Tauride, 1957) n'ont pu imaginer leurs spectacles, d'un historicisme ou d'un esthétisme raffinés, que comme des écrins destinés à mettre en valeur la personnalité de la cantatrice.

Maria Callas

Maria Callas

Photographie

Maria Callas (1923-1977), dans le rôle-titre dans Médée, film de l'Italien Pasolini, en 1970. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Maria Callas et Tito Gobbi

Maria Callas et Tito Gobbi

Photographie

La soprano Maria Callas (1923-1977) et le baryton Tito Gobbi interprètent Tosca, l'opéra de Puccini, monté par Franco Zeffirelli à Covent Garden en 1964. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Même s'ils partagent la même éthique de la représentation lyrique, conçue comme un travail collectif, à l'opposé de tout star system, Wieland Wagner à Bayreuth et Walter Felsenstein au Komische Oper de Berlin-Est engagent la mise en scène d'opéra dans deux voies divergentes, celle d'un idéalisme inspiré du symbolisme et d'Appia, celle d'un réalisme critique influencé par Brecht, qui dépasse le réalisme stanislavskien vers un théâtre «  [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages



Médias de l’article

Fedor Ivanovitch Chaliapine

Fedor Ivanovitch Chaliapine
Crédits : Hulton Getty

photographie

Chaliapine

Chaliapine
Crédits : Hulton Getty

photographie

Maria Callas

Maria Callas
Crédits : Hulton Getty

photographie

Maria Callas et Tito Gobbi

Maria Callas et Tito Gobbi
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 8 médias de l'article





Écrit par :

  • : chargé de mission pour le service culturel du Grand Théâtre de Genève
  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, docteur de troisième cycle, assistant à la faculté lettres de Rouen

Classification


Autres références

«  SCÉNOGRAPHIE LYRIQUE  » est également traité dans :

APPIA (A.) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 434 mots

1862 1 er septembre, naissance d'Adolphe, François, Appia à Genève. 1880-1890 Études musicales à Genève, Leipzig, Paris et Dresde. En 1882, il se rend pour la première fois à Bayreuth, où il assiste à une représentation de Parsifal . 1891-1892 Appia rédige ses premières réflexions, Notes de mise en scène pour l'Anneau du Nibelungen , et effectue ses premiers croquis et grandes esquisses en vue […] Lire la suite

BEAUREPAIRE ANDRÉ (1924-2012)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 251 mots

André Beaurepaire fut un peintre-scénographe, dont les constructions aux géométries complexes et mystérieuses ont séduit les grands noms du théâtre français avec qui il a collaboré. Ce dessinateur autodidacte est né à Paris en 1924. Il illustre Sagesse de Paul Verlaine en 1944, et est alors remarqué par Jean Cocteau et l'illustrateur et décorateur Christian Bérard. Tous deux l'invitent à particip […] Lire la suite

BERAIN LES

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 425 mots
  •  • 1 média

Famille de décorateurs et de graveurs français de la fin du xvii e siècle et du début du xviii e connue grâce aux travaux de R. A. Weigert ( Jean I er Berain... 1640-1711 , Paris, 1937). La renommée de cette famille est surtout due à Jean I er (1640-1711). Fils d'un arquebusier lorrain, il est, dès l'installation de son père à Paris en 1645, mêlé au milieu des graveurs et armuriers, ce qui exp […] Lire la suite

CHÉREAU PATRICE (1944-2013)

  • Écrit par 
  • Anne Françoise BENHAMOU
  •  • 2 968 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une théâtralité critique »  : […] Né à Lézigné (Maine-et-Loire) d'un père peintre et d'une mère dessinatrice, Patrice Chéreau acquiert très jeune une vaste culture artistique et théâtrale. À dix-neuf ans, il met en scène L'Intervention de Victor Hugo au lycée Louis-le-Grand : de cet acte tirant vers le mélodrame populaire, il fait un spectacle grinçant dans un style presque expressionniste (à l'époque, il conçoit lui-même ses déc […] Lire la suite

CICERI PIERRE LUC CHARLES (1782-1868)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 434 mots

La scénographie et le décor romantiques doivent beaucoup en France à un homme de grand talent, d'origine italienne, Pierre Ciceri. Très lié aux créateurs du mouvement romantique et ayant étudié l'architecture, il est le fournisseur attitré des principales scènes de Paris. Il s'est fait une spécialité comme « peintre de paysages » à l'Opéra (paysages en tous genres, avec ou sans ruines, alors à la […] Lire la suite

CINÉMA ET OPÉRA

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe FERRARI
  •  • 3 255 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Des cinéastes à l'opéra »  : […] Nombreux, on l'a dit, sont les cinéastes qui sont aussi metteurs en scène d'opéra. Visconti est un des premiers, avec La Traviata de Giuseppe Verdi, à importer sur une scène d'opéra, à la Scala en 1955, certains codes et certaines règles de l'expression cinématographique. Il renouvelle ainsi l'art lyrique avec cet opéra ainsi que La Vestale de Gaspare Spontini, La Sonnambula de Vincenzo Bellini […] Lire la suite

DÉCOR DE THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 776 mots

Partie essentielle de la composition scénique, le décor est au centre de l'extraordinaire évolution de la mise en scène contemporaine. Élément fondamental de la scénographie, le décor définit un espace, soit en limitant l'action, soit en s'intégrant à elle. Longtemps témoin de la représentation de l'action, le décor tend à devenir de moins en moins décoratif, de plus en plus représentatif du lieu […] Lire la suite

EVERDING AUGUST (1928-1999)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 559 mots

Comptant parmi les figures majeures qui ont régné sur les scènes lyriques en Allemagne au cours de la seconde moitié du xx e  siècle, August Everding, metteur en scène et directeur d'opéras allemand, a contribué à moderniser l'approche de l'art lyrique au même titre que Wieland Wagner ou Rolf Liebermann. Né à Bottrop, en Westphalie, le 31 octobre 1928, August Everding étudie le piano, l'orgue et l […] Lire la suite

FELSENSTEIN WALTER (1901-1975)

  • Écrit par 
  • Claude VAUGIER
  •  • 2 245 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Travail avec l'ensemble : interprètes, chefs d'orchestre, décorateurs »  : […] Les exigences de Felsenstein en matière de répétition sont devenues légendaires, avec les neuf mois consacrés aux Contes d'Hoffmann . S'il se contente en général de huit à neuf semaines, il est vrai aussi qu'il lui arrive de mettre des interprètes en réserve afin de les avoir à sa disposition le moment venu, et qu'il n'hésite pas à repousser la date d'une première si besoin est. Dans l'étape init […] Lire la suite

FESTIVALS

  • Écrit par 
  • Jean-Michel BRÈQUE, 
  • Matthieu CHÉREAU, 
  • Jean CHOLLET, 
  • Philippe DULAC, 
  • Christian MERLIN, 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  • , Universalis
  •  • 17 238 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'ère Mortier »  : […] En nommant un moderniste affiché à la tête du plus traditionnel des festivals, les Autrichiens s'enhardissent : le Belge Gérard Mortier , qui prend ses fonctions le 1 er  octobre 1991, s'est fait connaître en faisant du Théâtre royal de la Monnaie de Bruxelles, qui végétait depuis vingt ans, le plus créatif des opéras européens. Il commence par susciter l'ire des conservateurs : pour Mortier, l'op […] Lire la suite

FORTUNY MARIANO (1871-1949)

  • Écrit par 
  • Guillaume GARNIER
  •  • 1 134 mots

Célèbre surtout à travers ses créations de tissus et de robes, Mariano Fortuny est aussi un technicien et un artisan qui a exercé ses talents dans des domaines divers : de la peinture et de la photographie à la conception d'objets mécaniques et à la scénographie. Essentiellement autodidacte, cet inlassable chercheur (il dépose à Paris plus de vingt brevets entre 1901 et 1934) est convaincu que l'a […] Lire la suite

FRIEDRICH GÖTZ (1930-2000)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 840 mots

Tout en menant une importante carrière de metteur en scène marquée notamment par la « production du centenaire » de Parsifal au festival de Bayreuth en 1982, Götz Friedrich a fait de la Deutsche Oper de Berlin, dont il fut l'intendant général de 1981 à sa mort, l'une des principales scènes lyriques allemandes. Né le 4 août 1930 à Naumburg (Saxe-Anhalt), Götz Friedrich étudie le théâtre à l'univer […] Lire la suite

GRÜBER KLAUS MICHAEL (1941-2008)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 1 384 mots

Dans le chapitre « Les Grecs, le romantisme »  : […] Né en 1941 à Neckarelz, petite ville du Bade-Wurtemberg, il est le fils d'un pasteur, mais aussi l'enfant d'une Allemagne nazie en guerre – et frère, en cela, des Fassbinder, Handke, Botho Strauss. Après un passage au Conservatoire de Stuttgart où il se destine à être acteur, il quitte la R.F.A. à vingt-trois ans. En Italie, il rejoint un maître de la scène, Giorgio Strehler, le fondateur du Picco […] Lire la suite

HOCKNEY DAVID (1937- )

  • Écrit par 
  • Guitemie MALDONADO
  •  • 1 722 mots

Dans le chapitre « Naturalisme et artifice »  : […] Né en 1937 à Bradford (Yorkshire), après une formation classique à l'école des Beaux-Arts de Bradford et des débuts en peinture marqués par l'influence de la Euston Road School, David Hockney étudie au Royal College of Art de Londres, entre 1959 et 1962, en compagnie de Ron B. Kitaj, Allen Jones, Peter Phillips, Derek Boshier et Patrick Caulfield. Son œuvre connaît alors une brève période abstrait […] Lire la suite

LADY MACBETH DE MZENSK (D. Chostakovitch)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 434 mots

À l'automne de 1930, Dmitri Chostakovitch s'attelle à la composition d'un opéra en quatre actes sur un livret qu'il a élaboré avec le dramaturge Alexandre Preis d'après un court récit de Nikolaï Semenovitch Leskov Lady Macbeth du district de Mzensk ( Ledi Makbet Mtsenskogo uyezda , 1865). L'opéra est une peinture sombre de l'ennui dans la province russe et de la condition pénitentiaire tsariste  […] Lire la suite

LAVELLI JORGE (1931- )

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 501 mots

Né à Buenos Aires, formé à l'université du Théâtre des Nations, à Paris. Lavelli est un des metteurs en scène les plus originaux de ces quelques dernières années. Premier prix au concours des Jeunes Compagnies dramatiques en 1963, il révèle en France Witold Gombrowicz avec la pièce Le Mariage (1963), puis avec Yvonne, princesse de Bourgogne . Lavelli libère l'imaginaire sans crainte de la démesu […] Lire la suite

MENOTTI GIAN CARLO (1911-2007)

  • Écrit par 
  • Michel PAROUTY
  •  • 1 430 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un compositeur populaire »  : […] La réputation de Menotti commence à s'étendre. Le film qu'il tirera lui-même du Medium en 1951 ne fera qu'accroître cette popularité, qui va déjà en s'amplifiant grâce au drame musical The Consul , donné d'abord au Shubert Theatre de Philadelphie le 1 er  mars 1950, puis à l'Ethel Barrymore Theatre deux semaines plus tard, et couronné par le prix Pulitzer. L'histoire, sombre et violente, est cell […] Lire la suite

MEYERHOLD VSEVOLOD EMILIEVITCH (1874-1940)

  • Écrit par 
  • Béatrice PICON-VALLIN
  •  • 2 398 mots

Dans le chapitre « Une activité multidirectionnelle »  : […] Congédié par Komissarjevskaïa déçue par ses échecs d'actrice, Meyerhold est nommé aux Théâtres impériaux (1908-1918). « Acteur idéal », selon Eisenstein qui sera son élève en 1922, il interprète là son dernier rôle, mais continuera d'assouvir son désir de jouer en utilisant la démonstration pour diriger ses comédiens. Disposant de grands moyens, il crée avec le décorateur Alexandre Golovine, son a […] Lire la suite

OPÉRA - Le renouveau de l'opéra baroque

  • Écrit par 
  • Ivan A. ALEXANDRE
  •  • 11 978 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Théâtre et tabou »  : […] En théorie, la représentation d'une pièce composée entre Orfeo (de Monteverdi, 1607) et Orfeo (de Gluck, 1762) peut obéir à trois lois esthétiques différentes : celle de l'action (décors et costumes grecs pour Calisto , romains pour Poppea , aztèques pour Montezuma de Carl Heinrich Graun...), celle du compositeur (Médicis pour Orfeo , Grand Siècle pour Atys , hogarthienne pour le ballad opera de […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain PERROUX, Alain SATGÉ, « SCÉNOGRAPHIE LYRIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/scenographie-lyrique/